baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Histoires courtes > Histoires courtes en série > Des sentiments confus > Partie 1 - Se retrouver seuls

Partie 1 - Se retrouver seuls

Titiasyl, vendredi 13 octobre 2017

Titre : Se retrouver seuls.
Auteur  : Titiasyl.
Beta  : Angelgym34.
Série  : Stargate SG-1.
Genre/Pairing : Violence, Amitié, Romance…
Personnages  : Sam, Jack, Jacob et d’autres personnages de mon invention…
Résumé  : La vie de deux jeunes gens va changer du tout au tout…
Saison  : Hors du temps (Dans les années 1870 environ...)
Disclaimer  : Les personnages de la série appartiennent aux créateurs et à la MGM.
Note de l’auteur  : Une petite histoire que j’avais envie d’écrire depuis quelques temps. Voici la première partie…

********************

En cette fin de journée d’été, des cris se faisaient entendre dans le quartier huppé de Colorado Springs.
Les quelques passants se trouvant dans la rue se hâtaient de rentrer chez eux, ne portant pas vraiment attention au bruit.
Les disputes étaient courantes ces derniers temps chez les O’Neill.
- « Je vous ai déjà dit qu’il en était hors de question. » gronda Jack alors qu’il toisait ses parents.
- « Mon chéri, c’est pour le bien de la famille. » fit doucement Eléanor, assise sur le canapé du salon.
- « Le bien de la famille ? » s’énerva encore plus le jeune homme « Et ma vie, quelqu’un y pense ? »
- « Il est de ton devoir de penser au bien de ta famille. » fit Richard en toisant son fils.
- « Mon devoir ? Non mais je rêve. » s’exclama Jack « Je vous le redis, il est hors de question que j’épouse cette fille ! »
- « Elle est la fille d’un de mes amis, donc d’une excellente famille. » répondit le patriarche « Vous donnerez ainsi des héritiers à nos deux familles. »
Jack faisait les cent pas dans la pièce, furieux mais aussi outré par la demande de ses parents.
Comment pouvaient-ils le forcer à faire une telle chose ?
- « Je ne peux pas épouser une fille que je ne connais pas et fonder une famille avec elle. » déclara le jeune homme « Je veux me marier avec celle qui fera battre mon cœur. »
- « Tu épouseras celle que nous avons choisi pour toi ! » gronda Richard, en se levant du canapé, furieux.

Un peu plus loin dans la ville, dans un quartier modeste, une jeune fille faisait face à la fureur de son père.
- « Je te demande de ramener de l’argent à la maison, ce n’est quand même pas compliqué ! » gronda Jacob tout en giflant sa fille.
- « Mais pas comme ça. » sanglota Samantha, en tenant sa joue douloureuse.
- « Tu n’as pas ton avis à donner. Tu feras ce que je t’ordonne ! » cria Jacob en empoignant sa fille par le bras.
- « Jamais ! » hurla la jeune fille « Jamais je n’accepterai de me prostituer ! »
- « Je me moque que tu acceptes ou non. » ricana l’homme, le sourire mauvais « Tu le feras. »
- « Allez au diable. » s’énerva Samantha en essayant de se débattre.
Mais bien plus fort qu’elle, Jacob resserra sa poigne sur le bras de sa fille, avant de la gifler une nouvelle fois.
Voyant que Samantha continuait toujours de se débattre, il se mit à la frapper encore plus fort.
Les minutes passèrent et la jeune fille se retrouva en boule sur le sol, essayant de se protéger des coups comme elle le pouvait.
- « J’en ai plus que marre d’avoir à travailler pour ramener de l’argent dans cette maison. » gronda Jacob en donnant des coups de pied à sa fille « Tu vas faire ce que je te de dis. »
- « Ja…mais… » gémit Samantha en se protégeant comme elle le pouvait, malgré les douleurs de son corps.
La réponse de la jeune fille le mit encore plus en colère, alors qu’il frappa bien plus fort.
Quelques instants plus tard, Jacob cessa ses coups et se baissa, tout en attrapant d’une main les cheveux de sa fille.
Sans la moindre douceur, il lui releva la tête alors qu’il la toisait du regard.
- « Tu perdras ta virginité sous les assauts d’un de mes amis. Les autres s’en donneront à cœur joie ensuite. » sourit-il méchamment « Tu vas me rapporter une petite fortune. Et pas plus tard que ce soir. »
Sans attendre de réponse, il relâcha violemment la tête de Samantha avant de l’attraper par un bras, puis de la tirer vers une porte.
Une fois celle-ci ouverte, il poussa sa fille dans les escaliers avant de claquer la porte, puis de la verrouiller.
La jeune fille dévala les marches avant de heurter le mur une fois arrivée en bas.
Sonnée par la descente, Samantha mit un petit moment à reprendre ses esprits.
Reprenant doucement ses esprits, elle réussit à se relever avec difficulté et vit qu’elle se trouvait enfermée à la cave.
Tout en se tenant au mur, elle se déplaça jusqu’à une petite lucarne donnant sur l’extérieur.
Au prix de durs efforts, la jeune fille tira quelques caisses pour les mettre juste sous l’ouverture.
Bien décidée à fuir, elle grimpa dessus, puis se hissa au travers de la lucarne.
- « Hmmm… » grimaça-t-elle en se faufilant à l’extérieur.
Une fois à l’air libre, Samantha souffla un bon coup tout en restant bien appuyée contre le mur de la maison.
Les larmes coulaient le long de ses joues, tant par la douleur des coups reçus, que par celle de l’attitude de son père.
Pourquoi ne pouvait-il pas l’aimer ?
Sachant qu’elle n’aurait jamais la réponse, elle sécha ses larmes avant d’entendre du bruit provenant de la rue.
- « Vous allez vraiment passer un excellent moment les amis. »
- « Vu la beauté de ta fille, j’en suis certain. »
- « Je vous fais un prix pour ce soir. » fit Jacob « Veillez à bien l’entrainer surtout. »
- « Oh mais tu peux compter sur nous. » ricana un autre homme que Samantha ne reconnut pas.
Terrorisée à l’idée d’être repérée, elle se cacha derrière des haies et vit plusieurs hommes entrer à la suite de son père.
Une fois la porte d’entrée refermée sur eux, la jeune fille se releva et partit en courant le plus vite possible loin de cette demeure.
Elle avait mal partout, mais sa volonté d’échapper à son sort lui donnait un regain de force.
Sans même savoir où elle allait, Samantha prit la direction complètement opposée au lieu où vivait Jacob…

- « Il est hors de question que vous choisissiez mon épouse à ma place. » gronda Jack, hors de lui.
Richard serra les poings de colère, alors qu’il se retenait de corriger son fils.
Après s’être forcé à se calmer, le patriarche toisa Jack du regard avant de se décider à parler.
- « Je te laisse le choix, Jack. » fit Richard très calmement « Soit tu épouses cette jeune fille, soit tu quittes définitivement cette demeure. »
Le jeune homme resta quelques instants sans bouger, puis regarda ses parents l’un après l’autre.
Ne voyant que la volonté de lui imposer une union arrangée, il se dirigea vers la sortie de la pièce.
- « Dans ce cas, je vous dis adieu. ». fit simplement Jack, avant de quitter le salon puis la demeure.
Une fois dans la rue, il prit une direction au hasard et s’enfonça dans la nuit, laissant tout derrière lui.

