baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 89 : Leur annoncer

Chapitre 89 : Leur annoncer

Titiasyl, lundi 23 février 2015

Quelques minutes plus tard, le jeune couple arriva devant les grilles du domaine alors que Jack marqua un temps d’arrêt.
- « Ma chérie, nous leur annoncerons au début du repas. » sourit le jeune homme en la regardant tendrement.
- « Très bien. »
- « En attendant, essayez de conserver un visage neutre. » continua Jack, en serrant la main de sa fiancée dans la sienne.
- « Puis-je vous demander pour quelle raison ? » osa demanda la jeune fille.
- « Bien sûr, ma douce. » répondit le cadet des O’Neill « Je souhaite simplement leur faire une petite surprise. »
- « Je vais essayer de ne pas sourire alors. » souffla l’adolescente, en contemplant son compagnon.
- « Allez, allons-y. »
Les deux jeunes gens se remirent en marche et arrivèrent rapidement dans la maison.
Ils ôtèrent leurs manteaux que Jack rangea sur les porte-manteaux, puis allèrent s’installer tranquillement dans le salon.
Le couple ne remarqua pas la présence des maitres de maisons lorsqu’ils passèrent devant le bureau de Richard.
- « Vous avez vu, ma douce, qui vient de passer dans le couloir ? » demanda le patriarche en fronçant les sourcils.
- « Oui. » soupira la vieille dame « Et j’ai bien l’impression qu’ils sont comme d’habitude l’un envers l’autre. »
- « Mais que pouvons-nous faire de plus pour leur faire comprendre ? » s’exclama Richard, mécontent.
- « Rien malheureusement. » répondit Eléanor « C’est à eux maintenant de faire ce qu’il faut. Mais nous verrons mieux au diner comment ils se comportent tous les deux. »
- « D’ailleurs, en parlant de cela, j’ai faim. » râla le vieil homme en se frottant le ventre.
- « Mais vous avez toujours faim mon chéri. » rit la matriarche « Et il est presque l’heure de passer à table. Autant en profiter pour y aller. »
- « Excellente idée. » sourit le maitre de maison en tendant son bras à son épouse « Très chère. »
Eléanor rit encore plus de l’attitude de son époux, mais accepta son bras avec grand plaisir.
Ils se dirigèrent vers la salle à manger où ils retrouvèrent leurs enfants.
Le couple se jeta un bref regard lorsqu’ils virent Jack et Samantha assis l’un près de l’autre, agissant comme d’habitude.
C’est en soupirant légèrement et discrètement qu’ils allèrent s’installer à table, alors qu’Eléanor semblait plus dépitée que son époux.
- « Vous avez passé une bonne matinée les enfants ? » demanda le patriarche, souriant.
- « Oui, merci père. » répondit Clara « J’ai pu lire un bon livre dans la bibliothèque avant de broder un peu. »
- « J’en suis ravi. » sourit la matriarche à sa fille avant de tourner la tête « Et vous ? »
- « Nous sommes allés faire une petite promenade en ville. » répondit tranquillement Jack, sans regarder sa fiancée.
- « En manque d’ustensiles de dessin ? » demanda Richard en les regardant à son tour.
- « Non pas du tout. » sourit le jeune homme en prenant discrètement la main de Samantha dans la sienne « En fait, nous avons discuté un peu tous les deux. »
- « Et ? » s’impatienta Eléanor, voulant à tout prix savoir.
- « J’ai demandé Samantha en mariage. » sourit encore plus Jack « Et elle a dit oui. »
La jeune fille laissa enfin un sourire apparaitre sur son visage tandis que le cadet des O’Neill laissa voir leurs mains liées.
Les membres de la famille restèrent bouche-bée pendant quelques secondes alors qu’il leur fallait assimiler l’information.
Richard et Eléanor étaient totalement surpris que leur conversation ait si vite porté ses fruits.
- « Comme je suis heureuse pour vous. » s’exclama enfin la matriarche en se levant « Toutes mes félicitations mes enfants. »
- « Merci mère. » répondit Jack alors que Samantha se trouvait dans les bras de la vieille dame.
- « Merci madame O’Neill. » fit la jeune fille à son tour.
- « Ah non. Appelle-moi Eléanor. » rétorqua la matriarche en la serrant un peu plus contre elle « Et mon époux, Richard. »
- « Je vais essayer. » souffla l’adolescente, gênée « Merci El.. Eléanor. »
- « Bienvenue dans notre famille ma douce. » sourit la vieille avant de la relâcher en douceur pour se diriger vers son fils.
- « Félicitations à tous les deux. » s’exclama Richard en serrant son fils dans ses bras.
- « Merci père. » sourit Jack avant de se retrouver dans les bras de sa mère.
- « Mon chéri, je suis tellement contente pour vous deux. »
- « Bienvenue dans notre famille Samantha. » fit le patriarche en la prenant dans ses bras.
- « Merci mo... » répondit la jeune fille avant de reprendre sous la grimace du maitre de maison « Merci Richard. »
- « Je préfère ça. » râla gentiment le vieil homme avant d’ajouter « Comprends-tu maintenant pourquoi j’ai refusé de t’adopter ? »
- « Oui. » rougit Samantha en regardant son fiancé « Je comprends mieux maintenant. »
- « J’en suis heureux. » fit le maitre de maison avant de reprendre sa place « Mettons-nous à table. C’est que les émotions donnent faim. »
Tous sourirent avant de s’assoir sur leurs chaises lorsqu’Eléanor tourna la tête en direction de sa fille tout en la fusillant du regard.
Sous le regard de sa mère, Clara n’eut d’autre choix que de prendre la parole.
- « Je vous félicite tous les deux. » déclara la jeune femme en esquissant un très léger sourire et sans se lever « Tous mes vœux de bonheur. »
- « Merci Clara. » la remercia en même temps le jeune couple.
Quelques minutes plus tard, le repas fut servi alors que tous mangèrent joyeusement.
- « Monsieur, mademoiselle » s’inclina Arthur « Permettez-moi de vous transmettre mes félicitations pour vos fiançailles. Je vous souhaite beaucoup de bonheur et une vie heureuse. »
- « Nous vous remercions Arthur. » le remercia Jack en prenant la main de sa fiancée « Vos félicitations nous touchent beaucoup. »
Le domestique s’inclina avant de laisser la famille diner tranquillement.
Un peu plus tard dans la soirée, tout le monde se retrouva dans le salon, alors que Jack et Samantha étaient assis l’un près de l’autre.
Clara se trouvait en retrait et leur lançait des regards pas très gentils, alors que personne ne le remarqua.
Chacun vaqua à ses occupations avant qu’ils ne décident tous à aller se coucher pour la nuit…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?