baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 106 : Sacrés découvertes

Chapitre 106 : Sacrés découvertes

Titiasyl, dimanche 29 mars 2015

Le lendemain matin, l’article annonçant les fiançailles de Jack et Samantha parut dans le journal.
Arthur vint le déposer sur la table du petit-déjeuner alors qu’il donna une enveloppe à la jeune fille.
- « Mademoiselle, ce pli vous est adressé. Il est arrivé en même temps que le journal ce matin. » l’informa le majordome en lui tendant l’enveloppe.
- « Merci Arthur. » le remercia l’adolescente en fronçant les sourcils et prenant le courrier.
Sans un mot, Samantha ouvrit l’enveloppe et en sortit une photographie d’elle et de Jack.
Sur le cliché, leurs regard étaient ancrés l’un dans l’autre alors que leurs mains étaient liées entre elles.
- « C’est une belle photographie. » sourit Jack en l’observant « Pourquoi le photographe vous l’a-t-il envoyée ? »
- « Je l’ignore mais il a joint un mot. » répondit la jeune fille en commençant à lire le papier.

Mademoiselle Carter,
Je tiens une nouvelle fois à m’excuser pour les propos que j’ai tenus concernant vos fiançailles avec monsieur O’Neill.
Ils étaient totalement faux vous concernant tous les deux.
Pour me faire pardonner, je vous fais parvenir ce cliché que j’ai pris de vous lors de notre séance hier après-midi. J’espère qu’il vous plaira.
L’amour que vous vous portez y est pleinement visible.
Je me permets de vous transmettre toutes mes félicitations pour votre prochain mariage. Soyez heureux.
Alan Perkson
Photographe au Colorado Springs News.

Jack fronça les sourcils en entendant ce que l’homme avait écrit sur le mot.
- « Quelles paroles déplacées ? » s’énerva le jeune homme, furieux d’apprendre de telles choses.
- « Rien de grave, Jack. » sourit Samantha « Il m’a dit que notre union était arrangée comme toutes les autres en ville. Et quand je lui ai dit que nous étions amoureux, il ne m’a pas crue. Jusqu’au moment de faire les clichés apparemment. »
- « Je… » commença le jeune homme.
- « Non, laisse Jack. » le calma rapidement Richard « Ce genre de pensées est normal vu notre époque. Cet homme a reconnu ses torts et s’est excusé alors tu n’as pas à t’énerver contre lui. »
- « Père a raison. » gronda Clara « Alors maintenant, montre-nous ce journal que nous puissions voir l’article. »
Richard et Eléanor rirent devant l’empressement de la jeune femme tandis que Jack ouvrit enfin le journal devant lui.
Clara se plaça derrière le jeune couple afin de pouvoir lire convenablement l’article.
- « Regardez ma chérie. » sourit Jack « Le photographe a vraiment choisi un très beau cliché. »
- « En effet, il a fait un excellent travail. » rajouta la jeune fille.
Clara regarda la photographie à son tour et ne put qu’être d’accord avec eux.
- « Ce cliché de vous deux, toi tenant Samantha par la taille et ta main libre tenant une des siennes, est vraiment superbe. » déclara l’ainée des filles « Vous êtes vraiment adorables tous les deux. »
- « Merci Clara. » fit Jack en se levant de table et embrassant délicatement sa petite sœur.
- « Oui, merci beaucoup Clara. » sourit l’adolescente en continuant de regarder le journal.
Le jeune homme fit quelques pas dans la salle à manger avant de se tourner vers sa fiancée.
- « Ma douce, voulez-vous que nous allions nous promener en ville ? » demanda Jack, ayant envie de passer du temps avec elle.
- « Oh oui, avec plaisir » s’exclama Samantha en se levant pour le rejoindre.
- « J’ai pensé que nous pourrions aller au parc et ensuite aller dans un salon de thé. » répondit le jeune homme avant d’ajouter sous le regard de la jeune fille « Tu viens avec nous Clara ? »
- « C’est gentil de penser à moi. » répondit la jeune femme alors que son visage s’éclaira.
Les trois jeunes gens quittèrent ainsi la pièce après avoir salué les maitres de maison, puis la demeure.
De l’autre côté de la ville, un homme s’installa dans son canapé après une dure matinée de travail.
Fatigué, il prit son journal et commença à le lire tranquillement jusqu’au moment où il vit l’annonce des fiançailles.
- « Oh mon dieu ! » s’exclama-t-il avant de lancer le journal sur la table puis quittant sa maison au pas de course.
En quelques minutes, il se retrouva au domaine des O’Neill et alla frapper à la porte de la demeure.
- « Bonjour Monsieur. » fit Arthur en ouvrant la porte sur le visiteur « Que puis-je pour vous ? »
- « Bonjour. Je voudrais voir Samantha Carter s’il vous plait. »
- « Veuillez patienter. » répondit le majordome en refermant la porte derrière lui.
Le domestique se dirigea vers la salle à manger et se plaça à côté du maitre de maison.
Toute la famille se trouvait dans cette pièce pour le déjeuner, alors qu’ils aimaient passer de discuter un peu ensemble après le repas.
- « Monsieur, un visiteur demande à voir mademoiselle Samantha. » annonça Arthur, stoïque.
La jeune fille releva rapidement la tête à l’entente de son prénom alors qu’elle ne connaissait personne en ville.
- « Tu peux y aller, Samantha mais… » accepta Richard avant de s’interrompre, voyant Jack se lever à son tour.
- « Je vous suis, ma douce. » affirma le jeune homme « Je ne vous laisse pas seule devant un inconnu. »
Arrivés à l’entrée, la jeune fille ouvrit la porte et se retrouva face au visiteur inconnu.
- « Bonsoir monsieur. Vous désirez me voir ? » demanda l’adolescente, rassurée par la présence de son fiancé.
- « Oh, ma sammy ! Comme je suis heureux de te revoir enfin. » s’exclama l’homme en voulant la prendre dans ses bras.
Terrifiée, Samantha recula pour se retrouver contre Jack alors qu’il la serra contre lui et passa un bras autour de sa taille.
La voyant ainsi, le visiteur se calma et fut heureux de constater qu’elle était heureuse avec cet homme alors que le mariage était désiré.
- « Qui êtes-vous monsieur ? » voulut savoir Jack « Et que voulez-vous à ma fiancée ? »
- « Je me nomme Mark Carter et je suis le frère ainé de Samantha. » annonça alors le visiteur.
- « Menteur. » gronda la jeune fille « Mon frère est mort depuis près de huit ans maintenant. »
- « Alors voilà ce qu’il t’a dit pour justifier mon absence. » souffla tristement Mark en regardant sa sœur.
C’est avec douleur qu’il observa sa cadette, tandis que Jack ne vit que la vérité dans le regard de cet homme…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?