baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Le coin des ami(e)s > Démétra > Les histoires > Fanfictions > Au Far-west > 11/ Le Président et Miss Carter

11/ Le Président et Miss Carter

Démétra, lundi 26 février 2018
11/ Le Président et Miss Carter

Sam avait conduit le Président des Etats-Unis chez Grace’s café.

Grace les installa avec la famille Sully et le directeur Hayes à une grande table.

Le président s’intéressait beaucoup à la vie dans l’Ouest. Il posait beaucoup de questions et chacun répondait du mieux qu’il pouvait.

Sam gardait le silence et ne le rompait que lorsque le président s’adressait à elle. Elle avait observé les environs et son instinct lui disait que quelque chose n’allait pas.

Elle portait toujours son petit couteau à la cuisse sous son jupon. Elle avait aussi cousu une poche dans sa ceinture pour cacher son 9mm et une cartouche. Elle les avait pris ses précautions car l’Histoire montrait qu’aucun chef d’Etat n’était à l’abri d’une attaque.

Sully avait remarqué son agitation, elle regardait à intervalles réguliers autour d’elle. Il la connaissait assez pour savoir que son instinct la guidait souvent sur la bonne voie. Il se mit sur ses gardes.

- "C’était délicieux Madame Grace !" dit le président.

Grace sourit et le remercia. Elle savait que c’était un homme qui militait pour la cause des afro-américains.

- "Miss Carter, que diriez-vous d’une balade digestive ?" demanda Grant, en tendant son bras à Sam. Elle accepta le bras offert et ils marchèrent en direction de l’église. Sam n’apprécia pas cette direction, trop à découvert, dans une petite clairière bordée d’arbres.

Sully et Matthew les suivirent de loin, guettant les alentours.

- "Vous êtes une femme comme on en voit peu" dit Grant. "Vous êtes d’une rate beauté et si j’en crois les rumeurs, vous êtes très intelligente et douée."

- "Merci monsieur, c’est trop d’honneur. Je pense que vous ne devriez pas croire tout ce qu’on raconte à mon sujet."

- "Et modeste avec ça !"

Sam baissa la tête et sourit doucement.

- "Je pense qu’un jour, les femmes auront un statut à part entière dans notre pays. Ca ne se fera pas maintenant, ça prendra du temps mais des femmes comme vous doivent continuer à se battre pour se faire respecter ! Comme vous l’avez fait avec Hayes ce matin."

Grant avait posé sa main sur celle de Sam, en geste d’amitié.

- "Dommage que je sois un vieil homme marié, sinon j’aurais tenté ma chance !"

- "Avec tout le respect que je vous dois, mon coeur est déjà pris. Et même si mon... fiancé n’est pas près de moi, je pense à lui chaque jour."

- "Alors, j’espère qu’il est conscient de la chance qu’il a" dit doucement Grant, en portant la main de Sam à ses lèvres.

Sam n’eut pas l’occasion de répondre car elle entendit des chevaux arriver au galop.

Elle sortit son arme de sa poche et releva le cran de sûreté. Elle attrapa Grant de sa main libre et courut à l’abri des arbres. Elle sentait les ennuis arriver. Elle s’accroupit au pied d’un arbre et Grant fit de même.

- "Miss Carter, que se passe-t-il ?"

- "Je ne sais pas, j’ai un mauvais pressentiment..."

Sam avait vu juste car elle voyait déjà s’approcher une demi-douzaine d’hommes s’avancer. Ils étaient armés de fusils et semblaient décidés à s’en servir.

Sully et Matthew s’étaient aussi mis en embuscade plus haut dans la clairière.

Alors qu’un homme visait Sam et Grant de son fusil, Sully lança son tomahawk et l’homme lâcha son arme, laissant un répit supplémentaire à Sam, sauf que Sully avait perdu sa position stratégique. Les hommes savaient où il se cachait.

Les habitants de la ville qui assistaient à la scène au loin, prirent la fuite. Certains hommes armés se postèrent dans des bâtiments, pour protéger la ville.

Grace, Dorothy et Michaela rentrèrent à la clinique. Mike prépara son matériel médical au cas où.

Les hommes étaient descendus de leurs montures et s’avançaient vers Sam et Grant. La jeune femme s’était postée devant le président. Celui-ci voulut faire face à ses attaquants, en bon général qu’il était mais Sam lui rappela qu’elle possédait une arme et qu’elle entendait bien le défendre, au péril de sa vie. Elle se releva en voyant un homme se détacher du groupe, le défiant du regard.

- "Grant, tu te caches derrière une femme maintenant ? Tu vas leur donner le droit de vote à elles aussi ?" Le président préféra ne pas répondre. Il avait compris le sous-entendu car sa loi en faveur du droit de vote des noirs venait de passer et il n’avait pas que des partisans.

