baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les théories scientifiques > A la découverte des nébuleuses

A la découverte des nébuleuses

Titiasyl, lundi 18 avril 2016

Le Prométhée a été attaqué par un vaisseau alien, puis s’est trouvé bloqué, avec son adversaire, dans un nuage de gaz géant qui corrodait la coque des vaisseaux. Le SGV étudie ce phénomène naturel que sont les nébuleuses.

Les nébuleuses sont des masses interstellaires de gaz et de poussières. Certaines sont visibles et bien illuminées, d’autres sont indétectables à l’œil nu. Représentant une partie importante du développement de l’univers en changement constant, elles détiennent peut-être la clé de notre évolution.

Les nébuleuses diffuses

Ce sont les nuages visibles par les télescopes, caractérisés par des formes irrégulières et une grande brillance. On les classe en nébuleuses en réflexion et nébuleuses en émission.

Les nébuleuses en émission

Elles produisent leur propre lumière, grâce à l’ionisation (une forme de charge d’énergie) des gaz composant leur nuage. Parfois, ils sont ionisés parce qu’une étoile proche est très chaude. La couleur des nébuleuses en émission dépend de leur composition.

La plupart sont rouges, en raison de leur contenu en hydrogène. L’hydrogène est un élément courant des nuages de gaz interstellaires (la plupart de ces nébuleuses en sont composées à 90%), la quantité d’énergie nécessaire à ioniser les particules d’hydrogène est minimale par rapport aux autres gaz. Lorsque plus d’énergie est disponible, l’hélium, l’oxygène et l’azote peuvent être ionisés : ces nébuleuses sont bleues ou vertes.

Une étoile est née

Dans certains cas, une nébuleuse en émission est le début de la formation d’une étoile. Les nébuleuses créent des étoiles quand les nuages moléculaires s’effondrent sous leur propre gravité, à cause de la force de l’explosion d’une supernova proche. Le nuage se fragmente alors et forme des centaines de nouvelles étoiles.

Nébuleuses planétaires

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les nébuleuses planétaires n’ont rien à voir avec les planètes. Alors que les nébuleuses diffuses peuvent être le début d’une nouvelle étoile, les nébuleuses planétaires représentent leur fin. Elles sont composées d’une coquille brillante de gaz et de plasma, et se créent quand une petite étoile épuise son énergie. On connait environ 1500 nébuleuses planétaires dans notre galaxie. Leur taille est d’environ une année-lumière de large, et elles ne vivent que quelques dizaines de milliers d’années. Pour un objet céleste, c’est très court : une étoile classique peut exister pendant des milliards d’années.

L’évolution de l’espace

Les nébuleuses planétaires sont aussi importantes dans l’évolution de la galaxie. Au début de l’univers, il existait très peu d’éléments. A travers la fusion nucléaire, les étoiles en ont créé davantage. Quand elles meurent et deviennent des nébuleuses planétaires, elles relâchent ces particules dans la galaxie. La nouvelle génération d’étoiles est composée d’éléments nouveaux et plus complexes.

Nébuleuses en réflexion

Il s’agit d’un type de nébuleuse diffuse qui devient visible grâce à la lumière d’étoiles proches. Ces étoiles ne sont pas suffisamment chaudes pour ioniser les gaz de la nébuleuse, mais elles permettent de la voir. Elle est en général de couleur bleue. On en a répertorié environ 500. Un bon exemple est la nébuleuse de la tête de Sorcière, dans la constellation d’Orion. Elle se trouve à un millier d’années-lumière de la Terre.

Nébuleuses sombres

Ce sont des nuages interstellaires non illuminés. Ces nébuleuses ne sont observables que si elles bloquent la vue d’une nébuleuse visible on font obstacle à notre vue de la Voie Lactée. Celles qui sont composées d’hydrogène moléculaire sont appelées nuages moléculaires géants. Très denses, ceux-ci exercent une attraction gravitationnelle pouvant affecter l’orbite d’une étoile. Le plus grand nuage moléculaire géant connu mesure plus d’un million de fois la taille de notre soleil.

La nébuleuse solaire

En 1755, Emmanuel Kant avança l’hypothèse que notre système solaire avait évolué à partir d’un nuage de gaz interstellaire : la nébuleuse solaire. Selon lui, les nébuleuses tournent lentement et s’aplatissent finalement à cause de la gravité. Puis des étoiles et des planètes se formeraient. Dans le cas de la Voie lactée, le Soleil s’est formé au centre de la nébuleuse et les disques planétaires ont émergé en orbite autour de lui. Ces théories ont été critiquées par beaucoup de scientifiques ; d’autres les ont adaptées aux découvertes, proposant ainsi de nouvelles théories de l’évolution.

Le télescope spatial Hubble

Certaines des meilleures photos de nébuleuses ont été prises par le télescope spatial Hubble. Lancé en 1990, celui-ci a aidé à fournir des réponses à certaines questions majeures d’astrophysique, parmi lesquelles une cause probable du début de notre univers, et son avenir possible.

Bien qu’il fonctionne depuis quinze ans, la destinée du télescope est incertaine, car il demande des réparations et des mises à jour très couteuses. Si elles ne sont pas effectuées, on estime qu’il rentrera dans l’atmosphère de la Terre entre 2010 et 2032.
Pour fêter le 11e anniversaire du télescope, la Nasa a réalisé un sondage Internet demandant au public ce à quoi il souhaiterait que Hubble se consacre. La majorité a voté pour la nébuleuse de la Tête de cheval. Ce nuage interstellaire fait partie de la constellation d’Orion. Il est d’une couleur rouge due à son contenu en hydrogène. Il est ionisé par l’étoile Sigma Orionis, et a été découvert en 1888.

Notes du dossier : Dep. Analyse et Exploration de l’espace du SGC
Les nuages interstellaires : En revenant de Tagrea, le vaisseau terrien a été la cible des tirs d’un navire alien. Le Prométhée s’est réfugié dans un nuage de gaz interstellaire proche, mais Carter a compris que les gaz corrosifs composant le nuage menaçaient l’intégrité de la coque. Ils empêchaient aussi le Prométhée et son attaquant de quitter le nuage. Carter a pu ouvrir une fenêtre d’hyperespace afin que les deux vaisseaux s’échappent du nuage.
Les astéroïdes : Lorsqu’un astéroïde a été repéré sur un trajet de collision avec la Terre, SG-1 a utilisé un vaisseau tel’tak pour se poser dessus et tenter de le faire sauter. Mais, l’astéroïde étant principalement composé de naquadah, l’équipe fait un saut hyperspatial en le remorquant avec elle et en le faisant passer de l’autre côté de la Terre.
La destruction d’une étoile : Pour tenter d’éliminer Apophis, Carter a imaginé un plan : faire sauter une étoile afin de détruire le vaisseau-mère et la flotte d’Apophis. Elle a donc éjecté une porte des étoiles d’un vaisseau et l’a projetée dans une étoile proche, connectée à la planète du trou noir, P3W-451. La réaction a provoqué une supernova qui a détruit la plus grand partie de la flotte d’Apophis. SG-1 s’est échappée en sautant dans l’hyperespace.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?