baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > Fanfictions > Au Far-west > 9/ Braquage

9/ Braquage

Démétra, samedi 24 février 2018
9/ Braquage

Sam s’était réveillée en meilleure forme après sa sieste. Cependant, elle traina un peu au lit, profitant du soleil qui inondait la chambre. La journée était froide mais les rayons de l’astre solaire lui remontaient le moral.

Elle entendit les chevaux s’agiter dehors et n’en comprit pas la raison. Elle se leva doucement, fit une toilette rapide et s’habilla. Michaela aurait sûrement besoin d’aide avec les bêtes si elles s’agitaient. Elle jeta un coup d’oeil par la fenêtre et vit un homme inconnu dans la grange. Elle récupéra son arme de service, un Beretta 92R et vérifia s’il était chargé mais laissa le cran de sûreté. Elle allait sortir de la chambre quand elle entendit Brian crier.

Elle ouvrit délicatement la porte pour ne pas se faire entendre. Elle entendit des voix masculines en bas, elle tendit l’oreille pour écouter et les paroles des hommes lui firent dresser les cheveux sur la tête.

Ils semblaient être deux et en voulaient aux biens de la famille Sully mais Mike semblait beaucoup plaire à l’un des deux voleurs. Sam ne laisserait rien arriver à son amie, surtout pas sous les yeux de son fils. Elle comprit que les hommes avaient le fusil de Mike mais ne savait s’ils avaient d’autres armes.

Elle rentra dans la chambre prendre son couteau militaire. Elle accrocha un autre petit couteau de poche à sa cuisse, sous sa robe grâce à une bande de velcro. Elle prit un chargeur supplémentaire pour son Beretta, qu’elle cacha dans son corset.

Elle sortit à pas de loup de la chambre, et descendit très doucement les marches. Depuis le temps qu’elle vivait sous le toit des Sully, Sam avait appris à connaitre les marches de leur escalier. Elle savait donc quelles marches grinçaient, ou non.

Elle s’assura que les hommes ne la voyaient pas, en passant sa tête par-dessus la rambarde. Par chance, les deux hommes lui tournaient le dos et menaçaient Michaela et Brian, regroupés devant la cheminée. Mike tenait fermement son fils dans ses bras.

Elle repéra Sam du coin de l’oeil et ne fit aucun signe pour montrer qu’elle l’avait vue mais son coeur se remit à battre dans sa poitrine.

Sam avait son arme dans la main droite, elle retira le cran de sûreté et continua sa descente vers le salon.

- "Tu es seule avec ton gosse dans cette grande maison ?" demanda un des hommes, qui devait être le chef, à Michaela.

- "Mon fils aîné est parti en ville pour faire quelques courses et mon mari est parti pour la journée" menti Michaela. Elle ne voulait pas avouer qu’elle était seule chez elle, pour un moment. Elle ne parla pas de la présence de Sam.

- "Très bien, ça nous laisse du temps pour nous amuser !" ricana le second homme. "Hein, Cullen ?"

- "T’as raison Franck, mais moi d’abord !" dit fermement le chef. "On va passer un bon moment toi et moi ma jolie !"

Cullen se rapprocha de Michaela mais Sam dit d’un ton froid et détaché : "Je ne crois pas messieurs !"

Les deux hommes se retournèrent en entendant une voix féminine dans leur dos.

Ils se mirent à rire et Cullent dit "Franck regarde, une copine pour toi ! Je garde la rousse, tu prends la blonde !"

- "Non vraiment, je suis obligée d’insister mais personne ne s’amusera avec moi ou mon amie" dit Sam, un sourire au coin des lèvres.

- "Et c’est toi toute seule qui va nous en empêcher ?" dit Franck en s’approchant d’elle.

Sam leva le bras droit et visa la poitrine de l’homme avec son arme.

- "C’est quoi ce jouet ?" ricana Franck, continuant sa progression vers elle. Il tenait le fusil et Sam ne savait pas si l’arme était chargée ou non. Dans le doute, elle visa la main de l’homme et tira une balle.

Franck lâcha le fusil et hurla de douleur. La petite balle de 9mm avait fait de sérieux dégâts à sa main, mais il n’en mourrait pas.

Cullen voulut se jeter sur Sam mais elle tendit sa main armée dans direction : "Un pas de plus et je tire une seconde fois !"

- "Tu ne peux pas, tu n’as pas rechargé" dit Cullen sûr de lui. Il ne connaissait pas cette arme semi-automatique et ignorait donc que Sam n’avait qu’à presser la détente pour faire partir une seconde balle.

