baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > Fanfictions > Au Far-west > 1/ Mission sauvetage

1/ Mission sauvetage

Démétra, vendredi 16 février 2018
1/ Mission sauvetage

Le major Samantha Carter avait passé quinze jours chez son frère, à San Diego, Californie. Elle venait tout juste d’atterrir à l’aéroport de Denver, en retard à cause des intempéries et son ami Daniel Jackson devait venir la chercher.

Elle avait récupéré ses bagages quand on l’appela. Elle n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaitre la voix du colonel Jack O’Neill, son supérieur et amour secret.

- "Bonjour Carter, vous avez fait bon voyage ?" lui demanda-t-il avec un grand sourire.

Il avait eu un peu de temps pour l’observer à loisir, sans qu’elle le sache, pendant qu’elle attendait ses valises.

Elle était bronzée, sa peau avait une belle couleur cuivrée et ses cheveux, lui arrivant aujourd’hui aux épaules, s’étaient éclairci avec le soleil. Elle portait une robe légère en coton blanc, qui faisait ressortir son bronzage. Elle était splendide.

- "Bonjour monsieur" salua Sam. "Daniel n’a pas pu venir ?"

- "Non, il s’est foulé la cheville hier, il m’a demandé de venir vous chercher."

- "Vous n’étiez pas obligé, j’aurai pris un taxi monsieur. Il ne fallait pas vous donner cette peine."

- "Carter, si je l’ai fait c’est parce que ça me faisait plaisir et je n’allais pas vous laisser rentrer avec un inconnu alors que je n’avais rien de spécial à faire."

- "Merci dans ce cas" répondit Sam.

Jack attrapa la grosse valise et entraina sa collègue vers son pick-up. Pendant que Jack conduisait, il posa des questions à Sam sur ses vacances et cette discussion dura jusqu’au domicile de la jeune femme, dans le centre de Colorado Springs.

Arrivée devant chez elle, la jeune femme soupira.

- "Carter, est-ce que tout va bien ?" demanda son supérieur, inquiet.

- "Oui mon colonel, merci. Je pense juste que ça va me faire tout drôle de me retrouver seule chez moi, devant mon frigo vide alors que j’ai passé deux semaines extraordinaires..."

- "Venez diner chez moi si vous voulez, pizza/bière/télé ? C’est pas le grand luxe mais ça vous évitera la déprime" proposa Jack. Il habitait une maison, en dehors de la ville.

- "Avec plaisir, j’apporte quoi ?"

- "Rien, je vous laisse vous poser un moment et venez quand vous serez prête" dit Jack avec un grand sourire. Il lui avait déjà proposé de nombreuses fois de passer une soirée avec lui et elle avait toujours refusé. Là, il avait progressé un peu.

Sam était rentrée chez elle, avait lancé une lessive et prit une douche. Elle s’était changée et portait une robe noire à pois blancs, élégante mais pas trop habillée pour une soirée pizza.

Elle se chaussa de ballerines assorties à sa tenue, se maquilla et se parfuma légèrement.

Elle ne comprenait toujours pas ce qui l’avait poussé à accepter l’invitation du colonel mais ça lui faisait le plus grand bien. Son frère lui avait fait la morale un soir, chez lui. Selon Mark, elle laissait passer sa carrière avant sa vie de femme et à ce rythme-là, elle finirait soit seule soit mariée avec le mauvais mec.

Sam avait décidé de prendre sa vie en main et l’homme qu’elle voulait venait justement de lui proposer de passer la soirée avec lui. Ils étaient amis de longue date mais elle devait s’assurer des sentiments de Jack à son égard avant de faire une bêtise.

SJSJSJ

Sam se gara devant chez Jack deux bonnes heures après qu’il l’ait déposée chez elle. Elle sortit de sa voiture, avec un pack de bière fraîche et des sodas. Elle sonna à la porte et celle-ci s’ouvrit quelques instants plus tard.

Jack s’était changé aussi et portait une chemise noire et un jean. Sam pouvait sentir son eau de toilette depuis la porte d’entrée. Cette odeur l’enivrait. Elle lui offrit son plus beau sourire.

- "Mon colonel, j’ai apporté ça" dit-elle en tendant son bras devant elle, pour lui présenter les bières.

- "Mes préférées, vous êtes parfaite mais il ne fallait pas" dit Jack, en souriant. Il ajouta : "Sam, quand nous sommes seuls tous les deux, en dehors de la base, vous pouvez m’appeler Jack vous savez."

