baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Gynnie > Les histoires > Fanfictions > Au Nom d’une Femme > Affaire de sentiments

Affaire de sentiments

Gynnie, mardi 9 mai 2017

Sam était retournée sur la piste de danse avec Rémi alors qu’il était revenue la voir. Ils avaient alors danser une rumba plutôt calme, une fois de plus, très collés serrés, avec cette fois, la main du jeune homme appuyant par coup puissant sur ses reins. L’ondulation espérée du corps de la jeune femme se faisait ainsi beaucoup plus aisément. Sam avait caché sa tête dans le coup du jeune homme, respirant son after shave, s’empreignant de son odeur, de son touché, de sa chaleur corporelle. Elle avait simplement besoin d’attention. Elle aurait vraiment aimé que ce soit une autre personne, mais malheureusement, cette personne n’avait jamais réellement était prête à être avec elle. Elle l’avait cru, et au final, elle s’était trompée si stupidement ! Elle n’arrivait pas à croire que toutes ses années ne rimaient à rien... Tout ce temps perdu, tout ces moments qui ne signifiaient... Rien... La jeune femme renifla aux souvenirs plutôt douloureux de sa relation avec son supérieur. Pourquoi était-ce devenu si difficile ? Tout semblait si facile avant, ils rigolaient, s’amusaient, partageaient du temps ensemble, jamais de sous entendu, jamais de doutes, les blagues venaient instinctivement, les regards avaient été révélateurs... Elle n’avait rien compris. Elle ne comprendrait sûrement pas plus... Elle l’aurait voulu qu’elle n’aurait sûrement pas remarqué l’homme qui la détaillait du regard, accoudé au bar, de nouveau avec un verre en main. Le cœur cognant de milles douleurs. Celle qui était supposée être maintenant avec lui dansait si proche de son partenaire. Elle lui était totalement dédiée, elle était totalement en harmonie avec lui, elle se laissait emporter. Elle se laissait aller, mais bordel Carter ne pouvait pas faire ça, elle n’était pas comme ça. Il avait dû lui donner quelque chose à boire de mauvais. Il fallait qu’il intervienne ! Il le fallait. Quitte à mettre toutes ses chances de la récupérer au fond d’un trou béant dans le sable. Il serait impossible de lui faire entendre raison s’il agissait. Mais... Il ne pouvait pas laisser les choses ainsi. Carter avait été très mal durant les derniers jours, peut-être... Peut-être l’était-elle toujours et que l’alcool n’aidait pas. Il fallait qu’il agisse !
La musique s’arrêtât et Rémi écarta Sam de ses bras. La jeune femme ne leva pas les yeux et tout en baissant la tête le suivit, alors que sa prise ferme sur sa main l’emmenait vers la plage. Se sentant bien en sa compagnie, elle continua à le suivre et le laissa l’asseoir face à la plage. Il s’assit à côté d’elle et prit son menton entre ses doigts.
- Hey ! Murmura-t-il.

Sam ne répondit pas, elle essuya une larme au coin de son œil et continua à épier la mer. Comme s’IL allait sortir, sortir de l’eau, sortir d’elle ne savait où. Cela se pouvait, elle se rappelait très bien cette mission où Daniel avait été retenu prisonnier sous la mer. Et eux, eux, ils avaient débarqué comme ça, au milieu des flots. Alors oui, peut-être qu’elle avait le droit de rêver. De rêver à lui, à sa présence, à tout ce que Jack O’Neill lui avait apporté.
- Qu’est-ce qui ne va pas ? Demanda Rémi très calmement.
- Je... Simplement des pensées... Essaya d’expliquer Sam en refoulant au plus profond d’elle les larmes qui menaçaient de couler.
- Quel genre de pensées ?
Sam ne répondit pas et Rémi continua.
- J’ai bien remarqué que depuis que vous êtes là, vous êtes préoccupée. Entre rêve et réalité. Je pensais que vous amener ici vous aiderait à relaxer votre esprit et peut-être, à faire sortir vos émotions...
- Vous avez bien fait, l’endroit est idéal. Et je ne vous remercierais jamais assez pour ça.