Pour lui montrer son erreur, elle visa ses pieds et tira juste devant sa botte gauche.

- "Encore un pas et le médecin sera obligée de vous amputer... Alors, n’avancez plus !" dit Sam, très sûre d’elle.

Cullen resta immobile un instant, sentant que la femme en face de lui avait du cran. Il recula donc. Sam l’observa faire mais le temps qu’elle comprenne, il avait attrapé Brian par le bras et s’en servait comme bouclier. Il avait sorti un petit couteau de chasse de sa poche et menaçait l’enfant avec.

- "Brian !" hurla sa mère. Elle voulut se jeter sur Cullen mais celui-ci avait anticipé et la repoussa d’un bras. Michaela s’écrasa contre la cheminée et tomba inconsciente.

Sam était terrifiée mais ne le montrait pas. Ses réflexes militaires reprirent le dessus et un calme olympien l’envahit. Son esprit calculait et analysait la situation.

Franck s’était redressé et avait attrapé un torchon pour enrouler sa main. Il fit quelques pas en arrière, ne sachant quoi faire.

- "Vous n’avez pas besoin du garçon, laissez-le partir" dit Sam.

- "C’est ça, pour que me tire dessus encore ? Je ne suis pas si bête !"

- "Vous l’êtes assez pour attaquer une femme seule avec son fils sans vérifier le reste de la maison" ricana Sam.

- "Mais on en sait assez pour avoir vu son mari et son aîné se barrer ce matin..." dit Franck, sous le regard assassin de Cullen.

- "On espionne en plus de voler... c’est pas joli joli tout ça..."

- "On ne vole que pour survivre !" lança Franck, visiblement pas le cerveau de l’opération.

- "Et les menaces envers mon amie, c’est de la survie ça ? Menacer un enfant avec un couteau aussi ?" lança Sam, de plus en plus furieuse.

Franck voulut se jeter sur Sam mais elle fut plus rapide et lui tira dessus, elle avait évité la tête et voulut éviter le coeur mais dans la précipitation, elle avait fait ce qu’elle avait pu.

L’homme s’effondra, face contre terre, se vidant de son sang.

- "Si tu ne veux pas connaitre le même sort que ton ami, lâche cet enfant et je te laisserais peut-être la vie sauve" menaça Sam.

Cullen lui lança un regard mauvais et libéra Brian, qui courut vers sa mère. Celle-ci semblait reprendre conscience, elle se redressa et observa autour d’elle. Elle entoura son fils de ses bras pour le serrer fort contre elle.

Sam descendit les quelques marches restantes, en remettant le cran de sûreté de son arme et se dirigea vers le corps de Franck. Elle ne sentait plus son pouls.

Cullen profita qu’elle était à moitié baissée pour se jeter sur elle.

- "Tu as tué mon frère ! Je vais t’apprendre la vie moi !" hurla Cullen.

Sam avait laissé tomber son arme quand Cullen lui avait sauté dessus. Il s’en empara et voulut faire feu. Aucune balle ne sortit alors que Michaela et Brian avaient fermé les yeux, attendant la détonation. Il ne se passa rien. Mike ouvrit les yeux.

Cullen était debout, tenant Sam en joue. Celle-ci était assise par terre, face à lui et le regardait.

- "Qu’est-ce que c’est ? Il n’y a plus de balles là-dedans ?" demanda Cullen, surpris.

- "Non, il faut juste être assez futé pour s’en servir" dit Sam, en se redressant, une main dans le dos.

- "Tu n’es qu’une garce et je vais te faire payer l’envie de te moquer de moi" cria Cullen.

Il voulut frapper Sam au visage avec la crosse de l’arme mais celle-ci s’attendait à l’attaque. Elle esquiva et lui envoya un coup de genou dans le ventre. L’homme hurla de douleur car elle avait dû toucher le foie. Il se tourna pour se jeter sur elle mais Sam fut plus rapide et elle lui planta son couteau militaire dans les intestins.

Matthew était arrivé depuis un moment et avait entendu du bruit dans la maison. Ne sachant pas ce qui se passait, il était passé par la cuisine et avait vu Cullen tenter de frapper Sam et avait assisté au reste de la scène. Cullen s’était effondré avec un couteau planté dans le ventre.

SJSJSJ

Le général Hammond retrouva SG1 en salle de briefing, pour en connaitre plus sur les recherches du Dr Jackson.

Une fois tout le monde présent, le général invita l’archéologue à faire son exposé.

