baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > OS > OS Séries > Série d’OS sur les "Un pan de" > Un pan de nos vies

Un pan de nos vies

Titiasyl, dimanche 20 mars 2016

Auteur : Titiasyl
Beta : Angelgym34
Série : Stargate SG1
Genre/Pairing : Amitié, notion de viol mais pas de description.
Personnages : SG-1 et Jonas Hanson
Résumé : Jonas Hanson arrive à la base.
Saison : 1
Disclamer : Les personnages de la série appartiennent aux créateurs et à la MGM.
Note de l’auteur : C’est la suite de « Un pan de ma vie » et « Un pan de sa vie ». Ça m’est venu en relisant les histoires. Du coup, voilà ce que ça donne en espérant que cela vous plaira. Dans toute l’histoire, c’est Jack qui parle.

********************

Jonas Hanson était arrivé depuis quelques semaines à la base.
Et depuis ce temps, Sam n’était plus que l’ombre d’elle-même.
Elle était terrorisée et ne quittait même plus la base.
Les seuls moments où nous retrouvions notre amie, étaient lorsque nous partions tous les quatre en mission.
Elle redevenait celle que nous avions toujours connue.
Puis lors de nos retours à la base, son visage redevenait triste et plein de terreur.
Après une dure mission, nous étions revenus couverts de boue et d’herbe.
Le général Hammond nous avait donné la permission de prendre une douche avant le débriefing.
Les gars et moi avions mis environ quinze minutes pour prendre notre douche.
Nous avons un peu attendu dans le couloir, mais Sam ne venait pas.
- « C’est bizarre quand même. » fit Daniel en regardant sa montre « D’habitude, elle sort toujours cinq minutes après nous. »
Teal’c ne dit rien mais haussa les sourcils en regardant fixement la porte des vestiaires.
- « Très bizarre oui. » ai-je répondu avant de frapper à la porte « Carter, Tout va bien ? »
Nous avons entendu un drôle de bruit, puis la voix de Sam nous ait parvenu.
- « J’arrive les mecs. » répondit-elle d’une façon assez bizarre.
Nous nous sommes regardés comme si nous savions que quelque chose clochait.
Jamais, au grand jamais, Sam ne nous disait « les mecs ».
Sans plus attendre, j’ai ouvert la porte des vestiaires et je suis entré dans la pièce.
Sam était debout devant son casier et semblait terrifiée.
Lorsqu’elle m’a regardé, j’ai tout de suite compris qu’il s’était passé quelque chose.
Elle a jeté un regard vers les casiers, comme si elle voulait me prévenir de quelque chose.
- « Ben alors Carter, on vous attend. » fis-je l’air de rien et en souriant.
Les bras bien serrés contre son buste, elle m’a rejoint en retenant les larmes qui menaçaient de couler.
Carter tremblait comme une feuille lorsqu’elle est passée près de moi et semblait avoir hâte de sortir de la pièce.
Soudain, j’ai entendu un bruit très léger venant de l’autre rangée de casiers.
Même si j’avais compris avec son regard, j’avais la confirmation que nous n’étions pas seuls.
J’ai serré les poings de rage dans mes poches de pantalon, puis je suis parti rejoindre Carter et les gars dans le couloir.
Après avoir refermé la porte des vestiaires, nous nous sommes dirigés vers la salle de briefing.
Carter marchait au milieu de nous, comme ayant besoin de protection.
- « Reprenez contenance pour le débriefing. » lui ai-je murmuré « Ensuite, nous discuterons tous les deux. »
Elle a hoché la tête avant de souffler discrètement.
Le débriefing a été rapide, alors nous ne nous sommes pas trop attardés avec le général Hammond.
Une fois hors de la salle, j’ai attrapé Sam par le bras et l’ai trainée dans mon bureau.
J’ai fermé la porte à clef derrière nous et je me suis assis sur mon bureau.
- « Je vous écoute Carter. » fis-je doucement, sans la brusquer.
Sam me regarda un long moment avant de se laisser tomber sur la chaise derrière elle.
Ne voulant pas la dominer, j’ai pris place sur la chaise à côté d’elle et j’ai attendu qu’elle parle.
- « Vous savez que vous pouvez tout me dire. » lui ai-je dit avec douceur.
- « Quand je suis entrée dans les vestiaires, j’ai pris mes affaires comme d’habitude et suis allée aux douches. » commença la jeune femme en triturant ses mains.
