baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > OS > OS en série > Delatria > Delatria - 5

Delatria - 5

Démétra, dimanche 4 février 2018
DELATRIA - 5

Genre/Pairing : Ship / délire

Résumé : Sam et Janet ont un comportement étrange...

Saison : 7, Jack est colonel, Sam est major, Janest est vivante, Pete n’existe pas.

SJSJSJ

SG1 avait demandé au général Hammond une équipe médicale sur Delatria, planète avec laquelle ils étaient en train de signer un traité. Un jeune garçon était très malade et le colonel Jack O’Neill espérait que le docteur Janet Fraiser pourrait le soigner.

Après être arrivée sur place, la jeune femme avait diagnostiqué une péritonite aigue. Elle opéra l’enfant dans un hôpital de campagne, monté par Jack et Teal’c. L’opération se passa bien et les villageois organisèrent une fête pour remercier les Terriens. Sam et Janet avaient décidé d’en profiter un peu et les hommes de SG1 les gardèrent à l’oeil, histoire de repousser les curieux. Si ces deux-là se lâchaient, les mâles des alentours allaient rappliquer ventre à terre et leurs amis n’en avaient pas vraiment envie. Cependant, Sam et Janet étaient restées en tête-à-tête, riant à leurs bêtises à elles. Elles avaient repoussé toutes les tentatives d’approche des étrangers comme de l’équipe médicale. Teal’c, Jack et Daniel savaient qu’il ne fallait même pas essayer quand elles étaient comme ça, ils se tenaient à donc à distance, les observant de loin.

Finalement, tout le monde finit par aller se coucher et ils durent les porter pour les mettre sous la tente qui leur était réservée. Elles ronflèrent à faire s’envoler la tente et le colonel secoua la tête quand il croisa Teal’c lors de l’échange de quart. Comme le coin semblait calme, les deux guerriers avaient décidé de se partager la nuit. Quand Sam émergea, elle réveilla Janet et Teal’c leur annonça qu’elles devaient rentrer sur Terre avec l’équipe médicale, sur ordre du colonel. Les deux femmes échangèrent un regard inquiet mais le jaffa les rassura.

- "O’Neill ne semblait pas fâché quand il a donné cet ordre."

Sam craignait tout de même que son comportement de la veille ne lui vale des ennuis avec sa hiérarchie. Elle rangea sa tente avec l’aide de Teal’c, pendant que Janet supervisait sa propre équipe et son équipement.

Les deux femmes rentrèrent au SGC dans l’après-midi, sans avoir croisé ni Daniel ni Jack. Janet savait que Sam était inquiète du silence du colonel et s’en voulait un peu.

- "Tu n’as rien à te reprocher Janet, personne ne m’a forcé à boire et faire la folle avec toi. Il va sûrement faire un rapport sur mon comportement. Je vais être virée de SG1, tu vas voir !"

Sam commençait à paniquer un peu.

- "Calme-toi et respire !" ordonna Janet.

Elles franchirent le vortex et après un examen médical complet, le général les autorisa à aller se reposer dans leurs quartiers.

- "Le débriefing aura lieu demain matin à 08.00" déclara Hammond.

Sam s’était à peine déshabillée qu’elle était tombée sur son lit et s’était endormie instantanément. Plus tard, des coups frappés durement à la porte la firent grogner. Elle tira la couverture sur sa tête et se tourna pour se rendormir. La porte s’ouvrit.

- "Carter !" s’écria une voix d’homme.

- "Mmmmmmmmmmmm" geignit-elle.

- "Carter !" insista l’homme. "Aller debout !"

- "Quoi ?" demanda-t-elle, un rien agressive.

- "Mais vous allez changer de ton avec moi, Carter ! Et puis, le général dit que vous êtes venue ici directement après la visite médicale, ne me dites pas que vous êtes fatiguée !"

- "Oh foutez-moi la paix ! Je suis naze !"

- "Je vous demande pardon ?" dit l’homme, visiblement mécontent.

Sam se redressa d’un bond dans son lit.

- "Mais dégagez de ma chambre ! Vous vous croyez où ? Qui vous a autorisé à venir me réveiller comme ça ? C’est mon père c’est ça ?" cracha Sam.

