baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > OS > OS en série > Delatria > Delatria - 2

Delatria - 2

Démétra, jeudi 1er février 2018
DELATRIA - 2

Genre/Pairing : Romance Jack & Sam, Daniel & Janet / PG-13

Saison : 8, Jack est général, Sam est colonel, Janet est vivante.

Résumé : De retour d’une mission diplomatique avec Daniel et Teal’c, Jack a un comportement étrange.

Note de l’auteur : D’après une idée d’Helene1974.

SJSJSJ

Le général Jack O’Neill était en salle d’embarquement avec le docteur Daniel Jackson et Teal’c, attendant l’ouverture de la porte des étoiles.

Le colonel Samantha Carter était à leurs côtés, pour leur souhaiter bonne chance. Exceptionnellement, c’était elle qui restait à la base pendant que le général accompagnait ses hommes en mission diplomatique, sur Delatria, une planète moins évoluée que la Terre.

- "Mon général, je me sens bien, je pourrais y aller..." implora presque Samantha.

- "Non, vous restez ici pendant que je m’occupe de ça ! Ordres du médecin, vous venez de vous faire opérer de l’appendicite, donc pas de missions pour l’instant... Et puis, ça va me faire du bien de prendre l’air" lui répondit Jack.

Le vortex se forma et Sam salua SG-1. Jack se tourna vers Sam pour lui sourire juste avant de franchir le seuil.

Depuis qu’elle avait annulé son mariage et que lui ne voyait plus Kerry, Jack et Sam s’étaient un peu plus rapprochés. Il ne s’était rien passé entre eux mais ils éprouvaient le besoin de passer plus de temps ensemble, de s’appeler le week-end, de sortir avec Daniel, Janet et Tea’lc, etc. Sam espérait que la situation pourrait évoluer rapidement car elle ne savait pas si elle résisterait encore longtemps à l’envie de lui sauter dessus.

La mission devait durer 24h et Sam travaillait encore dans le bureau du général quand le signal de la porte retentit dans la base, le soir-même.

- "Activation extérieure non autorisée" déclara le sergent Harriman dans son micro.

Sam descendit aussi vite que possible, sans courir à cause de sa cicatrice.

- "Sergent, avez-vous reçu un signal ?"

- "Je suis en attente... Ah ça y est, c’est SG-1, mon colonel !"

- "Ouvrez l’iris et appelez une équipe médicale en salle d’embarquement !" cria Sam, qui se rendit aussitôt au pied de la porte. Teal’c et Daniel la passèrent, soutenant Jack de chaque côté. Le général semblait inconscient. Janet était arrivée avec une équipe. Teal’c souleva son ami pour le déposer sur le brancard. Le médecin demanda ce qui s’était passé pendant que tout le monde se dirigeait vers l’infirmerie.

- "Il a bu une boisson proposée par un chef de village, il a fait un malaise et nous avons décidé de rentrer pour vous l’amener, il n’a pas repris conscience depuis..." déclara Daniel.

- "Et pourquoi n’êtes-vous pas malades tous les deux ?" demanda Janet.

- "Parce que c’est un honneur réservé aux chefs" répondit Daniel. Janet ne dit rien et ausculta son patient.

Sam, Daniel et Teal’c attendaient un peu plus loin, guettant le réveil de Jack.

Janet lui fit une prise de sang et le perfusa, pour passer des antibiotiques ainsi que de quoi l’hydrater. Les examens semblaient bons mais elle attendait les résultats des prises de sang avant de se prononcer.

- "Je vais le garder en observation cette nuit, je pense qu’il va dormir jusqu’à demain. Allez vous reposer tous les trois, je vous préviendrais à son réveil" déclara le médecin.

Les trois amis quittèrent l’infirmerie et se rendirent au mess pour dîner. Le repas fut calme car ils étaient préoccupés par l’état du général, surtout Sam.

Daniel connaissait ses sentiments pour Jack, il savait aussi qu’ils étaient partagés.