Je n’ai rien dit, la laissant parler à son rythme.
Je ne voulais pas qu’elle se braque alors que je ne souhaitais que l’aider.
-« Il était là quand je suis entrée dans la cabine. » trembla-t-elle « Il m’attendait avec un grand sourire. »
- « Qui était là Sam ? » demandais-je pour la forme, sachant pertinemment de qui elle parlait.
- « Jonas. » répondit Carter si bas que j’ai dû m’approcher d’elle pour entendre « Il… »
Ses sanglots ont repris et sont devenus plus forts que lorsque nous étions entrés dans mon bureau.
Avec douceur, j’ai pris une de ses mains dans les miennes et j’ai attendu qu’elle se calme, sans rien dire.
- « J’ai essayé de me défendre. » lâcha-t-elle enfin « Je vous jure que j’ai essayé. »
- « Je n’en doute pas, Sam. » ai-je répondu en la regardant avec tendresse « Mais votre peur vous a paralysée. »
- « Je n’ai pas réussi à l’éloigner de moi. » sanglota Carter en levant enfin les yeux vers moi « Et il m’a violée. »
- « Depuis son arrivée dans la base et avant tout à l’heure dans les vestiaires, il vous avait agressée ? » demandais-je alors que mes mâchoires étaient crispées par la colère.
- « Non. » souffla Sam, honteuse « Il avait eu des paroles méchantes ou regards haineux mais il ne m’avait pas encore touchée. »
Je l’ai vu tenter de ravaler ses larmes alors que celles-ci ne faisaient qu’augmenter.
- « Venez-là. » lui ai-je dit en ouvrant mes bras.
Sans attendre plus longtemps, elle s’est presque jetée contre moi et s’est laissée aller à pleurer tout ce qu’elle retenait.
- « Je vous promets que c’était la dernière fois qu’il vous touchait. » murmurais-je à son oreille « Je vous ai fait une promesse quand vous m’avez parlé de lui et je compte bien la tenir. »
- « Merci monsieur. » dit-elle en pleurant « Pour tout. »
- « On ne touche pas à un membre de mon équipe. Et encore moins à une de mes proches amies » ai-je ajouté avant de lui demander « Voulez-vous que le doc vous examine ? »
- « Non. Je ne veux pas que ça se sache. » répondit-elle en s’éloignant de moi « Par contre, j’aimerai reprendre une douche. »
- « On va attendre un peu que vos yeux soient moins rouges. » ai-je dit avant de continuer « Et ensuite, nous irons tous les deux aux vestiaires. J’en ferai le tour pendant que vous prendrez vos affaires. »
- « Monsieur ? » s’exclama-t-elle, terrifiée par mes paroles.
- « Je resterai dans la pièce pendant que vous prendrez votre douche. » continuais-je « Je ne vous rejoindrai pas sous la douche et ne regarderai pas non plus. Mais je ne vous laisse pas seule avec le risque que ce connard puisse revenir vous agresser. »
- « Vous me promettez ? » demanda Sam, voulant être bien sûre.
- « Je vous le promets. » ai-je souri avant de l’inciter à se lever « Et pour la nuit, Teal’c va monter la garde dans vos quartiers. Vous pourrez dormir tranquille. »
- « Merci beaucoup monsieur. » répondit-elle en souriant vraiment, soulagée.
Je me suis contenté de lui sourire en retour puis j’ai déverrouillé la porte de mon bureau.
Nous sommes sortis de la pièce et avons pris la direction des vestiaires.
J’ai fait ce que je lui avais expliqué dans mon bureau puis elle a pris une bonne douche.
J’ai attendu, assis sur le banc à surveiller les environs.
Je n’ai rien dit et l’ai laissée prendre sa douche tranquillement.
- « Vous voulez toujours me garder dans votre équipe, monsieur ? » me demanda-t-elle au travers du rideau de douche.
- « Bien sûr voyons. » ai-je répliqué sans avoir besoin de réfléchir « Quelle question ! »
Quelques minutes plus tard, sa main est sortie de la cabine et elle a attrapé sa serviette de bain.
Sachant qu’elle allait sortir, je me suis levé puis ai rejoint les vestiaires pour en refaire le tour.
- « C’est bon, vous pouvez venir. » lui ai-je lancé en me plaçant devant la porte, face à celle-ci « Habillez-vous et ensuite, nous rejoindrons les gars au mess. »
