baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Gynnie > Les histoires > Fanfictions > Blessures profondes > Chapitre 13 : Moment tendresse

Chapitre 13 : Moment tendresse

Gynnie, jeudi 30 juillet 2015

Jack revint à l’infirmerie le soir même vers 21h. En revenant de mission, il était allé faire son débriefing et avait couru à l’infirmerie pour revoir cette jeune femme dont il rêvait auprès de lui depuis maintenant 4 ans. Lui qui n’aimait pas l’infirmerie, il était servi, cela faisait presque 2 semaines que Sam était sur ce lit sans même se réveiller. Jack était vraiment inquiet pour elle, il commençait à désespérer qu’elle se réveille un jour. D’après Janet, les résultats n’avaient rien donné. Si ce n’est pour ses brûlures qui étaient presque totalement guéries…
- Toujours pas de bonnes nouvelles docteur ? Demanda Jack.
- Les brûlures ont quasiment disparu… Cependant… Le poumon est son problème le plus grave et l’antidote alien que je lui ai donné n’a pas l’air de faire effet.
- …Si… Il… Fonctionne… Chuchota Sam en enlevant doucement son masque et en faisant retomber son bras sur le lit.
- Sam ?! S’écria Janet.
- Carter ?! Comment vous sentez-vous ? Demanda Jack.
- Mal. Lui répondit Sam.
- Où ? Interrogea Janet.
- De partout… Surtout… Au visage….
- C’est normal, votre visage a ramassé pas mal de coups.
- Vous êtes forte Carter !! Vous rendez-vous compte ?! Vous avez survécu !!!
- Je vous ai vu… Il y a de cela… Quelques jours…
- Oui, moi aussi je vous ai vu... Répondit le militaire en se rappelant notamment qu’elle l’avait tutoyé. Vous m’avez dit comment vous soigner, vous aviez tellement envie de vivre que vous vous êtes soignée toute seule !
- Non… C’est grâce… A vous deux….
- Vous savez Sam, je n’aurai pas trouvé sans Jack.
- Et moi sans vous.
Sam sourit mais ne répondit pas. Elle fut prise d’une quinte de toux mais moins forte que les précédentes. Jack se jeta sur elle et lui prit le dos, il l’aida à s’asseoir pendant que Janet lui prenait le masque à oxygène des mains pour le lui remettre. Puis ils la rallongèrent et Janet lui remit une dose de l’antidote dans sa perfusion.
- Allez Carter, courage… Vous êtes arrivée à vous dépêtrer du plus gros, il ne faut pas que vous abandonniez maintenant.
- Est-ce que… Vous êtes… Resté là… Pendant tout ce temps ?
- Oui, mais je suis parti en mission hier matin et je viens de revenir.
- Restez encore… S’il vous plaît… Dit-elle les larmes aux yeux. J’en ai marre d’être là… J’en ai marre d’avoir mal…
- Reposez-vous… Je suis là…
Il avança sa main jusqu’à la joue de Sam qu’il commença à caresser jusqu’à ce qu’elle s’endorme, appuyée sur cette même main. O’Neill mit sa tête sur son avant-bras et sombra dans une douce et longue trêve accompagné de Sam.
Le lendemain, Jack se réveilla et s’aperçut qu’il s’était endormi assit sur une chaise et sa tête sur son avant-bras appuyé sur le lit. Il avait un bras douloureux étant donné qu’il était allongé de tout son long, jusqu’à la tête de Sam, lui servant par la même occasion d’oreiller. Mais il ne voulait pas retirer son bras, profitant du même coup, de sentir la peau de Sam contre la sienne. Il releva son avant-bras quitte à ce qu’il puisse observer son ange gardien à loisir. Il s’appuya sur la paume de sa main et laissa ses yeux naviguer sur le doux filon d’or qu’il y avait devant ces yeux. Hier elle avait enlevé son masque pour essayer de dormir sans