Sam se mit en position de tir car elle voyait un homme agité dans le dos du chef. Il était loin mais pas assez pour qu’elle le loupe.

- "Joshua, pourquoi on ne tire pas directement dedans ?" demanda justement l’agité.

- "Parce que la blonde me plaît bien, Peter. Ici dans l’Ouest, les femmes sont de fortes têtes, j’aime les dresser, comme les chevaux sauvages..."

Sam grimaça de dégout en entendant ses paroles. Joshua s’avançait doucement vers eux.

- "Rends-toi ma jolie, on veut faire la peau du vieux général mais toi, on te veut saine et sauve..." dit-il d’un ton cajoleur.

- "Il faudra me passer sur le corps avant de l’abattre, c’est compris ?" cracha Sam.

Peter sortit un colt de sa poche et visa Sam. Celle-ci réagit plus vite et tira une balle, en plein entre les deux yeux. Peter tomba à la renverse. Joshua hurla de rage et voulut se jeter sur Sam, mais il était encore trop loin. Il courait maintenant vers elle, pendant que Sully et Matthew se battaient à mains nues avec les quatre derniers hommes de la bande.

Sam calcula qu’elle n’aurait pas le temps de tirer sur l’homme qui la chargeait, alors elle fit comme chez Mike, elle remit le cran de sûreté et se prépara à l’attaque.

Elle se mit en position de défense et quand l’homme arriva à portée, elle le frappa d’un coup de pied en plein plexus solaire. Joshua fut stoppé dans son élan, le souffle coupé mais ne dit pas son dernier mot. Sam avait frappé avec sa jambe fragilisée quelques semaines plus tôt par sa chute du train. Son entorse avait dû se réveiller mais elle n’eut pas le temps de pleurer sur son sort.

Joshua tentait de frapper Sam mais à chaque coup porté, soit elle esquivait soit elle ripostait. Sam finit par frapper Joshua en plein visage, lui cassant certainement le nez. L’homme se tordit de douleur. Sam en profita pour récupérer son Beretta et frappa Joshua à la nuque avec la crosse. Elle se tourna ensuite vers Grant pour voir s’il allait bien.

Sully et Matthew avaient maitrisé le reste du groupe mais un homme qu’ils n’avaient pas vu jusque-là sorti de nulle part et tira sur Grant. Sam fut éclaboussée de sang mais se jeta sur l’homme blessé pour comprimer la plaie à l’abdomen.

SJSJSJ

Jack avait préparé un sac avait tout le nécessaire de survie en milieu hostile. Il ne savait pas combien de temps il mettrait à retrouver la pseudo civilisation du XIXème siècle, il valait donc mieux être prévoyant. Janet lui avait donné une trousse de premiers soins ainsi qu’une seconde trousse remplie de médicaments divers et de matériel médical, comme des scalpels, des kits de suture, des pinces, etc.

Janet avait observé le colonel à ses côtés pendant qu’elle faisait le point sur ce qu’elle lui confiait et avait vu sa tristesse dans ses yeux. Elle essaya de lui parler.

- "Colonel O’Neill, je vous fais confiance, vous allez la retrouver !" lui dit-elle, en lui frottant le bras. Jack la regarda droit dans les yeux.

- "Doc, je viens de déposer des fleurs sur sa tombe... Permettez-moi de douter du succès de cette mission."

- "Sa tombe ? Ici à Colorado Springs ?"

- "Oui, Thor avait raison, elle est repartie dans le passé et a fini sa vie seule, elle m’a attendu jusqu’en 1942. Elle est morte centenaire, le jour de mon anniversaire. Elle est enterrée au cimetière municipal de Colorado Springs."

- "Oh mon dieu, Jack je suis désolée !" dit Janet. Elle avait appelé le colonel par son prénom, une grande première pour elle mais il ne releva pas. C’est à peine s’il l’avait entendue.

Le général Hammond avait été témoin de cet échange et son coeur se brisa en entendant la découverte de Jack. Il quitta les lieux avant de se faire surprendre. Il s’enferma un moment dans son bureau, le coeur lourd. Il posa ses coudes sur son bureau et posa son front chauve contre ses mains croisées. Il pria quelques instants en silence, recommandant l’âme de Samantha Carter à dieu.

Le colonel O’Neill se présenta en salle d’embarquement, où l’attendait Thor devant la Porte des étoiles. Jack se dit que c’était probablement la dernière fois qu’il passait par ce grand anneau. Le général Hammond, Janet, Tea’lc, Daniel, James, Reynolds, Siler et Walter étaient présents pour lui souhaiter bonne chance. Personne ne voulait lui dire au revoir, espérant les revoir Sam et lui. Le général confia une petite boite à Jack, lui demandant de la remettre au major Carter. Chacun avait déposé un petit cadeau pour Sam.