Quelques minutes plus tard, elle était prête et semblait plus détendue après cette douche.
Nous avons donc quitté les lieux pour le mess, alors que mon estomac criait famine.
Elle n’a pas mis grand-chose sur son plateau mais j’ai préféré ne rien dire et la laisser tranquille.
Nous nous sommes installés avec Daniel et Teal’c, puis nous avons commencé à manger tous les quatre.
- « Teal’c, vous passerez la nuit dans les quartiers de Carter. » ai-je dit sur un ton bas « En fait, toutes les nuits prochaines seraient plus juste. »
- « Bien O’Neill. » a-t-il simplement répondu, comprenant parfaitement la demande.
- « Il va falloir trouver l’occasion de lui faire comprendre certaines choses. » a dit Daniel, très sérieux et aussi en colère.
- « J’y réfléchis déjà. » ai-je répondu avec un sourire mauvais.
Sam n’a rien dit mais nous a regardé chacun avec des yeux chaleureux, presque émue.
Nous lui avons souri et nous avons continué de manger en silence, mais ensemble.
Et finalement, pour notre plus grand plaisir, l’occasion s’est présentée d’elle-même cinq jours plus tard.
Nous avons appris par le général que SG-1 devait aller prêter main forte à SG-9, dont nous étions sans nouvelles depuis que quelques jours.
Nous avons franchi la porte une heure plus tard puis nous avons fait notre travail.
Comme souvent avec nous, la poisse était au rendez-vous.
Carter a été faite prisonnière ainsi que le seul membre de SG-9 ayant encore les pieds sur terre.
Et devinez par qui ?
Jonas Hansen bien sûr.
Quelle poisse vraiment, y a pas à dire.
Un autochtone nous a aidés, les gars et moi, à prouver aux autres habitants que Jonas n’était pas du tout un dieu.
Lorsqu’il a essayé de nous balancer à travers la porte des étoiles, et contre l’iris je précise, les villageois se sont rebellés.
J’y ai vu une occasion en or.
Je me suis débrouillé pour l’attraper et je l’ai jeté moi-même dans le flux.
Sam a observé la scène clouée sur place, comme sidérée.
Daniel et Teal’c ont rassuré les autochtones puis tous ont laissé éclater leur joie.
Carter est tombée à genou sur le sol et s’est mise à pleurer à chaudes larmes.
Nous nous sommes approchés d’elle alors qu’elle s’est brusquement relevée.
Elle nous a serrés dans ses bras tous les trois tout en souriant et pleurant en même temps.
- « Merci, merci, merci. » répétait-elle sans cesse « Merci. »
- « Avec grand plaisir, Sam. » a souri Daniel avant de s’éloigner un peu, vite rejoint par Teal’c.
- « Merci infiniment. » m’a-t-elle redit en se blottissant contre moi.
- « Je vous ai dit que je tiendrai ma promesse. » répondis-je en la serrant contre moi « Et je n’allais certainement pas laisser ce connard continuer à vous terroriser. »
Sam m’a regardé avec un beau sourire alors que j’ai vu beaucoup de gratitude dans ses yeux.
De plus, après plusieurs semaines, ils pétillaient de nouveau.
Cela faisait vraiment plaisir de la voir à nouveau heureuse, même si elle mettrait du temps à oublier la dernière agression de Jonas.
Quelques minutes plus tard, nous sommes rentrés à la base avec ce qu’il restait de SG-9.
Comme ils n’étaient pas présents lors de la disparition de Jonas, ce ne fut pas difficile de dire que les habitants de la planète n’avaient pas apprécié le mensonge de ce type.
Le débriefing a donc été rapide et le général nous a donné notre week-end.
Nous avons passé notre soirée ensemble, tous les quatre.
Ce sont des moments que nous adorons, où nous pouvons profiter de ce que la vie nous offre.
Je pense que Carter a été soulagée de voir que mon attitude envers elle n’avait pas changé.
Mon regard se fait maintenant plus chaud à son égard, et je sais qu’elle s’en est rendu compte.
Comment je le sais ?
Ses joues rougissent et elle essuie ses mains sur son jean.
J’aime qu’elle réagisse ainsi, ça me montre que ça lui fait quelque chose.
Je vais lui laisser du temps pour se remettre, mais je compte bien tenter ma chance dans quelques temps.
Et au diable la loi de non-fraternisation !

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?