baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Découvertes > Le collier des Unas

Le collier des Unas

Titiasyl, mardi 5 décembre 2017

Le SGC a rencontré les Unas sur P3X-888, quand Daniel Jackson a été enlevé sur le site archéologique, en parlant avec son ravisseur, Chaka. Jackson a appris certaines coutumes Unas. Il a observé qu’ils disposaient d’une méthode primitive mais efficace de protection contre l’infestation par un symbiote : un collier en os.

Les Unas ont été les premiers hôtes des Goa’uld. Il reste encore des symbiotes sur P3X-888, même si un grand nombre d’entre eux ont quitté la planète. Ils partagent celle-ci avec les Unas, conscients du danger représenté par les symbiote assoiffés de pouvoir. C’est pourquoi ils ont conçu le collier en os. De prime abord décoratif, il protège la nuque des Unas, le point d’entrée des symbiotes. Il est fabriqué avec de petits morceaux d’os, provenant sans doute d’un symbiote, les restes d’un repas d’Unas. Les colliers témoignent également des qualités de chasseur de son propriétaire. Des artéfacts et des bijoux similaires à ce collier, en os ou en ivoire, ont été trouvés un peu partout sur la Terre. Certains ont des milliers d’années. Parfois simplement décoratifs, ils ont souvent un signification culturelle, comme pour les Unas. On les rencontre fréquemment dans les cultures d’Afrique, des îles du Pacifique et des deux Amériques. Le collier trouvé sur P3X-888 indique que la fabrication de bijoux en os n’est pas limitée à la Terre, et suggère aussi que les Unas possèdent une culture tribale comparable à celle de certains peuples de la Terre.

Présentation
Objet : Le collier Unas
Cat. N° : SGC/05/07
Créateurs : Les Unas de P3X-888
Lieu : P3X-888
Matériau : Os et cuir
Age : Cet exemplaire date d’environ 5 ans. D’autres pourraient être bien plus anciens.
But : Protection contre l’infestation par un Goa’uld. Il est également Décoratif.

Symbolique particulière
En Afrique, les personnes au statut important portent souvent des colliers qui le symbolisent. Il n’a pas été démontré que ce fût le cas pour les Unas, mais la taille du collier en os de symbiote est certainement liée à l’habileté de chasseur de son porteur. Dans les tribus africaines, certains pendentifs servaient à protéger leur porteur des mauvais esprits, comme le collier des Unas protège littéralement les cou des symbiotes maléfiques.
Les sculptures des Maoris de Nouvelle-Zélande sont connues dans le monde entier. Il existe de nombreux pendentifs en os, chacun ayant sa signification particulière. Plus que des objets décoratifs, ils sont aussi des porte-bonheur et des symboles de fertilité. Sur les sites archéologiques des Émirats arabes, un grand nombre de perles en os ont été découvertes, à l’origine montées en colliers ou en bracelets, à l’instar des bijoux Unas, mais ayant une fonction plutôt décorative. Les alliances, d’origine égyptienne, ont également commencé à être réalisées en os quand le besoin s’est fait sentir d’un symbole plus durable que les bagues en chanvre tissé ou en herbe.

Inspirer la crainte
Certaines cultures des îles du Pacifique -surtout les cultures guerrières – utilisent depuis longtemps l’os pour les piercings, pas exemple les défenses de sanglier pour les piercings faciaux, qui donnent un aspect redoutable à leur porteur. Les Unas considèrent peut-être aussi leurs ornements en os comme un signe de leur qualités de guerriers.
Les piercings en os ont été utilisés de manière similaire par les Indiens d’Amérique, les Aborigènes australiens, les Inuits d’Alaska et du Canada et certaines tribus aztèques.

Utilisation cérémonielle
Dans les cultures africaines, les sculptures sur les os et les bijoux en os sont intégrés à tous les aspects de la vie. Certains objets indiquent le statut ou le sexe de leur porteur, d’autres sont utilisés pour les cérémonies, par les prêtres ou les guérisseurs.
Chez les peuples boa et léga, on trouve des cuillères cérémonielles en ivoire ou en pierre. Elles étaient utilisées lors des cérémonies dans des buts initiatiques ou pour indiquer le statut de leur porteur. Il est possible que les Unas utilisent aussi leur bijoux en os pour des cérémonies.

Raconter une histoire
Depuis des siècles, les objets d’art et les bijoux en os font partie intégrante de leur culture des Maoris. N’ayant pas de langue écrite, ils transmettent aux générations suivantes les symboles gravés qui racontent l’histoire et les mythes de leur culture. La sculpture sur os est donc considérée comme un art sacré.

Le bracelet en cuir : décorations en os
Comme pour les colliers, les Unas ont utilisé pour décorer leurs bracelets des os, qui ont un fonction à la fois décorative et pratique. Les mâles les plus puissants portent des bracelets ornés de nombreux os, ce qui, d’une part, renforce l’objet, et d’autre part, indique le statut du guerrier. Les parties en os protègent le cuir des contacts avec les parois des cavernes ou les armes en pierre.

Le bracelet en cuir : matériau
Les bracelets sont d’un certain type de cuir, d’une texture semblable à celle d’une peau de reptile. Ils s’agit probablement de peau de symbiote. De nombreux symbiotes Goa’uld vivent sur P3X-888. Les Unas les utilisent comme nourriture. On sait peu de choses sur les autres animaux sauvages de la planète.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?