Samantha courait dans les rues sans se retourner, effrayée à l’idée d’être retrouvée.
Au bout d’un bon moment, elle finit par s’arrêter tant elle était essoufflée.
Son corps entier la faisait souffrir alors que ses poumons la brulaient.
Soudain, elle sentit un souffle chaud dans son cou et un bras passer autour de sa taille.
- « Bonsoir, jolie gazelle. » susurra un homme à son oreille « Si tu venais avec moi que je te réchauffe ? »
- « Non… » souffla la jeune fille, apeurée « Non merci. »
Elle se dégagea comme elle put et s’éloigna de cet homme, alors qu’elle en remarqua d’autres qui la regardaient avec appétit.
Elle se remit à courir en se retournant par moment, voyant que quelques-uns la suivaient tranquillement, un sourire carnassier sur le visage.
A force de se retourner, elle finit par percuter quelqu’un, alors qu’il la retint pour ne pas qu’elle s’écrase sur le sol.
- « Tout va bien, mademoiselle ? » fit doucement l’homme en la regardant avec attention « Ces hommes vous ont agressée ? »
Sur ses gardes après les derniers évènements de la journée, Samantha le repoussa avec force et se remit à courir.
L’inconnu resta quelques instants immobile avant de voir quelques hommes recommencer à suivre la jeune fille.
Samantha courait comme elle le pouvait dans les rues, lorsqu’elle fut attrapée par un bras et plaquée contre un mur.
- « Ben alors, ma jolie. » sourit l’individu face à elle « Tu pensais vraiment pouvoir m’échapper ? »
- « Laissez-moi tranquille. » gémit la jeune fille en tentant de se dégager.
- « Pourquoi ? On s’amuse bien tous les deux pourtant. » fit l’homme alors que l’une de ses mains relevait la robe avec empressement.
Samantha se débattait comme elle le pouvait, mais il la tenait avec trop de forces.
Les larmes coulant le long de ses joues, elle ne savait plus quoi faire pour se sortir d’affaire.
Soudain, l’homme fut éloigné d’elle et se retrouva sur le sol en quelques secondes.
Un autre homme vint se placer dos devant elle, comme la protégeant de l’autre individu.
- « Retourne à tes occupations loin d’elle. » gronda son sauveur « Tu as intérêt à vite filer si tu ne veux pas finir en prison. »
L’individu se releva rapidement et partit en courant, avant de disparaitre au coin de la rue.
Doucement, l’homme se tourna vers Samantha sans même essayer de s’approcher d’elle.
- « Vous allez bien ? » demanda-t-il « J’espère qu’il n’a pas eu le temps de vous faire de mal. »
- « Ça va. » souffla la jeune fille « Merci pour votre aide. »
- « Avec plaisir. » sourit l’homme « Je m’appelle Jack O’Neill. »
Samantha le regardait avec hésitation sans trop savoir quoi faire.
Comme il venait tout de même de l’aider par deux fois, elle décida qu’elle pouvait au moins lui répondre.
- « Samantha Carter. » fit doucement la jeune fille, encore sur ses gardes.
- « Souhaitez-vous que j’appelle tout de même la police ? » sourit Jack, ravi qu’elle lui ait donné son identité.
- « Non, merci. » souffla la jeune fille en croisant les bras contre elle.
Jack voyait très bien le visage tuméfié de Samantha et se doutait qu’elle avait dû être agressée.
Mais il ne pouvait pas l’obliger à aller à la police si elle ne le souhaitait pas.
- « Très bien. » abdiqua-t-il, avant de continuer « Je vais vous raccompagner chez vos parents. Il n’est pas bon pour une jeune fille de votre âge de se trouver seule le soir dans la rue. »
- « Ma mère n’est plus de ce monde. » fit tristement Samantha sans rien dire de plus.
- « Oh, désolé. » grimaça l’homme « Dans ce cas, je vais vous raccompagner chez votre père. »
- « Non, il en est hors de question. » cracha-t-elle, la peur dans le regard.
Elle se dégagea et commença à reprendre sa marche pour s’éloigner de lui.
Ne souhaitant pas la laisser de nouveau seule dans les rues à cette heure de la nuit, Jack la retint par le bras.
- « Votre père doit s’inquiéter de ne pas vous voir rentrer. » fit Jack sans la brusquer.
- « Ca ne risque pas. C’est lui qui m’a mise dans cet état. » répondit tristement la jeune fille « Je le fuis pour ne pas qu’il recommence. »
- « Oh. » grimaça le jeune homme « Je suis désolé. »
- « Et vous, que faites-vous dehors à cette heure-ci ? » demanda Samantha pour détourner la conversation d’elle.
Tout en douceur, Jack prit le bras de la jeune fille dans le sien et l’incita à avancer dans la rue.
En effet, il avait remarqué que quelques hommes s’approchaient d’eux et il n’aimait pas ça du tout.
Par conséquent, Jack les conduisait tranquillement vers une rue bien mieux éclairée que celle où ils se trouvaient actuellement.
- « Mes parents souhaitaient que j’épouse la fille d’un de leurs amis. » expliqua le jeune homme « Comme j’ai refusé ce mariage arrangé, ils m’ont mis à la porte. »
- « Je suis désolée de vous avoir posé cette question. » fit la jeune fille, gênée.
- « Ne le soyez pas. » sourit Jack pour la rassurer.
Au fur et à mesure de leur avancée, ils aperçurent une petite maisonnette abandonnée, mais encore en bon état.
- « Nous sommes donc tous les deux sans foyer. » déclara le jeune homme pour résumer leur situation.
- « Oui. »
- « Je vous propose de passer la nuit dans cette maisonnette. » suggéra Jack avant d’ajouter « Je veillerai sur vous afin qu’il ne vous arrive rien. »
- « De toute façon, je n’ai pas beaucoup d’autres choix. »
- « Non en effet. » fit le jeune homme en ouvrant la marche « Restez derrière moi. »
- « D’accord. » répondit simplement Samantha.
- « Je préfère passer devant au cas où la maison soit déjà habitée. » précisa Jack, alors qu’il ouvrait la porte d’entrée.
Les deux jeunes gens furent surpris de voir que l’intérieur de la maison n’était pas en mauvais état.
Toujours avec précaution, le jeune homme inspecta la pièce servant de salon avant de visiter les autres…
Quelques instants plus tard, ils furent soulagés de voir que la maison était vraiment abandonnée.
- « Au moins, nous serons tranquille ici. » sourit Jack, en regardant Samantha « Vu l’heure qu’il est, je propose que nous allions nous coucher. »
- « Ce serait préférable en effet. » souffla la jeune fille en étouffant un bâillement.
Les deux jeunes gens se dirigèrent vers les chambres, alors que Samantha entra dans la première.
- « Celle-ci est vraiment très poussiéreuse. » rétorqua la jeune fille « Impossible de dormir ici cette nuit. »
- « Celle-là peut aller. » fit Jack dans la seconde chambre « Venez voir. »
Samantha le rejoignit dans la pièce et fit le même constat que lui.
- « Il y a deux couvertures dans l’armoire. » remarqua le jeune homme « On peut en étendre une sur le lit et nous couvrir avec la seconde. »
- « Très bonne idée. » fit la jeune fille avant d’ouvrir la fenêtre « On va tout de même les secouer un peu avant pour enlever la poussière. »
Leur lit d’infortune prêt, ils se couchèrent dans la foulée.
Ils s’étaient installés chacun dans leur coin, dos à dos, tandis que Samantha laissa des larmes couler le long de ses joues.
Au bout d’un petit moment, Jack sentit les soubresauts de la jeune fille.
Avec douceur, il s’approcha d’elle avant de l’enlacer afin d’essayer de la réconforter.
- « Je n’ai plus personne. » souffla Samantha entre deux sanglots.
- « Je n’ai plus personne non plus. » répondit le jeune homme « Mais nous serons là l’un pour l’autre. Je vous protègerai et prendrai soin de vous. »
- « Pourquoi faites-vous tout cela pour moi ? » demanda la jeune fille en se tournant vers lui.
- « Honnêtement, je l’ignore. » fit Jack avec sincérité « Mais si j’avais été à votre place, j’aimerais aussi que quelqu’un puisse m’aider et me protéger comme je le ferai. »
- « Merci. » souffla Samantha, en se blottissant un peu plus contre lui, comme cherchant de la chaleur.
- « Dormez maintenant. Il est très tard. » fit le jeune homme en la gardant contre lui.
Les deux jeunes gens dormaient à poings fermés, pour une nuit des plus courtes…

