baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les phénomènes inexpliqués > La vérité sur les astéroïdes

La vérité sur les astéroïdes

Titiasyl, lundi 28 août 2017

Quand les membres de SG-1 sont allés sur Edora conclure un traité commercial, ils ont été invités à regarder la « pluie de feu » annuelle. Elle survient quand Edora traverse une ceinture d’astéroïdes. Le SGC examine les effets dévastateurs des astéroïdes et autres objets dérivant dans l’espace.

Les astéroïdes sont des corps célestes rocheux et métalliques orbitant autour du Soleil. Ils n’ont pas d’atmosphère et leur masse est trop faible pour qu’ils figurent parmi les planètes, bien qu’on les appelle parfois des planètes mineures. Des centaines de milliers sont réunis dans la ceinture d’astéroïdes principale de notre galaxie, immense anneau en forme de beignet placé entre l’orbite de Mars et celle de Jupiter. Les astéroïdes connus ont des dimensions très variables. Le plus gros, Cérès (le premier découvert, en 1801), fait environ 1000 km de diamètre. En comparaison, d’autres sont de simples cailloux. On connaît 16 astéroïdes de plus de 240 km de diamètre. La plupart des grandes ceintures d’astéroïdes suivent une orbite stable et tournent dans le même sens que la Terre. Il leur faut trois à six ans pour faire le tour du Soleil.

Les comètes

À l’inverse des astéroïdes, faits de roche métallique, les comètes sont des masses de glace, de poussière et de débris, orbitant autour du Soleil. Le Soleil les réchauffe, vaporisant la glace. Quand le gaz s’échappe de la comète, la poussière et les débris se désagrègent. La queue de la comète se trouve du côté opposé au Soleil, car les vents solaires poussent les gaz et les débris loin de l’étoile brûlante. Les résidus et les petites particules de poussière restent sur la même orbite que le corps principal de la comète, formant sa queue caractéristique.

Les météores

Ils sont faits de petites particules de rocher et de débris qui sont en général les résidus d’une comète. Quand un météorite pénètre dans l’atmosphère, il se vaporise et devient un météore. Si l’objet ne se désintègre pas et touche le sol, on l’appelle une météorite.

Les pluies de météores

Elles surviennent lorsque l’orbite de la Terre coupe des faisceaux de petites particules de matière - des queues de comètes ou une ceinture d’astéroïdes. L’intensité des pluies dépend de la taille et de la densité des amas de particules. Si la queue est peu dense, la Terre recevra seulement quelques météores par heure pendant quelques semaines. Si elle est dense, la pluie prendra l’aspect de centaines ou même de milliers de météores brûlant dans l’atmosphère en quelques minutes -ce qu’on appelle un orage de météores.

Les dégâts dus aux impacts

La nature erratique d’une météorite signifie qu’aucune personne ou bâtiment n’est en sécurité. Et sa taille est imprévisible. Au Canada se trouve un cratère de météore de 70 km de diamètre... Les gaz libérés lors de l’impact, tel l’oxyde nitreux, peuvent endommager la couche d’ozone.

La pluie de météores des Léonides

Les Leónides sont une pluie de météores observée sur la Terre environ une fois par an. Leur nom vient de ce que ces étoiles filantes semblent toutes émaner d’un même point du ciel (le radiant), dans la constellation du Lion.

Plusieurs fois par an, la Terre traverse des nuages de particules, ce qui provoque des pluies de météores. La comète responsable des Leónides se nomme Tempel-Tuttle. Elle apparaît tous les 33 ans. Les 17 et 18 novembre, la Terre entre dans l’orbite de Tempel-Tuttle, et les Leónides peuvent être observées.

En 1799, les observateurs ont été surpris par une pluie de météores importante. Le savant allemand Humboldt et son compagnon Bonpland étaient au Venezuela pour enregistrer cet événement et le rapporter à la communauté scientifique. Dès 1833, les observateurs étaient plus familiarisés avec les orages de météores des Léonides Cette année-là, la pluie fut si intense qu’elle donna lieu à la première théorie sur l’origine des météores.

En 1866, Ernst Tempel et Horace Tuttle découvrirent la comète qui porte désormais leur nom. Après l’avoir observée pendant des semaines, ils calculèrent son orbite et en déduisirent que sa période était assez courte. En novembre de la même année, le grand nombre d’étoiles filantes surprit les observateurs européens.

En 1966, la comète Tempel-Tuttle est passée le plus près du Soleil depuis 1833. Pendant l’orage, les observateurs ont vu jusqu’à 40 météores par seconde. Elle est passée encore plus près du Soleil en février 1998. Les années suivantes, le spectacle a été extraordinaire : 250 puis 300 météores par heure ont été observés en 1998, mais on a en relevé 3 700 par heure en 1999, et 480 en 2000...

Notes du dossier : La rencontre de SG-1 avec des pluies de météores

La pluie de feu : Sur Edora, les chutes de météores sont appelées « pluies de feu » ou « larmes de nos ancêtres ». On dit que la pluie de feu est chaque année plus spectaculaire, car la ceinture d’astéroïdes que la planète traverse n’est pas uniforme. Certaines années, le champ de débris est particulièrement dense. Daniel Jackson a conclu qu’un orage de météores dévastateur était intervenu 150 ans auparavant. Les Edoran se sont transmis de génération en génération les récits décrivant « le tonnerre au loin, et l’horizon [qui] brûlait comme, si le soleil n’allait plus se lever. »

L’épreuve de Kon Garat : Lors cette course spatiale annuelle hébridan, Samarïtha Carter a servi dé copilote au Serrakin Warrick. En dernière partie de course, leur vaisseau, le Seberus, a dû traverser un champ d’astéroïdes extrêmement dense. Piloter un vaisseau à travers une telle ceinture d’astéroïdes demande une grande habileté : un impact peut être mortel.

Trajectoire de collision : Lors de M05.17, un astéroïde se dirige vers la Terre, assez massif pour détruire toute forme de vie. SG-1 atterrit sur l’astéroïde. Quand celui-ci traverse des veines de débris de la queue de la comète Tempel-Tuttle [appelées les Léonides], O’Neill et Teal’c tentent de poser une bombe à naquadah dans un cratère de l’immense rocher. Un orage de météores endommage la coque du vaisseau, entraînant une baisse de pression et une déperdition d’atmosphère

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?