baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > OS > OS en série > Le tee-shirt > Le t-shirt 6

Le t-shirt 6

Démétra, dimanche 11 février 2018
Le t-shirt 6

Genre/Pairing : Jack & Sam.

Saisons : 7 Jack est colonel, Sam est major, Jacob et Janet sont vivants.

Attention, passages déconseillés aux plus jeunes.

SJSJSJSJ

Le colonel Jack O’Neill avait organisé une fête chez lui pour l’anniversaire du général Hammond, un samedi après-midi de juillet. Il avait invité la plupart des gradés de la base plus SG1, Siler, Harriman et Jacob Carter. Le Tok’ra avait passé la porte des étoiles le vendredi et dormait chez sa fille, le major Samantha Carter. La jeune femme avait avoué à son père, pendant le dîner du vendredi soir, qu’elle avait rompu avec son petit-ami quelques jours plus tôt. Jacob avait été triste d’apprendre cette nouvelle, non pas qu’il fut très attaché au jeune homme mais surtout parce qu’il avait peur que sa fille finisse seule. Il n’avait pas tenté de lui faire la morale car il avait vite compris pourquoi elle ne s’était pas impliquée plus en avant dans cette relation. Jack O’Neill avait été gravement blessé pendant une mission off-world et Sam avait eu très peur de le perdre. Le samedi en fin de matinée, Sam et Jacob étaient allés aider Jack avec les préparatifs et la déco.

- "Vous avez acheté à manger pour un régiment, mon colonel ?" demanda Sam en voyant les tonnes de nourriture dans la cuisine.

- "Carter, Teal’c sera là avec Siler, vous connaissez leur appétit..."

- "Et le vôtre monsieur !" dit Sam, avec malice.

- "Vous ne pourriez pas arrêter ça !" dit Jacob.

- "Pardon ?" demanda Jack.

- "Ces Carter et monsieur là, ça me fatigue ! Déjà que vous nous forcez à porter nos uniformes pour l’anniversaire de Georges et qu’il fait 40° à l’ombre Jack !" dit Jacob, de mauvaise humeur.

Il quitta la pièce pour aller s’aérer.

- "Qu’est-ce qui lui arrive ?" demanda Jack, se tournant vers Sam.

- "Désolée, monsieur, je pense que c’est de ma faute. J’ai rompu avec Pete et il s’imagine que je vais finir seule, dévorée par mes bergers allemands, façon Bridget Jones" répondit Sam.

Jack nota l’information concernant Pete dans un coin de sa tête et rebondit sur autre chose.

- "Il a raison par contre pour les grades, si on passait un marché ?"

- "Je suis tout ouïe" dit Sam, se pinçant les lèvres.

- "On essaie de passer toute la journée à s’appeler par nos prénoms, juste aujourd’hui."

- "Et qu’est-ce que j’y gagne moi ?" demanda Sam, les yeux brillants.

- "Un baiser en fin de journée, marché conclu ?" répondit Jack d’une voix suave.

- "Tenteriez-vous de me séduire, Jack ?" demanda Sam, en insistant sur le prénom de son supérieur.

- "Et si c’était le cas, seriez-vous sensible à mon charme ?"

Jacob s’éclaircit la gorge à l’entrée du salon, pour séparer les deux officiers qui s’étaient rapproché l’un de l’autre. Jack fit demi-tour et entreprit de gonfler des ballons avec une bombonne d’air. Sam était rouge comme une pivoine et ne se tourna pas vers son père, elle se trouva une occupation dans la cuisine. Jacob entendait Selmak rire dans sa tête et peinait à garder son sérieux.

Quelque temps plus tard, les invités commencèrent à arriver : Janet et Cassandra en tête, puis ce fut le tour de Daniel. Harriman avait accompagné Teal’c, car il finissait tout juste son tour de garde au SGC. Siler arriva à moto et Sam sortit l’accueillir pour voir l’engin. Jack l’observait derrière la fenêtre du salon. Le soleil brillait et donnait un éclat magnifique à sa chevelure blonde. Son uniforme était cintré et laissait voir ses jambes parfaites. Elle résista à la tentation de monter sur la moto, car sa jupe ne lui permettait pas ce genre de folie. Reynolds arriva avec Hammond, ils furent suivis par d’autres amis et collègues. Enfin, tous les invités étaient là et Jack porta un toast : "Levons nos verres en l’honneur de George Hammond, un homme droit et loyal. Le meilleur chef d’équipe que nous puissions trouver !"