James était assis à la place de Jack et ce dernier, à la place de Sam. Teal’c, Daniel et bien entendu le général n’avaient pas changé leurs habitudes.

- "Bon, d’après ce que j’ai pu trouver, je confirme ma première intuition, il s’agit bien de Diane la Chasseresse, déesse de la chasse et de la lune dans la mythologie romaine, après son assimilation à la déesse Artémis du panthéon grec" déclara Daniel, pour les non initiés.

James demanda : "Qu’est-ce qui vous fait penser à Diane plutôt qu’à Artémis, justement ?"

- "Le croissant de Lune" répondit Daniel. "C’est plutôt une représentation romaine. Les romains donnaient à leurs dieux des noms de planètes ou d’astres..."

- "Oui ça se tient" dit James.

- "Est-ce un Goa’uld dangereux selon vous Dr Jackson ?" demanda le général.

- "Ils le sont tous !" dit Jack.

- "En effet, je ne connais pas de Goa’uld particulièrement clément ou inoffensif... même si certains préfèrent rester loin des Grands Maîtres, ils n’en restent pas moins de faux Dieux qui asservissent des peuples entiers" déclara Teal’c.

- "Teal’c a raison, mais Diane nous pose un autre problème..."

- "Dr Jackson ?" dit le général pour inviter l’homme à s’expliquer.

- "D’après la mythologie, elle facilite l’accès de tous les lieux de marge entre deux univers, entre la sauvagerie et la civilisation, la vie et la mort : c’est elle qui règle le passage d’un monde à l’autre. L’équivalent romain d’Anubis..." dit Daniel.

- "Oh non, tu plaisantes j’espère ?" demanda Jack.

- "Non Jack, je suis très sérieux... Désolé mais on ne peut pas la laisser en liberté, qui sait ce qu’elle prépare. On n’a plus entendu parler d’elle depuis des centaines d’années... Elle a dû se cacher, en attendant quelque chose ou quelqu’un !"

- "Anubis ?" demanda Jack.

- "Probablement..." dit Daniel.

- "Colonel, je vous confie SG2 et SG3 pour mettre au point une mission pour se débarrasser de cette Diane !" ordonna Hammond, en regardant Jack.

- "Oui monsieur" répondit-il.

Jack convoqua les hommes confiés par le général, et ils tentèrent de mettre au point une stratégie ayant une chance de fonctionner.

- "Pas la peine de compter sur l’effet de surprise, c’est raté" grogna Jack.

- "Tu proposes quoi ? Si c’est trop frontal ça ne va pas marcher non plus" dit James.

Jack jeta un regard mauvais à son frère et allait rétorquer quand Daniel parla : "Je n’y connais rien tactiques actuelles mais puisque nous allons combattre une divinité romaine, peut-être devrait-on s’intéresser un peu à ça ?"

- "Et vous connaissez un expert en tactique militaire antique Daniel ?" demanda Reynolds.

- "Oui, moi ! J’ai beaucoup étudié cette période de l’histoire, en plus de ma mythologie égyptienne. De plus, j’ai remarqué que James était assez calé sur le sujet... On peut vous proposer un plan..." proposa Daniel, se tournant vers James.

Ce dernier était impressionné par Daniel, cet homme était un érudit très observateur. Peu de gens savaient que James s’intéressait à la mythologie romaine, pas même son frère.

- "Il nous faut des éclaireurs pour bien délimiter la zone et vérifier qu’il n’y a pas de vaisseaux. Ensuite, nous devons établir un camp autour du temple pour les assiéger. Les romains construisaient des camps fortifiés, nous devons trouver un équivalent. On leur coupe l’accès à la Porte des étoiles, ça leur laissera moins de sortie possible. Tout cela devra être fait en toute discrétion. On devrait envoyer un espion ou deux dans les rangs ennemis, se faisant passer pour un jaffa de Diane, puis on attaque !" déclara posément Daniel.

- "Daniel, on peut tente la formation de la tortue ou ça fait trop Moyen-Âge à ton avis ?" demanda James, pour détendre l’atmosphère. Daniel sourit à sa blague et répondit : "Je ne pense pas, nous n’avons pas le matériel pour ça, mais j’ai toujours voulu essayer..."

- "Bon, on va mettre tout ça sur papier et demander des renforts au général" déclara Jack.

SJSJSJ

Matthew arriva près de Sam et celle-ci leva son arme dans sa direction. Il l’avait surprise.

- "Sam, doucement c’est moi" dit-il.

- "Désolée Matthew, je pensais que c’était un troisième homme..." dit Sam, rangeant son arme, puis demanda : "Michaela, Brian, est-ce que ça va ?"