Le lendemain matin, Jack ouvrit les yeux le premier alors que Samantha se trouvait toujours contre lui.
Ne voulant pas la réveiller, il essaya de se lever en douceur alors qu’il sentait qu’elle avait vraiment besoin de dormir.
La jeune fille ne broncha même pas lorsqu’elle se retrouva seule dans le lit.
Sans faire de bruit, Jack quitta la chambre et alla dans la cuisine afin de fouiller les placards.
- « J’espère que je vais trouver quelque chose à manger. » fit le jeune homme avec espoir, en ouvrant chacun des placards.
Après plusieurs minutes de recherches, c’est dépité que Jack constata qu’il n’y avait vraiment rien à manger.
- « Il n’y a même pas un petit quelque chose à manger. » grimaça le jeune homme, alors qu’il avait faim.
- « Ça ne m’étonne pas vraiment étant donné que cette maison est tout de même abandonnée depuis quelques temps déjà. » fit Samantha à l’entrée de la pièce.
- « C’est vrai. » répondit Jack « J’aurais pu y penser. »
- « Vous n’avez pas l’habitude d’avoir faim, n’est-ce pas ? » demanda la jeune fille en se dirigeant vers la porte arrière de la maison.
- « Non, vous avez raison. » fit le jeune homme « Je viens d’une famille aisée. »
- « Mon père travaillait pour rapporter de l’argent à la maison. » avoua Samantha « Je devais m’occuper du ménage et des repas, mais je n’avais que très peu le droit de manger. »
En entendant de telles paroles, Jack préféra ne pas relever et suivit la jeune fille à l’extérieur de la maison.
Ils trouvèrent ainsi un petit jardin alors que le jeune homme se demandait ce qu’ils faisaient dehors.
- « Je peux vous demander pourquoi nous sommes sortis ? »
- « J’ai entendu un bruit de poule lorsque je me suis réveillée. » expliqua Samantha « Donc s’il y a vraiment des poules… »
- « Il y a des œufs. » s’exclama Jack, ravi de pouvoir manger.
- « Vous ne pensez qu’avec votre estomac ? » rétorqua la jeune fille en le toisant du regard.
- « Désolé. » s’excusa le jeune homme en se dandinant d’un pied sur l’autre.
Samantha sourit devant son attitude, puis repartit à la recherche des poules.
Avec les herbes hautes, elle avait du mal à voir quelque chose.
Après avoir fait quelques pas, la jeune fille sourit de voir une espèce de poulailler avec quelques poules.
Certes l’édifice n’était pas en bon état, mais les volatiles se portaient bien.
Avec précaution, elle s’approcha du poulailler et vit des œufs dans la paille.
Elle en toucha quelques-uns et prit les plus chauds, qu’elle considéra comme étant les plus récents.
Avec sa trouvaille, elle retourna à la cuisine et chercha une poêle pour pouvoir les faire cuire.
- « Il y a une rivière au fond du jardin. » fit Samantha avant de regarder Jack « Prenez tout ça et allez les y laver. »
Le jeune homme prit donc la poêle, le saladier, une spatule ainsi que les assiettes et les couverts avant d’obéir à la jeune fille.
Pendant ce temps, elle prit du bois posé dans un coin de la cuisine et le mit dans la cuisinière.
Après avoir cherché quelques instants, elle trouva ce qu’il fallait pour allumer le feu.
Jack revint à ce moment-là, et lui tendit ce qu’il avait en main.
Samantha lui prit la poêle et y cassa les œufs avant de la mettre sur le feu.
Quelques instants plus tard, la jeune fille les mit dans les assiettes alors qu’ils se mirent à manger en silence.
- « Je vais aller chercher du travail. » fit Jack en continuant de manger « Nous pourrons ainsi subvenir à nos besoins. »
- « Je m’occuperai de la maison et des repas. » fit Samantha alors qu’elle avait terminé de manger « Je ferai aussi un petit potager. En plus des œufs, ça nous fera économiser de l’argent. »
- « Très bonne idée. Je vous aiderai à travailler la terre. » sourit le jeune homme.
Un moment plus tard, Jack quitta la table et embrassa Samantha sur la joue tout en lui souhaitant une bonne journée.
La jeune fille lui sourit, puis il quitta la maison d’un bon pas.
Prenant bien garde à rester de ce côté de la ville, Jack alla de bar en épicerie alors que personne ne souhaitait l’embaucher.
- « Je n’ai pas besoin d’un employé supplémentaire. » lui dit gentiment le propriétaire de la dernière échoppe du quartier.
- « Très bien. Je vous remercie. » répondit le jeune homme, dépité de ne pas trouver de travail.
- « Allez donc voir à la scierie qui se trouve juste à la sortie de la ville. » fit l’homme avant de continuer « Il me semble que le patron cherche de la main d’œuvre. »
- « J’y vais de ce pas. » sourit franchement Jack « Merci beaucoup pour l’information. Au revoir monsieur. »
Ce fut presque en courant qu’il quitta l’échoppe, puis remonta la rue pour se retrouver presque à côté de sa nouvelle demeure.
Sans perdre de temps, le jeune homme se rendit à la scierie avant de se diriger vers un vieux monsieur qui semblait surveiller le travail des ouvriers.
- « Bonjour monsieur. » fit Jack « Excusez-moi de vous déranger mais… on m’a dit qu’il y aurait peut-être du travail pour moi ici. »
- « C’est possible, gamin. » fit l’homme en le regardant bizarrement « Tu sais faire quoi ? »
- « Ecoutez, la seule chose que je veux, c’est travailler. » répondit le jeune homme avec honnêteté « Je me moque de ce que je dois faire. »
- « Y a pas de travail ici. » grommela le vieux monsieur en continuant sa marche, n’aimant pas les réponses qu’il venait d’entendre.
- « Je n’ai jamais travaillé le bois, mais je peux apprendre. Je peux aussi porter s’il le faut. » s’exclama Jack « S’il vous plait, laissez-moi une chance. »
- « Il faut aimer son travail pour le faire bien. » gronda l’homme « Sinon, ça ne sert à rien. »
- « Justement, laissez-moi une chance de travailler pour vous. » rétorqua le jeune homme, voulant à tout prix travailler.
- « C’est le genre de comportement que j’aime. » sourit le vieux monsieur « Suis-moi, gamin. Je vais te montrer ton poste pour la journée. On verra ce soir pour le reste. »
C’est ainsi que Jack se mit au travail avec application et bonne humeur…