Tout le monde dit en chœur : "A George Hammond !" avant de trinquer avec l’homme du jour et de boire une gorgée de champagne. Jack et Teal’c se relayèrent pour faire griller la viande, pendant que Janet et Sam servaient les salades que Cassandra distribuaient. Comme il faisait très chaud, tous les militaires avaient retiré leur veste d’uniforme pour ne porter que leur chemise.

- "Qu’est-ce qui est passé par la tête du colonel O’Neill de nous imposer ce dress code ridicule ?" demanda Janet à Sam.

- "Je ne sais pas du tout, il n’est jamais si protocolaire ! C’est d’ailleurs toujours le premier à se défiler !" répondit Sam.

- "Moi je sais..." dit Cassandra.

- "Toi ? Et comment saurais-tu ce que Jack a en tête ?" demanda Sam.

Janet se tourna vers Sam et répéta le prénom du colonel, l’air surpris.

- "Oui, c’est une longue histoire. Bon, Cassie, ça ne répond pas à ma question..."

- "Il adore te voir en uniforme Sam... ça lui rappelle la première fois qu’il t’a vue..."

- "Non mais je rêve ? Ta fille est restée trop longtemps au soleil Janet, elle délire !" dit Sam, en posant les couverts en plastique dans le saladier devant elle. Elle rentra se mettre au frais et en profita pour prendre un soda light dans le frigo. Jack arriva quelques secondes plus tard, il l’avait suivie, inquiet de la voir partir si rapidement.

- "Sam ? Tout va bien ?" demanda-t-il, un peu essoufflé.

- "Très bien Jack, merci. J’avais soif..."

Sam tournait le dos à son supérieur, elle se tenait debout face au réfrigérateur fermé. Jack s’avança doucement et plaça ses mains sur la porte, de chaque côté de Sam, à hauteur de sa tête. Elle le sentait contre son corps et elle ferma les yeux pour apprécier l’instant. Jack respirait le délicieux parfum de Sam, le nez dans ses cheveux. Quand il entendit du bruit dans le salon, il s’écarta de la jeune femme et quitta la cuisine brusquement, sans se faire voir de l’intrus.

- "Sam ?" appela Janet.

- "Dans la cuisine" répondit-elle, d’une voix mal assurée.

- "Est-ce que ça va ? Tu sais, Cassandra disait ça comme ça, je suis sûre qu’elle ne pensait pas à mal."

- "Oui je sais, ce n’est pas grave" assura Sam avec un sourire sur le visage.

Les deux femmes quittèrent la maison pour rejoindre les invités dehors. Jack s’était passé de l’eau sur le visage pour se calmer. Sam l’obsédait nuit et jour et c’était pire depuis qu’il avait failli mourir. Il voulait profiter de la vie et sa vie, c’était elle.

Sam avait réussi à sourire à nouveau, enfouissant ses sentiments au plus profond d’elle-même. Elle s’installa à côté de Janet pour déjeuner, Jack dans sa ligne de mire directe, assis presque en face d’elle. Il la regardait de temps en temps, tournant la tête de l’autre côté, si elle l’observait. Sam avait mis ses lunettes de soleil, pour protéger ses yeux clairs du soleil. Les verres étaient très foncés, elle pouvait ainsi admirer son colonel sans en avoir l’air, en tournant la tête à droite vers Siler quand il s’adressait à elle. Le déjeuner dura un moment et Jack se décida à aller chercher le gâteau. Sam se leva pour l’aider en prenant les assiettes à dessert et les petites cuillères. Une fois de plus, ils se trouvaient seuls dans la cuisine et Sam avait ouvert le tiroir pour compter le nombre couvert dont elle avait besoin.

- "Alors Sam, vous passez une bonne journée ?" demanda Jack, en posant ses mains sur le plan de travail, au-dessus de son tiroir, de chaque côté de Sam. Il était encore plus collé à elle que précédemment et elle se sentait bien. Elle aimait le savoir si proche d’elle, elle adorait la sensation grisante de la chaleur et de l’excitation que ça éveillait elle. Elle ne voulait jamais sortir de cette étreinte, redoutant le moment où tout serait fini et où elle serait seule, à nouveau.

- "Très agréable, Jack..."

