baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 78 : Abandonnée

Chapitre 78 : Abandonnée

Titiasyl, dimanche 1er février 2015

Après son entrevue avec Richard, Samantha s’était isolée dans la bibliothèque, les larmes coulant le long de ses joues.
En effet, la jeune fille était passée par le salon alors qu’elle y avait vu une nouvelle fois Eléanor et Clara ensemble.
La mère et la fille discutaient et riaient ensemble si bien qu’elles n’avaient même pas remarqué le passage de Samantha.
Ce fait avait fini d’achever l’adolescente qui se sentait totalement rejetée.
Une fois assise dans un fauteuil de la bibliothèque, elle se laissa aller à pleurer sans retenue alors que ça l’aidait à évacuer un peu sa douleur.
En laissant voguer son regard vers la fenêtre, elle se tassa contre le dossier en croisant les bras contre elle.
Terriblement malheureuse d’être ainsi rejetée, la jeune fille prit un livre se trouvant sur la petite table et commença sa lecture.
Ses larmes lui brouillaient la vue et elle avait beaucoup de mal à lire, mais l’adolescente voulait tout de même essayer de s’occuper l’esprit.
La matinée passa lentement alors que Samantha avait relu plusieurs fois les mêmes pages sans rien comprendre à ce qu’elle lisait.
En début d’après-midi, déçue que personne ne soit venu la voir, elle prit la direction des jardins alors qu’elle avait besoin de prendre l’air.
Dès qu’elle fut assise sur un banc, la jeune fille remarqua la silhouette de la maitresse de maison partant en direction du centre-ville.
- « Tiens, Madame O’Neill va se promener en ville. » se dit l’adolescente pour elle-même avant d’ajouter « Et toute seule. »
A peine eut-elle fini sa phrase qu’elle entendit des éclats de rire provenir d’un peu plus haut dans les jardins.
En se cachant, Samantha se leva de son banc et observa discrètement les promeneurs.
Son cœur se brisa un peu plus en voyant Jack avec Clara dans les allées.
Le jeune homme avait le sourire jusqu’aux oreilles alors qu’il tenait fermement le bras de sa sœur enroulé autour du sien.
- « Je suis tellement heureuse de ne plus être là-bas… » entendit la jeune fille, cachée derrière une haie.
- « Moi aussi, petite sœur. Ainsi, nous pouvons à nouveau passer du temps ensemble. »
Malheureuse au plus haut point, l’adolescente se hâta de retourner à l’intérieur de la maison tout en prenant garde de ne pas se faire voir.
Une fois rentrée, elle se rendit dans le salon et se posta derrière la fenêtre afin d’observer le frère et la sœur.
Une fois de plus, Samantha ne réussit pas à contenir ses larmes alors qu’elles coulaient à flot sur ses joues.
De gros sanglots se faisaient entendre dans la pièce alors que Richard les entendit de son bureau.
Trouvant le bruit bizarre, il se leva de son fauteuil et quitta la pièce assez rapidement.
Arrivé à l’entrée du salon, il marqua un temps d’arrêt en voyant Samantha pleurer alors que son front était appuyé contre le carreau de la fenêtre.
Sans attendre plus longtemps, il marcha vers elle avant de la tourner vers lui afin de la prendre dans ses bras.
La jeune fille passa ses bras autour de la taille du patriarche tout en continuant de pleurer.
- « Chutttttt….. » murmura le vieil homme en la consolant comme il le pouvait « Calme-toi… »
Il laissa tranquillement l’adolescente cesser de pleurer avant de la conduire sur le canapé pour l’y faire asseoir.
- « Tu veux bien me dire ce que tu as ? » demanda doucement Richard en lui tendant un mouchoir.
Samantha prit le morceau de tissu et sécha ses yeux avant de poser ses mains sur ses cuisses.
- « J’avais raison. »
- « A quel propos ? » questionna le patriarche ne comprenant pas ses paroles.
- « Personne ne veut de moi. »
- « Et pourquoi diable continues-tu de dire cela ? » grogna le vieil homme, irrité d’entendre à nouveau de tels mots.
- « Depuis que Clara est revenue, je n’ai pas passé un seul instant avec votre fils. Il ne m’invite plus à aller en ville ou juste se promener dans les jardins. »
- « Il a certainement beaucoup de travail tout simplement. »
- « Pourtant, il se trouve en ce moment même dans les jardins avec sa sœur, à rire et à passer du bon temps. » le tacla l’adolescente avant de continuer « Votre épouse ne se rappelle pas non plus que je suis ici. »
- « Eléanor… »
- « Elle passe tout son temps avec Clara. » dit-elle « Et quand elle n’est pas avec votre fille, elle va se promener seule en ville. »
- « Oh… » se contenta de dire Richard, alors qu’il ne comprenait pas trop ce qu’il se passait.
- « Même vous, vous dites que je compte autant que vos propres enfants… » sanglota Samantha « Pourtant, aucun de vous n’a vu que je ne m’étais pas présentée pour le déjeuner. »