- "Sam, ne t’inquiète pas. Janet va le remettre sur pied et il trainera à nouveau dans la base en râlant toute la journée" dit-il pour la rassurer.

- "J’espère" soupira Sam, en repoussant sa coupe de gelée bleue à peine entamée.

Teal’c leva un sourcil en la voyant faire. C’était assez inhabituel qu’elle ne finisse pas son dessert préféré.

- "Colonel Carter, vous sentez-vous bien ?" demanda alors le jaffa.

- "Je suis fatiguée, je vais aller me coucher..." dit Sam, en quittant la pièce.

Daniel et Teal’c se rendirent dans leurs chambres respectives pour la nuit.

Le lendemain matin, Janet vérifiait les constantes de Jack. Alors qu’elle réglait le débit de la perfusion, il ouvrit doucement les yeux et tourna la tête vers elle.

- "Oh, un ange !" dit-il avec un sourire.

- "Bonjour mon général, comment vous sentez-vous ?" demanda Janet.

- "Je vais toujours bien quand une ravissante femme est à mes côtés au réveil..." susurra-t-il.

- "Je vois que vous avez retrouvé votre sens de l’humour et votre répartie..." dit l’intéressée.

- "Ce n’est pas de l’humour, je suis sincère" dit Jack, en attrapant le poignet de Janet pour l’attirer à lui. Surprise, Janet tomba sur son patient, et celui-ci l’enroula de son bras libre.

Sam arriva pour prendre des nouvelles de son général et trouva Janet en fâcheuse position, alors que Jack l’embrassait. Sam prit la fuite, l’image de Janet et Jack dans les bras l’un de l’autre toujours à l’esprit. Elle bouscula Daniel dans sa précipitation, les larmes naissantes obscurcissant sa vue.

- "Sam ?" appela Daniel, sans que son amie ne lui réponde. Inquiet il courut vers la chambre. Il entra et vit le même spectacle que Sam.

- "Janet !" cria-t-il.

Elle tenta de se redresser mais Jack le tenait fermement contre lui, refusant de la laisser s’enfuir.

- "Daniel, venez m’aider !" dit le médecin.

- "Vous aider ? Les plans à trois ce n’est pas mon truc..."

- "Daniel, je ne sais pas ce qui arrive au général mais il n’est pas dans son état normal..." implora Janet. Daniel obtempéra et aida le médecin à sortir des griffes de Jack.

- "Daniel, quel rabat-joie ! Pour une fois que je tiens une belle femme dans mes bras, tu ne me laisses pas en profiter !"

- "Jack, choisis-en une consentante à l’avenir !" gronda Daniel.

Janet le remercia du regard mais le jeune homme ne s’attarda pas. Il avait senti une vive douleur quand il avait découvert Janet avec Jack, et se dit que c’était ce que Sam devait ressentir. Il quitta l’infirmerie pour retrouver son amie et tenter de lui expliquer la situation.

Sam avait percuté Teal’c dans sa course. Le jaffa avait d’excellents réflexes et rattrapa Sam avant qu’elle ne tombe en arrière.

- "Colonel Carter ? Un problème ?" demanda-t-il. Sam se blottit alors dans ses bras. Il commençait à s’habituer aux comportements humains et comprit ce qu’elle cherchait, il referma donc ses bras pour la réconforter.

Daniel les trouva tous les deux enlacés, alors que Sam se laissait aller à pleurer dans les bras de Teal’c, au milieu d’un couloir.

- "Sam, allons ailleurs, j’ai à te parler..." dit doucement Daniel. En même temps, il avait fait signe à Teal’c et celui-ci poussa doucement Sam à les suivre.

Daniel les conduisit vers la salle de briefing et ils s’installèrent à leur place habituelle autour de la table.

- "Sam, je pense que tu vas devoir remplacer Jack encore quelque temps car il n’est pas lui-même..."