Le colonel bougea sa main droite, pour caresser délicatement le dos de Sam, à travers sa chemise. Il la sentait frémir et comme il s’était un peu décalé sur le côté, il pouvait voir qu’elle avait fermé les yeux. Il aperçut Jacob se lever pour les rejoindre, il déposa alors un baiser dans la nuque de Sam, qui gémit de plaisir. Il quitta la pièce pour aller dans le garage.

- "Sam ? Tu as tout ce qu’il te faut ?" demanda Jacob, du salon.

- "Oui j’arrive Papa !" dit-elle.

Elle tenta de quitter la cuisine mais dû se tenir un instant au comptoir tellement ses jambes tremblaient. Elle était ressortie et avait déposé une pile d’assiettes et de cuillères en bout de table. Jack arriva les bras chargés de l’énorme gâteau d’anniversaire pour Hammond. Il le découpa et déposa les parts dans les assiettes que lui tendait Sam. Cassandra apporta le cadeau commun et le général était ravi de recevoir un nouvel ordinateur portable.

- "Comme ça, on ne vous entendra plus râler à cause du vieux !" dit Jack en riant.

Cassie et les enfants des autres militaires présents jouaient dans le jardin, sous le regard bienveillant des adultes, qui discutaient plus loin. Sam s’absenta un instant, pour aller aux toilettes. Quand elle sortit de la maison, Cassie l’arrosa par inadvertance, avec son pistolet à eau. Elle reçut de l’eau en plein visage et ça éclaboussa aussi son chemisier blanc.

- "Oh Sam ! Je suis désolée !" dit la jeune fille.

De l’eau gouttait de ses cheveux et de ses lunettes de soleil, qu’elle avait posées sur son crâne. Jack se leva en vitesse pour la pousser à rentrer dans la maison. Le chemisier lui collait à la peau et laissait voir un magnifique bustier blanc.

- "Mais non Jack, je vais mettre de l’eau partout !"

- "On s’en fout c’est du carrelage !" dit Jack, en la poussant dans le dos vers la salle de bain.

Dehors, Janet appela Cassandra pour la gronder mais Jacob s’interposa. Il glissa un billet de dix dollars dans les mains de la jeune fille.

- "Tiens ma chérie, comme promis !" dit Jacob, en passant une main dans les cheveux de Cassie. Janet secouait la tête car elle commençait à comprendre.

- "Jacob ?" interrogea Daniel.

- "Quoi ? Je suis bien obligé de les pousser un peu... sinon, dans dix ans on y sera encore !" s’exclama Jacob, alors que les témoins de la scène riaient.

Dans la salle de bain, Jack avait donné une serviette de toilette à Sam pour qu’elle se sèche les cheveux.

- "Joli bustier Sam !" fit remarquer Jack, en pointant du doigt sa chemise.

- "Merde ! Mais quelle idée de nous demander de porter nos uniformes aussi..." grommela Sam.

- "Juste pour me faire plaisir ! J’adore te voir en jupe..." répondit Jack, rejoignant Sam devant le miroir. Il se colla à elle, la poussant contre le lavabo. Jack regarda le reflet de Sam en déposant un nouveau baiser dans sa nuque, tout en tirant légèrement sur le col de la chemise de Sam. Elle ferma les yeux pour s’imprégner des lèvres de Jack sur sa peau. Il passa ensuite sa main gauche entre les boutons de la chemise de Sam et en fit sauter, pour laisser passer ses doigts et caresser sa poitrine. Son autre main glissa sur le ventre de Sam, pour la serrer contre lui, l’empêchant ainsi de fuir. La jeune femme posa une main sur celle de Jack qui était la plus haute, pour accentuer ses caresses. Elle tendit l’autre au-dessus de son épaule pour effleurer les cheveux de Jack. Sentant sa compagne réceptive à ses caresses, sa main droite se faufila sous la jupe de Sam et il s’exclama : "Je le crois pas !" Sam revint à la réalité et rouvrit les yeux.

- "Pardon ?" murmura-t-elle.

- "Tu as mis un porte-jarretelles sous ton uniforme ?"

- "Toujours ! Je déteste les collants et ça s’appelle une guêpière..."

- "Avec la chaleur qu’il fait, tu portes des bas ?"

- "J’ai la peau très blanche, elle ressort un peu plus avec le bleu marine... On peut reprendre s’il-te-plait ?"

- "A vos ordres, madame !"

