baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > OS > OS en série > Delatria > Delatria - 4

Delatria - 4

Démétra, samedi 3 février 2018
DELATRIA - 4

Genre/Pairing : Ship Jack & Sam

Saison : 7, Jack est colonel, Sam est major, Janet est est vivante, Pete n’existe pas.

Note de l’auteur : c’est MON histoire, je fais ce que je veux, donc Teal’c a encore un symbiote, même si c’est la saison 7 !

SJSJSJ

- "C’est quand même assez extraordinaire ça !" dit le docteur Janet Fraiser, visiblement mécontente.

- "Doc, je vous jure que je n’ai pas fait exprès !" grommela le colonel Jack O’Neill.

Le médecin ne répondit pas mais Jack recula légèrement du MALP. Le docteur Fraiser avait beau être au SGC et lui sur une autre planète, son regard n’en était pas moins menaçant. Du haut de son mètre cinquante, Janet était une véritable tigresse. Le médecin soupira avant d’annoncer qu’elle allait rejoindre SG1, le temps pour elle se préparer.

Une demi-heure après le contact radio, Janet passa le vortex avec son équipement habituel.

- "Salut Doc ! Merci pour la consultation à domicile !"

- "Mon colonel. Bon allons-y, je suppose que vos deux malades ne vont pas se soigner tous seuls !"

- "Vous seriez surprise des capacités de Carter à gérer ce genre de situation..."

- "Elle est en effet très débrouillarde et si elle n’était pas elle-même blessée, je suppose qu’elle aurait été mesure de gérer le docteur Jackson !"

- "Ca me fait vraiment bizarre de vous entendre l’appeler Dr Jackson..."

- "Pourquoi ? Ce n’est pas plus étrange que vous et Sam avec vos monsieur, Carter et mon colonel !"

- "A la différence que je ne couche pas avec Carter !" dit Jack, comme si l’idée le dégouttait.

- "Comme si ça ne vous avait jamais traversé l’esprit !" dit Janet.

Elle avait vu Teal’c la saluer au loin et elle avait accéléré le pas pour le rejoindre. Le colonel était abasourdi. Bien sûr qu’il pensait à Carter, à lui faire l’amour et passer des nuits entières à l’admirer, ce n’était pas le problème. Ce qui le gênait c’était que Fraiser le sache et le souligne à voix haute en plus !

Après avoir vu ses deux patients préférés, Janet sorti de la tente de SG1 pour faire le point avec Teal’c et Jack.

- "Mon colonel, l’état de Daniel n’est pas préoccupant mais je souhaite ramener Sam à la base pour faire quelques radios. Je pense que vous avez correctement remis l’épaule en place mais je veux faire un contrôle et la bloquer pour que tout se remette bien."

- "D’accord. Et notre archéologue alors ?"

- "Vous savez qu’il souffre d’allergies sévères mais il a trouvé que ça serait une bonne idée de partir en mission depuis quelques semaines sans traitement. D’où sa crise d’asthme" expliqua Janet.

Jack grogna mais il n’était pas si mécontent que ça de quitter cette planète. Ils n’avaient rien découvert de vital, mis à part des plantes aux vertus soi-disant curatives mais le colonel ne croyait pas à ce genre de remèdes. Comme Janet avait donné un antidouleur à Sam, Teal’c et Jack durent la mettre sur un brancard et la porter pour regagner le SGC. Daniel marchait doucement derrière, se remettant avec peine de sa crise, Janet le soutenait comme elle pouvait.

- "Je n’arrive pas à comprendre comment ça s’est déclaré !" dit Daniel, penaud.

- "Tu sais, il suffit d’un choc pour que l’asthme montre le bout de son nez. Tu as dû avoir peur en voyant Sam basculer dans le ravin, ce n’est pas plus compliqué que ça" expliqua Janet.

- "J’ignore ce qui m’a fait le plus peur : voir Sam tomber ou la pensée que Jack allait me tuer !"

- "C’est de ta faute si elle est tombée ?"

- "Oui un peu. Je prenais des photos du site et je ne regardais pas où je marchais. Sam m’a attrapé par le bras pour que j’évite un tronc d’arbre mais avec mon poids, nous avons basculé et elle est tombée..."

- "Oh, j’imagine que le colonel devait être furieux !"

- "Plus que tu ne peux imaginer !" dit Daniel.

Jack leur demanda d’accélérer le pas et de cesser de discuter, le tout sur un ton sans appel. Janet glissa un regard désolé à Daniel, comprenant que Jack était toujours fâché à cause de l’accident de Sam.

