baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 138 : Justice

Chapitre 138 : Justice

Titiasyl, mercredi 3 juin 2015

La nuit fut dure pour toute la famille. Afin de ne pas laisser Richard et Clara seuls, Jack et Samantha ainsi que Mark restèrent dormir dans la demeure.
Au petit matin, ils se retrouvèrent tous dans la salle à manger afin de prendre le petit-déjeuner.
- « Père, essayez de manger un peu. » fit doucement Clara en le regardant.
- « Je n’ai pas faim. » répondit simplement Richard, triste et inquiet pour sa femme.
- « Nous non plus, père. » déclara Jack « Mais nous faisons un effort pour manger. Alors, mangez un peu quand même. »
Le patriarche fit un léger sourire à ses enfants et picora son assiette afin de leur faire plaisir.
Alors qu’il venait de terminer de boire son café, le médecin entra dans la pièce.
- « Bonjour à tous. » fit l’homme de sciences, la mine fatiguée.
- « Comment va mon épouse ? » s’exclama le vieil homme en se levant de sa chaise.
- « Son état est stationnaire. Pour le moment, tout va bien. » sourit le docteur pour le rassurer « Lorsque j’aurai terminé de lui changer ses pansements, vous pourrez aller la voir chacun votre tour. »
- « Quand aurez-vous terminé vos soins ? » demanda Jack, pressé de voir sa mère.
- « Comptez une demi-heure. » répondit le docteur « Je viendrai vous chercher lorsque j’aurai terminé. »
Sans attendre de réponse, le médecin repartit auprès de sa patiente tandis que Richard se rassit sur sa chaise.
- « Ai-je fait quelque chose de mal, papa ? » demanda Samantha en le voyant la regarder si intensément.
- « Pas du tout princesse. » sourit le patriarche pour la rassurer « Je viens seulement de me rendre compte que je ne sais pas du tout ce qu’il s’est passé hier. Peux-tu me le dire ? »
Honteuse et triste, la jeune fille baissa la tête alors que des larmes menaçaient de couler.
- « Nous étions dans le salon à discuter du bébé. » souffla l’adolescente avec douleur « J’ai entendu du bruit et j’ai pensé que c’était vous qui rentriez. »
- « Sauf que ce n’était pas moi ni Jack, n’est-ce pas ? » fit Richard, même s’il connaissait la réponse.
- « Non. » répondit Samantha en éclatant en sanglots.
- « Qui était-ce ? » voulut savoir le patriarche, furieux de voir sa fille dans cet état à cause d’un inconnu.
- « Darragh. » murmura la jeune fille en relevant la tête, et osant regarder son père d’adoption.
Le vieil homme ne dit pas un seul mot, mais ses mâchoires se crispèrent sous cette révélation.
- « Il a dit qu’il refusait que je sois avec Jack, vu qu’il ne m’avait jamais possédée. » continua Samantha alors que son époux lui serrait la main « Il était heureux de dire qu’il allait me tuer ainsi que le bébé. »
- « Quelle ordure ! » gronda Jack, furieux d’entendre de telles choses.
- « Il allait me... poignarder… lorsque maman s’est mise devant moi au dernier moment. » pleura la jeune fille, alors que son époux la prit dans ses bras « Tout est de ma faute. Je suis tellement désolée. »
Richard se leva et alla se mettre près de l’adolescente avant de la forcer à se lever.
- « Tu n’as pas à être désolée, princesse. Rien n’est de ta faute. » fit doucement le patriarche « Et sache que j’aurais fait exactement la même chose qu’Eléanor. »
Le vieil homme la serra dans ses bras afin de la réconforter alors que personne ne disait rien.
- « Je vous laisse un moment les enfants. » fit Richard en laissant Samantha retourner contre Jack « Vous pourrez aller voir votre mère si jamais le médecin sort de la chambre avant mon retour. »
- « Où allez-vous, monsieur ? » osa demander Mark, encore choqué par les paroles de sa sœur.
- « Je vais au poste de police. » répondit le patriarche « Il est hors de question que ce vaurien s’en sort impunément. »
Sur ces dernières paroles, le vieil homme quitta la pièce puis la demeure avant de se diriger vers le centre-ville.
Le temps passa doucement pour les quatre jeunes gens alors qu’ils finirent par aller s’installer dans le salon.
Le silence régnait en maitre tant le fait d’être simplement ensemble leur suffisait.
Finalement, le médecin entra dans le salon avec le sourire, ravi de son travail.
- « Vous pouvez aller rendre visite à votre mère. » déclara le docteur « Par contre, je vous demande de ne pas rester plus de cinq minutes auprès d’elle. »
- « Allons-y dans ce cas. » fit Jack en se levant et entrainant son épouse avec lui.
Mark et Clara les suivirent alors que la jeune femme avait hâte de pouvoir enfin embrasser sa mère.
- « Vas-y, petite sœur. » sourit Jack « Nous irons après toi. »
- « Merci. » répondit Clara avant d’entrer en douceur dans la chambre.
