baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Dossiers > Découvertes > Les ruines du temple de Shaq’ran

Les ruines du temple de Shaq’ran

Titiasyl, lundi 18 décembre 2017

Quand SG-1 est venue sur Pangar en mission diplomatique, les archéologues ont demandé à Jonas et à Teal’c de déchiffrer des inscriptions dans un temple en ruine. Une des premières fresques qu’ils ont vues racontait l’histoire du Goa’uld Shaq’ran, autrefois chef de la planète. Il s’agit surtout d’un récit de la bataille entre Shaq’ran et Râ, similaire aux peintures murales décrivant des batailles dans les pyramides de la Terre.

Présentation
Objet : Les ruines du temple de Shaq’ran
Cat. N° : SGC/98/189
Age : environ 1 000 ans
Dimensions : Longueur 25,5 m Hauteur 3 m
But : Cette fresque, qui faisait partie d’un temple décadent, avait probablement une fonction d’instruments de propagande goa’uld, sur Pangar.
Lieu : Pangar
Créateurs : Esclaves de Pangar
Matériau : Peintures et teintures

L’œil de Râ
L’œil de Râ entouré par le soleil (le thème principal de Râ) est central dans ce motif. Il est probable que Shaq’ran, après avoir vaincu Râ, ait repris à son compté son image de dieu solaire. Dans le Panthéon pangari, les deux dieux se sont fondus en un seul. Ce processus était courant en Égypte ancienne, surtout lorsque les dieux possédaient des caractéristiques ou des symboles communs.

Rendre hommage
Les personnages de cette fresque portent de beaux vêtements et des bijoux luxueux, suggérant qu’ils n’étaient pas des esclaves, mais des prêtres de Râ ou des membres importants de sa cour. Ils sont montrés ici adorant Shaq’ran, leur « nouveau dieu ».

Récits de victoire
Cette partie de la fresque évoque la « glorieuse victoire » de Shaq’ran sur Râ. Ensuite, le frère de Râ, Apophis, s’est emparé de Pangar après avoir tué Shaq’ran. Le texte dit : et quand Shaq’ran a révélé ses désirs divins, Le Soleil s’est enfui, et a été ressuscité par le grand et glorieux Shaq’ran, qui a le pouvoir de rendre de tels miracles réels et apporte avec lui la puissance, la vérité, la justice et la force.

Goa’uld ancien
Les inscriptions des murs du temple sont écrites dans un dialecte goa’uld ancien et obscur. Ce ne sont pas des hiéroglyphes, comme les inscriptions des pyramides et les textes goa’uld plus tardifs, mais une écriture ressemblant à l’arabe. Les hôtes d’origine venant de la Terre, il est possible que les esclaves de Shaq’ran aient été les descendants de peuples originaires d’Arabie ou du Moyen-Orient.

Les scarabées
Les scarabées remontent aussi au règne de Râ sur Pangar. Ils figurent probablement dans cette fresque en tant que symbole de la défaite de Râ. C’est un motif adéquat pour Shaq’ran, symbole du dieu solaire qu’il a vaincu, et symbole de vie, de mort et de pouvoir ultime. Plutôt que d’attribuer sa victoire sur Râ à un pouvoir militaire supérieur, Shaq’ran l’attribuait à son « droit divin » de régner sur Pangar.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?