baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Gynnie > Les histoires > Fanfictions > Au Nom d’une Femme > Bailar (Danser)

Bailar (Danser)

Gynnie, samedi 22 avril 2017

Ce chapitre se lit avec la musique : Bailar de Deorro feat Elvis Crespo

La journée passa relativement vite pour Sam. Entre détente et relaxation au bord de la plage, elle n’avait pas eu une minute pour penser. Ce qui lui plaisait fortement. Elle devait maintenant se préparer pour la soirée de ce soir, elle avait envie de s’amuser et de rencontrer des gens. Quitte à rester ici quelques temps, autant se faire de nouvelles connaissances. Ne souhaitant pas s’habiller de façon extravagante, ni même romantique, elle enfila une robe dos nu de couleur bleu marine. La jupe arrivait à hauteur de ses cuisses et permettait à une danse plutôt latine de pouvoir faire bouger les pans du vêtement. Elle mit ses escarpins bleus scintillants et se recoiffa vite fait en se regardant dans le miroir. Il y avait longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi belle. Ce soir était l’heure de s’amuser et d’avancer. Elle se maquilla très légèrement et se dirigea tout naturellement au son de la musique latine. Cette nuit était splendide, une fois de plus, les étoiles dansaient devant ses yeux tandis qu’elle s’imaginait quelles planètes étaient-elles. Il n’était pas facile de marcher avec ce genre de talon, surtout pour descendre la petite colline, mais le retour serait encore plus difficile, surtout si elle se laissait à prendre quelques consommations. Elle rigola rien qu’à cette idée. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas été libre de boire autant qu’elle voulait. Il y avait toujours eu un empêchement, un retour où elle devait conduire, ou la dernière fois lors de la fête de Daniel, où le général se trouvait présent. Ce soir, elle était libre comme l’air et la nuit lui porterait chance, elle en était sûre !

Arrivée au bar à cocktails où se pavanaient quelques couples, où d’autres dansaient déjà sur la piste de danse, et où certains étaient simplement assis dans des fauteuils de rotin, entamant des discussions, draguant, regardant, observant, Sam sourit. Cela faisait vraiment, mais vraiment longtemps qu’elle n’avait pas mis les pieds dans un tel endroit. Elle se tourna vers le comptoir et commanda un simple mojito. Cette saveur fraîche était la meilleure pour se désaltérer tout en consommant un minimum d’alcool, et puis ce soir, être cliente de l’hôtel lui permettait d’avoir tous les cocktails qu’elle souhaitait gratuitement, alors autant en profiter. En attendant son cocktail, elle en profita pour observer un jeune couple, très jeune, en train de discuter au bord du comptoir. Tous les deux étaient assis sur des tabourets, Sam remarqua tout de même que la jupe de la demoiselle en question était très courte, cette nouvelle génération devait donner du fil à retordre aux parents, et quelques élans de désirs aux partenaires, se dit elle en rigolant de voir que le jeune homme en face réagissait et essayait très difficilement de se contrôler. Prise d’un fou rire, elle se retourna juste à temps pour voir son cocktail arriver. Elle posa rapidement ses lèvres autour de la paille noire et savoura le parfum frais de la menthe et du citron. Divin ! Elle s’appuya finalement dos au comptoir et regarda quelques couples tout de même plus vieux qu’elle, danser sur la piste tout en respectant les pas qui se voulaient, pensa-t-elle être un tcha-tcha. L’expérience de ses danseurs donnait l’impression qu’ils pratiquaient depuis des années. Sam ne put décrocher jusqu’à ce qu’une main se pose sur son coude.

- Ils dansent bien n’est-ce pas ?

- Oui, en effet ! Répondit Sam en soufflant sous la peur que lui avait fait la jeune femme.

- Désolée... Je vous ai surprise.

- Oui, j’étais plongée dans la danse de ce couple. Ils ont une passion lorsqu’ils dansent qui est plutôt éclatante.

- C’est le cas de le dire !

- Vous les connaissez ?

- Non, ce sont des clients que je connais via le transport en bateau, comme lorsque je vous ai rencontrée.

- Vous ne travaillez pas ce soir ?

- Non. Et heureusement ! Répondit la jeune femme en rigolant. Par contre demain, première heure, après que les derniers soient partis. Là, il va y avoir un sacré ménage. Entre les vomissements et tout le reste...

- Je vous plains vraiment. Je ne connais même pas votre nom... ?

- Appelez moi Vir. C’est le diminutif de Virginie, mais je trouve ça un peu long.

- Appelez moi Sam, diminutif de Samantha, et je trouve cela... Un peu long aussi en fait.

