baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Encyclopédie > Vaisseaux > Vaisseaux Goa’uld > Les Tel’taks

Les Tel’taks

Titiasyl, vendredi 22 septembre 2017

Le Tel’tak est un vaisseau de transport goa’uld pour moyennes et longues distances, capable de voyages hyperspatiaux, comptant parmi les éléments essentiels des flottes goa’uld. Il sert à transporter du personnel ou du fret à travers les réseaux planétaires goa’uld. Bien qu’ils ne disposent pas d’armement, ces vaisseaux sont très pratiques, surtout grâce aux anneaux de transport dont ils sont équipés.

1/ Rôle et concept
Bien que le rôle principal du Tel’tak soit d’acheminer du fret, il est aussi utile pour transporter des troupes, et pour les missions secrètes, grâce à sa nature discrète et polyvalente. Le Tel’tak est divisé en deux sections : la zone de pilotage et la soute à marchandise, séparées par une cloison. Le poste de pilotage contient les commandes de vol, de navigation et du système d’anneaux de transport, le siège du pilote et du copilote, et le sas d’entrée. La soute contient les anneaux de transport et les capsules de survie. Pour la verrouiller, il faut qu’un membre d’équipage saisisse la combinaison correcte de cinq ou six symboles sur le clavier situé sur la paroi du cockpit, près des portes.

2/ Les capsules de survie
Au cas où un vaisseau Tel’tak serait attaqué par un ennemi ou deviendrait incontrôlable, l’équipage peut se mettre hors de danger en empruntant les capsules de survie. Les capsules, stockées dans la soute, ont la taille d’un cercueil ou d’un petit sarcophage. En cas de nécessité, les membres de l’équipage peuvent entrer dans la capsule et la verrouiller de l’intérieur. Puis la capsule est éjectée du Tel’tak à grande vitesse, selon une trajectoire prédéfinie. Les capsules disposent d’amortisseurs d’inertie et d’un système environnemental rudimentaire qui assurent la survie du passager dans des conditions de confort relatif. Généralement, un Tel’tak comporte quatre capsules.

3/ Dimensions
Hauteur : 6,5 m.
Longueur : 15 m.
Envergure : 10 m.
Masse : 72 000 kg.

4/ Autodestruction
Le Tel’tak n’est pas armé, mais il contient quand même un mécanisme d’autodestruction manuel, qui peut être activé par la console de navigation. Pendant le compte à rebours, des symboles lumineux, sur la console, indiquent le temps restant. Une fois que le compte à rebours d’autodestruction a commencé, il est possible de l’arrêter en introduisant trois petits cristaux goa’uld dans la console.

5/ Capacité du Tel’tak
- Voyage supraluminique : Le Tel’tak peut générer une fenêtre d’hyperespace. On ignore sa vitesse maximale, mais elle est probablement proche de celle du vaisseau – mère de classe Ha’tak.
- Bouclier d’invisibilité : Il est possible d’équiper le Tel’tak de la technologie furtive goa’uld, ce qui permet au vaisseau de se rendre invisible.
- Générateur de bouclier : Le Tel’tak peut recevoir un bouclier de défense puissant pour arrêter plusieurs tirs directs de canons à énergie de planeur de la mort ou de vaisseau-mère.
- Maniabilité : Le Tel’tak est maniable, particulièrement quand il ne transporte pas de fret. Dans les mains d’un pilote, il est capable d’échapper au tir d’un planeur de la mort.
- Armement : Le Tel’tak ne dispose d’aucune arme.
- Anneaux de transport : Le dispositif d’anneaux de transport est un équipement standard du Tel’tak. Dans certains cas, quand il vole dans l’espace, il peut téléporter à bord des objets à l’extérieur du vaisseau et directement en dessous.

6/ Concept de la coque
Le Tel’tak peut voler dans le vide spatial ou dans l’atmosphère. Quand il atterrit, une partie de la coque se rétracte. Peu après le décollage, deux petites ailes sortent des bords de la coque. Ces ailes sont incurvées, ressemblant beaucoup à celles des planeurs de la mort.

7/ Console de commande
La console principale de navigation et de commande environnementale est placée sur la passerelle, derrière le cockpit, couverte par un capuchon métallique. Il s’agit du centre nerveux du vaisseau, qui commande les moteurs, les boucliers, l’environnement et, sur les modèles les plus avancés, le bouclier d’invisibilité.
Dans le cockpit, la console de pilotage contient un globe rouge brillant. Pour régler l’accélération ou l’axe de direction, le pilote déplace manuellement le globe. Une seule personne peut piloter un Tel’tak, même si un copilote est généralement prévu pour les missions de longues durées. Les amortisseurs d’inertie permettent à l’équipage et aux passagers de rester assez stables pendant les manœuvres.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?