et elle avait réussi, elle ne l’avait pas remit depuis. Sam ouvrit ses yeux et il eut le bonheur de plonger dans ses deux merveilles qu’il aurait classé dans les 7 merveilles du monde ; elle les referma puis les rouvrit, histoire de s’habituer à la lumière, beaucoup trop forte pour un premier réveil. Quand elle put enfin ouvrir correctement les yeux, la première chose qu’elle vit, c’était un homme, cheveux couleur poivre et sel, yeux chocolats mais aussi luisants que le soleil lui-même, un fin sourire qui aurait pu lui faire avoir des larmes de bonheur dans les yeux. Il l’avait veillé toute la nuit.
- Bonjour…
- Bonjour !! Ça me fait plaisir de vous voir de nouveau parmi nous.
Sam ne répondit pas, elle s’était perdue dans la contemplation de son supérieur. Ils attachèrent leur regard et ne bougèrent plus. Jack s’était accoudé sur son lit et la regardait droit dans les yeux, et elle faisait de même.
- Hum… Voulez-vous quelque chose ? Demanda O’Neill, désireux de rompre ce silence pour éviter qu’il ne se passe bien plus de choses qui ne pourraient s’effacer par la suite.
- Non… Merci. Lui répondit-elle en chuchotant.
- Comment allez-vous ?
- Mal… Mais… Ça va aller… Maintenant… Tout du moins… Je l’espère…
- Oui, je me réjouis d’avance que vous soyez de nouveau sur pieds.
- C’est… Mon collier… Que vous avez au cou ?
- Oui.
Jack continua sa réponse en voyant l’air interrogateur que lui lançait sa subordonnée.
- Hum… Je vous l’ai enlevé lorsque je vous ai déposé dans ce lit ; étant donné votre coupure assez profonde au cou…
Il s’interrompit en voyant la main de Sam aller vers son cou ; il se leva rapidement et attrapa la main de Sam avant qu’elle n’atteigne son but.
- Vous ne devriez pas toucher vos blessures ; cela pourrait être douloureux.
Sam laissa Jack prendre sa main et la déposer sur son ventre.
- Mon colonel… Je…
- Chut… Ne dîtes rien.
Les larmes se mirent à couler sur les joues de Sam, mais ses mains restèrent à leur place. Elle n’avait plus la force de bouger, plus la force de parler, elle avait tout usé pour pouvoir se soigner ; mais ça n’avait pas suffit ; elle était aussi mal qu’au début. Son père lui manquait affreusement et sa mort la choquait autant qu’avant ; elle ne réalisait pas ce qu’il s’était passé.
- Sam… Qu’est-ce qu’il vous arrive ? Je n’aime pas vous voir comme ça, séchez vos larmes.
- … Je… Je n’y arrive… pas…
- Venez-la…
Jack s’assit sur le bord du lit, puis il prit Sam dans ses bras. La tête sur son torse, les larmes ne s’arrêtaient plus. Sam était bien dans les bras de Jack, il la réchauffait, mais ce n’était pas suffisant pour la calmer. Elle s’appuya plus profondément encore et éclata en sanglots. Jack la serra plus fort dans ses bras pour essayer de la réconforter, mais au bout de quelques minutes il lui dit :
- Vous êtes épuisée, c’est normal que vous soyez en larmes… Surtout avec ce que vous vivez en ce moment… Si vous voulez en parler n’hésitez pas.
- Sam !! Te voilà de nouveau sur pieds ! Lança le Dr Frasier. Oups… Je dérange…
- Non docteur, le major a besoin de vous. La rassura Jack.
- Bien, Sam… Tu es dans un état… Qu’est-ce qui ne va pas ?
- Je pense qu’elle commence à réaliser ce qu’il s’est passé, de plus la fatigue prend le dessus.
- Je vois, un petit calmant fera son effet.
Jack se sépara à contre cœur de son ange préféré et retourna avec ses amis.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?