De son coté, Samantha laissa la cuisine pour se diriger vers les chambres.
- « Laver deux assiettes et une poêle, ça ne prend pas longtemps. » fit la jeune fille pour elle-même « Par contre, ranger les chambres va me prendre plus de temps. »
Avec entrain et détermination, elle entra dans la chambre qu’ils avaient occupé la nuit dernière puis se mit au travail.
Elle ôta les draps du lit ainsi que les couvertures avant de les poser à l’entrée de la pièce.
Ensuite, elle ouvrit les fenêtres afin d’aérer et s’attela à faire les poussières ainsi que le sol.
Au bout d’un long moment, elle eut enfin fini. La pièce brillait comme jamais.
Elle passa ensuite dans l’autre chambre et la remit complètement au propre également.
N’ayant pas faim, elle sauta le déjeuner et partit donc à la rivière avec sa grosse pile de linge.
Elle fit sa lessive avec minutie avant d’étendre son linge sur l’herbe.
- « Avec le beau soleil qu’il y a, ça ne devrait pas mettre trop longtemps à sécher. » sourit Samantha avant de retourner à la maison.
Les chambres étant propres, la jeune fille décida de s’attaquer au salon.
Comme un peu plus tôt, elle ouvrit toutes les fenêtres en grand avant de commencer à tout nettoyer.
La jeune fille retira les coussins du canapé et alla les secouer dans le jardin.
Il y avait tellement de poussière qui volait que Samantha ne cessait d’éternuer.
- « J’aurais bien mérité de me reposer ce soir. » souffla-t-elle entre deux éternuements.
Après avoir bien tapé les coussins, la jeune fille s’occupa du canapé en lui ôtant la poussière comme elle le pouvait.
Elle s’occupa ensuite du mobilier puis du sol.
Une fois qu’elle eut terminé la pièce, Samantha se rendit dans la cuisine pour la nettoyer.
Elle vida tous les placards et entreposa la vaisselle et autres ustensiles dehors, dans l’herbe.
Elle récura la pièce de fond en comble avant d’admirer son travail.
En ayant terminé avec la maison, elle sortit dans le jardin avant de faire plusieurs aller-retour, apportant ainsi toute la vaisselle au bord de la rivière.
Voyant sa robe sale et poussiéreuse, elle observa les alentours et constata que cette partie du jardin était complètement cachée par la maison.
Elle enleva donc sa robe pour ne rester qu’en sous-vêtements puis la lava avant de l’étendre dans l’herbe afin qu’elle sèche.
Ensuite, Samantha s’occupa de faire la vaisselle et déposa tout sur l’herbe.
Le temps que tout sèche, la jeune fille s’allongea et observa les nuages passer au-dessus de sa tête.
Un bon moment plus tard, elle se releva et toucha sa robe avant de constater que celle-ci n’était pas sèche.
Elle grogna de mécontentement puis alla plier le linge, entièrement sec lui.
Samantha prit les piles de draps et couvertures pour aller les ranger dans les armoires des chambres.
Elle en profita pour faire les lits puis referma les fenêtres.
La jeune fille alla récupérer la vaisselle avant d’en faire des piles pour la transporter plus facilement.
Elle ramena tout dans la cuisine en plusieurs trajets puis rangea les différents placards…

La journée était passée très rapidement pour Jack. Il était fatigué et couvert de sciures de bois, mais ravi de ce qu’il avait pu faire.
Le vieil homme, patron de la société, vint le voir en fin d’après-midi et observa son travail.
- « Pas trop mal, gamin, pour un début. » sourit le vieux monsieur avant de le regarder « Quand tu auras vraiment la main, tu arriveras à travailler sans te recouvrir de bois. »
- « Ça veut dire que vous me gardez ? » demanda le jeune homme, sans oser y croire.
- « C’est ça. » rit le patron avant de continuer « Sois à ton poste à huit heures très précises demain. Maintenant, rentre chez toi. »
- « Bien monsieur. Merci beaucoup. » sourit Jack « Bonne soirée, monsieur. »
Le vieil homme le regarda commencer à partir avant de se rappeler d’un détail.
- « Gamin, je ne t’ai pas vu manger à la pause déjeuner. » fit doucement le patron.
- « Oh. C’est que je n’ai pas d’argent pour pouvoir acheter à manger. » fit Jack, très gêné « Je vis avec ma compagne dans une petite maison que nous avons trouvé abandonnée, plus haut dans le chemin. Il y a quelques poules dans le jardin alors nous avons au moins quelques œufs. »
- « Je vois. » grogna le vieux monsieur en mettant la main dans sa poche « Voici ta paie de la journée, gamin et un petit plus. »
- « Je ne peux pas accepter, monsieur. Je… » commença le jeune homme avant d’être coupé.
- « Tais-toi et prends. » gronda le patron en mettant l’argent dans la main de Jack « Maintenant, file. »
- « Merci beaucoup, vraiment. » souffla Jack avant de tourner les talons et de partir presque en courant.
Le jeune homme prit la direction de l’épicerie dont le patron l’avait renseigné le matin concernant la scierie.
Arrivé juste devant, il s’épousseta comme il put puis entra dans la boutique.
Le patron sourit en le reconnaissant avant d’entamer la conversation.
- « Je constate qu’il y avait bien un poste à pourvoir à la scierie. » fit l’épicier en regardant Jack.
- « Oui, en effet. Je vous remercie de m’y avoir envoyé. » répondit le jeune homme avant de continuer « Que puis-je avoir pour trois dollars ? »
L’épicier prit un panier qu’il avait derrière son comptoir et y déposa quelques pommes de terre, une botte de carottes ainsi que des poireaux.
Il rajouta une motte de beurre, une miche de pain avant de tendre le panier à Jack.
- « Tenez. » fit l’épicier avant d’ajouter « Vous me rendrez le panier une autre fois, ne vous inquiétez pas. »
- « Merci monsieur. » fit Jack en tendant les billets à l’épicier qui les mit dans sa caisse, mais fronçant les sourcils sous le contenu du panier.
- « Attendez encore juste un instant. »
L’homme se tourna et prit un morceau de viande qu’il emballa dans une feuille de papier.
- « Et ça, c’est un cadeau de la maison. » dit l’homme en posant le paquet dans le panier.
- « Mais… » commença le jeune homme avant de voir le regard de l’épicier « Merci encore. »
Jack le salua, puis se dirigea vers la sortie de l’épicerie avant de se retourner.
- « Le panier ne fait pas trois dollars, n’est-ce pas ? » demanda-t-il même s’il se doutait de la réponse.
Pour seule réponse, l’épicier lui sourit avant de voir l’incompréhension sur le visage du jeune homme.
- « Le patron de la scierie est un vieil ami. Il sait que je ne lui envoie que des personnes qui souhaitent vraiment travailler. » expliqua l’homme « Et surtout, il ne paie jamais à la journée. S’il l’a fait, c’est qu’il a estimé que vous en aviez vraiment besoin. »
- « Merci pour votre aide. » fit Jack, reconnaissant « Et pour le panier aussi. »
- « Avec plaisir, jeune homme. »
Sur ces mots, Jack quitta la boutique, puis rentra chez lui alors qu’il avait hâte de se décrasser…