Tous les militaires le saluèrent et Jack passa la Porte, se tournant une dernière fois vers sa famille. Il les salua à son tour et franchit le vortex derrière son ami Asgard. S’il ne retrouvait pas Sam, il ne voulait revenir.

Thor l’avait conduit sur une planète proche de la Terre, où il avait posé son vaisseau.

- "Nous allons partir, nous mettre en orbite basse autour de votre planète O’Neill" expliqua Thor. Jack acquiesça sans un mot.

Le voyage se passa dans le plus grand des silences. Quelques Asgards étaient à bord mais tous travaillaient dans le calme. Cela reposait Jack. Thor finit par faire appeler Jack en salle de contrôle.

- "Nous y sommes O’Neill. Je vous confie ce dispositif, quand j’aurais trouvé comment vous faire revenir à votre époque, je pourrais vous localiser avec le major Carter." Thor lui confia un cristal, semblable à ceux dont il se servait à bord du vaisseau sauf qu’au lieu d’être blanc, il était bleu.

- "Je dois faire comment pour l’activer ?"

- "Rien O’Neill, ces cristaux sont conçus pour être repérés partout dans l’univers et à travers le temps. Je me présenterais à vous sous forme d’hologramme et nous déciderons du meilleur moment pour vous faire revenir."

- "Très bien, merci Thor."

Jack s’installa au centre de la pièce, sur les recommandations de Thor et il fut téléporté sur Terre, dans une forêt. Il lui était impossible de dire à quelle époque il était. Il consulta sa boussole, sortit une carte et commença à chercher des points de répère. Quelques mois avant de disparaitre, Sam avait conçu un appareil permettant d’établir une carte interactive d’après des relevés topographiques. Ainsi Jack chercha une colline pour se mettre en hauteur et lancer le programme. Grâce à cela, l’appareil recouperait les informations de sa carte et lui permettrait de se situer. L’appareil fonctionnait avec une batterie au naquadah et pourrait donc fonctionner encore de nombreuses années. Sam avait été prévoyante mais c’était la première fois que Jack utilisait ce dispositif.

Jack trouva vite une petite colline, escalada et mit en marche l’appareil de Sam. Rapidement, Jack se rendit compte qu’il se trouvait en plein coeur du "Jardin des Dieux".

Il lui faudrait environ une journée de marche pour rejoindre le centre de Colorado Springs, s’il se trouvait à l’époque à laquelle il pensait. Jack avait étudié les cartes de la fin du XIXème siècle dans les archives de la base. Colorado Springs était à l’époque une petite ville. Elle s’était beaucoup agrandi au XXème siècle.

Jack se mit en marche, le soleil était déjà bien haut dans le ciel et continuait sa course. Il jeta un coup d’oeil à sa carte et repéra un cours d’eau qui devait le rapprocher de la ville. Il décida de le longer.

Au bout de plusieurs heures, il vérifia sa position en montant sur une autre petite colline. Il ne voulait pas marcher et dévier de sa route. Ses relevés lui indiquaient qu’il était dans la bonne direction. Il décida de faire une pause pour manger. Il resta sur la colline boisée, et s’installa à l’ombre. Le soleil brillait de mille feux et Jack savait qu’il valait mieux se reposer pendant les heures les plus chaudes, pour éviter l’insolation. Il avait déjà bu beaucoup d’eau et il avait rempli sa gourde avec de l’eau fraiche.

Une fois restauré, Jack ouvrit la poche intérieure de son gilet camouflage et sortit quelques photos. Comme Sam l’avait fait avec la sienne, les photos étaient plasitifées pour les protéger. Jack les regarda les unes après les autres en souriant. Sur la première, on le voyait avec Charlie. La photo avait été prises quelques jours avant sa mort. Sur la seconde, on le voyait avec SG-1 au complet, peu de temps après leur retour de Chulak. Sur l’avant-dernière, on le voyait aux côtés de Sam. Ils étaient tous les deux en uniforme. La photo avait été prise le jour où ils devaient recevoir une médaille de la part du Président, le jour où Jack a rencontré Jacob Carter. La dernière photo était un cliché de Sam, pris par Daniel lors d’une mission. Elle était naturelle et tellement belle. Daniel avait préparé son appareil et appelé la jeune femme, qui lui tournait le dos. Il l’avait prise sur le vif et la photo était très réussie.

Il caressa le visage figé du bout des doigts et rangea ses affaires, pour reprendre son chemin.

SJSJSJ

Grant fut transporté tant bien que mal à la clinique, car Sam ne voulait pas retirer ses mains de sa plaie.