Jack reprit son exploration et Sam senti contre le bas de son dos l’effet qu’elle faisait au colonel.

- "Tu sais quand même qu’on devrait arrêter là ?" dit Jack, la tête dans la gorge de Sam.

- "Tu en as la force toi ?"

- "Pas le choix, nos invités vont finir par se poser des questions..."

- "Mais... tu ne peux pas me laisser comme ça..." implora Sam, en fixant son reflet dans le miroir, alors qu’il se tenait toujours debout derrière elle.

- "Pardon ?" demanda Jack en ouvrant de grands yeux.

Il avait très bien compris où elle voulait en venir mais elle se montra plus explicite en caressant l’entrejambe de Jack, en tendant une main derrière elle, juste là où elle sentait une bosse.

- "Tu as vraiment envie qu’on arrête là ?" demanda-t-elle alors qu’il avait fermé les yeux et rejeté sa tête en arrière.

- "J’ai pas envie... qu’on... fasse ça... ici..." parvint à articuler Jack.

- "Disons que c’est un acompte..." dit Sam, alors que sa main très agile avait baissé la fermeture éclair du pantalon de Jack et que sa main s’était faufilée dans le caleçon. Elle commença ses vas-et-viens. Jack glissa ses doigts sous le string de Sam et se mit à la caresser également. La tension était à son comble, ils attendaient ça depuis tellement longtemps que la jouissance ne tarda pas, pour l’un comme pour l’autre.

- "On va mettre ta chemise au sèche-linge et je vais te prêter un t-shirt à moi..." dit Jack, après avoir embrassé Sam quand elle s’était tournée vers lui. Sam était blottie contre Jack et ne semblait pas décidée à quitter son étreinte. Il déposa un baiser dans ses cheveux et la força à le regarder.

- "Reste avec moi cette nuit..." proposa-t-il.

- "Mon père dort chez moi..." dit-elle tristement.

Ils descendirent finalement rejoindre leurs amis, une fois Sam sèchement vêtue. Jack la poussa à sortir alors qu’il s’arrêtait à la cuisine. Il ressortit quelques instants après Sam en proposant du café.

- "Sam, ça te va très bien ce t-shirt blanc avec une tête d’Homer avec ta jupe d’uniforme !" s’exclama Janet.

- "Si ta fille ne m’avait pas sauvagement attaquée, je n’aurais pas été obligée de retourner l’armoire du colonel pour trouver quelque chose à me mettre sur le dos !" rétorqua Sam, fâchée.

Janet et Jacob échangèrent un regard inquiet : Sam ne devrait pas être agressive comme ça.

Ils se dirent que son entretien avec Jack en s’était probablement pas déroulé aussi bien qu’espéré. Le général Hammond convoqua ses deux meilleurs éléments autour de lui et remit une enveloppe à Jack.

- "Je voulais vous remercier pour tout, l’un comme l’autre. Je sais que vous vous êtes beaucoup investi à la fois dans l’organisation de cette fête mais aussi en ce qui concerne le SGC. Le président me devait une faveur..." dit Hammond.

Jack ouvrit l’enveloppe et en sortit une feuille pliée en trois. Il avait sous les yeux une dérogation pour Sam et lui. Il tendit la lettre à sa compagne et ils se regardèrent dans les yeux. N’aimant pas se donner en spectacle en public, Jack ne fit aucun geste et remercia le général. Sam était peu démonstrative et le remercia à son tour.

Les invités commencèrent à partir et quelques-uns restèrent pour aider Jack à ranger. Il n’espérait qu’une chose : que tout le monde parte pour qu’il reste seul avec Sam. Leurs amis finirent par partir les uns après les autres et Sam voulut donner ses clefs de voiture à son père.

- "Mais Sam, c’est une boite manuelle. Je ne sais pas conduire ça moi..." répondit Jacob.

Sam soupira et lança son trousseau à Siler.

- "Vous savez passer les vitesses ?" demanda Sam, alors que Siler hochait la tête. "Vous voulez bien raccompagner mon père, s’il-vous-plait ?"

Siler accepta et rangea sa moto dans le garage de Jack, avant de monter en voiture avec Jacob. Une fois seuls, Jack et Sam se jetèrent dans les bras l’un de l’autre.

- "J’ai tellement envie de toi !" dit Jack.

Le couple monta dans la chambre de Jack, pour goûter au plaisir d’être tous les deux, sans enfreindre de lois.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?