baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les théories scientifiques > L’ingénierie génétique

L’ingénierie génétique

Titiasyl, lundi 16 mai 2016

Les races aliens de la galaxie, y compris les goa’uld, ont étudié l’ingénierie génétique afin de favoriser leur développement. Le SGC étudie à quel stade se situe la technologie terrienne en ce domaine.

Les gènes établissent le « plan de base » de notre corps. Ce sont eux qui déterminent notre aspect physique, de la couleur des yeux à l’implantation des poils. Notre configuration génétique est un mélange des gènes de nos parents. En principe, cela ne va pas plus loin. Mais aujourd’hui, l’ingénierie génétique permet de transformer le capital génétique de nombreux organismes.

Le pouvoir de changer

L’ingénierie génétique consiste à manipuler les gènes d’une cellule. De nouveaux gènes sont importés, provenant d’autres organismes, voire d’une espèce différente. L’organisme possède ainsi une nouvelle combinaison de gènes – un nouveau plan de ses caractéristiques et de ses possibilités.

Processus

Contrairement au cas du clonage, où seul le code génétique du sujet cloné est utilisé, en ingénierie génétique, des gènes provenant d’une source extérieure remplacent une partie des gènes (sections d’ADN) existants du sujet.

Aide médicale

L’ingénierie génétique a de nombreuses applications thérapeutiques. Par exemple, chez un diabétique, qui ne produit pas l’hormone appelée insuline, le gène inhibant la production de l’insuline par les cellules du pancréas peut être ôté et remplacé par celui du donneur. Des sociétés comme Cardiovascular Genetic Engineering Inc., dans le domaine des soins cardiaques, ont réussi à obtenir davantage de vaisseaux sanguins reliés au cœur chez un patient dont les artères étaient bouchées. La société espère soigner d’autres maladies grâce à ces méthodes.

Des possibilités infinies

Un autre programme de recherche plus obscur, a été développé par l’Université d’Oxford, en Angleterre. Des scientifiques ont utilisés les gènes du poison de la queue d’un scorpion pour les combiner avec ceux d’un chou. Les choux transgéniques obtenus tuent les chenilles : ils ont développé du poison de scorpion (un insecticide) dans leur sève. Toutefois, le programme de recherche a été remis en cause lorsque le virus qui tuait les chenilles a été graduellement contaminé.
Pendant ce temps, un professeur de l’Institut des arts de Chicago a fait équipe avec un généticien français pour produire des lapins brillant dans le noir grâce à un gène fluorescent de méduse. L’artiste avait auparavant tenté de créer des chiens fluorescents en utilisant ce gène. Autres expériences intéressantes : l’insertion de gènes humains chez une brebis, pour qu’elle produise dans son lait de l’alpha-1 antitrypsine, qui aide à traiter les maladies pulmonaires ; la création d’un poulet à quatre pattes sans aile ; et celle d’une chèvre ayant des gènes d’araignée, qui a produit de la « soie » dans son lait. De leur côté, les pisciculteurs ont créé des saumons plusieurs fois plus gros que les saumons naturels, et qui grandissent plus vite. Ils sont actuellement élevés sur la terre ferme, mais pour des raisons de coût de production, le site pourrait être transféré à un « enclos » dans l’océan. Ceci pose problème, car les saumons naturels risquent de se reproduire avec l’espèce transgénique, entrainant l’extinction des saumons naturels.

Où cela se termine-t-il ?

Il n’existe aucune limite théorique au potentiel de l’ingénierie génétique. Les possibilités ne sont restreintes que par notre imagination, la législation et les groupes qui s’opposent aux organismes transgéniques. A l’avenir, un vaste éventail de domaines, de la médecine à l’élevage d’animaux, pourraient être concernés par l’ingénierie génétique.

Applications agricoles

Au fil des ans, les fermiers se sont tournés vers l’ingénierie génétique pour protéger leurs récoltes. En effet, les agronomes ont rencontrés des difficultés liées à l’utilisation des pesticides. Récemment, des scientifiques ont consacré des recherches au maïs, et ont développé une protéine dérivée du Bacillus thuringiensis (Bt), qu’ils insèrent dans le maïs pour le protéger des insectes nuisibles.
En 2003, 40% du maïs produit aux Etats-Unis était génétiquement modifié. Parmi les autres produits modifiés, citons la papaye, la pomme de terre et la courge (résistance aux virus), le cantaloup et la tomate (mûrissement retardé), ou encore le colza et le soja (modification de la teneur en graisse).

Notes du dossier : Dep. Science et Technologie du SGC

L’hybride humain-goa-uld : Le Dr Keffler, un scientifique pirate du NID, a créé Anna grâce à une technologie d’ingénierie génétique à base de nanites. Il a fusionné de l’ADN goa’uld avec de l’ADN humain. Après 45 tentatives, Anna est « néé ». Keffler l’a créée pour accéder aux connaissances des Goa’uld.
La manipulation génétique : Sur P3X-637, Nirrti s’est servie d’une machine recombinant les gènes, sans doute construite par les Anciens, pour réécrire les codes génétiques de plusieurs personnes. Elle voulait créer un hok-tar, un hôte humain avancé.
Les guerriers kull : Ces supersoldats ont été fabriqués par ingénierie génétique. Anubis a utilisé les connaissances des Anciens et des Goa’uld pour en faire les meilleurs guerriers possibles.
Charlie : Charlie, un jeune humain de Reetou, a été fabriqué par ingénierie génétique par sa « mère » qui a utilisé de l’ADN humain pour le créer en laboratoire, afin qu’il soit l’intermédiaire entre le SGC et elle-même. La formation réticulaire supplémentaire de son cerveau a été conçue pour lui permettre de percevoir sa « mère », une Reetoo. Mais il souffrait de problèmes médicaux dus à sa croissance accélérée.
Cassandra : Nirrti se servait du peuple Hanka pour ses expériences génétiques. Ceci est devenu évident lorsque Cassandra, à l’adolescence, a développé des capacités télékinétiques.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?