- J’aime aider les gens, j’ai toujours eu se penchant pour les femmes ultra compliquée qui n’ont pas leur cœur à offrir, simplement un chemin à retrouver.
Sam tourna son visage vers lui et sourit. Il était facile de se perdre dans ses paroles. Il était facile de l’écouter et de comprendre que oui, lui l’a comprenait. Elle n’avait pas besoin de tomber amoureuse, seulement de temps pour elle et pour se retrouver et savoir ce qu’elle voulait.
Doucement, Sam s’avança vers lui et posa sa main sur sa joue droite. Caressant du pouce cette peau si douce.
- Quel âge avez vous Rémi ? Chuchota-t-elle.
- Vous seriez surprise. Répondit-il en continuant de la regarder.
- Dîtes toujours.
- J’ai 35 ans.
Sam sourit ouvertement cette fois, surprise de cette révélation. Elle n’avait après tout que 4 ans de plus que lui...
- Carter...
Sam se retourna vivement sous la voix grondante et en même temps timide de cette personne qu’elle ne connaissait que trop bien. Comment se pouvait-il qu’il soit là ? Comment LUI, pouvait-il ENCORE se retrouver à un endroit où elle ne le désirait pas, à un endroit où elle souhaitait faire SA vie.
- Qu’est-ce que vous faites là ?! Gronda-t-elle. Bien trop en colère pour modérer ces paroles.
Elle était en vacances, merde ! Elle avait encore le droit d’avoir un peu de temps pour elle sans qu’il ne lui court après constamment !
- Carter... Je suis venu pour vous parler. Nous devons parler.
- Je n’ai rien à vous dire ! Et je vous ai déjà dit de me laisser tranquille !
- Je vous en prie Carter, il y a eu un malentendu, un simple malentendu. Croyez moi ! Supplia Jack alors qu’il avait quelques difficultés à tenir debout.
Sam ne l’avait pas remarqué, bien trop occupée à se défendre bec et ongles contre son supérieur.
- Je n’en ai rien à faire ! Je veux avoir du temps pour moi ! Est-ce que vous pouvez comprendre ça ?! Est-ce que vous pouvez comprendre que je souhaite être seule et réfléchir ?! Réfléchir à vous, à moi et à toutes ses... Raaah !!!! Pourquoi êtes vous là ?! Comment m’avez vous trouvée ? Vous m’avez suivie c’est ça ? Cria Sam.
- J’ai... Hum... J’ai téléphoné à... Cela n’a pas d’importance... Je vous ai trouvée et c’est exactement ce que je voulais. Je veux qu’au moins vous me laissiez la chance de m’expliquer. Laissez moi seulement vous expliquer pourquoi et je m’en irais.
- Sam... Qui est ce type ? Demanda Rémi debout derrière elle.
- Mon supérieur. Répondit-elle d’un ton qui mettait fin à toute discussion. Si vous aviez voulu vous expliquer, vous auriez dû attendre mon retour et ne pas me courir après...
- Non ! Je ne veux pas que vous fassiez de conneries Sam. Sam, je pense que cet homme à mis quelque chose dans ton verre.
Sam le regarda interloquée par l’accusation.
- Et moi je pense que vous avez trop bu Monsieur. Je ne mettrais jamais rien dans le verre d’une de mes clientes. S’offusqua Rémi.
- Ouai ! C’est ce qu’ils disent tous ! S’écria Jack.
- Vous dîtes n’importe quoi ! Et...
Sam s’approcha de son supérieur et sentit l’odeur se dégageant de sa veste.
- Vous empestez l’alcool ! Allez vous en et laissez moi tranquille !
- Sam je vous en prie... Je ne veux pas vous laisser seule avec lui. Répondit Jack.
Ses nerfs gonflèrent encore plus au plus profond d’elle et elle ne put s’empêcher de serrer les points pour ne rien faire de compromettant.
- Il me semble que je sais encore me défendre ! Vous en avez la preuve ! Je crois qu’il serait raisonnable que l’un des gardes de la sécurité vous ramène à votre hôtel. -
- Vous êtes sous une forte emprise d’alcool et il serait dommageable que vous tombiez à l’eau en partant de cette fête. Bonne nuit mon général.
- Mon général ? Demanda Rémi.