Jack avait eu le bon réflexe en la remettant à chaud mais un suivi s’imposait, pour éviter toute complication. De plus, Sam souffrait beaucoup car ils n’avaient aucun antidouleur assez fort avec eux en mission. Jack avait expliqué à Janet que Sam s’était évanouie de douleur avant qu’il puisse immobiliser son bras. Avec Teal’c, ils l’avaient installée sous leur tente, pendant que Daniel tentait de reprendre sa respiration. Jack avait laissé Teal’c essayer de mettre Daniel en méditation pour l’apaiser et il avait couru vers la Porte des étoiles, demander de l’aide.

Au SGC, Sam et Daniel avaient été soignés en priorité mais Teal’c et Jack n’avaient pas échappé à la visite de contrôle, même s’ils étaient en pleine forme. SG1 n’avait passé que trois jours sur la planète Delatria avant que Sam ne tombe dans le ravin. Janet avait redonné des antidouleurs à Sam et cette dernière semblait avoir sombré dans un profond sommeil.

- "Elle sera sur pieds demain matin, colonel" avait déclaré Janet quand Jack était venu prendre de ses nouvelles.

- "Je vais quand même veiller sur elle cette nuit, je ne sais même pas si elle est consciente d’être rentrée."

Janet lui sourit et le laissa faire, sachant qu’il serait impossible de lui faire entendre raison. Sam émergea le lendemain matin, croisant le regard bienveillant de Janet. Elle remarqua que le colonel dormait sur un fauteuil près d’elle.

- "Salut Sam !" dit joyeusement le médecin, tirant Jack de ses rêves.

- "Salut" répondit Sam, la bouche un peu pâteuse.

- "Alors Dorothée ? Comment vous sentez-vous ce matin ?"

- "Bien, mon colonel, merci."

Elle avait les traits tirés et Jack ne releva pas le ton un froid de son major. Il se leva et s’étira avant de quitter l’infirmerie pour prendre une douche. Il donna rendez-vous aux deux femmes au mess. Janet s’approcha de Sam et lui caressa doucement la joue car elle avait une petite éraflure. Sam lui sourit.

Quand Jack arriva au mess, il fut surpris par l’attroupement à l’entrée. Il avait dû jouer des coudes pour se frayer un passage.

- "Mais qu’est-ce que c’est cet attroupement ?" hurla-t-il.

Quand il arriva au centre du réfectoire, il comprit. Sam et Janet étaient debout, l’une en face de l’autre, se tenant par la taille. Janet avait la tête levée vers Sam et elles s’embrassaient. Ou plutôt, elles échangeaient le baiser le plus érotique qu’il était possible de voir. D’où il se tenait, Jack pouvait voir leurs langues se caresser. Soudain, Janet passa une main sous le t-shirt de Sam, lui caressant amoureusement le dos.

Tous les hommes de la base étaient réunis et regardaient en silence. Si certains étaient médusés, d’autres leur lançaient des regards équivoques, ce qui déplut fortement au colonel. Il fit signe à Teal’c de saisir le médecin, pendant qu’il se chargeait de son second. Les deux femmes se débattirent comme des lionnes, refusant qu’on les sépare. Teal’c maitrisa Janet mais Jack tomba au sol avec Sam, qu’il tenait fermement. Les hommes pestèrent contre Jack et Teal’c, qui avaient interrompu le spectacle.

- "Retournez tous au travail avant que je ne fasse venir le général !" gronda Jack, d’un ton sans appel.

Hammond arriva au même moment, prévenu par le poste de sécurité. Il trouva Janet, enserrée par Teal’c et Sam dans les bras de Jack. Malgré son bras immobilisé, le major souhaitait s’arracher de l’emprise de son supérieur pour reprendre son échange avec son amie.

- "Colonel !" gronda le général.

- "Je sais de quoi ça à l’air, mais écoutez-moi avant de juger !" plaida Jack pour sa défense. Il se releva péniblement, refusant de lâcher Sam.

- "Expliquez-vous !"

- "Quand je suis arrivé, ces deux furies étaient occupées à s’embrasser goulument, devant tout le monde. J’ai jugé préférable de les séparer avant qu’elles ne créent une émeute, mon général" expliqua Jack, avec difficultés.

L’homme semblait sceptique, alors Jack relâcha sa prisonnière, invitant Teal’c à faire de même. Aussitôt libres, les deux femmes se jetèrent l’une sur l’autre et reprirent leur baiser passionné. Hammond aurait perdu tous ses cheveux s’il n’avait pas été chauve.

- "Colonel ! Séparez-les !"