Lorsqu’il entra dans la maison, il fut stupéfait de voir à quel point celle-ci brillait de propreté.
Faisant attention de ne rien salir, il se dirigea vers la cuisine où il retrouva Samantha.
- « Bonsoir. » fit Jack surpris de la voir en sous-vêtements mais ne relevant pas.
- « Bonsoir. » répond-elle gênée.
- « J’ai trouvé du travail à la scierie et le patron m’a donné ma paie pour la journée. » annonça le jeune homme « Du coup, je suis allé à l’épicerie un peu plus haut. »
Il posa le panier sur la table alors que la jeune fille regarda son contenu.
- « De la viande ? Du beurre ? » s’exclama Samantha alors qu’elle vidait le panier « Mais ça a du vous couter cher. »
- « Trois dollars. » fit Jack avant d’expliquer « L’épicier est un ami du patron de la scierie. Alors quand je suis arrivé avec ma paie de la journée, il a compris que nous étions dans le besoin. D’où ce beau panier et la viande en cadeau. »
- « Comment a-t-il pu comprendre ? » demanda la jeune fille en le regardant dans les yeux.
- « Le patron de la scierie ne paie jamais à la journée. » répondit simplement le jeune homme avant de vider ses poches « Voici les sept dollars restant de ma paie. Je les mets dans ce pot. Ce sera notre réserve. »
- « Ce sera votre réserve. » rectifia Samantha en le regardant faire.
- « Non, notre réserve. » fit Jack en s’approchant d’elle jusqu’à mettre ses mains sur la table autour d’elle, l’encerclant ainsi.
La jeune fille se retrouva donc face à lui et prise au piège sans pouvoir rien faire pour s’éloigner.
- « Je vous ai dit que je prendrai soin de vous et vous protègerai » la corrigea-t-il « Donc ça commence par partager tout ce que nous avons, y compris l’argent. »
- « Mais je n’ai rien du tout. » souffla Samantha avant de baisser les yeux sur son corps, pensant comprendre ses paroles.
- « Bien sûr que si vous avez à partager également. » sourit Jack en lui relevant le visage d’une main « Vous savez cuisiner et entretenir une maison. Vous gérerez aussi nos économies. Et je suis certain que vous savez participer à une conversation et partager des promenades. »
Rassurée, la jeune fille se laissa aller à sourire avant d’acquiescer d’un signe de tête.
Avec douceur, il l’embrassa sur la joue avant de s’éloigner pour la laisser s’occuper des courses comme elle le souhaitait.
Alors qu’il était pas loin d’elle, Jack grimaça et commença à se gratter le cou à cause de la sciure de bois collée à sa peau.
En le voyant faire, Samantha laissa les courses de côté et lui prit la main avant de le trainer à la rivière.
- « Vous êtes plein de sciure de bois, il vous faut vous laver. » fit-elle avant de continuer « Otez vos vêtements que je puisse les laver. »
Bien qu’un peu gêné, Jack s’exécuta et se déshabilla alors que Samantha prit le linge à bout de bras.
- « Dès que j’aurai terminé, je les mettrai à sécher à coté de ma robe. » déclara la jeune fille tout en commençant sa lessive « J’ai trouvé quelques serviettes dans les placards des chambres. J’irai vous en chercher une si vous souhaitez vous laver dans la rivière pour ôter toute cette poussière. »
- « Je vais aller en chercher une le temps que vous fassiez la lessive. » sourit le jeune homme devant tant de gentillesse.
Quelques instants plus tard, il revint auprès de Samantha, alors qu’elle venait d’étendre les vêtements sur l’herbe.
- « Voilà. Je vous laisse vous laver. » souffla la jeune fille « Je vais aller mettre les légumes à cuire. »
- « D’accord. » répondit Jack « Et dès que j’ai terminé, vous pourrez venir vous laver aussi. Ça vous fera du bien après votre dure journée de travail. »
Samantha réfléchit puis accepta avec plaisir son offre.
Plus tard, alors qu’elle était dans la cuisine à préparer le diner, Jack rentra dans la pièce tout propre et content.
- « Je vais surveiller les légumes. » annonça-t-il « Allez-vous laver. Votre serviette est posée dans l’herbe. »
La jeune fille se contenta de lui sourire avant de sortir pour faire sa toilette à son tour.
Un petit moment plus tard, elle revint dans la maison alors qu’elle était vraiment détendue.
- « Vous aviez raison, ça m’a fait un bien fou. »
- « Je vois que vous avez ramassé quelques œufs. » fit Jack, ravi de la voir ainsi.
- « Oui, ce sera pour le petit-déjeuner demain. » répondit-elle avant d’oser demander « Vous pouvez mettre la table le temps que je fasse cuire la viande ? »
- « Bien sûr. » répondit le jeune homme avant d’ouvrir les différents placards.
Samantha le laissa faire et se concentra sur sa cuisson avant de les servir quelques minutes plus tard.
- « C’est excellent. » fit Jack en mangeant avec appétit.
- « Tant mieux. » sourit la jeune fille « Parce que ce sera aussi votre déjeuner demain. »
Le jeune homme ne répondit pas, mais la remercia d’un regard alors que le repas se poursuivit dans le silence.
Comme il faisait presque nuit à présent, Samantha empila la vaisselle dans un coin de la cuisine.
Pendant ce temps, Jack alla chercher leurs vêtements qui étaient restés dans l’herbe.
Il revint quelques instants plus tard avec le linge dans les bras.
- « Tout est sec. » sourit-il en donnant sa robe à son amie.
Elle le remercia puis bailla sans pouvoir se retenir.
Fatigués par leur journée plus que mouvementée, les deux amis décidèrent donc d’aller se coucher pour la nuit.
- « Les chambres ainsi que les draps sont propres. » fit la jeune fille alors qu’ils étaient dans le couloir « Vous souhaitez prendre laquelle ? »
- « Je vous laisse celle-ci. » répondit Jack alors qu’il avait vu son regard sur la porte « Je vais prendre l’autre. »
- « Bonne nuit. » fit doucement Samantha avant d’entrer dans sa chambre.
- « Bonne nuit. » répondit le jeune homme en allant dans la sienne.
Chacun alla se coucher pour la nuit, ravis de la journée qui venait de s’écouler.
Terriblement éreintés, ils ne mirent que quelques secondes à peine pour rejoindre les bras de Morphée.

Quelques heures plus tard, au beau milieu de la nuit, un bruit fit émerger Samantha de son sommeil.
Encore ensuquée, elle fut surprise de sentir quelque chose caresser son bras nu.
Alors que les gestes s’accentuaient, la jeune fille osa tourner la tête pour regarder derrière elle.
- « AHHHHHHHHHHHHH » hurla Samantha en se dégageant comme elle le put « JACCCCKKKK !! »
En face d’elle, se tenait un homme habillé salement et la regardant avec avidité.
La voyant en sous-vêtement, le vagabond passa sa langue sur ses lèvres avant d’esquisser quelques pas pour contourner le lit.
La jeune fille tremblait de peur, alors qu’elle voyait cet homme se rapprocher lentement d’elle.
A peine quelques secondes plus tard, la porte de la chambre s’ouvrit sur un Jack, les cheveux complètement en bataille.
- « Eloignez-vous d’elle tout de suite. » gronda le jeune homme en les contournant avant de pousser le vagabond « Que faites-vous chez nous ? »
- « Cette maison est abandonnée. » grogna l’homme avant de sourire en regardant la jeune fille « Je viens parfois la visiter et j’ai fait une belle trouvaille cette fois-ci. »
- « Vous n’avez rien trouvé du tout. » répliqua Jack en mettant Samantha encore plus derrière lui « Veuillez quitter ma maison. »
- « Pas avant d’avoir profité de ma trouvaille. » répondit le vagabond avec un sourire carnassier.
- « Même pas en rêve, pourriture. » gronda le jeune homme, alors que la jeune fille n’osait pas bouger derrière lui.
Comme l’homme continuait de se reprocher d’eux, Jack comprit qu’il allait devoir vraiment se faire entendre pour pouvoir protéger son amie.
- « Surtout, restez ici et ne bougez pas. » murmura le jeune homme à Samantha, avant de s’éloigner doucement d’elle.
La jeune fille ne répondit pas et le laissa partir avec angoisse.
Une bagarre s’engagea entre Jack et le vagabond, alors que Samantha était terrifiée de les voir faire.
Elle était tellement effrayée qu’elle n’arrivait pas à dire quoi que ce soit, ni même à bouger.
Elle se contentait de les fixer, la peur au ventre.
Au bout d’un moment, le jeune homme frappa un grand coup et le visiteur fut plus que sonné.
Jack se releva et le traina par le col jusqu’à l’extérieur de la maison.
Une fois dans l’herbe, le jeune homme se baissa et toisa le vagabond du regard.
- « Si jamais tu remets les pieds dans ma maison, ça ira très mal pour toi. » rétorqua Jack « Et passe le message à tes copains. Cette maison est à moi. »
L’homme se contenta d’acquiescer d’un signe de tête, alors que Jack rentra chez lui avant de rejoindre Samantha.
Une fois dans la chambre, elle le regarda avec un grand soulagement puis se jeta dans ses bras, tant elle avait besoin d’être réconfortée.
- « J’ai eu tellement peur. » souffla la jeune fille, encore toute tremblante.
- « Il est parti et ne reviendra plus. » répondit le jeune homme en la serrant contre lui « Et demain matin, nous achèterons une nouvelle serrure pour remplacer celle de la porte. »
- « D’accord. »
- « Recouchons-nous, il est plus que tard. » déclara Jack en lui déposant un baiser sur le front « Bonne nuit. »
- « Non, non. » paniqua Samantha « Ne me laissez pas toute seule. Si jamais il revient, je… »
- « Chut, calmez-vous. Tout va bien, je suis là. » fit doucement le jeune homme « Allez, au lit maintenant. »
Avec douceur, il s’éloigna d’elle avant de se coucher dans le lit, attendant qu’elle le rejoigne.
Un sourire aux lèvres, elle se coucha avant de se blottir rapidement contre lui.
- « Merci de rester avec moi. » souffla Samantha, reconnaissante et se sentant en sécurité.
- « Je vous ai promis de vous protéger et je le ferai toujours avec plaisir. » fit doucement Jack en les recouvrant « Bonne nuit. »
- « Bonne nuit. » murmura la jeune fille alors qu’elle s’endormait déjà.
Le jeune homme ne tarda pas à la rejoindre dans les bras de Morphée pour un restant de nuit des plus tranquilles…