- "Je déteste arriver les mains vides, Jack."

Il lui fit signe d’entrer chez lui et referma la porte derrière elle. Elle passa par la cuisine déposer les boissons et Jack lui tendit le menu de la pizzeria pour qu’elle fasse son choix.

Puis, il passa la commande et ils s’installèrent au salon, pour chercher un programme.

La pizza fut livrée dans la demi-heure qui suivit, alors qu’ils étaient installés sur le canapé à rire. Jack racontait à Sam les dernières aventures de Daniel et Teal’c. Ils ne prêtaient aucune attention au film qui défilait sur l’écran.

Ils dînèrent rapidement, toujours dans la bonne humeur. Jack était ravi de revoir sa collègue. Elle lui avait manqué pendant quinze jours. Il avait été très occupé car il était parti en mission de reconnaissance avec Daniel et Teal’c, mais le temps lui avait paru long.

- "Pendant que j’y pense, le général Hammond m’a appelé tout à l’heure, nous avons un briefing à 8H demain matin" dit Jack.

- "Très bien Jack. Je vais vous laisser alors, je ne vais pas vous empêcher d’aller vous coucher" dit Sam.

- "Non, restez, j’aime bien être avec vous, Sam." La jeune femme rougit.

Jack profita de son trouble pour se pencher vers elle et l’embrasser délicatement sur les lèvres.

- "Jack" murmura la jeune femme, le cœur battant la chamade dans sa poitrine.

Se méprenant, Jack voulut s’éloigner de Sam mais celle-ci agrippa sa chemise et l’attira à elle, pour un second baiser. Ils les enchainèrent fiévreusement.

Sam quitta le domicile de Jack après quelques minutes, riches en caresses et baisers. Elle ne voulait pas passer la nuit avec lui. Non pas qu’elle n’avait pas envie de lui mais justement parce qu’elle avait peur de se précipiter.

SJSJSJ

Le lendemain matin, Sam arriva toute souriante au SGC. Elle passa le premier poste de garde et entra dans l’ascenseur. Au moment où les portes allaient se fermer, une main vint empêcher leur fonctionnement. Elle reconnut son colonel et le salua : "Bonjour mon colonel."

- "Bonjour major" dit Jack en lui souriant. "Comment allez-vous ?"

- "Très bien, monsieur, merci. Et vous ?"

- "J’ai passé une excellente soirée hier mais j’ai eu du mal à dormir après le départ de mon amie..." dit-il avec un sourire en coin.

- "Votre amie a peut-être besoin d’un peu de temps pour partager plus... d’intimité" dit Sam en rougissant, sans regarder son ami.

- "Oh mais je lui laisse tout le temps qu’elle veut, je peux être très patient."

Elle leva la tête pour vérifier qu’il ne se moquait pas d’elle. Il avait l’air sérieux et elle l’aimait encore plus.

Arrivés à leur niveau, ils se séparèrent devant les vestiaires mais Jack demanda à ce qu’ils s’attendent à la sortie. Ils allèrent ensuite au mess pour le petit déjeuner et se rendirent ensemble en salle de briefing.

Daniel et Teal’c étaient déjà présents, ainsi que le général.

- "Bonjour mon général" dirent les militaires, en chœur.

- "Jack, tu es ponctuel ce matin, c’est rare ! Sam t’a tiré du lit ou quoi ?"

- "Daniel !" lança Sam, outrée par les propos de son ami. "J’allais te demander si ça allait mais je constate que oui !"

- "Asseyez-vous tous les deux, j’ai à vous parler" dit le général Hammond.

Tout le monde s’exécuta et attendit que le général prenne la parole.

- "Vous devez sûrement être au courant des intempéries qui touchent notre état ?" Tout le monde hocha la tête. "L’état-major nous demande de cesser nos activités momentanément pour aller aider les autorités locales. Je suspends donc toutes les sorties off world. Toutes les équipes encore en activité ont été prévenues de terminer au plus vite et de rentrer aider. Vous partez dès maintenant sur une zone inondée à la sortie de la ville. Colonel, suivez-moi que je vous donne votre ordre de mission" dit le général en quittant la pièce.

Jack suivit le général pour prendre le dossier. Daniel avait la cheville foulée mais pouvait toujours donner un coup de main au centre de secours.