Jack fit signe à Teal’c de changer et de s’occuper de Sam, pendant qu’il gérait Janet. Le major voulut se débattre mais la poigne de Teal’c était plus ferme que celle du colonel. Jack décida de les séparer, le temps de trouver une explication. Il essaya de leur poser des questions mais les deux femmes étaient résolument muettes.

- "Allons voir Daniel" dit Jack, prenant son major par la main, pour la tirer à sa suite.

Il envoya Teal’c avec Janet à l’infirmerie. Au fur et à mesure qu’elle s’éloignait Sam semblait retrouver ses esprits.

- "Je me sens bizarre mon colonel..." murmura Sam.

Jack stoppa sa progression pour la regarder. Elle semblait émerger, comme après un coup sur la tête.

- "Oui j’imagine... Rouler une pelle à Fraiser en plein milieu du mess, ça fait des émotions..." dit Jack, ironique.

Sam cligna des yeux, dans une parfaite imitation de Thor. Comme elle ne réagissait toujours pas, Jack reprit sa main et ils entrèrent dans le bureau de Daniel.

- "Jack, je viens de faire une découverte incroyable" lança l’archéologue en le voyant.

- "Si ça n’a pas de rapport avec Carter, je ne veux rien entendre !"

- "Que veux-tu dire ?"

- "Je viens de la séparer de sa ventouse... Elle et le doc étaient collées l’une à l’autre !"

- "Hein ?" demanda Daniel.

- "Elle et le doc s’embrassaient à pleine bouche en plein mess, donc ma question était : est-ce que votre découverte a un rapport avec ça ?"

- "Bah euh oui je pense !"

Jack le dévisagea avec un air surpris, ne s’attendant pas à cette réponse.

- "En fait, les plantes médicinales ont d’autres vertus. Elles sont aussi aphrodisiaques !"

- "Ah !" dit Jack, jetant un coup d’oeil vers Sam... qui venait de disparaitre.

- "Carter !" hurla Jack, se lançant à sa poursuite.

A peine arrivé au détour d’un couloir que Sam avait déjà commencé à soulever son t-shirt noir pour l’enlever. Heureusement, son bras en écharpe l’empêcha de le retirer aussi vite que voulu. Janet était en face d’elle et elles semblaient à deux doigts de se jeter l’une sur l’autre. Teal’c arriva en courant, une main sur son front, un filet de sang coulant de sa tempe.

- "Désolé O’Neill, elle m’a assommé !"

- "Ce n’est rien Teal’c" dit Jack, attrapant fermement Sam par le bras. "Celle-ci a attendu que j’ai le dos tourné pour s’enfuir !"

Le colonel et le jaffa se regardèrent un instant, se demandant quoi faire avec les deux femmes.

- "Daniel dit que ces saletés de plantes sont aphrodisiaques. Si jamais il se jette sur moi, protégez-moi Teal’c !" implora Jack.

Son ami leva un sourcil mais promit de faire rempart avec son corps.

- "On doit impérativement les garder à distance l’une de l’autre !"

- "Daniel Jackson devrait sûrement s’entretenir avec Bill Lee concernant ces plantes" proposa Teal’c.

- "Très bien, allez-y avec le doc, je vais dans mon bureau avec Carter."

Jack avait profité de la lucidité passagère de Sam pour lui parler de la découverte de Daniel et elle lui donna quelques pistes de réflexion puis elle l’aida avec ses rapports de mission.

- "Je ne comprends pas comment vous pouvez accumuler autant de retard !" râla Sam.

- "Et moi, ce que je ne comprends pas c’est comment vous vous êtes retrouvée à rouler une pelle à votre meilleure copine en plein mess !"

Sam ne releva pas mais rougit violemment.

- "Je vous taquine Carter !"

- "Je sais bien mais je suis consciente que ça va nous poursuivre ! Les femmes ici ont déjà du mal à se faire accepter alors si en plus, on en rajoute avec ce genre de relation !"

- "Carter, ne vous en faites pas. On fera comme on a toujours fait !"

Sam l’interrogea du regard.

- "On fera front tous ensemble et ceux à qui ça ne plait pas... je laisserais à Teal’c le soin de les démembrer !"

Sam sourit un peu avant de manquer de s’étouffer.

- "Mince, le général peut nous traduire devant la cour martiale pour ça !"

- "Carter, je ne vois pas pourquoi..."

- "Mais parce que ça s’appelle fraterniser, même si nous sommes des femmes, monsieur ! C’est pas vrai ça, ce que les hommes peuvent être..."

