baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Mythologie > Les phénomènes inexpliqués > La possession

La possession

Titiasyl, lundi 28 août 2017

Depuis le début du programme de la porte des étoiles, le SGC étudie la possession d’un humain par un goa’uld, cherchant comment retirer le symbiote sans tuer l’hôte. Ce phénomène est peut-être à l’origine des croyances au sujet de la "possession démoniaque".

Pendant des milliers d’années, des membres de toutes les cultures ont été persuadés qu’un être spirituel pouvait s’emparer du corps d’un humain et le forcer à agir de manière contraire à sa nature. Alors que dans certaines cultures, surtout celles d’obédience chrétienne, on pense que la possession est forcément le fait d’un être maléfique, d’autres soutiennent l’idée que des esprits bénéfiques peuvent habiter un humain. Certaines croyances étendent même le phénomène de possession aux animaux.

Le démon intérieur

La forme de possession la plus connue de nos jours est la possession démoniaque, supposée être l’œuvre de Satan. Le démon entre dans le corps et le domine pour l’utiliser à ses propres fins. Ce type de possession est souvent mentionné dans le Nouveau Testament, où de nombreux passages réfèrent à Jésus chassant les démons du corps des possédés.

Dans le passé, certains « symptômes » marquaient la possession par un démon : parler des langues incompréhensibles, faire preuve d’une force surhumaine, cracher ou vomir. On citait aussi les reproches constants visant Dieu, Jésus ou la Vierge Marie, les jurons incontrôlés, les comportements violents, la télépathie ou la prédiction de l’avenir et les personnalités multiples.

Expérience spirituelle

La possession spirituelle diffère de la possession démoniaque en ce que l’être qui investit le corps humain est bénéfique. Ceux qui croient à la possibilité de la possession par un esprit bienveillant estiment que c’est une expérience positive. La croyance en la possession remonte aux Sumériens et aux Akkadiens. On a trouvé des sculptures la décrivant et donnant des conseils pour l’encourager ou s’en protéger.
Elle figure dans de nombreuses sociétés tribales, surtout celles qui comportent des guérisseurs sorciers ou des chamanes, comme les Aborigènes australiens, et certaines cultures africaines ou amérindiennes. Lors de rituels « positifs », les divinités ou les esprits des morts sont invoqués. La personne canalisant l’esprit a souvent un statut important.

L’esprit peut être invité à habiter une personne pour une durée limitée, dans un but cérémoniel. Il peut être invoqué dans l’espoir de guérir une maladie ou une blessure. On peut aussi demander à l’esprit d’un mort de posséder une personne afin de lui permettre de communiquer avec les vivants.

Une partie de la vie

Il existe d’autres sortes de possessions, comme celles décrites par l’Islam. La différence majeure réside dans le type d’esprit. Les érudits musulmans, par exemple, affirment que des esprits bénéfiques, les djinns, peuvent s’installer dans un corps humain. Ils seraient une des trois espèces d’êtres intelligents créées par Dieu, les autres étant les anges et les humains.

Ces êtres invisibles possèdent les gens pour différentes raisons. Une personne peut demander à être possédée afin que le djinn l’aide à améliorer ses pouvoirs spirituels, ou elle peut lui demander de posséder un autre individu dont elle souhaite se venger. Les djinns peuvent aussi entrer dans un humain pour le punir d’un crime, par amour ou par luxure.

Rester pur

Selon les chrétiens qui croient à la possession, le péché est le « point d’entrée » des démons. Pour les éloigner, il faut donc s’abstenir de tout péché (surtout la luxure, l’orgueil et l’avidité). Dans d’autres cultures, on utilise des amulettes contre le mauvais œil. Ces talismans bénis par le sorcier sont censés éloigner les esprits maléfiques. Dans différentes cultures, de nombreux rituels ont un but similaire.

L’approche actuelle

Les croyances varient suivant les individus et les sociétés. Certains affirment que la possession correspondait à des maladies inexplicables dans le passé. Aujourd’hui, on estime plutôt que les « symptômes » décrits témoignent d’une maladie mentale.
Toutefois, la croyance en la possession démoniaque n’a pas cessé. Il se trouve des prêtres, par exemple, pour proclamer que les maux du monde sont le signe que Satan domine les humains. Tant que les gens croiront à l’existence des esprits ou des démons, il est probable qu’ils continueront à croire à la possession.

L’exorcisme

Jusqu’en 1999, l’Eglise catholique a continué à mettre à jour son manuel d’exorcisme –censé être le seul moyen de guérir un possédé.

Bien que les exorcismes aient été largement pratiqués par l’Eglise, ils sont désormais strictement contrôlés.

Seul un évêque peut décider de la procédure, après une série de tests, car l’Eglise catholique reconnait aujourd’hui que la maladie mentale peut être à l’origine du phénomène de « possession ».

Jean-Paul II aurait pratiqué trois exorcismes au cours de ses vingt-trois années de pontificat. L’exorciste est généralement un prêtre du diocèse de la victime. Il pratique l’imposition des mains et récite un vers trouvé en 1415 dans l’abbaye de Metten, en Bavière. Mais les exorcismes n’ont pas toujours été aussi pacifiques. Pendant le fameux procès des sorcières de Salem, de nombreuses personnes, accusées d’être possédées, furent condamnées à mort et non à être exorcisées. Au cours du siècle dernier, beaucoup de décès ont eu lieu lors de tentatives d’exorcisme.

Notes du dossier : Dép. Races d’Aliens du SGC

Possession volontaire (Adrian Conrad) : Adrian Conrad, un homme d’affaires prospère, était atteint d’un syndrome de Burchardt au stade terminal. Ayant entendu parler de 1’existence du programme de la porte des étoiles et du pouvoir thérapeutique des, symbiotes, il s’en est procuré un par l’intermédiaire de Maybourne et se l’est fait implanter. Il pensait que ses médecins pourraient le lui retirer par la suite, une fois qu’il serait guéri. Peu après l’implantation du symbiote, il a assassiné sa secrétaire, puis a été capturé par le colonel Simmons, du NID.

Possession volontaire (Jacob Carter) :Après la conclusion de l’alliance entre le SGC et la Tok’ra, Samantha Carter a appris que son père était atteint d’un cancer. Informé de l’existence du programme de la porte des étoiles, Jacob Carter s’est proposé comme hôte pour le symbiote Selmak. Ensemble, ils assurent la liaison entre la Tok’ra et la Terre. Jacob s’est joint à la Tok’ra pour aider à combattre les Goa’uld.

Retrait du symbiote (Skaara/Klorel) : Quand, lors d’un tribunat [procès] sur Tollana. supervisé par une Nox, il a été décidé de retirer le Goa’uld Klorel de son hôte, Skaara, les Tok’ra se sont chargés de la procédure. Ils ont pu séparer le symbiote et l’humain en les gardant en vie.

Société médiévale : Sur une lointaine planète, l’équipe SG-1 a rencontré une société médiévale chrétienne terrorisée par le Goa’uld Sokar. La jeune Mary avait attrapé la varicelle, et les villageois la croyaient possédée. Leur « remède » consistait à la trépaner afin de faire sortir les esprits maléfiques. L’équipe est arrivée à temps pour la sauver.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?