Jack la regarda, médusé. Elle n’avait pas levé la tête vers lui mais sa tenue accrocha son regard. Elle ne portait que son t-shirt noir et une culotte assortie, ses cheveux courts étaient ébouriffés sur son crâne. Jack ne l’avait jamais trouvé plus désirable qu’à ce moment précis, son humeur de chien en moins.

- "Vous vous adressez à un colonel, un peu de respect jeune fille !" dit Jack, essayant de lui faire la morale avec un peu d’humour.

Il ignorait ce qui arrivait à son second mais il évitait toujours de la prendre de front en commençant une journée. Sam retira ses mains de son visage et regarda autour d’elle, comme si elle ne reconnaissait pas les lieux.

- "Mais putain, je suis où ? Qu’est-ce qu’il a encore fait ?!"

- "Qui ?"

- "Mon emmerdeur de père ! Il n’a rien trouvé de mieux que de m’envoyer ici, où que je sois ! C’est quoi, une école militaire ?"

- "Carter, vous êtes au SGC, est-ce que vous allez bien ?"

Elle le dévisagea.

- "Je ne sais pas de quoi vous parlez, monsieur" dit Sam, en insistant sur le dernier mot, son ton radoucit. "Mais je veux bien faire tout ce que vous m’ordonnerez."

Elle se leva pour se rapprocher, de manière plutôt féline, de son supérieur.

- "Carter, calmez vos ardeurs ou je vous jette sous une douche froide."

- "Si vous venez avec moi, je veux bien" gloussa la jeune femme, les yeux braqués sur ceux de Jack.

Celui-ci sentit ses forces l’abandonner quand elle le fixa de la sorte. Il fut sauvé par Daniel, qui arriva en courant.

- "Jack, on a un problème, Janet semble souffrante !"

Il stoppa quand il trouva Sam, en tenue légère, collée à Jack.

- "Ah, je vois que Sam est dans le même état !"

- "Comment ça ?"

- "Janet m’a fait le même coup. Elle semble avoir régressé au stade de l’adolescence..."

- "Ado ? Tu plaisantes, Carter est à deux doigts de me violer !"

- "Oui, leurs hormones sont en fusion... Tiens, demande-lui quel âge elle a !"

Daniel se détourna pour ne pas voir Sam à moitié nue.

- "Carter" commença Jack, essayant de décoller le corps de Sam du sien. "Quel âge avez-vous ?"

- "16 ans, pourquoi ?"

- "Et merde, détournement de mineure !" dit Jack. "Bon, filez prendre une douche et vous habiller, je vous attends dans le couloir."

Sam grommela quelque chose que Jack ne comprit pas. Il ferma la porte derrière lui et regarda Daniel, qui fixait ses chaussures.

- "Danny... qu’est-ce qui se passe dans votre tête ?"

Daniel releva doucement la tête et Jack put apercevoir une lueur amusée dans ses yeux. L’archéologue se réjouissait de la situation et ne savait pas cacher ses émotions, même quand il l’aurait voulu.

- "Ca risque d’être drôle avec Janet et Sam ado..."

- "Je ne pense pas ! Jacob m’a raconté que Sam avait fait les 400 coups à cette époque, une vraie rebelle défiant l’autorité !"

- "Pas étonnant pour une fille de général, la période de rébellion est plutôt logique."

- "Certes mais en plus d’être une tête brulée, c’était une vraie tête de mule !"

- "C’était ?" s’exclama Daniel, au bord du fou rire.

- "Ouais bon, tu vois ce que je veux dire !"

La porte des quartiers de Sam s’ouvrit sur la jeune femme et Jack cru qu’il allait avoir une attaque. Jack nota d’ailleurs que sa subordonnée semblait avoir perdu quelques années, ses traits étaient plus juvéniles, comme si elle avait une vingtaine d’années.

- "Carter ! Mais qu’est-ce que c’est que cette tenue ?"

Sam se détailla des pieds à la tête mais sembla satisfaite de son choix : son pantalon de treillis, retroussé jusqu’à mi-mollet avec ses rangers non lacées, dans le plus beau style punk. Le tout accompagné son merveilleux top gris, celui qu’elle portait à leur retour de P3X-797 quand elle l’avait agressé dans les vestiaires. Jack n’espérait plus revoir cette petite pièce de tissu et aurait préféré qu’elle le garde pour lui. Là, toute la base allait en profiter car le général les attendait en salle de briefing. Jack la regarda dans les yeux et nota le maquillage outrancier, sans parler du litre de parfum dont elle s’était aspergée, faisant éternuer Daniel. Jack l’invita à passer devant mais remarqua le string qui dépassait de son pantalon. Il secoua la tête.

