baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 86 : Leur faire comprendre

Chapitre 86 : Leur faire comprendre

Titiasyl, mardi 17 février 2015

Richard et Eléanor étaient déterminés à avoir une discussion avec leur fils ainsi que Samantha.
Après les derniers évènements, leurs doutes étaient devenus des certitudes.
Il était grand temps pour les maitres de maison d’aider leurs enfants à comprendre certaines choses.
Les sachant probablement dans le salon, le couple s’y rendit et sourit devant la scène s’offrant à eux.
En effet, les deux jeunes gens étaient l’un près de l’autre sur le canapé, alors que Jack montrait des photos à la jeune fille.
- « Oh, c’est vraiment magnifique. » s’exclama l’adolescente, heureuse « C’est vraiment une magnifique maison. »
- « C’est mon agence immobilière, ici à Colorado Springs, qui s’occupe de la vente. » répondit Jack, ravi qu’elle s’intéresse à ses affaires.
- « Et celle-ci ? »
- « C’est la première maison que j’ai vendu. » sourit le jeune homme « Je conserve cette photo en souvenir. »
- « Vous avez beaucoup de biens en vente comme cela ? » demanda Samantha intéressée.
- « Oui, j’en ai un certain nombre. » répondit Jack « J’ai plusieurs agences qui fonctionnent bien et je peux donc me permettre de faire ce que j’ai envie. »
- « Vous avez de la chance de pouvoir faire ce que vous désirez. » souffla Samantha, tristement « Viendra un jour où votre père ne voudra plus de moi ici et me mariera au premier venu sans que je ne puisse m’y opposer, parce que je suis une fille. »
- « Il… »
- « Je ne ferai jamais cela, Samantha. » déclara Richard alors qu’il se trouvait à l’entrée de la pièce « J’ai fait cette erreur monumentale avec ma fille. Maintenant, plus jamais je n’accepterai de mariage arrangé pour Clara comme pour toi. »
La jeune fille souffla de soulagement, alors que la joie revint sur son visage.
Les deux jeunes gens eurent la surprise de voir le couple entrer dans le salon et se diriger vers les fauteuils à proximité du canapé.
Jack était vraiment étonné de voir son père en ces lieux à cette heure-ci de la journée.
Avant même qu’il ait eu le temps de poser la question sur leur présence, le patriarche prit la parole.
- « Les enfants, nous sommes ici, Eléanor et moi, car nous avons jugé qu’ils étaient temps que nous discutions tous les quatre. » déclara le patriarche en changeant de sujet.
Les maitres de maison prirent place sur les fauteuils et observèrent les deux jeunes gens.
Jack et Samantha se regardèrent brièvement avant de reporter leurs regards sur le couple.
- « De quoi voulez-vous parler, père ? » demanda le jeune homme, étonné par l’attitude de ses parents.
- « Comme vous semblez avoir du mal à comprendre. Nous allons faire simple. » sourit la matriarche « Cessez de vous tourner autour comme vous le faites. »
- « Je ne comprends pas, madame. » fit la jeune fille, alors que son visage reflétait ses paroles.
Richard laissa la parole à son épouse, alors qu’elle trouverait mieux les mots que lui pour faire comprendre les choses à leur protégée.
- « Ma douce, tu n’as le sourire que lorsque Jack est avec toi. » commença la vieille dame « Tu passes ton temps à l’observer, tous tes croquis le représentent. »
L’adolescente se mit à rougir fortement, alors que le cadet des O’Neill semblait ne pas comprendre non plus.
- « Quant à toi, fils » continua le patriarche, amusé par la tête de son cadet « Tu souris comme un idiot en sa présence. Toi qui n’aimes pas les promenades en ville, je ne t’ai jamais vu en faire autant. »
- « Vous passez votre temps à discuter tous les deux ou à admirer les fleurs dans les jardins. » enchaina Eléanor en regardant les deux jeunes gens « Et regardez comment vous avez réagi pendant les maladies de chacun. »
- « Je n’ai rien fait moi ! » fit Jack comme pour se défendre.
- « Non, bien sûr. » rit la matriarche « Tu es revenu à la maison dès la réception de mon télégramme, puis tu es resté avec elle dans sa chambre. Tu l’as forcée à manger et à se soigner. Tu as été le parfait garde-malade. »
- « Tu as fait exactement pareil, ma chérie, lorsqu’il a été malade. » ajouta le vieil homme à l’encontre de Samantha « Vous avez chacun dépéri en l’absence de l’autre. »
La jeune fille était rouge pivoine à l’entente de toutes ces paroles et ne savait plus vraiment où se mettre.
Jack, lui, était terriblement gêné alors qu’il n’avait pas réussi à mettre un mot sur l’attitude qu’il avait avec la protégée de ses parents.
Eléanor avait bien remarqué que les deux avaient du mal à assimiler ce qu’elle et son époux essayaient de leur dire.
Aussi, elle se décida à les éclairer un peu plus.
- « Mes enfants, nous essayons simplement de vous faire comprendre que vous êtes amoureux l’un de l’autre. » fit doucement la matriarche « Vous ne pouvez pas rester ainsi indéfiniment. Vous ne croyez pas ? »
La vieille dame vit sa protégée se décomposer avant d’arborer un air très triste.
- « Samantha ? » s’inquiéta rapidement Eléanor « Que se passe-t-il ? »
- « Vous vous trompez complètement. » souffla la jeune fille, gênée de dire une telle chose.
- « Et à quel sujet, s’il te plait ? » demanda doucement la matriarche afin de ne pas apeurer sa protégée.
- « Un jeune homme de trente-deux ans comme Jack ne peut pas être intéressé par une jeune fille comme moi. » lâcha l’adolescente, malheureuse « Il ne peut voir en moi qu’une nouvelle petite sœur. »
Les maitres de maison restèrent sans voix sous les paroles de l’adolescente, alors que le fils cadet de la famille l’observa sans comprendre.
Pourquoi ne pourrait-il pas être intéressé par elle ?
Pourquoi devait-il seulement la voir comme une nouvelle petite sœur ?
Gênée par le silence régnant dans la pièce, Samantha commença doucement à se lever, afin de rejoindre sa chambre afin de s’isoler.
La matriarche ne savait plus quoi dire pour lui prouver qu’elle avait tort.
Bien qu’elle se posait des questions en voyant son fils totalement inactif et n’essayant même pas de rattraper la jeune fille.
Richard se trouvait dans le même état d’esprit que son épouse.
Avec la discussion qu’ils venaient d’avoir, le patriarche espérait ne pas avoir blessé l’adolescente…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?