Les deux jeunes femmes rigolèrent et continuèrent de parler tandis qu’arrivait de plus en plus de monde sur la petite plage dansante.

Jack avait revêtu un pantalon de lin beige et une chemise blanche toute simple. De jolies chaussures prêtées par son chauffeur et le tour était joué. Jim l’avait amené à l’hôtel aux alentours de 22h30, lorsqu’il avait eu un trou dans son emploi du temps très chargé en cette soirée dansante. Il avait été très surpris de devoir prendre le bateau pour arriver sur l’île. Il avait intérêt à garder les yeux bien droit devant lui et savoir où il était s’il ne voulait pas se perdre ou manquer les arrêts du bateau. Sam avait un jour d’avance sur lui et bien qu’elle avait la même capacité de reconnaissance que lui, elle avait tout de même un train d’avance. Si elle le voyait, elle serait capable de s’échapper une nouvelle fois. Les gardes du corps présents à tous les endroits de l’île ne lui faciliteraient sûrement pas la chose s’ils venaient à s’engueuler. Pour le moment, ce n’était pas le cas, mais ne savait-on jamais.

- Jack ! Stop ce baratin et entre dans cet hôtel ! Se réprimanda-t-il lui même.

La musique était forte et il n’était pas difficile de s’orienter vers la piste de danse, déjà pleine de couples et de jeunes, ou moins jeunes constata-t-il. Il était temps de se commander un verre s’il souhaitait passer incognito.

- J’aime beaucoup danser, mais je dois vous avouer que je manque de pratique... Expliqua Vir.

- De même pour moi. C’est tout de même incroyable que nous nous retrouvions coincées juste parce que nous ne pratiquons pas ! S’offusqua Sam.

- Ne vous inquiétez pas, je suis là pour vous faire reprendre vos marques. Répondit une autre voix à ses côtés.

Sam tourna vivement la tête, surprise une nouvelle fois par l’arrivée soudaine d’une personne de qui elle n’était pas familière. Elle le reconnut après quelques secondes d’observation et ouvrit la bouche en un O flagrant.

- Fermez la bouche, vous allez avaler une mouche. Rigola la jeune globe trotteuse.

Sam la fusilla du regard alors que l’homme en face d’elle laissait apparaître un petit sourire.

- Alors ? Redemanda l’homme en tendant sa main vers la militaire.

- Je ne sais vraiment pas danser monsieur...

- Rémi. Appelez moi Rémi.

Sam sourit. Elle regarda Virginie et sourit également, prit son mojito dans ses mains, aspira le reste de son cocktail et prit la main de se fameux Rémi. Très élégant devait elle dire ! Coiffé à la perfection, barbe rasée au poil, chemise beige à col ouvert, jean noir et chaussures cirées, comme celles qu’il avait porté lors de sa rencontre à l’aéroport... Ou peut-être des différentes... Peu importe, il s’avérait qu’elle était prête à s’amuser et que même si elle ne savait pas danser, et bien il ferait avec, monsieur voulait danser et elle aussi. Lorsque le directeur de l’hôtel prit sa main dans la sienne, il fit un signe à la jeune femme les regardant partir, de renouveler le cocktail. Elle inclina la tête, répondant à l’ordre et demanda la même chose au barman.

Rémi prit la hanche de Sam et son autre main dans la sienne, tandis que la jeune femme posait sa main gauche sur son épaule. Lui expliquant rapidement les pas, il fit un pas en avant, et elle en arrière tandis qu’ils faisaient bouger leur bassin sur le mouvement, lui en appuyant et mettant une pression sur la hanche pour la faire onduler. Ils revenaient au point de départ et changeaient de pied, alors que lui reculait et qu’elle avançait. Tout ceci, extrêmement collés serrés. Ils firent ce pas quelques secondes d’affilées, et finalement, il l’a fit tourner sur elle même tandis qu’elle reprenait le même mouvement et que finalement, il l’entraînait à faire un pas sur le côté, puis au centre, puis changeant de jambe, sur la gauche puis au centre.

Plus ou moins les mêmes pas tandis que la jupe de Sam volait autour de ses cuisses si puissamment mise en mouvement sous les coups des déhanchements. La jeune femme qui se prenait au jeu arrivait même à balancer sa tête de droite à gauche au rythme de la musique. Alors qu’il l’entraînait dans un déplacement très serré, elle le suivit, dans une danse effrénée qui prenait tout son sens. L’amusement, le corps qui parlait qui prenait place sur l’esprit, les effluves de désirs, les sens libérés. Alors qu’il la faisait tourner et tourner et tourner et encore tourner, lui avec, pour se retrouver à partir sur les pas du début. Un pas en avant, roulement du bassin, petits pas accompagnant, un pas en arrière, roulement du bassin, petits pas au centre.