C’est une Carter débraillée qui se présenta devant le général Hammond, les yeux ouverts comme des soucoupes. Il passa de Sam à Janet, puis de Daniel à Jack.

- "Colonel, dois-je en déduire qu’elles sont touchées toutes les deux ?"

Avant que l’intéressé ne prenne la parole, les deux jeunes femmes gloussaient bruyamment.

- "Est-ce que ça répond à votre question, mon général ?"

Hammond fit que oui de la tête et Teal’c ouvrit de grands yeux quand les deux femmes s’approchèrent de lui, afin de tâter ses biceps. Il se laissa faire, ne voulant pas se montrer désagréable et si Jack ne l’avait pas mieux connu, il aurait pu jurer que le jaffa appréciait la manoeuvre.

- "Il va falloir les garder à l’oeil et trouver une explication à ce comportement. Je ne peux pas les laisser se balader dans la base dans ces tenues !" gronda le général.

Jack accorda toute son attention à Janet et remarqua que la blouse blanche cachait assez mal la jupe très très courte et le chemisier grand ouvert.

Les deux jeunes femmes semblaient conspirer et elles prenaient Teal’c à parti. Jack priait que le plan ne soit pas trop aberrant, car si Sam pour sa part était un génie, Janet n’était pas en reste. Jack redoutait quel genre de plan machiavélique ces deux ados pouvaient monter.

- "J’ai faim !" décréta Sam.

Janet décida de l’accompagner au mess et Teal’c leur montra le chemin. Jack attrapa Sam par le bras et la força à enfiler sa veste de treillis. Il pensait qu’elle allait se débattre et refuser de la porter mais au lieu de ça, elle se laissa faire. Elle respira le parfum masculin émanant du treillis et déposa une bise sur la joue du colonel. Elle le planta là, sous le regard mi-amusé mi-furieux du général.

- "Colonel ! Suivez-les, je refuse qu’il leur arrive quoi que ce soit. Avec ce comportement, elles ne sont pas à l’abri des ennuis !"

Daniel lui emboita le pas et quand ils entrèrent au mess, le choc fit presque tomber l’archéologue à la renverse. Sam et Janet étaient assises sur une des tables, au centre de la pièce, entourées de tous les mâles de la base. Teal’c montait paisiblement la garde, mais il semblait vexé de ne plus être le centre de l’attention féminine. Jack aurait presque pu sourire si les demoiselles n’avaient pas été si ouvertement aguicheuses. Quelque chose dans leur façon de se tenir laissait entrevoir une opportunité à saisir et les militaires, comme les scientifiques, faisaient la queue pour être là quand elles arrêteraient leur choix.

- "Personne n’a donc de travail dans cette base ? Si c’est le cas, venez me voir, j’ai de quoi vous occuper jusqu’à la fin du monde !" gronda Jack.

La plupart des hommes présents savaient qu’il était très mal vu de tourner autour de Carter, ils s’éloignèrent donc assez rapidement pour ne pas subir les foudres du colonel.

- "Daniel, tu t’y connais en adolescente de 16 ans, toi ?"

Daniel éclata de rire.

- "Jack, c’est toi qui m’as traité de geek un jour, tu te souviens ?"

Jack hocha la tête.

- "Et tu sais que les geeks n’y connaissent rien et s’y prennent mal avec les femmes... donc je te laisse imaginer mon adolescence quand je devais ouvrir la bouche pour m’exprimer... D’autant, que je n’ai jamais fréquenté de filles aussi jolies qu’elles deux donc..."

Jack se passa une main sur le visage, essayant de trouver une idée pour les occuper assez longtemps pour qu’elles ne créent pas d’émeute au SGC.

- "Bon, tu vas contacter la Tok’ra pour leur demander assistance, puis on enverra SG3 sur Delatria afin qu’ils prennent des échantillons de ce qu’elles ont ingurgité à la fête."