- "Carter !" la coupa Jack, avant que n’aille trop loin. "Je voulais juste dire que fraterniser sous l’influence de plantes extraterrestres, ce n’est pas vraiment fraterniser..."

- "Oh" dit Sam, un peu honteuse.

- "Non mais si vous vouliez sauter sur un homme, moi par exemple - mais je ne dis ça qu’à titre d’exemple - personne ne vous en voudrait..."

- "Mon colonel !" s’indigna Sam. "Ce n’est pas drôle."

- "Désolé" dit Jack, s’approchant dangereusement de Sam. "Je disais ça pour détendre l’atmosphère."

- "Je sais monsieur, je vous remercie."

- "Songez à ma proposition, hein ?" dit-il avec un clin d’oeil.

Jack ouvrit la porte de son bureau et fut presque assommé par Janet. Quand il reprit conscience, il n’en crut pas ses yeux : Janet était en soutien-gorge, sa blouse et son t-shirt au sol. Elle avait passé ses bras sous le treillis de Sam et elles s’embrassaient encore. Jack entendit des pas dans le couloir et trouva Daniel, abasourdi, sur le pas de sa porte. son regard passa du couple à Jack, au sol. Il l’aida à se relever.

- "Attrapez Janet et mettez-lui sa blouse avant de la mettre en cellule, elle est plus dangereuse que Sam !" ordonna Jack, attrapant Sam par la taille, enroulant son bras autour d’elle.

Daniel obtempéra et Janet frappa des poings sur la poitrine de l’archéologue mais il tint bon et se fit aider par Siler pour enfermer Janet, à moitié nue sous sa blouse blanche. Sam sembla reprendre ses esprits et Jack l’emmena voir Lee.

Teal’c avait retrouvé le reste de son équipe, après un somme forcé. Janet lui avait injecté une drogue immobilisant le symbiote et l’avait assommé plus fort que la fois précédente. Teal’c avait été hors-jeu pendant un bon moment. Il se sentait vaseux mais encore pire, honteux.

- "Euréka !" dit Lee, en regardant son microscope.

Sam se pencha sur l’appareil et regarda dedans, laissant ses collègues s’interroger.

- "Oui, je crois que vous avez trouvé !" dit Sam avec un sourire.

- "C’est bon ?" demanda Jack.

- "Oui, grâce à Jolinar, j’ai été en partie immunisée contre le virus contenu dans cette plante."

- "Comment se fait-il que seules Fraiser et vous ayez été infectées ?"

- "Parce que le virus ne se fixe que sur le second chromosome X" expliqua Lee, qui avait analysé le sang des deux femmes et les plantes collectées par Daniel.

Il avait préparé une infusion à Sam la veille au soir et elle avait rempli sa gourde avec. Quand Janet était arrivée, elle avait bu l’eau de Sam et avait été infectée à son tour, plus violemment et plus rapidement que Sam.

Lee synthétisa un vaccin et fit une injection à Sam. Teal’c accompagna Sam voir Janet, avec le remède car elle était affreusement agitée. Elle se calma en voyant la femme de sa vie.

- "Mon amour, te voilà, tu m’as manqué !"

Sam était gênée mais elle joua le jeu, pour approcher son amie et lui faire son injection. Teal’c essayait de garder un visage de marbre mais était furieux en voyant Janet. Sam allait ouvrir la porte de la cage mais Teal’c attrapa son poignet.

- "Êtes-vous sûre, major Carter ?"

- "En effet" dit Sam, mutine.

Sam continua donc sa progression vers Janet. Elle ignorait cependant que Jack et Daniel étaient en salle de vidéosurveillance, seuls pour que personne ne soit témoin de ce qui pourrait se passer. Sam prit Janet dans ses bras, et sorti une seringue de sa manche, dans le dos de son amie. Janet s’arrangea pour embrasser Sam et celle-ci se laissa faire, profitant de ce qu’elle était occupée pour la piquer à l’épaule. Elle avait habilement fait glisser la blouse et Janet ne vit rien arriver. Comme l’antidote était puissant, Janet fit un malaise après quelques secondes. Teal’c vint au secours de Sam qui ne pouvait pas la retenir avec un seul bras valide. Il allongea le médecin sur une des couchettes, tandis que Sam s’asseyait près d’elle, lui caressant les cheveux.

Le général Hammond avait convoqué tout le personnel, militaire et civil en salle d’embarquement et avait clairement signifié à chacun que les remarques déplacées envers les deux femmes, victimes d’un virus extraterrestre, seraient perçues comme des attaques personnelles envers lui-même et Jack avait ajouté "Envers SG1 également !"

