baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Découvertes > Les inscriptions des piliers de pierre

Les inscriptions des piliers de pierre

Titiasyl, jeudi 30 novembre 2017

Sur P4X-347 se dresse un palais Goa’uld abandonné qui a autrefois appartenu au grand maître Râ. Le bâtiment était conçu pour agir comme une drogue sur ses occupants, à l’instar du fruit du lotus en Égypte ancienne. Les murs sont décorés de passages de l’antique livre des morts, en hommage au dieu Râ.

Présentation
Objet : Inscriptions des piliers de pierre
Cat. N° : SG/04/18
Age : 1 000 ans
Dimensions : 6,10 m de haut
But : Le palais a été créé par le grand maître goa’uld Râ, pour lui servir de lieu de plaisir, ainsi qu’à ses fidèles
Lieu : P4X-347
Créateurs : Les Goa’uld
Matériau : Inscriptions en lettres dorées

Le livre des morts
Cette inscription découverte sur les piliers de pierre du palais est tirée du chapitre 42 du Livre des Morts.

« Qui que tu sois qui passes, vois je te dis : je suis la fleur [le lotus] sortie du Noun. »

C’est une référence au père de Râ, Noun. Le lotus était souvent lié aux formules magiques de transformation et à différents dieux. Selon la légende, Râ s’est auto-créé à partir du Noun, émergeant d’un bouton de lotus.

Le lotus en Égypte ancienne
On pense que les pétales de lotus, trempés dans du vin, étaient utilisés comme drogue douce par les anciens Égyptiens. Le grand maître Râ a vaincu son ennemie Hathor, en la droguant avec le fruit du lotus. Selon le mythe égyptien, Râ a ordonné à ses serviteurs de brasser des gallons de bière, de la colorer en rouge avec du sang et d’y ajouter de l’extrait de mandragore. Après avoir bu, Hathor est tombée dans un profond sommeil, ce qui l’a empêchée de détruire l’humanité. Le dispositif de P4X-347 a des effets similaires. Il « endort » tous ceux qui entrent en contact avec sa lumière.

Râ, le dieu solaire
Les fenêtres du palais sont ornées de symboles solaires, représentant Râ. Les anciens Égyptiens pensaient que Râ était le créateur du monde. L’image du soleil levant était donc le symbole de la création. Le cycle journalier du lever et du coucher du soleil représentait la création. La capacité des Goa’uld de se régénérer grâce au symbiote et à la technologie avancée que leur offre le sarcophage est aussi liée à cette symbolique.

Louanges à Râ
Cet extrait du Livre des Morts constitue un hymne à Râ. Rédigé dans un dialecte goa’uld inconnu, il était probablement récité par les esclaves de Râ, placés sous l’emprise du dispositif lumineux de palais :

Toi, le primordial venu à l’existence, proférant le Verbe sur la terre inondée, silencieuse, seigneur unique qui a façonné tout ce qui existe

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?