SJSJSJ

Au moment où Jack allait quitter le bureau du général, le téléphone de ce dernier sonna. Hammond décrocha en faisant signe à son second de rester.

Il parla quelques minutes et annonça à Jack, après avoir raccroché, que son équipe et lui partaient séance tenante vers la rivière. Un glissement de terrain avait emporté un car scolaire. Seuls le chauffeur et trois jeunes enfants étaient coincés dedans mais les autorités locales n’arrivaient pas à les sortir de là.

Jack sorti en courant chercher son équipe pour sauver les quatre vies.

Ils montèrent à bord d’un hélicoptère du SGC, piloté par Jack. Ils avaient du matériel de sauvetage à bord. Sam, la copilote, appela le responsable des opérations, pour lui demander un compte-rendu détaillé. Elle passa la transmission sur la radio interne de l’appareil, pour que tous les membres entendent.

Le chef des pompiers les informa que le bus s’était renversé mais que le conducteur avait cassé une vitre pour essayer de sortir, sans succès. Le bus était dans la rivière mais enlisé et stable pour le moment. Cependant, avec la pluie et la crue montante, ils ne savaient pas combien de temps ça allait durer. On ne pouvait pas atteindre le bus depuis la berge et les passagers ne pouvaient pas sortir pour les mêmes raisons : ils seraient emportés par le courant.

Les enfants, tous trois frères et sœurs, avaient cinq, sept et onze ans.

Une fois proche de la zone sinistrée, Sam demanda au capitaine de faire rentrer les rescapés dans le bus car le vent créé par les rotors pouvait faire des dommages : soulever encore plus l’eau de la rivière, briser des branches et les envoyer vers les rescapés ou encore les faire glisser du toit. Elle voulait voir la situation de ses propres yeux avant de les faire monter sur le bus.

Jack survola le bus pour voir l’étendue du problème et prévint le capitaine qu’il allait déposer deux de ses hommes au sol. Il chargea Daniel de rejoindre la tente de commandement. Teal’c quand à lui devait s’arranger pour lancer un câble depuis la berge jusqu’au bus, et envoyer une radio au conducteur.

Jack se posa rapidement dans la clairière où se déroulaient les opérations et s’envola à nouveau. Il surveilla la progression de Teal’c qui avait couru vers le bus pour faire ce que le colonel avait demandé. Entre-temps, le général Hammond était arrivé sur place et supervisait la mission avec le shérif et le chef des pompiers.

Sam s’équipa d’un harnais et en prit un second pour accrocher les enfants. Elle devait descendre le long d’un filin et les remonter un à un, grâce à une poulie mécanique qu’elle actionnerait depuis son équipement de secours.

Quand Jack lui en donna l’ordre, elle descendit grâce au filin.

- "Fais attention à toi" dit Jack, dans le casque. Seule Sam pouvait l’entendre mais elle était trop concentrée sur sa descente difficile pour lui répondre. En effet, l’hélicoptère faisait beaucoup de vent et elle vacillait de gauche à droite. Elle ne pouvait aller trop vite car en se balançant, elle mettait la stabilité de l’appareil en péril, même si Jack était un excellent pilote.

Après plusieurs longues minutes, elle réussit à atteindre le bus. Elle appela le conducteur avec sa radio et il lui demanda de prendre la petite fille de cinq ans en premier. En effet, elle ne savait pas nager, elle était frigorifiée et terrorisée.

Sam avait du mal à tenir sur le bus, car il était trempé, elle glissait et le vent de l’hélico ne l’aidait pas vraiment à trouver une prise. Elle comprit alors pourquoi Jack avait demandé à Teal’c de tendre un câble, elle entoura donc une de ses chevilles autour du câble pour rester stable et accrocher la fillette au harnais. Elle se débattit un moment mais réussit à remonter avec son fragile fardeau. Elle ne pouvait pas parler à la fillette à cause du bruit mais elle la serra fort contre elle, pour la réchauffer. La montée dura encore plus longtemps que la descente.

Sam eut beaucoup de mal à hisser avec la fillette dans l’appareil car Jack pilotait et personne n’était à bord pour l’aider, heureusement que l’enfant était légère. Elle y parvint finalement et Jack se rendit dans la clairière pour déposer la fillette. Il avait demandé à Teal’c de les rejoindre pour aider Sam pour les prochains sauvetages.

