baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les théories scientifiques > Les armes biologiques

Les armes biologiques

Titiasyl, dimanche 17 avril 2016

SG-1 a découvert lors de plusieurs missions des armes biologiques, notamment celle des aschen et le poison Tok’ra destiné à tuer les symbiotes. Le SGC étudie l’impact de ce type d’armement offensif sur la Terre.

Les armes biologiques consistent à utiliser des organismes naturels (bactéries ou virus) pour tuer un ennemi. Il existe actuellement des traités interdisant aux pays signataires de produire ou de stocker ce type d’armes, mais certains continuent à les utiliser, ce qui peut présenter un danger pour la vie humaine et pour les structures socio-politiques.

La mort aux temps anciens

Dès 400 av. J.-C., les archers scythes plongeaient leurs flèches dans des cadavres ou des substances contaminées afin de répandre des maladies chez leurs ennemis. L’existence des bactéries et des virus était alors inconnue, mais les Scythes avaient tout de même compris l’efficacité des agents biologiques. Des textes grecs, romains et perses évoquent aussi la contamination délibérée des réserves d’eau avec de la viande avariée. Depuis cette époque, toutes les armées du monde ont utilisé des cadavres humains et animaux pour empoisonner l’eau ou la nourriture.

Expériences en temps de guerre

Plus récemment, lors de deux guerres mondiales, des armes biologiques ont été étudiées et utilisées, par exemple le charbon et le choléra développé par l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les japonais ont fait des expériences avec des armes biologiques sur les prisonniers chinois, qui ont été exposés à des substances dangereuses comme la peste, la maladie du charbon et la syphilis.

La guerre de nos jours

Bien que de nombreux pays aient signé la Convention sur les armes biologiques de 1972, on pense que 17 pays continuent à développer ce type d’armes. Actuellement, la véritable menace se situe plutôt du côté des organisations terroristes.

Le pour et le contre

L’argument principal pour l’utilisation d’armes biologiques est leur facilité et leur faible cout de production. De plus, seule une petite quantité est nécessaire pour obtenir des effets dévastateurs. Grâce à la période d’incubation, l’auteur de la dissémination peut se mettre en sécurité avant le début des effets. Pour répandre des maladies, une technologie simple et peu coûteuse suffit. Il n’y a pas besoin de bombe, ce qui rend le transport plus aisé. Le principal problème de la production et de l’utilisation de ces armes est leur sensibilité à l’environnement (climat, conditions de stockage). Même disséminée de manière adéquate, il n’est pas certain que l’arme ne sera pas compromise par des éléments naturels.

La maladie du charbon

De toutes les armes biologiques connus, la maladie du charbon est la menace la plus importante. La bactérie, existant chez les animaux d’élevage, est extrêmement dangereuse. Un seul gramme de cette substance contient 100 millions de doses mortelles. Inhalée, elle est presque toujours fatale.

C’est l’arme biologique la plus appréciée : elle est peu couteuse, facile à produire et à disséminer, peu sensible à l’environnement. Le charbon peut être répandu sous forme de poudre. Il est toujours mortel s’il est inhalé et que la victime n’est pas traitée aussitôt avec des antibiotiques. L’exposition peut aussi s’effectuer par la consommation de viande infectée, ou par des blessures cutanées.

Arme défensive offensive ?

La Russe et les Etats-Unis, signataires de la Convention sur les armes biologiques, ont pourtant des centres de recherches sur les agents biologiques, même si leur existence fait débat. Les Etats-Unis affirment travailler sur ces agents pour découvrir des remèdes et déterminer des stratégies de détection fiable.
Les armes biologiques étant faciles à produire et la menace de terrorisme ayant augmenté, la plupart des pays s’attachent à découvrir des médicaments contre les maladies répandues par ce biais.

L’éradication de la variole

Dans les années 1960, la variole était une affection endémique dans 31 pays. Elle touchait chaque année 15 millions de personnes et 2 millions mouraient. Elle a été vaincue en octobre 1977, après la campagne de vaccination de l’OMS qui a duré une dizaine d’années. Elle a constitué la première arme biologique : pendant les guerres indiennes, en 1764, des troupes britanniques ont donné des couvertures infectées par la variole aux Indiens d’Amérique alliés des Français. N’ayant jamais été » exposés à cette maladie, les Indiens n’avaient aucune immunité naturelle. On estime que 20 000 d’entre eux ont succombé au virus à cette époque.

Notes du dossier : Dep. Armement alien du SGC

La Tok’ra : La Tok’ra a développé une arme biologique qui tue les symbiotes tout en préservant la vie de leur hôte. Liquide, ce poison devient gazeux lorsqu’il est libéré dans l’air. Comme il vise les symbiotes, il constitue également un danger pour les tok’ra.
Les Aschen : Ils disposent d’une arme mortelle à base de matériel génétique modifié qui attaque l’ADN de l’ennemi et le détruit. SG-1 a estimé que c’était une aide possible contre les Goa’uld, et a voulu passer un marché pour l’obtenir. Ce n’était pas leur seule arme biologique des Aschen. Ils ont développé un médicament qui guérit toutes les maladies mais provoque la stérilité. Les Aschen peuvent ainsi éliminer des populations puis terraformer leurs planètes, y compris la Terre.
Apophis et Rya’c : Les Goa’uld aussi possèdent des armes biologiques, comme SG-1 l’a constaté quand Rya’c a été endoctriné par Apophis et envoyé sur la Terre pour une mission suicide. La mère de Rya’c a eu des soupçons quand deux dents qui manquaient à son fils sont mystérieusement réapparues. Ces dents creuses contenaient deux organismes dont la combinaison aurait libéré un virus mortel dans l’atmosphère détruisant toute vie sur la Terre en vingt-quatre heures. Heureusement, le Dr Fraiser a endormi Rya’c et retiré l’arme avant qu’il ne puisse l’activer.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?