baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Gynnie > Les histoires > OS > OS Séries > Série d’OS sur 50 nuances d’O’Neill > Illusion Humide

Illusion Humide

Gynnie, mardi 15 septembre 2015

ATTENTION NC-17 !!

La tête sous l’eau, il réfléchissait. Certaines bulles éclataient, d’autres venaient se coller à sa peau, d’autres encore préféraient rester groupées à l’autre bout du bain. Les jambes écartées, chaque genoux posé sur un rebord, les mains croisées sur le ventre, la tête appuyée en arrière, laissant glisser des gouttes d’eaux le long des carreaux de la baignoire, s’écrasant par terre. L’eau chaude permettait à son corps de se décontracter, laissant ses muscles se détendre, appréciant la sensation de lâcher prise. Les journées d’un militaire pouvaient être intenses, encore plus lorsqu’il partait en mission : la course à pied, la force des bras, se rappeler le souffle court d’une course poursuite, la tension mettant les muscles en douleur de peur de se faire toucher par une arme à feu, essayer de sauver sa peau et celle des autres... Celle de Daniel, Teal’c lui, avait toujours su se défendre seul... Celle de Carter. Se sauver la peau mutuellement, au risque d’en oublier la sienne.
Ses yeux parcouraient le plafond blanc, dénué de couleur ou de motif, n’ayant ni abrasion, ni fissure. Laissant son esprit imaginer, découvrir des choses qui n’existaient probablement pas... Se créer ses courbes, s’imaginer sa peau, parsemée de cicatrices ou de grain de beauté. Tout comme ceux qu’il avait entre aperçu lors de la contamination générale de la base, la première année de leur collaboration avec SG1. Il serrait les dents à l’idée de son rire cristallin sous l’effet chatouilleux de ses doigts sur sa peau nue, ou bien de la brillance dans ses pupilles sous le désir qu’elle ressentirait à sentir son torse sur le sien. Il pouvait d’ors et déjà sentir la douceur de ses mains sur ses abdominaux, courir sur son torse, frôler ses épaules, parcourir sa nuque, jusqu’à atteindre la base arrière de ses cheveux pour s’y accrocher. Toutes ses images rien que les yeux ouverts... Il pourrait se faire un nombre de scénarios impressionnants, cela n’atteindrait pourtant jamais l’ampleur de ce qu’il pourrait faire avec elle. Rien que d’y penser, il sentait déjà une réaction se faire entendre, ou plutôt, sentir. Il serra les dents une fois de plus, n’étant même pas sûre qu’il les avait desserré plus tôt... La veine passant sur sa tempe se contractait régulièrement montrant ainsi l’agitation du militaire.
Son poing commençait doucement à se serrer, il méritait mieux que ça... Pourquoi n’était-elle pas venue ? Il lui avait pourtant bien dit de se présenter, il avait été tellement sûr qu’elle se présenterait cet après-midi... Il avait tellement espéré. Lui avait-il fait peur ? Avait-il fait quelque chose de mal ? N’avait-il pas été assez clair ? Il avait tellement envie d’elle ! Il n’avait même pas besoin d’attiser son désir que celui ci se réveillait d’instinct lorsqu’il pensait à elle... D’où son besoin grandissant d’avoir cette femme dans son lit, pour lui, en lui, sur lui, partout autour de lui. Jamais aucune femme ne lui avait fait cet effet auparavant... Comment cela était-il possible ? Pourquoi elle n’était pas venue ?
N’en pouvant plus, Jack desserra son point et approcha sa main de sa partie la plus intime. Il avait besoin de se sentir, ou du moins, de l’imaginer elle en train de le faire. Il ferma les yeux, respira fortement tout en entrouvrant la bouche pour laisser s’échapper un soupir lorsque sa main arriva à destination. Elle était si fine, si douce, ses doigts si longs qui se refermaient si bien autour de lui. La perfection ne pouvait pas être plus parfaite... Si, si seulement elle avait été là, le moment aurait été intense. Le frôlement aurait été un appui, par ci par là, le faisant aller au summum du plaisir tellement rapidement, sachant accélérer ou ralentir la cadence selon son souffle, sa respiration, son désir. Sa main accélérait, ne s’arrêtant pas, cherchant les endroits qui l’emmèneraient plus haut, toujours plus haut où le septième ciel montrait ses portes d’or, celles que l’on aimait traverser de si nombreuses fois. Son souffle se fit plus saccadé alors que sa main continuait à prendre de la vitesse tout en sachant où appuyer, où s’arrêter, où caresser.
Soudainement, une certaine humidité se fit sentir autour de son membre dressé. Il ouvrit les yeux et l’aperçut, voilà pourquoi tout était parfait, elle était réellement là, c’était elle dans son bain, entrain de lui donner un pur moment de plaisir, à genoux devant lui. Les yeux écarquillés de stupeur, il continuait de la dévisager. Le spectacle était tellement beau... Combien de fois avait-il rêvé la voir ainsi ? Il ne comptait même plus, c’était inespéré. Le va et vient de sa tête au dessus de son anatomie ne mit pas bien longtemps à le faire plonger dans les plaisirs de l’extase. Passant une main dans ses cheveux blonds, ne laissant pas son regard s’égarer, se concentrant sur ses sensations si merveilleuses. Samantha Carter en train de lui faire une fellation des plus parfaites. Jack renvoya sa tête en arrière sous le soudain plaisir ressentit. Il allait venir si fort dans sa bouche. Il ne se rappelait pas n’avoir jamais ressentit un désir aussi profond. Son corps lui semblait pourtant si flou... Était-il en train de rêver ? Non, le désir qu’il ressentait, lui, était bien réel. Trop réel. Trop présent. Il ne put empêcher un long râle de s’échapper de sa bouche entre ouverte, ses hanches se relevant rapidement au rythme de ses mains, mouillées et humides. Rapidement, le militaire éjacula dans l’eau de son bain, la mousse masquant quoi que se soit de ce désir si flagrant. Dieu que cela faisait du bien. De nouveau, Jack gémit longuement tandis que sa semence se déversait une nouvelle fois. Sachant la fin de ce délicieux moment, Jack ouvrit les yeux et se rendit compte que son imagination l’avait mené une fois encore plus loin que ce qu’il n’avait vécu. Cette soirée en discothèque avait été des plus belles, des plus secrètes, et il avait tellement eu l’impression qu’elle était présente aujourd’hui aussi. Il lui avait pourtant dit de venir. Mais il aurait dû se douter que cela serait plus compliqué que ça ne paraissait. Après tout, Samantha Carter respectait les règles, et les règles étaient formelles, pas de fraternisation entre soldats. Il irait contre, il s’en foutait, un bien pour un mal, la vie était ce qu’elle était, il manquait de mourir chaque jour de l’année, pourquoi ne pas se faire plaisir. Il la reverrait demain de toute façon, il trouverait bien un moyen de l’inviter à boire un café. Samantha Carter n’était pas inaccessible. Elle était venue hier soir. Elle reviendrait d’autres fois. Il fallait juste être patient. Savoir prendre sur soi, et continuer à imaginer le temps qu’il faudrait. Elle accepterait, il en était sûr.
Jack, commençant à sentir l’eau froide de son bain, tira le bouchon de sa baignoire et se rinça rapidement grâce au pommeau de douche. Il sortit ensuite pour poser ses pieds sur le tapis et s’essuya rapidement les cheveux et le corps avec sa serviette de bain. Il alla directement s’installer dans son lit, espérant que demain arriverait rapidement.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?