baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Encyclopédie > Technologies > Analyses techniques > Les capsules de survie

Les capsules de survie

Titiasyl, lundi 22 janvier 2018

Les capsules de survie goa’uld de base sont un atout major des vaisseaux spatiaux de grande taille. Avec les dangers inattendus du voyage spatial, et la possibilité de pannes des systèmes de navigation, l’évaluation rapide des capsules peut sauver de nombreuses vies.

1/ Décollage à grande vitesse
Pour l’accélération initiale, la capsule a besoin de son vaisseau-hôte. Le système est similaire à celui des catapultes utilisées par les porte-avions actuels pour faire décoller les chasseurs. Habituellement, la capsule quitte le vaisseau à très grande vitesse. Il y a deux raisons à cela : éloigner le plus vite possible la capsule d’un vaisseau susceptible d’exploser et en faire une cible plus difficile à atteindre par les navires ennemis éventuellement proches.

2/ Autres types de capsules
La capsule d’Anubis : Au contraire des autres capsules goa’uld, elle a la capacité d’entrer dans l’hyperespace. C’est le plus petit engin goa’uld connu qui dispose de cette fonction.
La capsule de Martin Lloyd : Celle du vaisseau de Martin Lloyd était assez grande pour accueillir Martin et quatre passagers. Elle est restée cachée sur la Terre, alors que le vaisseau principal était en orbite autour de Mars.

3/ Fonctionnement
La capsule de survie est un engin à une seule place. Elle est généralement utilisée en cas d’urgence, quand aucun autre moyen de transport n’est disponible, par exemple, pour quitter un vaisseau gravement endommagé. Vu le danger des voyages interstellaires entre des systèmes aliens et un espace parfois contrôlé par les Goa’uld, pouvoir fuir rapidement à bord d’une capsule de survie est une nécessité absolue. Pour que la capsule décolle, il faut saisir une séquence de départ sur le panneau de commande à six touches. Il est alors possible d’entrer dans la capsule, de la fermer hermétiquement et de la faire décoller du vaisseau selon une trajectoire prédéfinie.

4/ Spécifications
Hauteur : 2,5 m.
Largeur : 0,8 m.
Poids : 310 kg.
Température maximum : 800° C.
Une cellule d’alimentation à naquadah liquide génère l’énergie nécessaire. La cellule est installée dans la base de la capsule, avec les autres systèmes principaux. L’engin est équipé d’un système de propulsion simple, qui fournit une ou deux poussées rapides. Quand le moteur de poussée est épuisé, la capsule reste généralement sur sa trajectoire d’origine.

5/ Dispositifs de protection
Pour éviter que la capsule brûle en entrant dans l’atmosphère d’une planète, elle est équipée d’un bouclier isolant qui la protège de la chaleur, et d’un amortisseur antigrav. Sa coque est dotée d’une matrice en céramique améliorée au naquadah. La capsule supporte des températures allant jusqu’à 800° C. Au-delà, l’occupant est en danger. Environ 120 secondes avant que la capsule atteigne le sol, le générateur antigrav passe à la puissance maximum et commence à ralentir la descente.

6/ Complément
La capsule est équipée d’un système environnemental conçu pour une brève utilisation.
- La capsule fermée et lancée, son occupant dispose d’une quantité limité d’air respirable.
- Pour le protéger des chocs subis lors de l’entrée dans l’atmosphère planétaire et l’atterrissage, la capsule dispose d’un système rudimentaire d’amortisseur d’inertie, destiné à maintenir le passager en place pendant les opérations.

7/ Atterrissage
Tout vaisseau goa’uld plus grand qu’un planeur de la mort peut être équipé d’une capsule d’atterrissage. Un navire de transport peut avoir entre une et quatre capsules. Un vaisseau-mère en possède des centaines. Mais quand un problème survient, l’équipage a souvent du mal à atteindre les capsules à temps pour s’échapper. Pour preuve, citons la destruction des deux vaisseaux-mères dans l’atmosphère de la Terre. D’après les observations, aucune capsule n’a eu le temps de les quitter.

8/ Récupération
Quand une capsule atterrit d’une planète, on l’abandonne sur place, car le coût de la récupération et de la remise à neuf est plus élevé que celui de la fabrication d’une nouvelle capsule. Lorsqu’une capsule est lancée dans l’espace, un autre vaisseau peut la téléporter à son bord grâce aux anneaux de transport. Normalement, pour fonctionner les anneaux ont besoins d’une plate-forme d’émission ou de réception. La téléportation est quand même possible, à condition que la capsule soit directement sous le mécanisme des anneaux.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?