baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Encyclopédie > Armes > Armes Terriennes > Les satellites de Daniel

Les satellites de Daniel

Titiasyl, dimanche 17 septembre 2017

Lors d’un rêve provoqué par l’enfant Harsesis Shifu, Daniel Jackson découvre ce qu’il en coûte de posséder toutes les connaissances des Goa’uld. Grâce à ses nouvelles capacités, il développe des satellites au pouvoir destructeur cataclysmique. Sous l’influence maléfique des Goa’uld, sa quête de destruction de l’ennemi entraine la survenue d’une version de l’apocalypse…

1/ Dimensions
Hauteur : 1,90 m
Longueur : 4,20 m
Poids : 2240 kg
Durée de mission : 1000 ans
Après leur lancement, les satellites sont en mesure de rester en orbite pendant 1000 ans, grâce à la durée exceptionnelle de leur pile d’alimentation au naquadah. Un réseau de satellite peut être produit en 12 mois par le SGC, pour un coût de 160 milliards de dollars.

2/ Les éléments lourds
Au début, Jackson ignore ce qui compose le naquadah liquide lourd nécessaire à alimenter le satellite. C’est probablement une combinaison d’éléments ayant un nombre atomique élevé. Tout élément au nombre atomique supérieur à 101 est appelé élément transfermium, ou élément lourd. Sur Terre, l’élément naturel au nombre atomique (Z) le plus élevé est l’uranium, pour lequel Z = 92.

3/ Alimentation
Elle provient d’une cellule de carburant à naquadah liquide lourd. Les composants de la cellule sont extrêmement volatils. Ils doivent être protégés par un boîtier renforcé en trinium pour empêcher les ennemis de traverser les boucliers du satellite et de déclencher une explosion massive.

4/ Communication
Les satellites servent aussi de stations de relais. Ils transmettent des données audio et visuelles, permettant d’envoyer des messages autour du monde. Certains sont en orbite géosynchrone, récoltant des données et relayant les informations sur les mouvements de l’ennemi ou les changements de terrain ou de climat.

5/ Armement
Les canons, situés à l’avant de l’appareil, émettent un puissant rayon d’énergie produite par le naquadah liquide. Cette substance hautement instable est contrôlée grâce aux connaissances transmises à Daniel Jackson par l’enfant harsesis. Le rayon d’énergie est capable de percer le bouclier d’un vaisseau mère goa’uld. Une flotte de satellites peut-être programmée dans l’objectif de détruire une ville de la taille de Moscou.

6/ Ordinateur de vol
Situé au centre du satellite, le système de commande et d’information contrôle toutes les fonctions de l’engin. Le processeur entrée-sortie dirige toutes les données transmises et reçues par l’ordinateur.

7/ Détecteurs à longue portée
Placés dans des panneaux, sur les côtés de l’engin, ils fournissent des données précises sur l’emplacement des étoiles et des vaisseaux. Chaque panneau comporte un détecteur optique qui scanne les objets avec une lentille spéciale au silicone, puis les données sont traitées numériquement. Le détecteur peut donner la position d’étoiles ou de vaisseaux ennemis situés à des milliers d’années-lumière, et estimer une altitude avec une précision de 1,01 degré. Ces données sont transmises à l’ordinateur de vol en même temps que les images télémétriques. Ces détecteurs sont un système d’avertissement très efficace en cas d’invasion par les Goa’uld.

8/ Détection à distance
La détection à distance permet d’examiner la surface d’une planète à 800 km de hauteur. De puissantes caméras scannent la surface et transmettent les informations aux ordinateurs de la base de Daniel. A partir de ces données, il peut déterminer la végétation et les caractéristiques (eau, chimie) de la région, pour décider de l’attaque à mener. Cette technologie développée permet aussi d’analyser les changements sur une certaine durée. Cela signifie que la Terre peut examiner d’autres planètes et détecter les gisements de naquadah. Il est aussi possible de surveiller les mouvements des troupes ennemies, leurs armes et leur technologie, pour pouvoir repérer rapidement toute manœuvre ou menace et y réagir sans délai.

9/ GPS
Grâce au système GPS de la Nasa et aux connaissances des Goa’uld qu’il a acquises, Daniel peut repérer la latitude, la longitude et l’altitude exactes d’un satellite. Il peut alors positionner l’arme et espérer un tir parfait. Il existe 24 engins spatiaux sur 6 plans orbitaux, chacun muni de 12 satellites. Des récepteurs au sol traitent les signaux de navigation du satellite, grâce à un code goa’uld spécial de « précision » qui donne une précision de positionnement à 1 m près. A titre de comparaison, les codes de la NASA n’étaient précis qu’à 20 m près.

10/ Lancement
Les satellites ont été lancés grâce à une fusée spéciale qui les a mis en orbite et les a libérés dès qu’ils ont dépassé les couches les plus épaisses de l’atmosphère. Le mécanisme placé à la proue de la fusée dirige les engins vers l’est de la Terre, ce qui exploite au mieux sa rotation et donne une accélération supplémentaire, plus importante à l’équateur. A ce niveau, la distance autour de la Terre est la plus grande, donc la rotation est plus rapide. A cause du poids de la fusée et de sa charge, cette accélération est un facteur déterminant pour économiser le carburant. Une fois dans l’atmosphère supérieure, moins danse, le système de navigation pousse l’engin en position horizontale et libère les satellites.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?