Quand le personnel avait vu les visages du général, du colonel O’Neill, de Teal’c et de Daniel, tous avaient compris que ces hommes-là ne plaisantaient pas.

Au mess, un petit malin eut la bonne idée de tester la résistance de l’équipe phare du SGC. Il se moquait des jeunes femmes, insistant sur une hypothétique liaison entre elles. Janet ne supporta pas et quitta le réfectoire. Jack retint Sam par le bras, pour ne pas donner d’argument supplémentaire au capitaine.

- "Si vous la suivez, ça ne fera qu’alimenter les ragots. Restez ici, ignorez-le et respirez !"

- "A vos ordres, mon colonel."

Teal’c voulut intervenir au bout d’un moment, surtout quand Sam se leva prestement, afin de quitter les lieux. Jack se leva à son tour, si vite que le capitaine eut peur et se tu. Le colonel attrapa Sam, la fit basculer et l’embrassa.

- "Voilà ! Si vous voulez cancaner, parlez de moi !" dit Jack, à la cantonade.

Il avait redressé Sam mais ne l’avait pas lâchée, la jeune femme tremblait légèrement. Le regard qu’elle lança à Jack l’aurait fait fondre sur place, s’ils avaient été ailleurs.

Quelques jours plus tard, les échanges de baisers entre Sam et Janet avaient été oublié, au profit du baiser entre le colonel et son major. Jack avait prévenu Hammond, histoire d’éviter les ennuis. Le général avait râlé pour la forme mais souriait intérieurement de l’initiative.

Sam avait toujours le bras immobilisé et Jack l’aidait beaucoup à la base. Ce soir-là, elle lui demanda de la raccompagner chez elle. Elle était restée au SGC le plus longtemps possible pour ne pas déranger le colonel mais elle était à court de vêtements. Jack se gara devant la maison de Sam et l’aida à descendre puis à ouvrir sa porte. Sam l’invita à entrer. Elle avait les moins moites, ses genoux menaçaient de la lâcher. Elle espérait un autre baiser, sans trop y croire. Elle l’invita à se servir une bière, le temps pour elle de se débarrasser de ses chaussures. Elle était en train de râler quand deux mains virent à son secours.

- "Merci mon colonel" dit-elle, quand il lui retira ses chaussures et ses chaussettes.

Il laissa ses doigts caresser les chevilles de la jeune femme.

Elle retint sa respiration, se demandant à quoi il jouait. Il lui lança un sourire carnassier, elle écarquilla les yeux mais il se détourna vite, massant les chevilles de Sam, remontant vers le mollet. Il fut contraint de s’arrêter car elle portait un jean.

- "Je... je voulais vous remercier pour ce que vous avez fait au mess, l’autre jour."

- "Ce n’est rien, mais ça les fait parler un peu plus sur vous..."

- "Mais je suis habituée, ce n’est pas le cas de Janet. Elle est forte mais elle n’est pas préparée à ça et cette forme d’injustice..."

- "Injustice ?"

- "Oui, vous et moi sommes habitués aux ragots sur nous..."

- "Et c’est juste parce que ?"

- "Parce qu’il y a une part de vérité, monsieur."

- "Jack. Nous ne sommes pas à la base, nous avons une conversation personnelle, donc c’est Jack."

- "Jack" répéta-t-elle, savourant le gout de son prénom sur sa langue.

N’y tenant plus, le colonel se releva en fixant Sam. Il s’avança et posa ses mains de chaque côté de la tête de la jeune femme, sur le dossier du canapé. Tendrement, il l’embrassa et Sam passa son bras libre autour de la nuque de Jack. Les vêtements volèrent, plus ou moins vite, à cause de l’épaule endolorie de Sam. Jack fut doux et attentionné. Ils trouvèrent la chambre de Sam, sans se lâcher. Ils se donnèrent l’un à l’autre.

- "La prochaine fois, j’espère que le virus t’enverra dans mes bras..." dit Jack, caressant le dos de sa maitresse.

- "Pourquoi ? Ca ne t’a pas excité de me voir avec Janet ?"

- "Oh si, c’était..." Jack grogna "intéressant ! D’ailleurs, elle a une sacrée paire de..."

Sam posa sa main sur la bouche de son amant.

- "Ouais bref, j’étais jaloux, c’est tout" avoua Jack.

- "Maintenant que tu es là, je ne te laisse plus partir. Ne sois pas jaloux, je t’appartiens corps et âme" dit-elle, déposant un baiser sur lèvres chaudes et aimantes de Jack.

Il roula sur elle et entreprit de lui montrer qu’il lui appartenait aussi, avec ou sans virus.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?