- Je suis militaire. Répondit Sam d’un ton tranchant une fois de plus.
- Sam... Commença O’Neill.
- Je ne vais pas vous le répéter, madame souhaite passer du temps seule. Si vous souhaitez continuer à passer du temps au sein de cette soirée, vous serez le bienvenu du temps que vous n’importunerez personne. Si vous le souhaitez, je peux dépêcher un garde afin de vous ramener. Dit Rémi d’un ton qui n’avait pas de retour possible.
Jack fulminait. Il avait les mains liées. Si il continuait sa mascarade, sûrement que cet homme, qui avait l’air d’avoir de l’influence dans l’hôtel, le ferait jeter dehors. Il préférait encore veiller sur Carter pour agir si cela devait aller plus loin. Le militaire grogna, regarda Sam qui s’éloignait déjà en direction de la plage, regarda Rémi et le fusilla du regard en lui disant :
- Je suis général de l’US Air Force, avisez vous de lui faire du mal, et je vous assure que vous entendrez parler de moi !
- Je vous promet de ne pas lui faire du mal. Je respecte les femmes monsieur O’Neill, encore plus lorsque celles ci sont mes clientes.
Rémi passa devant le militaire et suivit Sam en s’enfonçant dans le sable, alors que les lumières de la soirée ainsi que la lune brillante permettait de voir les cheveux blonds de la jeune femme s’éloigner. Jack serra les points et frappa du pied dans le sable.
- Et merde ! Jura-t-il.
Il n’était vraiment pas bon à ce genre de choses. Parler, faire ressentir, non, définitivement, il était très mauvais. En les regardant s’éloigner, il revint vers la soirée et essaya de les suivre du regard alors qu’ils continuaient de marcher au loin. Il prit finalement le pavement de bois, suivit de celui en roche afin de les suivre discrètement par l’intérieur. Le chemin dominait la plage de sa hauteur, et il avait ainsi l’opportunité de pouvoir faire une filature tout en se dissimulant derrière les arbres. Il avait quelques difficultés à entendre ce qu’ils se disaient à cause de la musique, mais s’il tendait l’oreille, il pouvait se débrouiller pour avoir quelques bribes de phrases.
- Sam, est-ce que tout va bien ? Demanda Rémi en la rattrapant par le poignet.
Cette dernière se défit de sa prise et essuya de nouveau sa joue.
- Pas vraiment...
- Que puis je faire pour vous aider ?
- Pas grand chose. Dit elle en montrant un mince sourire.
- Pouvez vous m’expliquer qui est cet homme ?
- Je suis tombée amoureuse de lui... Il y a de cela... 8 ans ? Oui... 8 ans. Ça fait un moment hein ? Dit-elle en souriant.
- Oui, c’est pas mal.
- Mais je suis son second. Il est mon supérieur. Rien n’est possible entre nous.
- Pourquoi ? S’enquit Rémi.
- Il existe une loi au sein de l’armée qui empêche un officier supérieur d’avoir une relation fraternelle avec son second.
- Pourquoi ? Demanda encore le jeune homme alors qu’il était curieux de savoir pourquoi cet homme avait débarqué sur la plage pour à l’évidence, la protéger.
- Et bien, si vous étiez sous le feu de l’ennemi et que votre « petit ami » et en même temps supérieur tombait sous les tirs... Que feriez vous ?
- J’irais à son secours !
- C’est bien là le problème. Vous devez maintenir votre position et terminer la mission avant de pouvoir vous permettre un tel luxe...

Le silence domina une bonne partie de cette conversation. Rémi comprenait que ses deux personnes étaient amoureuses l’une de l’autre. Il l’avait bien vu au regard de l’homme pour cette femme. Et à la réaction de la militaire, il avait vite compris que tous ses doutes et ses questions ne partaient que d’une seule personne. Ce fameux Jack O’Neill.
- Vous l’aimez beaucoup n’est-ce pas ?
- Oui... Souffla la jeune femme. J’ai pourtant essayé de l’oublier. Mais cela me semble impossible.
- Pourquoi vouloir l’oublier ?
- Il joue avec mes sentiments ! Il se sert de moi comme... D’un soldat. Répondit Sam ironique en pensant à la véracité de ses propos.
