baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > OS > OS Concours > 2013 > Ma fierté

Ma fierté

Titiasyl, vendredi 10 mai 2013

Je me nomme Teal’c. Je suis le prima d’Apophis depuis de nombreuses années maintenant. Je suis marié à une belle femme du nom de Drey’auc.
Ma vie est comblée. Je sers mon Dieu avec acharnement et je suis un honorable guerrier. Brat’ac, le maitre qui m’a formé a été le prima d’Apophis avant moi.
Je suis en route pour Chulak en ce moment même. J’ai été absent pendant de longs mois et il me tarde de revoir mon épouse. A mon arrivée, je me dirige vers la demeure que je possède alors que je suis tout de même surpris que Drey’auc ne m’ait pas rejoint comme elle le fait habituellement.
Lorsque je franchis la porte de ma demeure, c’est Maitre Brat’ac qui m’accueille. Son visage est grave et je m’attends au pire.
- « Maitre Brat’ac. » dis-je en m’inclinant afin de le saluer avant de demander « Il est arrivé quelque chose à Drey’auc ? »
- « Teal’c. » me répond-il tout en s’inclinant. « Drey’auc va bien, rassure-toi. Le médecin est près d’elle. »
- « Pour quelle raison ? Que se passe-t-il ? » demandais-je inquiet pour mon épouse.
- « Elle va bientôt mettre au monde ton enfant, Teal’c. » m’annonça Brat’ac en souriant.
Je n’ai pas su quoi répondre à cette annonce. Je me suis contenté de fixer mon ancien maitre sans un mot alors que j’ai pris place sur la chaise se trouvant à côté de moi. Moi, Teal’c, grand prima d’Apophis, j’ai terrifié par cette nouvelle.
Dans quelques heures tout au plus, je serai père. Je serai bientôt responsable d’un petit être sans défense alors que je n’étais capable que de torturer et de prendre des vies. Je vis d’un œil distrait Brat’ac prendre place sur la chaise à mes côtés.
Son calme et sa sérénité m’apaisaient considérablement. La vie ne l’avait pas épargné mais il avait su trouver en lui toute la force nécessaire pour me prendre sous son aile lorsque j’étais encore un jeune enfant. Sans lui, je ne serai pas ce que je suis aujourd’hui. Il est devenu le père que j’ai perdu enfant.
Les heures sont passées lentement, très lentement. J’ai fait les cent pas dans la grande salle de ma demeure. Je ne savais vraiment pas quoi faire d’autre pour calmer ma nervosité.
- « Teal’c, reste calme voyons. L’attente sera bientôt terminée. » me dit Brat’ac en souriant doucement.
- « Mais je suis calme maitre Brat’ac. Très calme. » répondis-je.
- « En effet, tu es très calme. C’est pour cette raison que tu arpentes cette pièce dans tous les sens ? » rit-il une nouvelle fois.
A ses mots, j’ai arrêté de marcher et je suis allé reprendre ma place sur la chaise près de lui. L’attente était très longue et je désespérais de voir le médecin sortir de la chambre. Enfin, après un très long moment, nous avons entendu des pleurs d’enfant.
C’est alors que le médecin sortit de la chambre et se dirigea vers moi avec un léger sourire.
- « Ton épouse se porte bien. Elle a mis au monde un fils robuste et en parfaite santé. Tu peux aller les voir. » me dit-il avant de quitter ma demeure.
- « Félicitations mon fils. Tu es désormais responsable de la vie de cet enfant. Sois en digne ! » me félicita Brat’ac en me serrant dans ses bras.
- « Vous pouvez en être certain maitre Brat’ac. » ai-je répondu en lui rendant son accolade.
Rapidement, j’ai monté les escaliers afin de rejoindre ma famille. Je suis rentré dans la chambre et j’y ai vu mon épouse tenant mon fils dans ses bras.
- « Teal’c, voici ton fils. » me sourit-elle en me présentant l’enfant.
Délicatement, je l’ai pris dans mes bras et je l’ai observé, un fin sourire sur le visage. J’ai admiré les traits fins de mon fils alors qu’il dormait paisiblement dans mes bras.
- « Mon fils, tu te nommeras Rya’c. » ai-je dis. « Tu feras de grandes choses, j’en suis certain. »
Depuis de nombreuses années, je ne vivais que pour servir Apophis mais aujourd’hui, j’avais un nouveau but. Permettre à mon fils de grandir dans un monde libre, sans être un esclave. Il me faudrait certainement des années pour parvenir à ce but, mais je sais qu’un jour, je trouverai des alliés surs pour me permettre de libérer mon peuple. Il ne me restait plus qu’à attendre de trouver ces personnes tout en servant Apophis afin de ne pas me faire démasquer.
Alors que je me retrouvais seul avec mon enfant, je sentis Brat’ac s’approcher de moi afin de regarder mon fils.
- « On y arrivera Teal’c, on y arrivera. » me dit-il en posant sa main sur mon épaule.
Mon fils m’a enfin donné le courage de devenir un autre homme, qu’importe le temps qu’il faudra pour y arriver. Aujourd’hui, ma plus grande fierté dans ce monde se trouve dans le creux de mes bras.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?