baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les théories scientifiques > Le voyage temporel

Le voyage temporel

Titiasyl, vendredi 15 avril 2016

Nous avons toujours été fascinés par le voyage dans le temps et l’espace. Qui n’aimerait pas rencontrer ses lointains descendants ou retourner dans le passé pour corriger une erreur ? Mais qu’en est-il de la possibilité réelle du voyage temporel ?

Pourrait-on vraiment inventer une machine permettant de remonter 65 millions d’années dans le passé pour observer les dinosaures qui arpentaient alors la Terre ? Certains des plus grands esprits scientifiques de notre temps ont étudié la question du voyage temporel – entre autres, Karl Sagan et Stephen Hawking. Personne n’a été capable de prouver qu’il est possible de voyager dans le temps. Mais nul n’a pu démontrer que c’était réellement impossible.

Les sables du temps

Si beaucoup d’entre nous pensent savoir ce qu’est le temps, tenter de le définir est assez difficile. On ne peut ni le voir ni le toucher, mais on peut observer ses effets. La preuve de son existence est partout : nos corps vieillissent, les bâtiments se dégradent, les arbres poussent….

Selon la théorie de la relativité restreinte d’Einstein, la vitesse à laquelle le temps avance est variable. Sa théorie postule (ce qui a été scientifiquement prouvé) que le temps passe plus lentement pour un objet qui se déplace à une grande vitesse. Donc, si une personne pouvait dépasser la vitesse de la lumière, le voyage dans le passé deviendrait possible. Mais la vitesse de la lumière est, pense-t-on, la vélocité maximale connue. Et comme il n’existerait aucun moyen d’aller plus vite qu’elle, ce type de voyage temporel semble bien improbable.

Un voyage à sens unique

Mais un voyageur temporel n’aurait pas besoin d’atteindre la vitesse de la lumière pour bénéficier des effets de la relativité restreinte. Par exemple, imaginons que quelqu’un quitte la Terre à bord d’un vaisseau spatial sophistiqué qui accélérerait jusqu’à une vitesse proche de celle de la lumière. Pendant que le voyageur se déplacerait à cette vitesse fantastique, le temps s’écoulerait plus lentement pour lui. Plus la vitesse du déplacement serait proche de celle de la lumière, et plus la dilatation du temps serait importante.

Quand le voyageur reviendrait, il s’apercevrait qu’il a vieilli beaucoup moins vite que ses amis restés sur la Terre. Une semaine aurait passé pour lui pendant que des années s’écoulaient pour eux. En ce sens, il aurait voyagé vers l’avenir.
Même si ce type de voyage temporel est compatible avec les théories d’Einstein, nous sommes très loin de disposer des moyens de le mettre en œuvre. Et cette méthode serait à sens unique : après s’être déplacé vers l’avenir, notre hypothétique voyageur temporel serait bel et bien forcé d’y rester !

Le paradoxe

Même si l’humanité était un jour capable de voyager dans le temps, il reste un certain nombre de problèmes non résolus. Un des plus populaires s’appelle le paradoxe du grand-père. Dans ce scénario, un voyageur temporel retourne dans le passé et y rencontre son grand-père. Puis, volontairement ou accidentellement, il le tue. Dans ce cas, qu’arrive-t-il à notre voyageur ? Sans son grand-père, il est évident qu’il ne serait jamais né, mais comment pourrait-il revenir dans le temps et tuer son aïeul ?
Certaines personnes ont émis des hypothèses permettant d’éluder le problème du paradoxe temporel. L’une d’elles postule que les lois de l’univers empêcheraient le voyageur de tuer un de ses ancêtres. Un peu comme les lois de la gravitation empêchent quelqu’un de se propulser de quinze mètres en l’air sans appareil, le voyageur temporel ne pourrait entreprendre aucune action susceptible de provoquer un paradoxe.

Une autre solution existe, car la théorie quantique permet de postuler l’existence d’un nombre infini d’univers parallèles. Dans ce cas de figure, le voyageur pourrait tuer son grand-père parce qu’il ne serait pas réellement « son » grand-père, mais celui d’une autre de ses versions futures.

Est-ce possible ?

Nous l’ignorons. Même si le voyage dans le temps se révélait possible dans le cadre des règles de l’univers connu, les difficultés de réalisation sembleraient pratiquement insurmontables. Mais on estimait généralement, il y a cent ans, qu’il était impossible de dépasser le mur du son. Qui sait ce que les grands esprits découvriront au cours du millénaire à venir. L’avenir est réellement une porte ouverte sur un infini de possibilités.

Notes du dossier : Dep. Analyse du temps et des propriétés naturelles du SGC
Le voyage temporel : SG-1 a appris que le voyage dans le temps était possible grâce à la porte des étoiles. L’équipe l’a découvert par accident lors de M02.21, quand un vortex s’est ouvert près du soleil à l’instant où se produisait une éruption solaire qui a créé un effet de « retour », renvoyant l’équipe dans le passé de la Terre. SG-1 a aussi appris qu’une éruption solaire du côté opposé du soleil pouvait servir à projeter un vortex vers l’avenir.
Les univers parallèles : La question en suspend sur l’existence des univers parallèles a trouvé une réponse lors de M01.19, quand le Dr Jackson est entré dans un univers parallèle grâce au miroir quantique.
Deux endroits en même temps : En utilisant le miroir quantique, Teal’c s’est rencontré lui-même dans un univers parallèle, lors de M03.06. Il a tué son double maléfique quand il est apparu que celui-ci ne voyait pas le monde comme le Teal’c de « notre »univers.
L’hyperespace : Apparemment, il est possible d’envoyer des messages dans le passé pour modifier l’avenir. Lors de M04.16, le colonel O’Neill et le major Carter de 2010 ont envoyé un message à leurs alter ego du passé. Il était destiné à empêcher la rencontre avec les Aschen, qui aurait finalement conduit l’humanité à sa perte.
La distorsion temporelle : La théorie d’Einstein postulant qu’une gravité importante peut affecter le temps a été prouvée lors de M02.15. L’équipe SG-10 a été prise dans l’attraction gravitationnelle d’un trou noir en formation. Le temps s’écoulait très lentement pour SG-10. Quand le SGC a composé le code d’accès de P3W-451, la gravité du trou noir a aussi provoqué un ralentissement du temps dans la base de Cheyenne Mountain.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?