Sam recommença la manœuvre avec un des frères de la fillette, âgé de sept ans. Il avait l’air moins terrorisé que sa sœur mais semblait soulagé de la voir revenir pour lui. Il s’accrocha à son cou de toutes ses forces pendant qu’ils remontaient.

Teal’c aida le jeune garçon à se hisser dans l’appareil, ce qui soulagea Sam. Ils le déposèrent ensuite auprès des secours, où il fut pris en charge par les pompiers, comme sa petite sœur.

Ils retournèrent sauver le plus grand de la fratrie, âgé de onze ans. Le vent s’était levé et la mission s’avérait de plus en plus compliquée. La pluie n’avait pas cessé.

Sam était épuisée mais ne voulait pas le montrer. Quand Jack lui demanda si elle se sentait la force d’aller secourir le chauffeur après, elle affirma que oui. De toute façon, elle seule pouvait assurer le sauvetage car elle était plus légère et risquait donc moins de déstabiliser l’hélicoptère avec ses balancements.

Elle descendit pour la dernière fois et aida le chauffeur à passer le harnais. Il tremblait de froid mais la remercia d’un regard. Il avait demandé à sauver les enfants en premier, quitte à se noyer dans la rivière en pleine crue. Sam l’avait bien compris et elle éprouva beaucoup de respect pour cet homme. Le niveau de l’eau était monté d’un cran et on entendit un drôle de craquement : le bus commençait à sombrer à cause de la pression de l’eau. Le câble le reliant à un des véhicules de pompier fut arraché et passa près des jambes de Sam.

La remontée fut plus longue et tumultueuse. Jack prévint dans le casque de Sam qu’il allait remonter un peu car son poids combiné à celui du chauffeur les faisait basculer un peu et il s’approchait dangereusement de la cime des arbres.

Il ne voulait pas que Sam et son protégé soient blessés par des branches ou des débris. Le chauffeur avait atteint un patin de l’hélicoptère et Teal’c se pencha dangereusement en avant pour l’aider à monter à bord. Ils s’étaient agrippés les avants bras pour une meilleure prise.

L’hélicoptère bascula à cause du déplacement de Teal’c et Jack eut bien du mal à stabiliser son engin. Le rotor arrière semblait avoir des ratés, Sam le voyait très bien d’où elle était. Son filin se bloqua au même moment.

Elle constata qu’elle était au moins à un mètre sous l’hélicoptère, elle n’avait pas la force de monter à bout de bras. De plus, ses gants étaient trempés et elle glisserait si elle tentait de remonter seule.

- "Teal’c" dit-elle dans la radio "lancez-moi un sac de survie !"

- "Sam, qu’est-ce que tu fais ?" demanda Jack, très inquiet par la demande de la jeune femme. Il essayait de garder son hélico stable et ne la voyait pas. Il gardait ses yeux sur ses instruments.

- "Tealc ! Maintenant !" hurla le major. L’hélicoptère commençait à tourner sur lui-même, ce qui était très mauvais signe. Jack devait redresser l’appareil avant qu’il ne s’écrase, tout le monde entendait les bips résonner dans le cockpit et dans la radio. Sam se balançait de plus en plus vite et elle savait que son poids se balançant au bout du filin n’aidait pas. La situation devenait critique.

Teal’c accrocha un sac de survie sur le filin, grâce à un mousqueton et regarda Sam droit dans les yeux. Sam réceptionna le kit de survie. Teal’c avait ouvert de grands yeux sous la peur que sa demande avait créée chez lui. Il avait compris ce qu’elle cherchait à faire et le kit de survie serait sa seule chance, ils le savaient tous les deux.

Jack hurlait le prénom de Sam dans la radio mais celle-ci avait déjà accroché le sac à son harnais et avait sorti son couteau, qu’elle accrocha à son poignet grâce à une cordelette.

- "ça va aller Jack" dit-elle dans la radio, avant de couper la corde au-dessus d’elle. Teal’c la regarda faire avec horreur. Cette image resterait gravée à jamais dans sa mémoire. Il fit une prière jaffa pour la paix de l’âme de son amie.

- "Saaaaaaaaaaaaaaaaaam ! Non !" Hurla Jack quand il sentit l’appareil se stabiliser.

Il comprit alors ce que Sam venait de faire. Elle avait sacrifié sa vie pour les leurs. Elle plongea de plusieurs mètres dans l’eau glacée du fleuve.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?