Daniel approuva le plan et quitta le réfectoire. Jack s’approcha du groupe étrange formé des deux ados coincées dans des corps de femmes et du jaffa, un air malicieusement neutre sur le visage. Il capta immédiatement l’attention de Sam et décida de jouer la carte de l’indifférence, sachant que ça la rendrait dingue. Car si Sam Carter adulte arrivait à se contenir, il doutait que sa version adolescente y arrive. Elle se rapprocha de lui et le fixa un moment. Elle finit par soupirer quand il resta insensible à ses appels discrets. Il buvait son café en conversant avec son ami.

- "Colonel, on peut sortir d’ici ?" demanda Sam, se mordant la lèvre.

Jack tourna finalement la tête vers elle, puisqu’elle avait fait l’effort de s’adresser directement à lui.

- "Pour aller où, Carter ?"

- "Faire du shopping ?"

Jack manqua de s’étrangler avec une gorgée de café. Il détestait ça en temps normal mais avec deux ados, hors de question.

- "Non Carter, que vous le vouliez ou non, nous avons du travail ici."

- "Du travail ? Je ne vous vois pas beaucoup vous en occuper depuis ce matin, vous trainer à droite, à gauche sans but précis !"

- "Elle n’a pas tort, O’Neill !"

- "Teal’c, ne commencez pas, je sais que vous mourrez d’envie de sortir avec elles pour une virée au centre commercial mais c’est non !"

Le colonel soupira et décida d’enfermer les jeunes femmes en isolement, le temps de trouver une solution. Il assigna Teal’c à leur surveillance, pendant qu’il allait chercher ses rapports de mission, pour relecture. Il traina un peu dans la base, sachant les filles sous bonne garde.

Quand il revint vers les quartiers d’isolement, il trouva deux gardes inconscients au sol. Jack prévint que la base devait être bouclée et il croisa les doigts que les fugitives soient encore là. Il se demanda après coup où était passé Teal’c...

- "Colonel, comment ont-elles pu s’enfuir ?" gronda le général.

- "Vous voulez dire de leur cellule ou de la base ?"

- "Colonel !"

Jack regarda le bout de ses rangers. SG3 arriva en tenue, tous prêts à partir sur Delatria, trouver la source des ennuis des majors Carter et Fraiser. Hammond leur souhaita bonne chance et Jack leur demanda de faire vite.

- "Colonel, j’attends toujours votre réponse" dit le général, en remontant vers son bureau.

- "D’après ce que j’ai vu sur les bandes de vidéosurveillance, elles ont utilisé la même ruse que quand elles avaient été enfermées par Hathor : elles ont usé de leurs charmes..."

Le général réprima sa colère et ordonna à Jack de les retrouver, ainsi que leur garde du corps, lui aussi évadé du SGC et de les ramener, en usant de la force si besoin.

Jack passa par le bureau de Daniel pour le réquisitionner car il avait, grâce à Walter, put obtenir confirmation de la position des trois fuyards. Ils étaient partis au centre commercial.

Jack s’en était douté mais l’activité du portable de Carter, comme de sa carte bancaire, confirmèrent ses soupçons. Les deux hommes restant de SG1 se rendirent au centre-ville, en treillis.

Sam et Janet avaient dévalisé Victoria’s Secret et Bath & Body Works avant de s’attaquer à une boutique spécialisée dans les vernis à ongles et maquillage. Teal’c les suivait de près, portant leurs sacs. Quand elles avaient décidé de quitter le SGC, avec ou sans son aide, il avait jugé préférable de les escorter, pour garantir leur sécurité. Il savait que le colonel ne manquerait pas de les retrouver, ça n’était qu’une question de temps. Il espérait juste que ça finirait vite car les cris aigus et gloussements des deux jeunes femmes lui donneraient bientôt la migraine. Quand elles décidèrent de faire une pause repas, Teal’c accepta avec grâce.

Ce furent leurs rires qui attirèrent l’attention d’un groupe de jeunes adultes, non loin. Malgré la présence du jaffa, les jeunes hommes tentèrent une approche. Janet et Sam paraissaient toutes deux avoir dix ans de moins et n’en restaient pas moins très attirantes. Jack observa la scène de loin, car il venait d’arriver avec Daniel. Il avait vurouge quand un des hommes avait posé sa main sur la cuisse nue de Sam. En effet, elle avait profité de sa séance de shopping pour changer de tenue et elle arborait une jupe courte avec un top cachant à peine sa poitrine, le tout dans des tons criards. Elle sembla refuser le contact et Teal’c faillit intervenir quand la voix du colonel retentit, forte et froide : "Aller jeune homme, tu retires tes mains de là avant que ça finisse mal !"