- Peut-être que lui aussi est perdu entre sa raison et son cœur... Exposa Rémi.
- Que voulez vous dire ?
- Et bien, son cœur est pris par une femme vraiment séduisante et je le comprends tellement, il est amoureux de vous, c’est clair. Cela saute aux yeux. Et d’un autre côté, il est toujours militaire et votre supérieur, il ne peut pas se permettre de vous mettre en danger. Car à priori, s’il est tant contrarié dans sa relation avec vous, c’est parce qu’il tient à vous et qu’il ne sait pas comment faire pour vous protéger.
La vérité dans les propos de Rémi traversèrent Sam de part en part. Elle n’avait jamais réalisé que peut-être Jack O’Neill n’était pas un homme qui se confiait. Que peut-être, cet homme ferait tout pour la protéger en dépit de lui faire du mal, tant qu’il pensait que c’était pour son propre bien à elle. Sam en eut le souffle coupé. La révélation était si violente. Cela n’expliquait pas le baiser à Kerry pour autant, ni le fait qu’il l’ai invitée à vivre chez lui pendant tout ce temps. Sam se retourna vers Rémi, s’approcha de lui et l’embrassa. Répondant à son étreinte, le baiser devînt bien vite beaucoup plus passionné et violent. Elle avait besoin d’un homme qui la ferait se sentir femme. Elle avait besoin elle aussi, de pouvoir montrer à Jack qu’elle pouvait faire du mal. Certes, elle avait compris pourquoi il avait fait ça, mais il avait pris son pied, et elle aussi, avant de retomber dans le grand problème sentimental, elle souhaitait se sentir elle, femme, Samantha, la jeune femme avec des désirs également. Rémi se recula pourtant, prenant le visage de la jeune femme dans ses mains.
- Je ne veux pas vous proposer quoi que se soit Sam, mais si c’est ce dont vous avez besoin pour ce soir. Alors, je serais là.
La jeune femme le fit taire d’un autre baiser et l’embrassa de nouveau langoureusement. Ils tombèrent à genoux tandis que Rémi s’allongeait sur elle. Elle lui arracha sa chemise sans même prendre le temps de défaire les boutons. Il faudrait qu’il pense à jeter celle ci à la poubelle. Sa main passa sous la jupe de la jeune femme et d’une douceur exquise, glissa sur sa cuisse tandis que la jeune femme partait à la découverte de ses abdominaux. Une caresse en entraînant une autre, ils se retrouvèrent très vite nus tous les deux à se donner l’un à l’autre.

A seulement quelques mètres de là, un homme s’était assis dos à un arbre, s’étant détourné de la vue des deux amants ensemble. Une larme solitaire coulait sur une de ses joues. Il n’avait pas pu intervenir, car c’était ce qu’elle avait voulu. Il l’avait compris en la voyant se jeter sur lui. Elle avait besoin... Elle avait besoin de... Elle avait besoin d’amour. La seule chose qu’elle réclamait était de l’amour. Et il n’avait jamais été capable de lui en donner. Et pourtant, que Dieu lui soit témoin de tout l’amour qu’il lui portait. Comment se pouvait-il qu’il puisse se faire autant de mal en restant là, assit dos à ce couple, ce couple qui comprenait sa femme, la sienne. C’était de la torture. Jusqu’à ce qu’il entende la voix convulsée de la jeune femme et il savait qu’il l’avait mené à son plaisir. Seulement pour un soir, il lui avait dit et il avait entendu. Elle était toujours amoureuse de lui, il l’avait entendu aussi. Voilà, ils étaient à égalité. Il l’avait trompé avec Kerry et elle avec cet homme. C’était ironique de dire ce genre de choses alors que le seul mois où ils avaient été ensemble, ils ne s’étaient jamais trompé, ni l’un, ni l’autre. En se frottant la nuque, il se remit sur ses pieds et marcha vers la sortie de l’hôtel. Il avait assez consommé ce soir, et il n’aurait plus qu’à appeler Jim. Sam dormirait de toute façon, pour quelques bonnes heures d’après ses connaissances sur la militaire. Il tenterait de revenir dans l’après midi. En attendant, il fallait qu’il dorme et qu’il se prépare à la confrontation du lendemain.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?