Au petit matin, les deux amis ouvrirent les yeux presque en même temps.
Ils se sourirent puis se dirent bonjour avant de se lever pour se préparer.
Jack regagna sa chambre et s’habilla après avoir fait une rapide toilette.
Samantha en fit de même de son côté et ils se rejoignirent dans la cuisine.
Pendant que la jeune fille préparait le petit-déjeuner, Jack s’occupa de mettre la table et de lui apporter les assiettes.
Ils s’installèrent à la table et mangèrent tranquillement tout en bavardant.
- « Je vais ramener le panier à l’épicier ce matin et le remercier pour son aide. » fit Samantha en dégustant ses œufs.
- « Avant de partir travailler, je vais regarder la serrure de la porte d’entrée. Vous pourrez voir avec l’épicier pour en acheter une ? » fit Jack en la regardant.
- « Bien sûr. » répondit la jeune fille.
- « Je la changerai ce soir afin que nous puissions être tranquille et fermer la porte à clé. » continua le jeune homme « Zut, je vais finir par être en retard. »
Rapidement, il se leva de table avant de prendre le repas que Samantha lui avait préparé pour le déjeuner.
- « Passez une bonne journée. » lui sourit-il avant de lui déposer un baiser sur le front.
- « Merci. Bonne journée à vous aussi. » répondit-elle en le regardant partir presqu’en courant.
Une fois seule, Samantha réalisa qu’elle ne savait même pas quel type de serrure prendre.
Jack était parti tellement vite qu’il avait oublié de regarder la porte pour donner les références à la jeune fille.
Secouant la tête d’amusement, Samantha se leva de table avant de récupérer le panier.
- « Je ferai la vaisselle en rentrant tout à l’heure. » se dit la jeune fille pour elle-même.
Son panier en main, elle quitta la maison d’un pas tranquille…

Arrivée à destination, Samantha poussa la porte de l’épicerie avant de se diriger vers le comptoir.
- « Bonjour monsieur. » sourit-elle.
- « Bonjour mademoiselle. Que puis-je faire pour vous ? » demanda l’épicier en lui souriant.
- « Je suis venue vous rapporter votre panier. » répondit Samantha en le posant sur le comptoir.
- « Oh, vous êtes madame O’Neill. » lui répondit l’homme en souriant « Gardez-le, je vous en fais cadeau. »
La jeune fille tiqua sous le nom qu’il venait de lui donner, mais préféra ne pas rectifier.
A leur époque, il était plus que mal vu de partager le même toit qu’un homme sans être mariée avec lui.
- « Je vous remercie. » fit Samantha en reprenant donc le panier dans sa main.
- « Avez-vous besoin d’autre chose ? » demanda l’épicier.
Elle hésita à lui demander ce dont elle avait besoin avant de se décider à parler.
- « La serrure de la porte de notre maison est cassée. » commença la jeune fille « Mais Jack a oublié de me donner la référence. »
- « Je vois où se situe votre maison. » sourit l’homme en la voyant si gênée « Je passerai à l’heure du déjeuner pour regarder ça. »
- « Ça ne vous dérange pas ? » demanda Samantha alors qu’elle ne souhaitait pas l’embêter.
- « Absolument pas. » rétorqua l’épicier avant de continuer « Avez-vous besoin d’autre chose ? »
- « Non, merci. » fit la jeune fille « Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Merci pour le panier et à tout à l’heure. »
- « Avec grand plaisir, jeune fille. » répondit l’homme en la regardant partir.
Sur le chemin du retour, Samantha marchait tranquillement, lorsqu’elle se sentit agrippée par le bras.
- « Je te retrouve enfin, petite garce. » gronda l’homme en la giflant violemment.
- « Père !! » s’exclama la jeune fille, terrifiée.
- « Tu vas retourner à la maison et me ramener de l’argent. » gronda Jacob en resserrant sa prise sur son bras.
- « Je vous ai déjà dit qu’il en était hors de question. » grogna Samantha en lui donnant un grand coup de panier dans la tête.
Profitant du fait qu’il était tombé sur le sol, la jeune fille prit la fuite en partant dans le sens opposé à sa maison.
- « Mais pourquoi suis-je sortie si tôt ? » se maudit-elle « Il passe ses nuits dans les bars. »
Samantha prit plusieurs rues, tout en tournant en rond et vérifiant que son père ne la suivait pas.
Au bout d’un moment, elle souffla de soulagement en comprenant qu’elle avait réussi à le semer.
- « En même temps, il était tellement ivre qu’il aurait eu du mal à me suivre. » se dit-elle à elle-même.