Le jeune homme tourna la tête, prêt à répondre mais les tenues militaires l’en dissuadèrent. La petite bande quitta le fast-food comme un seul homme.

- "Aller, les enfants, on rentre à la maison avant que Tonton George ne se fâche vraiment !"

Sam et Janet levèrent les yeux au ciel et décidèrent de finir leur repas avant de retourner en cellule.

- "Teal’c, on peut savoir pourquoi vous les avez laissé partir ?"

- "Elles semblaient décidées à s’en prendre à moi si je les en empêchais. J’ai préféré les accompagner, pour garantir leur intégrité physique."

Jack réfléchit un instant, reconnaissant que son ami avait eu raison. Même Teal’c n’aurait pu retenir Sam et Janet si elles étaient vraiment décidées à fuir.

L’arrivée au SGC ne fut pas discrète au vu des tenues provocantes des jeunes femmes. Même Teal’c fit sensation, puisqu’elles avaient décidé de le relooker aussi. Jack força tout le monde à enfiler les treillis réglementaires avant de rejoindre Hammond. Quand SG1 arriva avec Janet, Jack cru devoir aller se cacher. Jacob se tenait debout en plein milieu de la salle de briefing, droit comme un I et visiblement furax. Sam baissa aussitôt les yeux.

- "Salut Jacob, quoi de neuf ?" lança Jack, pour détendre l’atmosphère.

Malgré le regard apeuré de Sam, le colonel comprit que sa technique avait marché sur Jacob. Celui-ci sourit malgré lui.

- "Et vous Jack ? Vous avez encore attiré ma fille dans des ennuis ?"

- "Non, pour ça, elle se débrouille très bien toute seule."

- "Bonjour général !" salua Sam.

- "Sam, arrête avec ça, veux-tu ?" répondit Jacob.

Jack leur jeta un regard confus.

- "Sam aimait se moquer de moi. Elle ne cessait de m’appeler par mon grade, mais elle a arrêté quand il a été question de l’académie."

- "Je n’irais jamais à l’académie militaire !" s’indigna Sam.

- "Une autre de ses incohérences..." soupira Jacob. "Elle a attendu que je cesse de la menacer de l’y envoyer - pour la calmer - pour m’annoncer qu’elle y entrait et qu’elle mènerait des études pour devenir astrophysicienne..."

La colère de Sam déformait ses traits et Jack ne put anticiper l’explosion qui suivit.

- "Comme si tu t’intéressais à quelqu’un d’autre que toi, en particulier Maman ou moi ! Il n’y a que Mark qui compte à tes yeux ! Tu me dégoutes !"

- "Ca suffit jeune fille !" hurla Jacob. "Tu vas me faire le plaisir de filer dans ta chambre, je ne veux pas te voir avant que tu ne sois calmée et prête à me faire des excuses !"

Sam tourna les talons, en pleur, suivie par Janet et Daniel. Jack se tourna vers Jacob.

- "Je n’ai jamais été tendre avec elle, mais elle m’en a fait voir de toutes les couleurs et seule la discipline fonctionnait avec elle. Vous vouliez la garder confinée au calme, voilà, vous allez avoir la paix."

- "Jacob, je ne sais pas si c’est judicieux de la prendre à revers comme ça."

- "Que pourriez-vous savoir sur l’éducation des adolescents, surtout les jeunes filles, Jack ?"

- "Vous avez raison, je n’en sais rien ! Et ça n’arrivera probablement plus jamais !" lança Jack, quittant la pièce à son tour, emmenant Teal’c avec lui. Hammond lança un regard mécontent à son ami mais lui remit les dossiers médicaux des jeunes femmes, en attendant le retour de SG3.

Jack trouva Sam en pleurs dans les bras de Janet, debout au milieu de leurs sacs de shopping. Daniel attendait dehors.

- "Daniel, avec Teal’c, raccompagnez Janet à sa chambre et veillez à ce qu’elle n’en sorte pas avant que je vienne vous chercher pour le dîner. Je gère celle-ci" dit Jack, pointant Sam du doigt.