C’est comme ceci que Jack trouva sa belle. Son cœur manqua un battement de voir qu’elle dansait avec un type bien plus jeune que lui. Elle n’avait pas perdu de temps ! Il était en colère, Daniel avait raison, il aurait mieux fait de ne pas venir. Avec son whisky, il n’en menait pas large, aussi, il décida de le boire d’une traite et d’en recommander un autre tout en ne décrochant pas son regard de la militaire. Elle dansait si bien, il ne s’en était jamais rendu compte... Par faute sûrement, de ne jamais le lui avoir demandé, ou de ne l’avoir emmenée nul part où danser. Il fallait dire aussi que par leur rôle respectif au sein de la base, il était compliqué de pouvoir se montrer. Mieux valait être discret. Et puis, qui était ce gars, grand dadet aussi bien chaussé que le président lui même ?! Cela n’était plus de la concurrence, c’était... C’était... Perdu d’avance. Oui, c’était clair et net. Perdu d’avance. Il n’avait aucune chance en concurrence. Et elle semblait tellement perdue dans sa danse qu’il serait impossible de l’entraîner sur un autre sujet et encore moins de se montrer. Du moins pour le moment.

Pourquoi fallait-il encore qu’il se retrouve dans une telle situation ? Pourquoi les choses ne pouvaient-elles pas être plus simples ? C’était terrible quand même, tout ce qu’il fallait faire pour être avec la femme de sa vie. Pourquoi jouer avec les sentiments, pourquoi faire croire des choses qui en fait était irréelles... Il n’en aurait jamais fini de se poser des questions, et même si ce soir la soirée était plutôt à son summum, il était loin de pénétrer dans l’ambiance. Il était clair que cela aurait été plus facile si elle n’avait pas été en compagnie d’un autre, encore plus, en train de se trémousser collée serrée avec un autre. Quoi, Jack O’Neill serait-il jaloux ?! Et bien oui ! Il l’était, et s’il fallait le démontrer pour qu’elle le croit, il le ferait. Mais il était hors de question qu’il reparte sans lui dire ce qu’il ressentait vraiment pour elle et sans lui avoir dit réellement ce qu’il s’était passé ce midi là. Et voilà qu’il repartait à la faire tourner sur elle même pour la reprendre dans ses bras.

Les pas se faisaient toujours plus précis, jamais l’un ne marchait sur les pieds de l’autre. C’était une harmonie plutôt explosive. Elle était très belle, dans cette robe bleue marine... Il aurait aimé que ce soir, elle ne soit rien qu’à lui. Il l’a prit de dos et se penchant en arrière, la pencha également sur lui, fit un tour et se pencha en avant au dessus d’elle alors qu’ils avançaient en même temps. Il avait tout à envier à cet homme ! Tout ! Ses compétences de danseur plutôt professionnel, son regard la couvant, ses habits de haute couture et sa posture très droite et pourtant si respectueuse et bien sur, son jeune âge. La danse se finit et cela lui fit mal de voir avec quelle admiration la jeune femme regardait dans ses yeux. Elle ne décrochait pas. Il était en train de la perdre, il l’avait déjà perdue, mais le sentiment se faisait bien plus intense maintenant. Jack serra les points et bu son verre de nouveau d’une traite. Et bien si Carter n’était pas celle ce soir à vouloir boire plus que de raison, c’était bien lui.

Il l’a pris par la main et la ramena au bar où son cocktail fraîchement servi l’attendait. L’autre homme commanda un vin blanc. Un vin blanc ! Non mais il y avait de quoi rire ! Un vin blanc ! A c’est sûr que ce type savait ce qu’il faisait. Jack fulminait. Que pouvait-il faire maintenant ? Si jamais il se mettait en travers de sa route, elle lui en voudrait à jamais. Elle le lui avait suffisamment fait comprendre. Elle ne voulait plus le revoir. Il ne pouvait certainement pas se montrer maintenant ou il signait son arrêt de mort par les vigiles, qui le jetteraient dehors, par ce type qui lui ferait sa fête et par Sam, qui le supprimerait de ces contacts. Que pouvait-il bien faire ? A part suivre le cour des choses de loin...

- Vous dansez incroyablement bien ! Je suis agréablement surprise ! S’exclama Sam.

- Je vous remercie. Vous savez, lorsque l’on dirige ce genre de complexe hôtelier, on se doit de savoir un minimum de choses afin de prendre part à la réussite des vacances de ses clients.

- Bravo ! Et merci ! Je me suis beaucoup amusée !

- Quand vous voulez ! Votre rafraîchissement est servi. Je dois aller voir si mes clients s’amusent. Je vous retrouve plus tard. Amusez vous bien.