La jeune femme arriva rapidement près de sa mère et l’observa quelques instants, le cœur serré de la voir ainsi.
- « Mère. » souffla Clara « Battez-vous s’il vous plait. Je vous aime. »
Au bout de quelques minutes, la jeune femme déposa un baiser sur le front d’Eléanor puis quitta la chambre, laissant la place aux autres.
- « Je vais y aller. » fit doucement le jeune homme à son épouse « Ça te laisse le temps de te détendre. D’accord ? »
- « D’ac… cord. » fit Samantha entre deux sanglots avant que Mark la prenne contre lui avant de lui montrer sa présence.
Après un sourire à son beau-frère, Jack entra dans la chambre et resta quelques minutes près de sa mère.
- « Je vous jure qu’il va payer pour ce qu’il a fait. » murmura le jeune homme « Ne nous laissez pas. Je veux que mes futurs enfants puissent connaitre leur grand-mère. »
Après un baiser sur la joue, il rejoignit le couloir afin de laisser la place à son épouse.
Tremblante, Samantha alla voir la vieille dame et resta interdite à côté du lit, les larmes reprenant leur course sur les joues de la jeune fille.
- « Pardon… Pardon… »
« Je... t’ai... dit… que… ce... n’était… pas… de… ta… faute. » murmura difficilement Eléanor en ouvrant les yeux à ce moment-là.
- « Mais c’est merveilleux. » s’exclama la jeune fille, le sourire aux lèvres et courant vers le couloir « Maman est réveillée. Maman est réveillée. »
En entendant ses paroles, le médecin entra rapidement dans la chambre et ferma la porte derrière lui.
Richard arriva à ce moment-là alors qu’il les vit dans le couloir.
- « Que se passe-t-il ? » demanda-t-il en pensant tout de suite au pire.
- « Maman est réveillée. » répéta Samantha, heureuse.
Avant que le patriarche ait pu répondre, le docteur ressortit de la chambre avec un grand sourire.
- « Je suis ravi de vous dire qu’il n’y a pas d’infection. Elle souffre et est fatiguée, mais elle va bien. » déclara l’homme de sciences « La guérison sera longue mais elle a fait le plus dur. »
Soulagé et heureux, Richard se précipita auprès de sa femme avant de l’embrasser délicatement.
- « J’ai tellement eu peur pour vous, ma chérie. » fit le patriarche avec amour « Je n’aurai pas supporté de vous perdre. Je vous aime tellement. »
- « Je vous aime aussi. » souffla Eléanor avant d’ajouter « Je suis fatiguée. »
- « Reposez-vous ma chérie. » sourit le vieil homme « Nous serons au salon. Dormez tranquille. »
La matriarche s’endormit rapidement tandis que Richard rejoignit tout le monde dans le couloir.
- « Elle dort. » sourit-il en regardant ses enfants ainsi que le médecin.
- « Voici des antidouleurs. Donnez-les-lui trois fois par jour. » expliqua le docteur en donnant des sachets au maitre de maison « Je repasserai tous les jours afin de changer les pansements et vérifier l’évolution de la plaie. »
Le patriarche fit un signe de tête en guise d’accord, puis l’homme quitta la demeure afin de retourner à son cabinet, rejoignant ainsi son assistant.
Le déjeuner était passé depuis un moment lorsqu’Arthur se présenta dans le salon suivi par un officier de police.
- « Bonjour Monsieur. » le salua Richard après avoir remercié son majordome « Que puis-je pour vous ? »
- « Je suis venu vous informer que Darragh a été arrêté en fin de matinée. » les informa l’officier « Il a aussi dénoncé son complice répondant au nom de Pete Shanahan. »
Richard ne répondit pas, attendant la suite avec impatience.
- « Vu la gravité de l’agression et votre position en ville, ils ont été jugés tous les deux au début d’après-midi. » poursuivit le policier, mal à l’aise d’annoncer une telle chose.
- « Quelle est la sentence retenue ? » demanda Richard, stoïque.
- « Ils seront pendus demain à l’aube. »
Aucun membre de la famille ne répondit mais au fond d’eux, ils étaient tous heureux d’un tel dénouement.
- « Je suis navré, monsieur O’Neill que votre fils ait si mal tourné. » déclara doucement le policier en regardant le patriarche avec respect.
Le vieil homme se tourna quelques instants vers ses trois enfants et les observa avec tendresse.
- « Darragh n’est plus mon fils depuis longtemps. » déclara Richard sans les quitter des yeux « J’ai trois beaux enfants près de moi, bientôt quatre et prochainement un petit enfant. Ils font parfaitement ma joie et ma fierté. »
Mark fut surpris par de telles paroles, alors qu’il ne s’attendait pas à être inclus de cette manière.
Heureuse, Clara serra la main de son fiancé tandis que Samantha le regarda les yeux brillants de larmes.
Le policier quitta la demeure quelques instants plus tard, laissant ainsi les membres de la famille entre eux…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?