baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les phénomènes inexpliqués > Le retour à des vies antérieures

Le retour à des vies antérieures

Titiasyl, dimanche 27 août 2017

Lors de M03.12, le major Carter a revécu les souvenirs de Jolinar, une symbiote tok’ra dont elle avait été brièvement l’hôte. Beaucoup de gens, sur terre, sont aussi persuadés d’avoir connu des souvenirs d’une vie antérieure. Le SGC examine ce phénomène mystérieux.

Avez-vous déjà rencontré quelqu’un pour la première fois et eu le sentiment que vous étiez déjà de vieux amis ? Vous a-t-il semblé que vous partagiez un lien spécial ? Comme il n’existe aucune raison logique d’éprouver ces sentiments, certaines personnes pensent que vous avez peut-être été amis dans une vie antérieure, et que ce que vous avez ressenti était dû au retour vers une vie passée.

Retour à une vie antérieure

Beaucoup de gens croient à la réincarnation. C’est un thème commun à beaucoup de religions, dont l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme. Cette philosophie postule que les êtres humains ont une âme capable de renaître successivement dans des corps différents. Cette idée est à la base de la notion de retour à une vie antérieure. Le cerveau est un énorme entrepôt de souvenirs complexes. Il est possible que le subconscient ait emmagasiné toutes les expériences successives de l’âme - dès l’instant où elle a été consciente de son individualité et s’est incarnée. Le retour à des vies antérieures permet de se souvenir de ces expériences passées. En accédant à ces souvenirs, ou en les débloquant, un individu peut revivre les événements de ses vies précédentes. Même si l’hypnose et les tentatives délibérées d’accéder aux souvenirs des vies antérieures sont un jeu à la mode, cela peut aussi arriver par hasard. Rencontrer son âme sœur entrerait dans cette catégorie - ou aller dans une ville ou un pays nouveau et se sentir aussitôt chez soi. Dans ce dernier cas, la personne revit peut-être des souvenirs d’une vie antérieure.

A l’âge tendre

Certains pensent que les très jeunes enfants peuvent connaître des retours spontanés à une de leurs vies antérieures. Souvent, un enfant peut raconter ce qui semble à première vue le souvenir d’une vie antérieure, ou l’exprimer par l’imaginaire, le rêve éveillé ou la peur. Les enfants qui ont ces expériences ne viennent pas nécessairement d’une famille religieuse ou croyant à la réincarnation. Pour les adultes, la méditation ou l’hypnose sont des moyens de provoquer un retour à une vie antérieure. Ceux qui sont censés avoir eu ces expériences racontent que cela prend un certain temps. Les premières tentatives peuvent être difficiles. Mais à chaque nouveau souvenir, le processus est plus facile, et de plus en plus d’informations viennent au jour. Bientôt, ces souvenirs de vies antérieures semblent aussi vivants que les souvenirs ordinaires.

A la rencontre du passé

Bien que rien n’atteste le retour à des vies antérieures, certains soulignent les manifestations inexpliquées de la conscience ; selon eux, le plus important ne réside pas dans les souvenirs mais dans la manière dont ils influent sur la vie actuelle. Savoir qu’on a vécu une vie antérieure n’est qu’une « curiosité », sauf si l’on met ces connaissances à profit. Il s’agit d’explorer ses vies passées et d’apprendre quelles erreurs on a commises, et comment s’améliorer dans sa vie présente. Et, même si l’on n’y croit pas, l’idée que le subconscient tente d’envoyer un message au conscient mérite d’être étudiée. Par ces explorations mentales, on peut parvenir à une meilleure compréhension des relations humaines, et à vivre mieux son existence.

Les faux souvenirs

Il ne fait aucun doute que des personnes ont eu des souvenirs ou éprouvé des sentiments qui les ont persuadées qu’elles avaient eu une vie antérieure. Mais les sceptiques doutent de la véracité de ces souvenirs. Selon eux, le fonctionnement de la mémoire, même s’il a été étudié à fond, ne permet pas de supposer qu’on peut transférer les expériences d’une vie antérieure dans un nouveau cerveau. Ils pensent que ces souvenirs de vies antérieures sont en réalité de faux souvenirs. On qualifie de « faux » les souvenirs d’un événement qui n’est pas arrivé, ou ceux qui sont distordus par rapport à l’expérience réelle. Si l’on se raccroche mentalement à un souvenir (dont on ignore peut-être qu’il est faux), celui-ci peut devenir très vivant, comme un véritable souvenir. Lors de certaines expériences, on a observé que des sujets à qui l’on implantait sous hypnose un faux souvenir refusaient de croire, au réveil, que ce souvenir était artificiel. Et ils montraient autant d’assurance, quand ils en parlaient, que pour de vrais souvenirs.

Notes du dossier : Dép. Psychologie et sciences neurologiques du SGC

L’analyseur de mémoire : Les Tok’Ra ont créé un dispositif permettant de stimuler les souvenirs enfouis ou refoulés. Hathor s’en est servi sur les membres de SG-1 afin d’obtenir des renseignements sur les alliés et les ennemis de la Terre. Quand Carter y a recouru pour retrouver les souvenirs de Jolinar, elle a revécu de douloureux souvenirs de la mort de sa mère.

Souvenirs virtuels : Lors de M02.04, les membres de SG-1 ont été connectés à un simulateur, une machine de réalité virtuelle. Le maitre du jeu a accédé aux souvenirs, souvent douloureux, de l’équipe pour amuser les personnes raccordées à la machine, les habitants de la planète.

Souvenirs effacés : Sur la planète P3X-289, un biodôme isole le village de l’environnement corrosif. L’esprit des habitants est connecté à un ordinateur grâce au « Réseau ». Quand le dôme a commencé à rétrécir, l’ordinateur a réécrit les souvenirs des citoyens à leur insu, afin qu’ils ne s’aperçoivent pas qu’une partie de la population était éliminé pour conserver l’équilibre.

Le Kel’no’reem profond : Le Kel’no’reem, profonde méditation, sert généralement chez les Jaffa à guérir ou reposer le corps, à l’image du sommeil pour les humains. Mais un Kel’no’reem très profond peut être aussi utilisé par le Jaffa pour communiquer avec son Goa’uld larvaire. Cette procédure est interdite, car dangereuse. La prêtresse goa’uld, Shan’auc, a dit à Teal’c qu’elle avait réussi à communiquer avec son symbiote. Teal’c est passé en Kel’no’reem profond pour tenter de communiquer avec le sien, mais il ne lui a montré qu’une vision de la mort de son père tué par le grand maitre Cronus.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?