- Merci beaucoup Rémi. Vous êtes très charmant ! Répondit la jeune femme avec un air séduisant qui n’échappa pas au regard du jeune homme.

Il répondit d’un sourire et s’éloigna, la regardant de nouveau rapidement. Surpris par son ton séducteur.

- Eh ben dites donc ! Heureusement que vous ne saviez pas danser hein ! S’exclama la jeune femme a qui elle avait parlé plus tôt.

Sam rigola ouvertement et bu une autre gorgée de son mojito.

- Vous savez, votre patron est un excellent danseur. Il a été très facile de le suivre.

- Vous vous êtes surtout laissée porter ! Mais sans rire, vous avez un incroyable talent à apprendre rapidement. La première partie de la danse était plutôt crispée, puis il y a eu un déclic et vous vous êtes totalement laissée aller... C’était assez incroyable !

- Vous devriez essayer aussi ! Répondit Sam, les joues rouges.

- Et avec qui je vous prie ?

- Il y a plein de charmants jeunes hommes qui n’attendent que ça Vir. Regardez autour de vous, vous attirez tous les regards !

- A d’autre ! VOUS attirez tous les regards ! A ce propos, il y a un homme vers le bar là bas, qui vous a reluqué de la tête au pied, et j’ai d’ailleurs bien cru qu’il allait sauter sur Rémi avant que la danse ne soit finie.

- Qui ça ? Demanda Sam, souhaitant se méfier et ne voulant pas se mettre en danger, ni recourir à ses compétences d’art martiaux pendant ses vacances.

- Je ne le vois plus. Mais si je le recroise, je vous le montrerais.

- Comment était-il ?

- Cheveux poivre sel, pantalon beige, chemise blanche... Assez vieux... Et aigri ! Il n’a pas affiché un sourire ! Expliqua la jeune femme.

Sam se mit à rire et but une nouvelle gorgée de son mojito alors qu’elle constatait que la piste de danse était pleine à craquer et que Rémi, une nouvelle fois, était présent sur la piste, avec une femme mariée, de ce qu’elle avait pu voir plus tôt.

- Est-ce qu’il fait ça avec toutes les femmes ? Demanda Sam, curieuse de connaître cet homme qui lui paraissait si sympathique.

- Lorsqu’il est présent aux soirées, il essaye en effet de passer du temps avec ses clients. Il offre un verre aux hommes, danse avec les femmes... Il est très charmant. Je pense qu’il souhaite vraiment que ses clients passent du bon temps.

- C’est très agréable en tout cas.

- Ah ! J’en connais une qui est tombée sous son charme !

- Pas du tout ! Contrat la jeune femme blonde tandis que ses joues rosirent de plaisir sous les souvenirs de la danse plutôt chaude dont elle avait été le sujet.

- Mais allez ! Vous en pincez pour lui ! Et en plus, s’il vous a offert le logement, à ce qui ce dit, c’est qu’il vous estime... Après je dis ça, je dis rien...

- Bon... Je dois avouer qu’il est plutôt charmant... Mais je me sens un peu plus vieille que lui... Pour autant... J’en ferais bien mon quatre heure.

Sous le choc, la jeune femme à ses côtés ne répondit pas, et puis finalement, explosa de rire.

- Quoi ? Répondit Sam. Il faut dire ce qui est non ?

- Je ne m’y attendais pas du tout, mais je dois avouer que j’aime beaucoup votre façon de penser ! J’adore !

Sam et Vir rigolèrent une bonne partie de la soirée, ne se préoccupant certainement pas de l’homme qui les regardait d’en face. Entre la plage et la piste de danse, à son quatrième verre, il ne parvenait plus à décrocher ses yeux de la femme qui le rendait fou depuis si longtemps. Il la savait heureuse. Elle rigolait, elle souriait. L’alcool aidait sûrement. Mais elle s’amusait et c’était le principal. Cet homme avait décroché également et cela ne lui avait fait que le plus grand bien. La sensation de la perdre et de la voir filer entre ses doigts avait été terrible. Il avait détesté cela. Cette jeune femme qui l’accompagnait avait l’air plutôt sympathique. Il avait remarqué qu’elle l’avait observé fut un moment, puis avait bougé lorsqu’il s’était rendu compte qu’elle avait dû exposer ses doutes à la militaire et qu’elles avaient regardé ensemble dans sa direction. Ce n’était pas encore le moment. Il lui fallait plus de temps. Du temps... Il avait toute la nuit. Mais elle s’amusait tellement, que cela ne serait pas pour tout de suite à son avis. Il ne voulait pas lui gâcher son plaisir...

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?