baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 137 : Conséquences

Chapitre 137 : Conséquences

Titiasyl, lundi 1er juin 2015

Enfin, le médecin arriva en courant, suivi par son assistant, alors que Miles resta à l’entrée de la pièce pour ne pas gêner.
- « Que s’est-il passé ? » demanda rapidement le docteur en examinant sa patiente.
- « Il… il… » sanglota Samantha alors qu’elle était la seule à savoir ce qu’il s’était passé « Poignard. »
- « Elle a reçu un coup de poignard, c’est bien cela ? » fit le médecin alors qu’il voulait être sûr d’avoir compris.
Incapable de répondre, la jeune fille se contenta d’acquiescer d’un signe de tête, les larmes coulant à flots sur ses joues.
- « Nous allons la conduire dans sa chambre. J’ai besoin de calme et d’intimité pour la soigner. » déclara l’homme de sciences « Ne laissez entrer personne tant que je ne suis pas ressorti. »
Avec l’aide de son assistant, ainsi que de Miles, le docteur conduisit la matriarche dans sa chambre puis ordonna au domestique de sortir.
Les deux hommes restants déshabillèrent la vieille dame puis commencèrent à la soigner.
Pendant ce temps, Arthur se trouvait au salon en compagnie de Samantha, celle-ci pleurant toujours.
- « Venez mademoiselle Samantha. » fit doucement le majordome « Ne restez pas sur le sol. Installez-vous sur le canapé. »
Avec gentillesse, il l’aida à se relever puis la fit asseoir avant de se placer à genoux devant la jeune fille.
- « C’est de… ma faute… Par... don… » sanglotait toujours l’adolescente alors qu’elle était parcourue de spasmes.
- « Madame vous a dit que ce n’était pas de votre faute. » sourit Arthur en essayant de la calmer « Il faut vous détendre, mademoiselle. »
Les sanglots de Samantha redoublèrent d’intensité tandis qu’elle n’arrivait pas à se calmer.
Le majordome ne savait pas quoi faire ni même quoi lui dire dans le but de l’apaiser.
- « Ce n’est pas bon pour vous ni pour le bébé de vous énerver ainsi. » continua Arthur « Essayez de vous détendre, s’il vous plait. »
Etant à genoux devant elle, le majordome se permit de poser une main sur celles de Samantha puis l’autre sur le ventre de la jeune fille.
Voyant qu’elle ne se calmait pas, il voulait vérifier qu’elle ne contractait pas.
- « Messieurs Jack et Richard vont bientôt arriver. » fit Arthur, très posé « Et madame Eléanor est entre les mains du meilleur médecin de la ville. »
- « Et si… elle… meurt… ? » demanda Samantha en pleurant toujours et ancrant ses yeux dans ceux de l’homme en face d’elle.
- « Madame est une battante. » sourit le majordome « Je suis certain qu’elle ne va pas se laisser abattre par cette blessure. »
A force de patience, Arthur réussit à ce que la jeune fille cesse un peu de pleurer et se détende.
A l’extérieur de la maison, Jack et Richard arrivèrent en même temps à la grille du domaine.
- « John est venu me chercher au bureau. » s’exclama le jeune homme, essoufflé et paniqué.
- « Moi aussi. Il y a eu une agression, mais je ne sais pas qui a été blessé. » fit le patriarche en continuant à courir vers sa demeure.
- « Il me l’a dit aussi. Mon dieu, j’espère que Mère et Samantha n’ont rien. »
- « Je l’espère aussi, fils. »
Les deux hommes arrivèrent enfin dans le salon et virent la mare de sang sur le sol.
Jack vit Arthur, à genoux devant son épouse et ses mains sur elle, alors qu’il fronça les sourcils.
- « Votre époux va bientôt arriver, ainsi que votre père. » fit le majordome alors qu’il sentit une présence dans la pièce.
En levant les yeux vers la porte, il fut rassuré de voir que ce n’était pas des intrus.
- « Regardez qui est là, mademoiselle Samantha. » déclara doucement Arthur en souriant.
La jeune fille tourna la tête et vit son époux, debout dans l’entrée.
Ses pleurs reprirent et elle se leva afin de se précipiter dans ses bras.
- « Jack… J’ai… eu… si…peur… » sanglota l’adolescente, cherchant du réconfort.
- « Mademoiselle n’est pas blessée. » s’exclama alors Arthur « Le bébé bouge bien aussi et elle ne contracte pas. Pardonnez-moi mais je me suis permis de vérifier, en voyant son état de stress. »