Sam ne releva pas mais le fixa. Daniel reprit : "Je pense savoir ce qui t’a mis dans cet état mais ce n’est pas ce que tu crois."

Sam ne voulut pas écouter la suite, elle se leva et s’enferma dans le bureau du général. Tant que Jack serait hospitalisé, le commandement lui revenait. Daniel soupira et expliqua ce qu’il avait découvert à Teal’c.

Janet se présenta au bureau de Sam. Elle frappa à la porte close et Sam l’invita à entrer.

- "Major Fraiser ?" demanda Sam. Janet fut surprise par l’emploi du grade.

- "Sam, je..."

- "C’est colonel Carter pour vous, major" reprit Sam, toujours en colère après celle qu’elle pensait être son amie. Janet comprit le message et reprit la parole : "Pardon mon colonel. Je venais juste vous donner des nouvelles du général O’Neill."

- "Faites vite, j’ai du travail. Sauf si vous me dites qu’il peut reprendre son poste..."

- "Non, je vais être obligée de le garder en observation. Il n’est pas dans son état normal et je ne pense pas qu’il soit en mesure de reprendre ses fonctions."

- "Très bien, tenez-moi informée de l’évolution de son état, quand vous ne serez pas trop occupée à l’embrasser. Rompez !" déclara Sam, d’un ton dur et sans un regard pour Janet. Elle quitta le bureau pour trouver Daniel. Il était seul dans son bureau.

- "Daniel, pourquoi as-tu parlé à Sam de ce que tu as vu ce matin ?! Elle est furieuse contre moi !"

- "Je n’ai rien dit ! Elle vous a vu... Elle pleurait en sortant de l’infirmerie ce matin, j’ai couru car je pensais que Jack n’allait pas bien mais c’est là que je vous ai trouvés..."

- "Oh non..." soupira Janet, se laissant tomber sur un siège, face à Daniel. Ce dernier se leva pour lui caresser le dos.

- "J’ai tenté de lui expliquer mais elle n’a pas voulu m’écouter..."

- "Oh..." dit Janet en se prenant la tête dans les mains.

- "Mais c’est pas possible ça, il vous les faut tous major !" cria Sam, depuis l’entrée du bureau de Daniel.

- "Sam... Ecoutes-moi !" gronda Daniel. La colère de Sam retomba, suite au ton employé par son ami. Daniel reprit donc : "C’est ce que j’ai essayé de te dire tout à l’heure. Janet a été surprise par Jack ce matin, il est persuadé d’être amoureux d’elle mais c’est faux."

Sam fusilla Janet du regard, mais la laissa parler : "J’ai découvert un taux anormalement élevé de phényléthylamine dans le sang du général."

- "L’hormone de l’amour ?" demanda Sam.

- "Oui, ainsi que des endorphines et de la sérotonine en trop grand quantité. Je pense qu’il a cette impression car je suis la première qu’il ait vu à son réveil... J’ai été aussi surprise que toi" dit Janet, implorant ainsi le pardon de Sam.

Sam s’approcha de son amie et la prit dans ses bras. Daniel se rajouta dans le câlin groupé.

- "Je dois y aller, il doit me signer des documents, tu crois qu’il est en état ?" demanda Sam, s’extirpant du groupe.

- "Oui mais je préfère te laisser seule avec lui..."

- "Tu comptes le laisser comme ça longtemps ?" demanda Sam.

- "Je vais faire des dosages réguliers et si ça ne baisse pas tout seul, je lui administrerais ce qu’il faut pour le stabiliser" dit Janet.

Sam récupéra ses dossiers puis se rendit dans sa chambre particulière. Jack était allongé mais semblait agité.

- "Mon général ?" demanda Sam, en entrant.

- "Ah Carter, ce n’est que vous !"

- "Oui, excusez-moi de vous déranger mais j’ai besoin de votre signature sur ces demandes de budget, que je dois renvoyer."