Mike se leva avec l’aide Brian et porta sa main à son front. Sam fit quelques pas dans sa direction, voyant son amie chancelante. Elle l’aida à s’asseoir et s’agenouilla face à elle.

- "Merci Sam" dit Mike, souriant à son amie. Elle lui serra les mains très fort, pour renforcer sa gratitude.

Matthew avait vérifié le pouls des deux hommes et récupéra les armes au sol, dont le drôle de couteau de Sam. La lame portait un drôle d’emblème et les lettres "USAF".

Il s’approcha de son frère et le serra dans ses bras.

- "Brian ? Tu vas bien ?"

- "Oui, Sam nous a sauvés ! J’ai cru que les messieurs allaient faire du mal à maman..."

Le jeune garçon se jeta sur Sam, toujours accroupie et la fit tomber au sol. Sam éclata de rire et fut rejointe par Brian. Mike sourit de les voir tous les deux se détendre.

Elle avait eu très peur pour son fils, plus que pour elle-même. Sam leur avait sauvé la vie mais elle avait aussi empêché Michaela de souffrir. Dieu seul savait quel sort lui réservait ces hommes.

- "Sam, ce couteau est à vous je crois" dit Matthew en tendant le couteau qu’il avait nettoyé.

- "Merci Matthew. Je ne suis pas fière d’avoir dû m’en servir" avoua Sam, en baissant la tête.

- "Légitime défense, j’ai tout vu concernant le dernier homme mais pour le premier, j’imagine que c’est pareil, non ?"

Sam allait répondre mais Mike lui coupa la parole : "C’est pareil Matthew, il a menacé Sam avec mon fusil. Elle a réussi à lui faire lâcher mais après il a voulu se jeter sur elle. Elle a tiré pour défendre sa vie et les nôtres."

- "Je vais aller les enterrer" dit Matthew.

- "Je viens, ça me fera du bien de m’activer un peu" dit Sam. Après le moment d’euphorie partagé avec Brian, la culpabilité montait en elle.

Ils sortirent ensemble creuser deux trous plus loin, hors de la propriété des Sully. Ils déplacèrent ensuite les corps, et remblayèrent par-dessus les cadavres.

Matthew prononça quelques paroles pour le salut de leur âme et Sam s’effondra, à genoux sur la terre fraichement retournée, et se mit à pleurer.

Matthew s’assit à côté d’elle et la berça dans ses bras, pour la consoler. Sam était préparée et entrainée à tuer mais le passage à l’acte était toujours plus délicat en pratique qu’en théorie. Matthew comprenait bien le problème.

Ils restèrent ainsi quelques minutes avant que Sam ne se calme.

- "Sam, ça va mieux ?" demanda Matthew en caressant la joue de la jeune femme.

- "Oui, merci. Fallait que ça sorte, je dois aller de l’avant maintenant."

- "Vous avez sauvé trois vies aujourd’hui, sans compter les passagers du train l’autre jour..." tenta de la rassurer le sheriff.

En pensant aux vies qu’elle avait sauvées, Sam se remit à pleurer, en pensant au jour où elle avait disparu. Ce jour-là, elle avait sauvé trois enfants et trois hommes... mais perdu toute chance de vivre avec l’amour de sa vie.

Matthew ne comprenait pas mais Mike s’était approchée et prit le relai. Il rentra à la maison et aide Brian à nettoyer le sang sur le sol.

Mike serra fort Sam dans ses bras pour lui montrer qu’elle la soutenait.

- "Sam, parlez-moi, même si ça vous paraitre étrange ou bizarre... je peux tout entendre !"

Sam essaye de se calmer un peu, pour arriver à parler.

- "Je ne peux pas vous révéler d’où je viens vraiment mais je vais faire au mieux" commença Sam. "J’étais avec l’homme que j’aime, Jack, pour essayer de sauver des enfants d’une rivière en crue. Au moment de sauver l’homme qui les accompagnait, j’ai dû plonger dans la rivière. Je me suis retrouvée emportée par le courant. Je n’ai aucun moyen de rentrer chez moi et je ne sais pas si Jack va pouvoir me retrouver. Je ne sais pas quoi faire. Je ne suis pas d’ici et je ne veux pas renoncer. Nous ne sommes pas officiellement ensemble. Nous avons juste diné tous les deux la veille de ma disparition mais nous nous aimons depuis des années."

