baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Découvertes > La carte des Ruines

La carte des Ruines

Titiasyl, lundi 20 novembre 2017

Cette carte délavée a été trouvée par SG-2 près de la colonnade de P3X-439. On pensait qu’elle était écrite dans la langue des anciens, dont la planète aurait été une colonie. Quand Daniel Jackson a traduit le texte, il a constaté qu’il parlait d’une bibliothèque du savoir – contenue dans le monument - qui aiderait peut-être la Terre à vaincre les Goa’uld.

Présentation
Objet : La carte des ruines
Cat. N° : SGC/07/22
Age : inconnu
Dimensions : 50 x 80 cm
But  : Ce guide de l’immense monument fut construit par les Anciens pour abriter la base de données sur leur histoire et leurs connaissances
Lieu  : P3X-439
Créateurs : Les Anciens
Matériaux : Étoffe tissée

La base de données

La carte et le texte réfèrent à un lieu où il est possible d’accéder aux connaissances des Anciens. Se basant sur leur première expérience, lors de M02.16, Daniel Jackson a déduit que la structure montrée sur la carte devait contenir un dispositif de téléchargement. Récupérer les informations contenues dans cette base de données pourrait être très utile dans la lutte contre les Goa’uld ; SG-1 a donc lancé une mission afin de ramener le dispositif au SGC pour étude.

La gargouille

Le langage antique et la gigantesque gargouille servent à éloigner les visiteurs indésirables de la précieuse base de données. La gargouille qui veille sur la bibliothèque a le corps d’un homme et la tête d’un lion, et des mains et des pieds griffus. Dans la mythologie grecque, un être doté de la tête d’un animal et du corps d’un autre était appelé un chimère. Le lion était souvent utilisé en Europe médiévale comme symbole de la vigilance et de la valeur, destiné à protéger les églises des esprits mauvais. Une statue si impressionnante au-delà de la colonnade détournait les races les moins évoluée du bâtiment, protégées son contenu.

La colonnade

Des rangées de colonnes, placées à des endroits stratégiques, soutiennent le monument. L’une d’elles comporte un panneau dont le texte correspond à celui de la carte. Quand on touche certains passages dans le bon ordre, la base de données s’ouvre. Comme les Asgard, les Anciens entendent ainsi tester les individus assez curieux pour chercher ces connaissances. Si elles réussissent les tests, les personnes sont considérées comme assez évoluées pour approcher de cette base de données et essayer de télécharger les archives contenues dans le dispositif. Comme il apparut lors des deux occasions où le Colonel O’Neill s’est trouvé face au dispositif, ce système de sélection n’est pas totalement fiable.

La traduction

Comme les caractères gravés sur le mur de l’Emplacement de notre Héritage, sur P3R-272, la langue de la carte et de l’inscription, sur la colonnade, a été déchiffrée par Daniel Jackson. Selon lui, c’est une variante du latin médiéval, utilisé par les Anciens. L’inscription est similaire à certains passages des Manuscrits de la mer Morte, de certains écrits médiévaux de l’Ancien Testament (sur l’Arbre de la connaissance dans le jardin d’Éden). La phrase suivante réfère sans doute à la capacité des Anciens de s’élever sur un autre plan d’existence :
« A l’intérieur se trouve la voie pour atteindre une élévation éternelle et marcher à tout jamais dans les merveilles de la plaine. »

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?