- "Donnez-moi ça !" dit Jack, en arrachant les papiers des mains de Sam. "Je ne signerais ces papiers que si vous me promettez une chose..."

- "Laquelle ?"

- "Promettez avant !"

- "Je promets..." soupira la jeune femme.

- "Je signe ça et vous allez me chercher votre copine, Janet" dit Jack, un air ahuri sur le visage.

- "Je promets que si vous signez tout ça, j’irais la voir..."

Jack signa les dossiers et les tendit à son second.

- "Allez la chercher !"

- "J’ai promis d’aller la voir, pas de l’amener ici..." dit Sam en s’éloignant. Jack la fusillait du regard et chercha quelque chose à lui jeter au visage. Sam prit ses jambes à son cou avant que Jack n’envoie son plateau-repas à travers la pièce, évitant Sam de peu. Elle se rendit dans le bureau de Daniel pour ramener Janet avec elle.

- "Janet, viens vite, il te demande et m’a jeté son plateau à la figure !" dit Sam, essoufflée.

- "Oh mon dieu, Sam, tu n’as rien ?" demanda Janet, alors que Sam l’avait déjà attrapée par le bras, la tirant derrière elle.

Elle la poussa dans la chambre devant elle, puis dit : "Voilà monsieur, elle est là, calmez-vous !"

- "Carter ! Vous m’avez fait une farce tout à l’heure ?"

- "Oui, mais ce n’était pas drôle, désolée !"

- "Excusez-moi, je me suis un peu emporté... Mais ça va mieux, elle est là ! La plus belle des femmes de cette base !"

Sam avala sa salive de travers et dû quitter la pièce pour ne pas pleurer. Elle envoya les dossiers qu’elle avait remplis elle-même et alla se coucher de bonne heure. Elle voulait être un peu seule. Elle ne répondit ni à Daniel et Teal’c, encore moins à Janet, quand ils étaient passés la chercher pour dîner. Elle avait éteint la lumière et s’était allongée sur son lit, se laissant aller à pleurer. Elle s’endormit d’épuisement au bout de quelques heures.

Le lendemain matin, elle se leva, se doucha et s’habilla pour affronter une nouvelle journée. Elle était passée discrètement devant le mess et avait aperçu Janet avec ses deux amis, elle décida donc d’aller voit Jack à l’infirmerie. Il était endormi dans son lit et était sanglé.

Sam remarqua que les perfusions avaient dû être refaites sur le dos de sa main, au lieu du pli du coude, comme la veille. Elle passa ses doigts dans les cheveux du général, qui semblait reprendre conscience. Sam se dépêcha de déposer un baiser sur son front et de lui dire qu’elle l’aimait. Elle s’assit à côté de lui. Il se tourna légèrement de son côté et se rendormit. Elle resta un moment à le regarder et quitta la pièce.

Janet avait assisté à la scène et s’était éloignée quand Sam s’était levée pour quitter la pièce. Elle profita du calme de Jack pour faire une nouvelle prise de sang. Elle déposa le tube au labo et se rendit au bureau du général.

- "Sam ?" demanda Janet en frappant à la porte.

- "Oui Janet" invita Sam, en lui montrant un fauteuil d’une main.

- "Hier soir, j’ai été obligée de donner un tranquillisant au général et de lui mettre des sangles car il avait arraché sa perfusion, pour me rejoindre" commença Janet, un peu gênée. "La prise de sang d’hier montre une baisse des taux d’hormones mais ils sont encore assez élevés..."

- "D’accord, fais au mieux, je dois prévenir le président..."

Sam prévint donc son commandant en chef que le général O’Neill était souffrant et qu’elle prenait le relais. Le président lui témoigna sa confiance dans la gestion de la base et souhaita ses meilleurs voeux de rétablissement au général.

Sam se passa la main dans les cheveux et reprit le travail commencé par son supérieur avant Delatria. Elle travailla toute la journée l’estomac vide et la nuit était bien avancée quand elle se décida à aller dire bonsoir au général.

