baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Coulisse > Les plus > Performances des maquettes

Performances des maquettes

Titiasyl, mardi 5 avril 2016

Une série de science-fiction de grande qualité dépend beaucoup des effets spéciaux numériques et des effets visuels pour créer ses vaisseaux spatiaux. Le produit fini est fascinant, mais gérer ces effets spéciaux n’est pas toujours facile pour l’équipe !

Le directeur artistique (James Robbins) et la responsable de la création des décors (Bridget McGuire) reçoivent le scénario quelques semaines à l’avance et dessinent leur interprétation de ce que les scénaristes ont décrit. Quand les schémas initiaux sont acceptés, on fabrique de petites maquettes en papier pour déterminer l’échelle et les détails en vue du tournage.

Si le scénario demande que les acteurs soient à l’intérieur de différents types de véhicules ou de vaisseaux, on dessine alors des plans à l’échelle et on les remet à l’équipe de construction. Pour gagner du temps et de l’argent, l’équipe fabrique un décor comprenant le strict minimum, par exemple la partie dans laquelle les acteurs seront filmés.

Tony Amendola (Bra’tac) s’est trouvé dans une situation peu enviable pendant le tournage d’un épisode de la saison 2 La morsure du serpent : « Nous tournions la scène où O’Neill et Bra’tac s’apprêtent à décoller dans un planeur de la mort volé. Nous étions coincés dans un décor de très petite taille, placé à environ quatre mètres du sol. Pour les besoins du scénario, nous devions rester un moment dans cet espace très confiné. Pour couronner le tout, nous étions tenus en place par un écran boulonné ! J’ai commencé à me sentir un peu claustrophobe ! »

Quand un scénario demande que le vaisseau soit déplacé, ou secoué par son décollage ou une explosion, les maquettes sont placées sur une plate-forme hydraulique qui secoue le « navire » de manière réaliste.

Au sujet des immenses vaisseaux-mères qui explosent dans l’épisode de la saison 2, La morsure du serpent, le superviseur des effets visuels John Gadjecki, déclare : « Quand nous voulons faire sauter quelque chose, nous ne construisons pas une maquette avec tous les détails et la finition qu’on voit à l’écran. Nous fabriquons ce que nous appelons une « boîte noire » qui a exactement la forme et les dimensions dont nous avons besoin, et nous nous servons des ordinateurs pour y rajouter les touches finales. »

Cherchez la différence

Soucieux de respecter leur budget, les producteurs conservent des décors et les recyclent, en les améliorant.

Par exemple, le cockpit du planeur de la mort de La morsure du serpent a été retravaillé pour le planeur spécial, capable de traverser la porte des étoiles, utilisé par Teal’c et Hammond dans l’épisode de la saison 3 Dans l’antre des Goa’uld. Il a fait une apparition sous l’aspect du chasseur de l’Air Force X302 dans l’épisode de la saison 6 Rédemption.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?