baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Découvertes > Le vitrail de Baal

Le vitrail de Baal

Titiasyl, mercredi 29 novembre 2017

Capturé sur un planète contrôlée par Baal, Jack O’Neill est torturé à mort puis ressuscité dans le sarcophage de la forteresse du Goa’uld. Les vitraux de la salle de torture de Baal montrent les détails de ce sarcophage spécial, que Baal utilise de manière sadique avec pour seul et unique objectif de tourmenter ses victimes.

Présentation
Objet : Le vitrail de Baal
Cat. N° : SG/06/06
Age : 3 000 ans
Dimensions : 4,60 x 2,40 m
But : Représenter le sarcophage à l’aide duquel Baal ressuscite ses ennemis torturés à mort pour leur infliger d’autres sévices.
Lieu : La forteresse de Baal
Créateurs : Les Goa’uld
Matériau : Verre

Les vitraux
Les vitraux sont apparus, il y a très longtemps, en Égypte ancienne. D’abord rudimentaires, ils sont devenus plus raffinés entre 868 et 905 de notre ère. Au début, le verre était simplement peint. Plus tard, on y a ajouté des sel et des oxydes métalliques. Ainsi, les minéraux contenus dans le verre capturaient un partie du spectre lumineux et produisaient des couleurs. Les fenêtres à vitraux, à la fois pratiques et esthétiques, permettaient de contrôler la quantité de lumière dans les pièces, d’éviter l’intrusion d’insectes ou d’animaux, et d’alléger la charge pesant sur les murs et les voûtes.

L’image du symbiote
En Égypte ancienne, les sarcophages étaient ornée de motifs et de hiéroglyphes liés à la personne enterrée dedans. L’image placée au centre du vitrail de Baal est celle d’un symbiote goa’uld associé à un corps humain. Cela indique que le sarcophage, comme le symbiote, est capable de guérir l’hôte humain. La tête et la queue du symbiote sont faciles à identifier, mais on voit également à l’intérieur la forme d’un corps humain allongé sur le ventre. Les sarcophage utilisé pour ressusciter O’Neill aurait donc été conçu afin de régénérer les ennemis tués pendant la torture.

La torture en Égypte ancienne
En Égypte ancienne, on pensait que les dieux torturaient et punissaient leurs sujets dans l’au-delà. Le livre des cavernes montrait des images de punition dans le « lieu de l’Annihilation », où des déesses armées de couteaux décapitaient des gens au cœur arraché. Les âmes des victimes étaient damnées.

Le culte de Baal
Baal était le fils du dieu de Canaan. Sa résurrection était célébrée les des rites de fertilité cananéens, pendant lesquels des sacrifices humains avaient souvent lieu. Cela permet de supposer que ce grand maître était actif en Égypte ancienne et qu’il a peut-être pris hôte humain un chef agonisant. Il est associé à de nombreux dieux dans plusieurs régions du Moyen-Orient. Baal est un des grands maîtres goa’uld les plus impitoyables. Son nom et sa dynastie sont liés à ceux de Belzébuth, le prince des esprits du mal et le principal lieutenant de Satan.

Le sarcophage
Le vitrail représente le sarcophage de Baal. Ce mot dérive du grec « sarkophagos », signifiant « mangeur de chair ». On l’appelle ainsi parce que l’historien grec Hérodote croyait que les tombes étaient creusées dans un rocher spécial ayant la particularité de dévorer la chair des défunts. Ce cercueil ne sert pas seulement à régénérer l’hôte humain d’un Goa’uld. Quand le grand maître Baal torture à mort des ennemis, il l’utilise pour les ressusciter afin de pouvoir à nouveau se livre à son activité sadique : les tourmenter et les questionner.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?