- « Vous avez fait ce qu’il convenait, Arthur. Je vous en remercie. » sourit Jack avant de reporter son attention sur son épouse.
- « Où est Eléanor ? » s’inquiéta Richard alors qu’il ne la voyait nulle part.
- « Madame a été poignardée. Elle a perdu beaucoup de sang. » expliqua le majordome « Le médecin et son assistant se trouvent actuellement dans votre chambre afin de la soigner. Mademoiselle a été témoin de l’agression. »
A l’entente de ces mots, Jack resserra ses bras autour de son épouse tout en lui murmurant des mots de réconfort à l’oreille.
- « Oh mon dieu. » fit le patriarche en blêmissant « Il faut que je la voie. Tout de suite. »
- « Je suis navré, monsieur. » souffla le majordome en retenant son maitre « Mais le médecin ne veut pas que nous entrions avant qu’il n’ait terminé. »
- « Ma puce, tu as du sang partout. » s’inquiéta Jack en la regardant « Tu… »
- « Je vous assure qu’elle n’est pas blessée. » déclara Arthur sûr de lui « C’est le sang de madame qu’elle a sur elle. »
Dépité et terriblement inquiet, Richard prit place dans un fauteuil tandis que Jack fit asseoir Samantha dans le canapé.
- « Je vais nettoyer tout le sang. » fit le majordome en allant déjà chercher tout le nécessaire.
Personne ne lui répondit alors qu’il ne s’en offusqua pas du tout. Au contraire, il comprenait totalement leur silence.
Dans les minutes qui suivirent, Clara et Mark rentrèrent de leur promenade et ne comprirent pas l’ambiance pesante dans le salon.
- « Que s’est-il passé ? » s’inquiéta la jeune femme en voyant Arthur nettoyer le sol.
- « Oh mon dieu, Samantha… » s’exclama Mark en voyant le sang sur sa robe « Tu es blessée ? »
- « Rassure-toi. » fit doucement Jack « Elle n’a rien. »
- « C’est Eléanor qui a été poignardée. » souffla le patriarche, blême « Le médecin s’occupe d’elle en ce moment même. »
Choquée, Clara manqua de tomber si son fiancé ne l’avait pas retenue. En douceur, il la fit asseoir dans un fauteuil alors qu’il resta debout à ses côtés.
- « Ne reste pas debout, Mark. » gronda gentiment le vieil homme « Prends place toi aussi. »
- « Merci monsieur. » répondit le jeune Carter en restant près de sa compagne.
Le temps passa lentement pour tout le monde alors que Samantha s’était enfin calmée.
Voulant essayer de les réconforter à sa façon, Arthur leur apporta un plateau avec du café ainsi que du thé.
- « Merci, Arthur. » sourit Richard avant de se servir.
- « A votre service, monsieur. » s’inclina le majordome avant de quitter la pièce.
Au bout d’un long moment, le médecin sortit enfin de la chambre et rejoignit tout le monde dans le salon.
Le patriarche le vit tout de suite et se leva, impatient d’avoir des nouvelles de la femme de sa vie.
- « Alors ? » demanda tout de suite le vieil homme.
- « Elle est vivante mais toujours inconsciente. » leur annonça le docteur en souriant « Néanmoins, la blessure est très grave. Je ne vous cache pas que les prochaines vingt-quatre heures seront décisives. »
Tout le monde dans la pièce souffla de soulagement et attendit que le docteur finisse de parler.
- « Je vais rester avec elle cette nuit afin de la surveiller. Je vous tiendrai au courant demain. »
- « Puis-je la voir ? » demanda Richard, soulagé de la savoir en vie mais le regard angoissé.
- « Je… » commença le médecin avant de capituler devant l’inquiétude du patriarche « Oui mais juste vous. Et quelques minutes à peine. »
Rapidement le vieil homme rejoignit sa chambre et entra dans la pièce, avant de manquer un temps d’arrêt devant la vision de son épouse les yeux fermés et livide.
Il s’approcha d’elle puis la regarda avec amour avant de se pencher sur elle.
- « Je t’aime ma colombe. » murmura-t-il à son oreille « Je t’en prie, ne m’abandonne pas. Je ne suis rien sans toi. »
Richard déposa ensuite un doux baiser sur le front de son épouse puis quitta la chambre le cœur lourd.
Il rejoignit ses enfants dans le salon alors que commença une longue soirée…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?