- "En effet, je comprends que cette séparation soit dure. Ce que je sais de vous c’est que vous êtes une femme forte et vous avez des armes et des connaissances nettement supérieures aux nôtres. Je suis sûre qu’il va venir vous chercher. Parlez-moi de lui, Sam."

Sam sourit à travers ses larmes et se redressa pour faire face à son amie.

- "Il est grand, les cheveux grisonnant car il est plus âgé que moi. Il est courageux et très drôle. C’est un homme étonnant. Malgré tout ce qu’il a fait, il reste toujours modeste, en fait, il ne se met jamais en avant. Il aime même que les gens le pensent moins intelligent qu’il ne l’est réellement. C’est un leader incroyablement solide, ses amis peuvent compter sur lui."

Sam fouilla dans son corset et sortit une photo de son Jack, pour la montrer à Michaela. Elle la prévint avant de lui montrer le cliché : "Ceci doit rester entre nous."

Michaela ouvrit de grands yeux en voyant une photographie en couleur, plastifiée.

- "C’est en effet un bien bel homme, mais ne dites pas à Sully que j’ai dit ça" dit Mike, en rendant la photo à Sam, un fin sourire sur les lèvres.

SJSJSJ

Jack avait obtenu plus d’hommes pour son opération contre Diane. Il avait briefé tout le monde sur le plan d’action, inspiré par Daniel et retravaillé par les frères O’Neill.

Une fois la réunion des équipes terminée, le général convoqua Jack dans son bureau, pendant que les hommes allaient se préparer à attaquer Diane.

- "Jack, j’ai eu des nouvelles de Thor" commença le général. Jack était angoissé et se laissa tomber dans le fauteuil indiqué par son supérieur.

- "Et ?"

- "Et les équipes scientifiques avancent mais ils ont eu un contretemps. Partez en mission et à votre retour, il vous expliquera lui-même, mais on a de l’espoir !" dit le général avec un mince sourire.

Jack se leva pour aller se préparer, il se sentait un peu plus léger. Son objectif était clair : fracasser un Goa’uld et rentrer à la base pour aller chercher son amour de second.

Ses hommes étaient prêts quand il arriva en salle d’embarquement. Il leur donna ses dernières recommandations et il donna le signal pour l’ouverture de la porte.

Walter lança la séquence et le général leur souhaita bonne chance. Le MALP franchit la porte en premier, avec tout le matériel nécessaire pour l’opération.

Les équipes d’éclaireurs passèrent en premier suivies par les équipes tactiques puis SG-1 ferma la marche.

Le vortex se coupa et l’iris fut fermé automatiquement. Toutes les équipes SG étaient soit à la base soit avec SG-1. Personne d’autre n’était attendu.

Comme convenu, le général Hammond fit ouvrir la porte des étoiles pour lancer un message radio et prendre des nouvelles de ses hommes.

- "Ici le général Hammond ! Répondez !"

Il répéta le message deux fois avant d’entendre la voix de Jack O’Neill lui répondre : "Ici O’Neill mon général. Je ne peux pas parler longtemps mais je vous propose de nous rappeler dans huit heures monsieur ! Fini !"

La communication fut coupée et Hammond demanda à Walter de refermer la porte ainsi que l’iris. Il était inquiet mais suivit les recommandations de son second.

Hammond allait demander à Walter de composer les coordonnées de la planète de Diane mais la Porte s’activa au même moment.

- "On a un code ?" demanda-t-il à Walter.

- "C’est le code de SG-1 mon général."

- "Ouvre l’iris et faites venir une équipe médicale !" cria Hammond, en descendant accueillir ses hommes.

Presque tout le monde repassa la porte pour rentrer, d’après les calculs du général.

Teal’c portait Daniel, qui semblait blessé, tout comme James. Janet fit installer les hommes sur des brancards et tous les blessés furent rapatriés en priorité à l’infirmerie.

Le général demanda aux autres hommes d’aller attendre dans leurs quartiers, qu’on les appelle pour la visite médicale, qui aurait lieu plus tard.

Jack suivit le général dans son bureau pour un prébriefing. Il était blessé au visage, son arcade sourcilière saignait.

- "Colonel, infirmerie !" gronda Hammond.

- "Général, ce n’est rien certains sont plus touchés que moi" dit Jack.

- "Diane ?" demanda Hammond.

- "Morte ! Non sans mal mais on l’a eue !" dit Jack avec un grand sourire.

- "Dans ce cas, allez faire soigner votre visage, on se voit après avec votre équipe !" ordonna Hammond.

Jack obéit sans discuter mais reparti avec le sourire. Il savait qu’il se rapprochait de Sam.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?