Janet s’était mise à pleurer d’empathie pour son amie et Daniel la serra fort contre lui pour la réconforter. Teal’c récupéra ses sacs et suivit les deux docteurs dans les couloirs. Jack entra dans la chambre de Sam et ferma la porte derrière lui. Il la regarda ramasser ses vêtements neufs, éparpillés dans la pièce Il s’installa assis sur le lit, dos contre le mur, jambes croisées hauteur des mollets. Il avait pris la peine d’ôter ses chaussures, sachant que "sa" Carter ne lui pardonnerait pas sinon.

- "Alors colonel, elle vient cette leçon de morale ?" lança Sam, hargneuse.

- "Je ne compte pas vous faire la morale, juste vous demander de faire attention à votre ton quand vous vous adressez à moi. Ca ne vous ressemble pas et je n’aime pas ce genre que vous vous donnez."

Sam le regarda, ne sachant pas quoi penser.

- "Vous n’allez pas me dire de ne pas parler comme je l’ai fait à mon père ?"

- "C’est votre problème et le sien, ça ne me concerne en rien. Si vous êtes en colère après lui, vous devez avoir vos raisons, je ne veux rien savoir. Ce qui me regarde en revanche, c’est comment vous me parlez, à moi."

- "Désolée monsieur" s’excusa Sam.

- "Ce n’est rien, Carter."

Sam se détourna mais Jack put voir ses épaules se lever et se baisser, selon un rythme anarchique.

- "Venez ici, jeune fille."

Sam se glissa contre le corps du colonel, posant sa tête sur son ventre. Jack caressa tour à tour son dos et ses cheveux. Il lui murmura des mors destinés à l’apaiser, il lui promit qu’un jour, ça irait mieux avec son père, etc.

Il peinait à croire qu’il défendait Jacob, après la scène précédente mais il dut admettre qu’élever Carter avec ce caractère n’avait pas dû être une partie de plaisir.

Il s’était assoupi quand il entendit son nom résonner dans un des haut-parleurs de la base. La jeune Carter était endormie, contre lui. Il la détacha de son t-shirt, qu’elle avait agripé dans son sommeil et il quitta la pièce, jetant un dernier regard sur Sam. Il ordonna à deux gardes de ne la laisser sortir sous aucun prétexte, les prévenants des ruses employées par le passé.

SG3 était revenu et l’équipe de Reynolds s’entretenait avec Hammond et Jacob, en salle de briefing quand Jack entra.

- "Colonel, vous auriez pû mettre un peu d’ordre dans votre tenue avant de vous présenter devant moi !" gronda doucement Hammond.

Jack passa une main dans ses cheveux rebelles pour tenter d’y mettre de l’ordre puis, il entreprit de remettre son t-shirt dans son pantalon. Il remarqua la tache sombre au niveau de son ventre. Les larmes de Sam avaient trempé le tissu noir, laissant une marque. Il boutonna sa veste pour la masquer.

- "Alors ?" finit-il par demander, l’air de rien.

- "Alors rien, Jack. Ils disent que ça va passer..." annonça Reynolds.

- "Comment ça ?"

- "C’est passager. Un chaman a versé une potion de jeunesse dans leur bouteille, l’autre soir. Quand elles auront pris conscience qu’elles préfèrent leur vie d’adulte, elles la retrouveront."

Jack soupira, il ignorait si c’était bon ou pas. Il jeta un oeil à la pendule et se leva de son siège.

- "Si vous voulez bien m’excuser, j’ai des ados et Teal’c à nourrir."

- "Jack ?" appela Jacob, alors que SG3 quittait la pièce, comme Hammond.

- "Jacob ?"

- "Désolé pour tout à l’heure. C’est juste que ça a été dur la première fois avec Sam, je ne souhaite pas revivre ça."

- "Ne vous en faites pas, on se comprend elle et moi. Je veille sur elle."

- "Comme toujours, Jack. J’ai confiance."

Le Tok’ra quitta le SGC dans les minutes qui suivirent.

Jack frappa doucement à la porte des quartiers de Sam. La porte s’ouvrit après quelques instants, dévoilant une jeune femme souriante, dans une sage robe d’été.

- "Colonel !" dit-elle, joyeusement.

- "Carter ! Que me vaut le plaisir de cette tenue ?"