Quelques minutes plus tard, elle arriva enfin à sa maison et s’engouffra à l’intérieur sans attendre plus longtemps.
Pour être certaine de ne pas être dérangée par des visites surprises, elle fit glisser un meuble derrière la porte de sorte à la bloquer.
Bien que peu tranquille depuis qu’elle avait vu son père, Samantha essaya de se détendre comme elle le pouvait.
Elle souffla un grand coup et s’assit dans le canapé tant les tremblements de son corps étaient forts.
Au bout de plusieurs minutes, la jeune fille réussit enfin à se calmer.
- « Détends-moi, ma fille. » souffla Samantha pour elle-même « Tu as réussi à le semer. Et il était tellement ivre qu’il aurait eu bien du mal à te suivre. »
Encore un petit moment plus tard, elle se leva et se dirigea vers la cuisine, où une montagne de vaisselle l’attendait.
Tranquillement, elle prit les assiettes, les couverts ainsi que les poêles avant de se diriger vers la rivière.
Samantha les lava un par un avant de les mettre à sécher dans l’herbe.
Lorsqu’elle se releva, ses yeux se posèrent sur le poulailler et pensa aux œufs s’y trouvant.
Rapidement, elle alla récupérer le panier dans le salon et ramassa tous les œufs de la veille et du jour.
Après les avoir comptés, la jeune fille se rendit compte qu’elle avait une bonne trentaine d’œufs à disposition.
Ne pouvant en manger autant à deux, elle se demanda ce qu’elle pourrait bien faire des autres.
Soudain des coups résonnèrent contre la porte d’entrée de la maison.
Tremblante, elle quitta la cuisine et s’approcha de l’entrée.
- « Samantha, c’est monsieur Laurens. L’épicier. » fit l’homme en attendant qu’elle vienne lui ouvrir.
Discrètement, elle regarda par la fenêtre et fut rassurée de constater que c’était bien l’épicier.
La jeune fille ôta donc le meuble se trouvant devant la porte et ouvrit à son visiteur.
Celui-ci la regarda en fronçant les sourcils, alors qu’il avait parfaitement entendu le bruit du meuble.
- « Avec la porte qui ne ferme pas à clef, je ne suis pas tranquille toute seule. » répondit Samantha, gênée.
- « Je comprends tout à fait. » sourit l’homme pour la rassurer « Je vais prendre les mesures de cette serrure. Vous serez bientôt en sécurité chez vous. »
La jeune fille le laissa prendre les mesures tranquillement même si elle l’observait faire.
Quelques minutes plus tard, monsieur Laurens cessa de prendre des notes et rangea son carnet.
- « Voilà, j’ai toutes les notes nécessaires. Je vais retourner à la boutique voir ce que j’ai en stock. »
- « D’accord. Merci beaucoup, monsieur. » sourit Samantha en le regardant partir.
Un petit moment plus tard, la jeune fille fut étonnée d’entendre à nouveau des coups contre la porte d’entrée.
Son panier d’œufs en main, elle retourna dans le salon et le posa à côté de la porte.
- « C’est à nouveau monsieur Laurens, Samantha. »
Elle lui ouvrit et ne comprit pas sa venue, une caisse à outil dans la main.
- « Je me suis dit que je pouvais vous installer la serrure moi-même. Vous serez ainsi tranquille jusqu’au retour de votre compagnon ce soir. » sourit l’épicier en posant sa caisse au sol.
- « Oh, c’est tellement gentil à vous. » s’exclama Samantha « Je ne sais que dire. »
L’épicier se contenta de sourire avant d’attraper ses outils et commença à démonter l’ancienne serrure.
Avec application, il mit la nouvelle en place et essaya le mécanisme ainsi que le verrouillage à clef.
- « Voici les clefs. » sourit monsieur Laurens « J’ai testé la serrure et elle fonctionne parfaitement. »
- « Merci beaucoup. » répondit la jeune fille, très reconnaissante avant de grimacer « Combien vous devons-nous ? »
- « Voyons voir : Une serrure toute neuve, prise de mesure, installation à domicile… » Réfléchit l’épicier alors qu’il vit quelque chose qui l’intéressa fortement « Une douzaine d’œufs sera parfait comme règlement. »
Samantha le regarda avec effarement alors qu’elle ne s’attendait pas à un tel paiement.
- « J’ai été jeune et dans le besoin également. Monsieur Johns, le patron de la scierie nous a aidés, mon épouse et moi. Je n’ai jamais oublié. » expliqua monsieur Laurens « Aujourd’hui, nous sommes de proches amis, et nous continuons d’aider ceux qui en valent la peine. »
- « Je vais me répéter mais je vous remercie sincèrement. » fit la jeune fille avant de continuer gênée « Je ne sais pas dans quoi vous mettre les œufs. »
- « Qu’allez-vous faire des autres ? » demanda l’épicier.
- « Aucune idée. » soupira Samantha « J’en ai mis de côté pour mon compagnon et moi déjà. Mais il reste encore tous ceux-là. »
- « Je vais prendre le panier complet. » rétorqua l’homme en faisant ce qu’il venait de dire « Je prendrai la douzaine pour moi et je vendrai le reste pour vous. Je vous donnerai l’argent lorsque vous viendrez à l’épicerie demain. »
Rien que le fait de penser à sortir le lendemain la terrifia, ce que ne manqua pas monsieur Laurens.
Se doutant qu’elle ne lui dirait pas pourquoi elle était si terrifiée à l’idée de sortir, l’épicier eut une idée.
- « On va faire autrement. Si tous les jours, je viens vous voir à peu près à la même heure qu’aujourd’hui. Je vous apporte l’argent de la vente des œufs, votre panier de course et reprends les nouveaux œufs à vendre. » fit monsieur Laurens avant de lui demander « Est-ce que ça vous convient ? »
- « Ca me convient parfaitement. » souffla Samantha, honteuse d’avoir été démasquée « Merci infiniment. »
- « Cessez de me remercier, voyons. » gronda gentiment l’épicier « Ça me fait plaisir de pouvoir vous aider. »
Monsieur Laurens rangea ses outils avant de prendre le panier d’œufs en main.
Une fois prêt, il salua la jeune fille avec chaleur puis retourna à son magasin.
Samantha l’observa s’éloigner avec un sourire sur les lèvres, encore surprise par toute l’aide que cet homme leur apportait.
Au bout d’un petit moment, la jeune fille referma la porte puis la verrouilla, se sentant soudain enfin en sécurité dans la maison…

Le restant de la journée passa rapidement et Jack finit par rentrer en fin d’après-midi.
Comme la veille, il revint couvert de sciure de bois de la tête aux pieds.
Alors qu’il tourna la poignée de la porte, il fut surpris de la trouver fermée à clef.
- « Samantha ? » fit-il en frappant à la porte « C’est Jack, je suis rentré. »
Quelques instants plus tard, il entendit la serrure être déverrouillée puis la jeune fille ouvrit timidement la porte.
Lorsqu’elle le vit, Samantha ouvrit en plus grand et le laissa entrer dans la maison ; avant de refermer derrière lui.
- « Euh, nous avons une nouvelle serrure ? » demanda Jack, ne comprenant pas trop les choses.
- « Oui. » répondit penaudement la jeune fille « Je suis allée à l’épicerie ce matin pour rendre le panier et j’ai parlé de la serrure. Monsieur Laurens est venu ce midi prendre les mesures. Quand il a vu que j’avais bloqué la porte avec un meuble, il est revenu pour l’installer. »
- « Mais ça a du couter une fortune. » grogna le jeune homme, mécontent.
- « En fait, ça nous a couté une douzaine d’œufs. » l’informa Samantha « Et il va vendre tous les autres œufs pour nous. »
- « Oh. Et c’est en quel honneur ce mode de paiement ? » voulut savoir Jack.
- « Il m’a dit qu’il a été jeune et dans le besoin comme nous. Monsieur Johns les a aidés, lui et sa femme. Ils sont de très proches amis aujourd’hui. » expliqua la jeune fille « Depuis, il aide ceux qui en ont vraiment besoin et qui le méritent. »
- « C’est vraiment gentil à lui de nous aider ainsi. » fit le jeune homme avant de se gratter le cou « Je vais aller me laver avant de finir par m’arracher la peau. »
- « Ce serait mieux en effet. » sourit Samantha « Je vais laver vos vêtements aussi. En espérant qu’ils soient secs pour demain matin. »
Tranquillement, il se lava dans la rivière pendant que Samantha s’occupa de son linge.
Ils dinèrent calmement puis, fatigués par la journée, ils allèrent se coucher pour une bonne nuit de sommeil…

