baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 76 : Prévenir Richard

Chapitre 76 : Prévenir Richard

Titiasyl, mercredi 28 janvier 2015

Au bout de quelques semaines, Samantha avait un certain nombre de lettres de Clara.
Après avoir vérifié que les croquis étaient dans le bon ordre, la jeune fille décida qu’il était temps d’aller voir Richard dans son bureau.
Ses dessins sous le bras, l’adolescente marcha dans le couloir et frappa quelques coups à la porte une fois à destination.
- « Entrez ! » entendit-elle.
Elle souffla un bon coup puis ouvrit la porte, le cœur battant la chamade.
- « Tu désires me voir ? » demanda le patriarche en la voyant à l’entrée de la pièce.
Samantha se contenta d’acquiescer d’un signe de tête avant d’avancer timidement vers la table de travail.
- « Pouvez-vous regarder ceci le plus rapidement possible ? » fit la jeune fille, angoissée de la réaction du maitre de maison.
Etonné par une telle demande, Richard baissa la tête sur la pile de feuilles alors qu’il vit des notes sur la première page.
Il jeta un bref regard vers l’adolescente en reconnaissant l’écriture, avant de se mettre à lire le premier texte.
« Mon cher papa,
J’ai été très surprise de voir cette jeune fille devant la porte de Mr Straford aujourd’hui. Elle m’a donné un croquis que j’ai réussi à garder sans qu’il ne s’en rende compte.
Mon cœur s’est mis à vibrer lorsque j’ai vu le visage de mon frère chéri sur le papier.
Dans l’espoir qu’elle revienne et vous les transmette, je me suis décidée à vous écrire quelques mots.
Je vous en prie, sortez-moi de l’enfer dans lequel je vis.
Cet homme que vous pensiez être un homme bon est, en réalité, un homme abject et égoïste.
Le voilà qui revient, je dois me dépêcher de cacher ce dessin.
Clara. »
Richard n’en revenait pas.
Il avait sous les yeux une lettre de sa fille. De sa princesse.
Le voyant plongé dans sa lecture, Samantha pensa qu’il valait mieux le laisser seul.
Elle esquissa donc un pas pour quitter la pièce alors qu’elle le fit dans le plus grand des silences.
- « Reste ici, Samantha. » gronda le patriarche sans même lever la tête « Assieds-toi dans ce fauteuil. »
Une fois que la jeune fille fut installée, le vieil homme se mit à lire la deuxième lettre de sa fille.
« Mon cher papa,
Elle est revenue. Vous ne pouvez imaginer ma joie lorsque nous avons échangé les croquis.
Ma vie ici est un enfer.
Monsieur Straford me bat violemment depuis que je suis dans cette maison.
Tous les jours, j’ai droit à plusieurs corrections sans même qu’il ait besoin d’un motif pour le faire.
Il a été gentil et aimable jusqu’à ce que vous tourniez le dos pour rentrer à la maison.
Oui, malgré ces trois longues années, ma maison reste toujours celle où j’ai grandi.
Pas une seule fois, il n’a eu de la douceur envers moi.
De lui, je ne connais que la violence des coups et de ses assauts.
Pitié, père, venez me chercher. Ne me laissez pas ici.
Je l’entends qui revient.
Je dois cacher le dessin au plus vite.
Clara. »
Richard était très ému d’avoir enfin des nouvelles de sa fille.
Il parcourut les différentes lettres alors qu’il était de plus en plus abasourdi par ce qu’il lisait.
Cet homme, à qui il avait donné la main de Clara, n’était donc pas bon avec elle ?
Il la maltraitait et abusait d’elle depuis trois longues années ?
- « Mon dieu, ce n’est pas possible. » marmonna le patriarche pour lui-même avant de lire une autre lettre.
« Mon cher papa,
Je vous en supplie, ne me laissez pas ici. Venez me chercher.
Je sais que vous n’avez voulu que mon bien en me mariant à un bon parti. Je ne vous en veux pas d’avoir agi de la sorte. Les mariages arrangés sont les plus répandus de nos jours.
Même si je suis déshonorée et que je dois vivre au banc de la société, je ne veux pas vivre une minute de plus dans cette demeure.
Je ne me rappelle plus mon visage sans la moindre trace de coups.
Mon corps n’est que douleurs et plaies.
Vous me manquez tellement.
Clara. »
Richard s’arrêta à cette troisième et ne put aller plus loin.
Sa princesse était malheureuse par sa faute.
Il n’avait voulu que son bien et avait causé son malheur.
Rapidement, il se leva et attrapa son manteau posé non loin de sa table de travail.
Alors qu’il se dirigeait vers la sortie de la pièce, il marqua un temps d’arrêt et fit demi-tour pour se mettre près de Samantha.
- « Nous allons devoir avoir une discussion tous les deux ! » gronda le patriarche avant de quitter le bureau pour de bon.
La jeune fille entendit la porte claquer derrière le maitre de maison alors qu’elle ne savait que faire.
Pensant avoir fait une erreur de par le ton sur lequel il lui avait parlé, l’adolescente décida de se rendre dans le salon sans oser faire quoi que ce soit.
Deux heures passèrent alors que Samantha se trouvait toujours sur le canapé à observer le feu de cheminée.
Au bout d’un petit moment, elle entendit des éclats de voix provenir de l’entrée de la maison.
- « Samantha, viens ici tout de suite ! » hurla Richard toujours dans l’entrée.
Tremblante, elle se leva et se dirigea vers le patriarche, se demandant ce qu’il allait lui faire.
Sans même un seul mot, il l’attrapa et la colla contre lui avant de la prendre dans ses bras.
- « Merci d’avoir aidé ma princesse. » murmura-t-il, ému au plus haut point par ce qu’elle avait fait « Mais ne refais plus jamais ça sans m’en parler avant ! »
En tournant la tête, la jeune fille vit Clara en pleurs dans les bras de sa mère alors qu’Eléanor serra sa fille contre elle sans avoir l’air de vouloir la lâcher.
- « Eléanor, allez-y doucement avec notre fille. » sourit le vieil homme heureux « Clara va rester ici. »
- « C’est vrai ? » demanda la matriarche, heureuse de revoir sa petite dernière.
- « Oui. » acquiesça Richard « Son mariage est terminé. En fait, aux yeux de la loi, il n’a jamais existé. »
- « Comment avez-vous fait cela ? » s’étonna la veille dame.
- « Je me suis expliqué avec Straford et il n’approchera plus jamais Clara. » gronda le patriarche « Et grâce à notre avocat, j’ai pu obtenir l’annulation du mariage. »
Eléanor n’ajouta rien de plus alors que Clara sortit des bras de sa mère.
Elle s’approcha de Samantha alors que celle-ci se trouvait près du maitre de maison et attendant d’avoir la permission de les laisser seuls.
- « Merci de m’avoir aidée. » souffla Clara en prenant la jeune fille dans ses bras « Merci infiniment. »
Le couple de la maison observa les deux jeunes filles dans les bras l’une de l’autre alors qu’ils n’en revenaient pas de l’audace de la plus jeune.
Grâce à sa protégée, la matriarche avait de nouveau sa fille près d’elle
Même s’il était heureux de revoir sa princesse, Richard savait qu’il allait devoir mettre les choses au point avec Samantha afin qu’elle ne recommence plus jamais une telle chose.
De plus, il avait pris une décision concernant sa demande d’adoption et il tenait à lui en faire part…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?