Sam se présenta à l’infirmerie alors que Janet sortait de la chambre du général.

- "Comment va-t-il ?"

- "Il est plus calme mais il est toujours attaché. J’ai fait une nouvelle prise de sang et je lui ai donné quelque chose pour ajuster ses taux d’hormones..."

Sam hocha la tête et entra dans la chambre. Jack était couché sur le dos et semblait endormi. Comme le matin, Sam passa ses doigts dans les cheveux gris de Jack et déposa un baiser sur son front. Elle savait que son amour pour Janet était chimique et éphémère mais ça lui brisait le coeur. Elle réalisa que n’importe quelle femme pourrait lui voler l’homme de sa vie...

Jack bougea légèrement et ouvrit doucement les yeux.

- "Sam ?"

- "Désolée monsieur, je ne voulais pas vous réveiller" dit sam, alors qu’elle était toujours penchée au-dessus de lui. Il voulut lever le bras mais la sangle l’en empêcha. Il toucha par inadvertance un des seins de Sam, qui avait bougé pour se reculer.

- "Pardon..." dit Jack, reposant son bras le long de son corps

- "C’est de ma faute, je vais vous laisser, bonne nuit..."

- "Non restez avec moi, s’il vous plait..." dit Jack en lui attrapant le poignet.

Le ventre de Sam gargouilla et Jack la libéra.

- "Je vais chercher quelque chose et je reviens" promis Sam.

Elle emporta une coupe de gelée avec elle et revint dans la chambre. Jack était assoupi et ouvrit les yeux quand il entendit le bruit de la cuillère dans la coupe.

- "Sam..." marmonna-t-il.

- "Je suis là" dit Sam, en prenant sa main gauche dans la sienne. Jack la serra aussi et se rendormit. Sam se cala dans le fauteuil et passa une nuit inconfortable mais près de Jack.

Janet la réveilla au petit matin.

- "Sam, les taux sont revenus à la normale, je pense qu’il pourra sortir demain."

Sam s’étira comme elle put, sans lâcher la main de Jack. Elle gémit doucement, la colonne vertébrale endolorie.

- "Deux femmes superbes qui veillent sur moi... Je suis mort ou quoi ? On se croirait au paradis" dit Jack.

Sam lâcha sa main et se leva.

- "Je vous laisse, j’ai du travail." Et la jeune femme quitta la pièce.

- "J’ai dit une bêtise ?" demanda Jack, regardant le médecin.

- "On parlera de ça plus tard" dit Janet en détachant Jack.

- "J’ai dû faire une grosse bêtise pour en arriver là" dit Jack, en se frottant les poignets.

- "Aucun souvenir, monsieur ?"

- "Non, aucun..."

Janet grimaça et quitta la pièce. On déposa un petit-déjeuner à Jack, qui passa la matinée seul. Il avait mal à la tête et se sentait trop faible pour se lever.

Daniel passa après le déjeuner. Jack le salua chaleureusement, content d’avoir de la visite.

- "Alors Jack, tu ne cours plus après les blouses blanches ?"

- "Pardon ?"

Sam allait entrer dans la pièce et entendit Daniel parler, elle décida d’écouter un peu.

- "Tu as sauté sur Janet l’autre matin... Je vous ai surpris à vous embrasser... Enfin, tu l’as eue par surprise, elle n’a pas pu se défendre..." dit Daniel, contrarié.

- "Tu n’es vraiment pas drôle Daniel !"

- "Ce n’est pas une blague, même Sam est témoin, tu la croiras sûrement elle..."

- "Quoi ? Elle a vu ça ? Oh non... Comment elle a réagi ?"

- "Elle sautait de joie !" dit ironiquement Daniel. Jack lui fit une grimace. "Comment crois-tu qu’elle l’a pris ? Elle a pleuré..."

- "Daniel !" s’indigna Sam, en entrant dans la pièce.