Le lendemain matin, les deux jeunes gens se levèrent avant de prendre leur petit-déjeuner.
Comme les matins précédents, Jack déposa un baiser sur le front de Samantha et partit travailler à la scierie.
Pour la jeune fille, la journée passa tranquillement, entre ménage et jardinage.
Comme promis, l’épicier passa la voir en milieu de journée afin de lui porter son panier de course ainsi que l’argent de la vente des œufs.
Samantha le remercia avec chaleur puis lui donna la nouvelle récolte d’œufs à vendre.
Après encore quelques mots, l’épicier quitta la maison, laissant la jeune fille de nouveau seule.
Lorsque Jack rentra le soir, il fut content de voir Samantha et alla vite prendre un bain dans la rivière.
Pendant le repas, ils discutèrent un peu tous les deux, avant d’aller se coucher, épuisés par leur longue journée…

Le dimanche arriva enfin, et les deux amis en profitèrent pour passer enfin une vraie journée tous les deux.
- « Si nous allions nous promener ? » proposa Jack « Je crois qu’il y a un marché cette après-midi pas très loin d’ici. »
- « Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne idée. » fit doucement Samantha, en triturant ses œufs dans son assiette.
- « Nous resterons dans cette partie de la ville. » essaya de la rassurer le jeune homme « Et si, par le plus grand des hasards, nous voyons nos parents, il y a aura bien assez de monde pour nous faufiler et passer inaperçus. »
- « Vraiment ? » trembla la jeune fille, en le regardant dans les yeux.
- « Vraiment. » sourit Jack « Et puis, n’oublie pas que je suis là pour te protéger. »
D’un sourire, Samantha accepta et les deux amis se préparèrent donc à sortir.
Les jeunes gens profitèrent de leur journée ensemble et se promenèrent tranquillement dans les allées du marché.
Du fait d’avoir très peu d’argent, ils se contentèrent de regarder, mais n’achetèrent rien.
Ils parlèrent tous les deux, simplement heureux d’être ensemble, puis finirent par rentrer chez eux…

Le temps passa tranquillement.
Jack travaillait à la scierie la journée et rentrait retrouver Samantha tous les soirs.
De son côté, la jeune fille restait enfermée dans leur maison, s’occupant de l’intérieur et du jardin, mais ne quittant jamais les lieux.
Les deux jeunes gens étaient très proches l’un de l’autre, à tel point que les gens de la ville les pensaient amoureux.
Au bout d’un petit moment, Jack voulut comprendre pourquoi son amie restait enfermée dans leur maison, pendant son absence.
- « Samantha, pourquoi fuis-tu ainsi ton père ? » demanda le jeune homme avec douceur.
La jeune fille le regarda, alors que les larmes se mirent à couler le long de ses joues.
- « Hey, je ne vais pas te juger. » fit Jack en la prenant dans ses bras « Tu sais pourquoi je refuse de revoir mes parents. Même si je sais qu’il t’a brutalisée, je me doute qu’il y a autre chose. Je veux juste comprendre pourquoi tu es si terrifiée à l’idée de le croiser et la raison pour laquelle tu t’enfermes ici lorsque je suis absent. »
- « Ce soir-là, il voulait que je lui rapporte de l’argent pour qu’il puisse arrêter de travailler. » souffla Samantha en larmes.
- « Il t’avait trouvé une place de bonne ? » demanda Jack sans trop y croire.
- « Non. » murmura la jeune fille « Il voulait… »
- « Il voulait ? » fit Jack, voulant l’inciter à parler.
- « Il voulait que je me prostitue. » lâcha Samantha en se mettant à pleurer. « Comme j’ai refusé, il m’a battue puis enfermée à la cave le temps pour lui d’aller chercher ses amis. J’en ai profité pour fuir par la lucarne de la cave. »
- « Non mais quelle pourriture. Comment peut-on vouloir prostituer sa propre fille ? » gronda le jeune homme, outré avant de se radoucir « Tu peux être certaine que jamais je ne le laisserai te reprendre ou même t’approcher. »
- « Merci Jack. » souffla la jeune fille, bien calée dans ses bras « Merci d’être là pour moi. »
Sans un mot de plus, Jack réconforta Samantha pendant un long moment.
Il la câlina tendrement et sécha ses larmes, tout en essayant de la faire rire.
Quelques minutes plus tard, la jeune fille avait retrouvé un petit sourire.
Fier de lui, Jack lui déposa un baiser sur le front avant de la laisser sortir de ses bras.
- « Il est presque l’heure du diner. » fit doucement Samantha « Je vais aller préparer le repas. »
La jeune fille quitta la pièce pour rejoindre la cuisine alors que Jack lui emboita le pas.
Sous le regard étonné de Samantha, Jack mit la table puis se mit à éplucher les légumes qu’elle avait posés sur le meuble.
- « Tu préfères te débrouiller toute seule peut-être ? »
- « Non, tu peux m’aider. » sourit la jeune fille « Ça me fait même très plaisir. »
C’est ainsi que les deux amis préparèrent le repas ensemble avant de diner tranquillement, préférant laisser derrière eux leur récente discussion…

Quelques semaines passèrent dans la joie et la bonne humeur, jusqu’à ce qu’un homme vienne frapper à leur porte de bon matin.
- « Bonjour monsieur. Puis-je vous aider ? » demanda Jack après avoir ouvert la porte.
- « Bonjour jeune homme. » fit le visiteur avec un air de dégout sur le visage « Je voudrai m’entretenir avec vous et votre compagne. »
- « Entrez. » fit le jeune homme de mauvaise grâce avant de prévenir son amie « Samantha, nous avons un visiteur. »
La jeune fille les rejoignit dans le salon quelques minutes plus tard, alors qu’elle se plaça rapidement près de son ami.
Ayant reconnu le prêtre de la ville, ils attendirent que celui-ci commence la conversation.
- « Jeunes gens, vous ne pouvez pas continuer à vivre ainsi, sous le même toit. » commença l’homme « Vous n’êtes pas mariés. Vous vivez donc dans le péché et ce n’est absolument pas convenable. De plus, je vais devoir prévenir le père de cette jeune fille qu’elle se trouve dans cette maison. »
Terrorisée, Samantha se mit à trembler, alors qu’elle se blottit contre son ami, cherchant du réconfort et de la sécurité.
- « Il est hors de question de prévenir qui que ce soit. » gronda Jack en serrant la jeune fille contre lui « Ne bougez pas. »
Sans un mot pour le prêtre, il entraina son amie dans la cuisine puis referma la porte derrière eux.
- « Ecoute Samantha, il est hors de question que je laisse cet homme d’église prévenir ton père. » fit doucement le jeune homme en essayant de la rassurer « Malgré tout, il a toujours tous les droits sur toi. Le prêtre a raison sur un point : nous ne sommes pas mariés. »
- « Et que proposes-tu ? » demanda la jeune fille, perdue.
- « Marions-nous. » lâcha Jack en la regardant dans les yeux « Nous continuerons à vivre comme nous le faisons depuis que nous sommes tous les deux. Ainsi, ton père n’aura plus aucun droit sur toi. Je pourrai continuer à te protéger et à veiller sur toi. »
- « D’accord. » répondit Samantha, alors qu’elle avait toute confiance en son ami.
- « Allons le dire au prêtre. »
Les deux amis retournèrent dans le salon auprès de l’homme d’église, alors que Jack se mit devant lui.
- « Dans ce cas, je veux que vous nous mariiez le plus vite possible. » ordonna le jeune homme « Je veux continuer à veiller sur Samantha comme il se doit. »

A SUIVRE

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?