baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 84 : Dépérir

Chapitre 84 : Dépérir

Titiasyl, vendredi 13 février 2015

Après avoir obéi à Richard, Samantha était revenue s’installer avec eux dans le salon.
La jeune fille se trouvait assise sur le canapé près de Clara alors qu’elle ne cessait de pleurer.
- « Qu’y a-t-il, ma douce ? » lui demanda Eléanor, triste de la voir ainsi.
- « Il est partiiii… » gémit l’adolescente en pleurant encore plus fort.
Sans laisser le temps à quiconque de faire quoi que ce soit, Samantha se leva et partit en courant vers l’extérieur.
Le patriarche la suivit rapidement et se figea à l’entrée de sa demeure en la voyant faire.
- « Mais poussez-vous ! » gronda Eléanor derrière lui « Je ne vois rien. »
Le vieil homme s’écarta un peu et son épouse put se mettre à côté de lui.
Ce qu’ils voyaient lui brisa le cœur.
Samantha se trouvait debout derrière les grilles et regardait vers le centre-ville, dans l’espoir que Jack revienne.
- « Je vais la chercher. » fit Richard, décidé.
- « Non, laissez. » soupira Eléanor « J’y vais. »
La matriarche se dirigea vers sa protégée et passa tendrement un bras autour de ses épaules.
- « Ma douce, il faut rentrer. » souffla la vieille dame « Tu ne peux pas rester ici à attendre indéfiniment. »
- « Si… » murmura la jeune fille « Je l’attends. »
- « Samantha… » râla la matriarche « Rentre qu’il va bientôt pleuvoir. »
La jeune fille ne répondit pas et serra un peu plus ses mains autour des barreaux de la grille.
Découragée, Eléanor fit demi-tour et rejoignit son époux à l’entrée de leur demeure.
- « Alors ? » demanda Richard « Elle refuse de rentrer ? »
- « Oui. » soupira la matriarche « Elle l’attend. »
La vieille dame rentra dans la maison alors que son époux la regarda avec une drôle de tête.
- « Elle l’attend ? Comment ça elle l’attend ? » répéta-t-il dubitatif « Elle est au courant qu’il est rentré chez lui et qu’il n’est pas près de revenir ? »
- « Elle vient de se rendre compte de la place qu’il a dans sa vie même si elle ne comprend pas ce que cela signifie. » expliqua tristement Eléanor.
- « Oh. » se contenta de dire le maitre de maison « Et en attendant, on fait quoi ? »
- « On ne peut qu’attendre qu’elle retrouve la raison. » répondit la matriarche en arrivant dans le salon.
Richard ne trouva rien à répondre à son épouse, alors qu’il se doutait que ça allait prendre un certain temps.
En observant l’amour de sa vie, il comprit que celle-ci pensait exactement la même chose que lui.
Deux jours passèrent ainsi alors que Samantha passait tout son temps devant les grilles du domaine.
Depuis le départ de Jack, elle refusait de s’alimenter ou de parler à quiconque.
Même les nuits, les maitres de maison la suspectaient de rester debout derrière la fenêtre à surveiller et attendre.
Les uns après les autres, ils avaient essayé de lui faire entendre raison. A chaque fois, ils avaient échoué.
Même Arthur avait tenté de la faire rentrer mais il s’était heurté à un mur.
En ce troisième jour, Eléanor se tenait debout derrière la fenêtre du salon.
Elle observait sa protégée qui se trouvait une nouvelle fois debout derrière les grilles.
- « Elle est encore dehors ? » soupira Richard agacé par la situation.
- « Oui, encore. » répondit la matriarche dépitée « Et il pleut. »
- « Il faudrait qu’elle rentrer maintenant. » gronda le patriarche « Elle va finir par attraper la mort. »
- « J’ai essayé de la faire rentrer… » rétorqua Eléanor.
- « Mais sans succès. » finit le maitre de maison pour elle.
La vieille dame acquiesça d’un signe de tête, alors qu’elle reporta tristement son regard sur sa protégée.
- « Oui. » souffla Eléanor, dépitée « Elle a perdu énormément de poids et je ne sais plus quoi faire. »
- « Je dois t’avouer que je… » commença Richard.
- « Oh mon dieu. » s’exclama la matriarche « Elle vient de s’écrouler sur le sol. »
- « Je vais la chercher. » dit rapidement le maitre de maison en partant « Fais appeler le médecin tout de suite. »
La vieille femme fit ce que son époux venait de lui dire pendant qu’il alla récupérer Samantha dehors, sous la pluie.
- « Mais c’est pas possible. » gronda le patriarche « Tu vas vraiment tout me faire. »
Il déposa doucement la jeune fille sur son lit alors qu’il eut peur de lui faire mal tellement elle avait perdu du poids.
Une fois que le docteur fut passé, Eléanor entra dans la chambre de sa protégée avec le traitement adéquat à son état de santé.
- « Maintenant, il faut que tu prennes des médicaments pour guérir de cette bronchite. » fit-elle en s’asseyant sur le lit.
- « Non, j’en veux pas. » bouda Samantha en tournant la tête.
- « S’il te plait, il faut que tu te soignes. » ajouta Clara alors qu’elle était venue prêter main forte à sa mère.
Difficilement, car très affaiblie par sa perte de poids et sa maladie, la jeune fille se tourna dans son lit afin de leur montrer son dos.
La mère et la fille, après un nouvel essai tout aussi infructueux, quittèrent la pièce et rejoignirent le maitre de maison dans son bureau.
- « Elle a pris son traitement ? » demanda Richard même s’il se doutait fortement de la réponse.
- « Non, elle n’en veut absolument pas père. » répondit Clara alors que sa mère s’était laissée tomber dans un fauteuil.
- « Richard, je ne sais plus quoi faire. » souffla la matriarche « Nous avons tout essayé. La fermeté, la gentillesse. Nous lui avons même crié dessus mais rien ne marche. Elle semble bien décidée à se laisser mourir ! »
- « Il en est hors de question. » gronda le patriarche en tapant du poing sur sa table de travail « Il doit bien y avoir une solution quand même. Nous ne pouvons pas laisser son état s’aggraver. »
- « Je crois que j’ai trouvé. » s’exclama soudainement Clara, ravie.
- « On t’écoute. » dit le vieil homme en se levant pour se mettre près de sa femme.
- « Il suffit simplement de faire revenir Jack. » sourit la jeune femme « C’est de lui dont Samantha a besoin. »
- « Je vais lui faire un télégramme tout de suite. » s’exclama Eléanor en partant dans la bibliothèque sans tarder.
Une fois dans la pièce, elle prit une plume ainsi qu’une feuille et se mit à écrire.

« Mon chéri,
Samantha est au plus mal depuis ton départ.
Après avoir passé plusieurs jours debout devant les grilles à attendre ton retour, elle est tombée malade.
Elle a perdu du poids et pleure sans arrêt.
Elle refuse de prendre ses médicaments (elle a attrapé une bronchite).
Nous ne savons plus quoi faire pour l’aider et la soigner.
S’il te plait mon chéri, reviens vite à la maison.
Maman. »

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?