- "Je me suis dit que même si nous ne dinons qu’au mess, je pouvais faire un effort vestimentaire."

- "C’est réussi. On y va ?" demanda Jack, proposant son bras à la jeune femme.

Elle gloussa en passant son bras sous celui du militaire. Ils retrouvèrent leurs amis dans la chambre de Janet et celle-ci insista pour se changer aussi, refusant d’être en treillis si Sam ne l’était pas. Les hommes attendirent une demi-heure dehors avant que Jack ne commence à s’impatienter. Les jeunes sortirent, coiffées et maquillées. Elles avaient aussi pris le temps de se disputer pour la couleur du vernis à ongle et étaient arrivées à un compromis : rose pâle.

L’arrivée de SG1 au mess fut plus que remarquée et Jack était sûr qu’on s’en souviendrait jusqu’à la fermeture du programme. Les deux cougars du matin s’étaient transformées en panthères délicates et bien élevées. Elles étaient superbes et sensuelles, faisant converger tous les regards vers elles, mais elles n’y prêtaient plus la moindre attention. Le dîner se passa bien, très calmement.

Après le repas, Teal’c se retira pour sa méditation habituelle, Daniel raccompagna Janet pendant que Jack se chargeait de Sam.

Elle l’invita à entrer et Jack hésita un instant, puis il céda au regard suppliant de son second. Il secoua la tête, réalisant qu’elle lui faisait faire ce qu’elle voulait. Sam attrapa des vêtements et fila dans la salle de bain. Jack reprit sa place sur le lit, jouant avec son yoyo.

Sam sorti, portant une sage nuisette en coton et elle se glissa à nouveau contre le corps du colonel.

- "Pas besoin de tenter de vous séduire, n’est-ce pas ?" demanda Sam, dessinant des formes géométriques sur le ventre de son supérieur.

Il déglutit avec peine, avant de répondre : "en effet Carter, il ne se passera rien."

- "Uniquement cette nuit ou jamais ?"

- "Je... je ne sais pas Carter."

Elle redressa la tête pour le regarder.

- "Je veux dire, cette nuit c’est sûr. Pour le reste, ça dépend de vous mais je n’en parlerais qu’avec la Carter adulte que je connais bien."

Sam reposa sa tête sur l’abdomen de Jack et dessina encore des choses étranges avant de s’endormir. Il lui caressait le dos, dans un geste empli de tendresse. Il ne lutta pas conte le sommeil et eut tout juste le temps d’éteindre la lumière avant de sombrer.

Quand Jack se réveilla, sa main s’était glissé sous la nuisette de Sam, toujours dans son dos. Elle gémit avant de se réveiller. Jack ne distinguait pas ses traits dans le noir mais sa voix trahit son âge.

- "Mon colonel ?"

- "Salut Carter."

- "Vous êtes resté avec moi ?"

- "Bien sûr, je ne voulais pas risquer la vie d’autres gardes de cette base."

Sam gloussa, se serrant un peu plus contre son supérieur. Dans la nuit, elle avait passé son bras sur son ventre, comme s’il lui appartenait.

- "Qu’est-ce qui vous a décidé à redevenir vous ?"

- "Je me suis dit que je n’avais aucune chance, avec vous, à l’âge de 16 ans."

- "Donc, je dois être flatté ?"

- "Ou effrayé, c’est vous qui voyez !" dit Sam, en riant.

- "Effrayé, à propos de quoi ?"

- "Je suis exigeante et maniaque..."

- "Et moi arrogant et bordélique, pourtant je ne vous vois pas fuir..."

- "J’aime les défis !" gloussa la jeune femme.

Jack l’attrapa pour la remonter vers lui, il l’enserra fort et dit : "Moi aussi Carter, moi aussi !" juste avant de l’embrasser.

Sam souriait en regardant la scène sous ses yeux bleus. Jack avait pourtant juré de se rappeler le calme olympien dont il avait usé sur la jeune Samantha Carter. Mais aujourd’hui, face à sa propre fille de 16 ans, il repensa aux paroles de Jacob Carter et maintenant, oui aujourd’hui il savait ce que c’était que d’élever une fille, avec le caractère trempé des Carter. Il soupira en donnant 20$ à son adolescente de fille pour qu’elle aille au cinéma avec ses copines, dans une tenue bien trop courte au goût de son père.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?