- "Sam, il faut qu’il sache le mal qu’il nous a fait !" dit Daniel.

- "Mais il ne l’a pas fait exprès !"

- "Et alors, dis-moi que tu n’as pas souffert, ou mieux : dis-lui à lui !" dit Daniel, pointant Jack du doigt. Sam ne dit rien et voulut quitter la pièce. Daniel l’attrapa par le bras, l’attira vers lui et l’embrassa, sous le regard de Jack mais aussi de Janet qui arrivait au même moment.

- "Voilà, nous sommes quittes ! Tu as embrassé la femme que j’aime et j’ai embrassé la femme que tu aimes !" dit Daniel fier de lui.

Janet s’avança vers le couple improvisé et Sam recula. Janet fixa Daniel dans les yeux et attrapa son visage entre ses mains, pour l’embrasser à son tour.

Sam leva les sourcils de surprise et tourna la tête vers Jack, qui était aussi surpris qu’elle.

- "Sam, aides-moi à me lever, j’ai un coup de fil à passer..."

- "Mon général, ce n’est pas sérieux... Vous n’allez pas les dénoncer..." implora Sam, car elle pensait qu’il voulait les traduire devant la cour martiale.

- "Les dénoncer ? Mais tu me prends pour qui ? Je veux demander au président qu’il nous lâche avec sa fichue loi... Puis je me ferais pardonner..." dit Jack, alors que Sam le soutenait pour l’aider à se lever, leurs corps l’un contre l’autre. Cette proximité gênait Sam autant qu’elle lui faisait plaisir.

Elle aida Jack à se rendre dans la salle de bain et lui donna des vêtements, le laissant s’habiller seul.

En sortant, Jack déclara : "Bon, tous les deux, sortez de cette base et profitez de votre journée !"

- "Mais je ne vous ai pas autorisé à reprendre le travail, donc c’est Sam qui donne les ordres encore aujourd’hui" lui rappela Janet.

- "Faites ce qu’il dit !" ordonna Sam, avec un sourire pour ses amis.

Jack passa un bras en travers des épaules de Sam, à la fois pour s’appuyer sur elle mais aussi pour se l’approprier.

- "Nous en ferons autant ce soir..." lui glissa-t-il à l’oreille. Sam rougit et le guida vers son bureau. L’appel au président ne dura pas longtemps et Jack ressorti de son bureau avec un beau papier, qu’il comptait afficher au mess. Il attrapa Sam par le bras, l’embrassa devant tout le monde et décida de quitter aussi le SGC jusqu’au lendemain.

Sam avait reconduit Jack chez lui et il l’invita à entrer.

- "De toute façon, tu es obligée de dormir ici !"

- "Et pourquoi ?"

- "Car tu seras obligée de revenir me chercher demain matin, donc je te garde ici, pour t’éviter de la route..." dit Jack, en attirant Sam à lui. Il l’embrassa et souleva le débardeur pour caresser la peau douce de Sam. Il n’en fallut pas plus à Sam pour se laisser convaincre. Elle gémit et et retira son débardeur. Jack admira le soutien-gorge de la jeune femme mais celle-ci l’enleva rapidement. Jack ôta son t-shirt. Ils s’embrassèrent à nouveau, peau contre peau, ce qui les entraina vers la chambre, tout en se déshabillant.

Jack se fit pardonner une bonne partie de la nuit pour avoir laissé le temps les séparer et aussi pour son comportement avec Janet.

Le lendemain matin, les deux couples se retrouvèrent au mess pour le petit-déjeuner.

Ils avaient tous les quatre des mines fatiguées mais heureuses.

Janet autorisa Jack à rependre son poste, s’il promettait de ne plus jamais l’embrasser. Ils rirent tous et chacun reprit son poste. La nouvelle de l’abolition de la loi anti fraternisation avant fait rapidement le tour de la base et beaucoup de couples se formèrent.

Jack se dit que finalement, cette montée d’hormones avait eu des effets positifs, après coup.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?