- « Je suis vraiment navré mais j’ai déjeuné en ville avec mon avocat afin de régler certaines choses. »
- « Personne ne veut de moi. » pleura de nouveau la jeune fille.
- « Ecoute, je vais leur parler à tous les deux afin de leur faire comprendre qu’ils doivent cesser d’agir ainsi. »
- « Merci Monsieur O’Neill. » souffla l’adolescente en séchant ses larmes.
- « Et appelle-moi Richard. » sourit doucement le patriarche en la serrant contre lui.
Samantha ne répondit pas mais se blottit un peu plus contre le maitre de maison alors que cela lui fit un bien fou.
Au bout d’un moment, le vieil homme quitta le salon pour rejoindre son bureau.
Dès que son épouse revint du centre-ville, il la fit convoquer tout comme Jack alors qu’il avait de nombreuses choses à mettre au point avec eux.
- « Entrez tous les deux ! » gronda Richard « Et fermez la porte derrière vous. Nous avons à discuter sérieusement tous les trois. »
Eléanor entra la première dans la pièce alors que ce fut Jack qui ferma la porte derrière lui.
Une fois son épouse et son fils installés, le patriarche les fusilla du regard.
- « Puis-je savoir pourquoi vous vous conduisez de la sorte avec Samantha ? » grogna le vieil homme, furieux « Depuis le retour de Clara bien sûr ! »
- « Pourquoi une telle question ? » fit Eléanor, légèrement mal à l’aise.
- « Je ne comprends pas père. » s’étonna le jeune homme, parlant en même temps que sa mère « Je me conduis avec elle de la même manière qu’avant. »
- « C’est-à-dire Jack ? » demanda Richard, curieux d’en savoir plus.
- « Le matin, je m’occupe de mes dossiers pendant qu’elle passe du temps avec Clara et mère. » expliqua le jeune homme « Et les après-midi, elle va en ville avec mère pendant que je passe un peu de temps avec ma sœur. »
La matriarche baissa la tête de honte alors que le patriarche la fusilla du regard.
- « Vois-tu, fils » fit le vieil homme « Il se trouve que Samantha passe son temps à pleurer depuis le retour de Clara. Elle a l’impression de ne plus exister pour nous et en souffre terriblement. »
- « Mais elle ne passait du temps avec mère ? » s’exclama Jack, stupéfait d’apprendre de telles choses.
- « Non ! » répondit Richard « Ta mère et ta sœur l’ignorent complètement. »
- « Mère ! » cria le jeune homme, furieux contre sa mère et contre lui-même.
- « Je ne me suis pas rendue compte que je l’excluais complètement. » souffla la matriarche « J’étais tellement heureuse de retrouver ma fille que je l’ai oubliée. »
- « Et moi, j’aurai du vérifier qu’elle allait bien. » gronda Jack « Je suis vraiment stupide. »
Alors qu’il venait de finir de parler, il se leva et quitta la pièce à toute vitesse pour rejoindre le salon.
Rapidement, il prit place près de Samantha alors qu’il lui prit le livre qu’elle avait en main.
- « Je suis vraiment désolé. » fit le jeune homme, peiné « Je pensais que vous étiez avec ma mère et ma sœur les matins. Et en promenade en ville avec ma mère les après-midi. »
- « Non, j’étais toute seule. » souffla l’adolescente, triste.
- « Veuillez me pardonner, je vous en prie. » dit sincèrement Jack en lui prenant tendrement les mains dans les siennes.
- « Vous voulez toujours passer du temps avec moi ? » demanda la jeune fille, ne sachant plus quoi penser.
- « Bien sûr, quelle question. » s’exclama le jeune homme « Plus que jamais. »
- « Alors je ne vous en veux pas. » répondit Samantha en souriant légèrement.
Quelques instants plus, ce fut Eléanor qui entra dans la pièce alors qu’elle se plaça près des deux jeunes.
- « Mon chéri, peux-tu nous laisser un moment s’il te plait ? » demanda la matriarche, gênée.
- « Bien sûr. » fit Jack avant d’ajouter envers Samantha « Nous nous verrons au diner. »
Une fois le jeune homme hors du salon, la vieille dame prit place près de sa protégée et souffla un bon coup avant de se lancer.
- « Je suis désolée ma douce. » finit par dire Eléanor « Je ne m’étais pas rendue compte que je t’avais exclue depuis le retour de Clara. »
Samantha resta immobile, sans dire un mot, voulant de plus amples explications.
- « J’étais tellement heureuse de revoir ma fille que j’ai oublié tout le reste, y compris toi. » souffla la matriarche.
- « Je ne suis pas votre fille alors je me doutais qu’un jour, vous m’excluriez de votre vie. »
- « Je t’interdis de dire cela. » gronda Eléanor « Certes, tu n’es pas ma fille mais tu es aussi importante que mes enfants à mes yeux. »
- « Vous ne voulez pas que je parte alors ? » demanda l’adolescente, afin d’être sûre.
- « Absolument pas, ma douce. » sourit la matriarche avant de serrer sa protégée dans ses bras.
Samantha se laissa aller à sourire alors qu’elle avait maintenant compris qu’elle était désirée dans la maison des O’Neill…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?