Hank avait rejoint le groupe pour leur venir en aide mais il arriva trop tard pour empêcher le drame. Il aida à transporter le président et Sam jusqu’à la clinique.

Mike avait été prévenue de l’arrivée du blessé. Quand ils furent là, elle demanda à Matthew, Sully et Sam de rester avec elle pour l’assister. Les autres furent priés de sortir.

Matthew tenait la lampe pour éclairer Mike, Sully endormit Grant avec du chloroforme et Sam attendait les instructions de Mike avant de bouger.

- "Sam, vous pouvez tenir encore un peu, le temps que je prépare l’intervention ?"

- "Oui bien sûr mais est-ce que vous pouvez faire quelque chose pour mes cheveux, j’ai chaud et ils me gênent..." Mike ne pouvait pas l’aider car elle se lavait déjà les mains.

Sully, qui avait l’habitude de s’occuper des cheveux de son épouse fit un chignon rapide à Sam et le fit tenir grâce à des pinces à cheveux que Michaela gardait dans son bureau.

- "Merci beaucoup" dit Sam avec un sourire.

Mike finit de se préparer pour l’opération. Elle surveillait la respiration de son patient, elle était forte et régulière.

Après quelques longues minutes de préparation, Mike s’approcha de Sam. Elle lui avait demandé de ne pas bouger, le temps de retirer la chemise du président. Sully l’aida avant de faire respirer du chloroforme au patient, pour le garder endormi.

Doucement, Mike souleva la main droite de Sam et une artère gicla. Sam remit rapidement sa main en place.

- "L’artère est touchée on dirait" dit-elle en regardant Mike.

- "En effet, vous pouvez bouger l’autre ?" demanda Mike.

- "Oui, je vais essayer" dit Sam, en joignant le geste à la parole. Elle souleva sa main gauche, le sang coula mais ne leur gicla pas au visage.

Elle épongea le sang qui coulait de la plaie pour voir ce qu’elle pouvait faire. Au bout d’un moment, elle se rendit compte que l’artère continuait de fuir.

- "Je vais clamper de chaque côté de votre main, mais il faudrait essayer de la soulever pour me laisser approcher" dit Mike.

- "Donnez-moi une pince, je pense atteindre l’artère d’où je suis. Vous pourrez ensuite la replacer mieux" proposa Sam.

Sully lui donna donc une des pinces spéciales de Mike et Sam clampa.

Elle retira ses mains et laissa le médecin s’approcher. Elle en profita pour se laver les mains, car elles étaient couvertes de sang coagulé.

- "Sam ? Vous vous rappelez ce que je vous ai appris ?"

- "Les points de suture ? Oui mais je ne sais pas si je serai capable de vous aider..." dit Sam.

- "Sam, vous êtes très capable, je le sais ! J’ai vraiment besoin de vous là ! Il saigne trop et si ça continue, il va mourir."

- "On pourra essayer de le transfuser non ?"

- "Cette technique n’est pas sûre, Sam... J’ignore si ça peut marcher..."

- "Bon, on verra ça plus tard !" dit Sam. Elle attrapa le matériel que lui tendait Mike et fit des petits points serrés là où elle lui avait demandé. Sam pensa alors à Janet et se dit que c’était vraiment dur d’être chirurgien, surtout dans ces conditions. Les médecins militaires sur le front ne devaient pas s’amuser tous les jours.

L’opération dura plusieurs heures encore, sans que personne dans la pièce ne se plaigne. Mike avait très mal au dos, à force de se pencher en avant. La douleur de la cheville de Sam ne l’avait pas quitté depuis l’après-midi, mais elle ne disait rien. Mike avait bien plus important à faire que de s’occuper de sa cheville. Sully épongeait régulièrement le front de son épouse et celui de Sam, qui se tenait toujours auprès du médecin.

Les sutures de Sam avaient tenu et Mike avait pu réparer l’artère abîmée en même temps, faisant gagner du temps au patient. Elles arrivaient à la fin de l’opération et Mike devait enlever toutes les pinces. Si le sang ne se mettait pas à couler dans la cavité abdominale, elle pourrait refermer Grant, sinon, elle devrait chercher l’origine de la fuite. Mike retira les pinces une à une, et semblait anxieuse.

Une chance pour elle, tous les points semblaient tenir, elle put donc nettoyer et refermer son patient, avec l’aide de Sam.

Sully et Matthew le transportèrent précautionneusement dans une chambre à l’étage.

Mike tomba assise dans son fauteuil, après s’être lavée les mains. Elle pencha sa tête en arrière et ferma les yeux.

Sam attendit son tour pour se laver les mains puis s’installa sur le petit lit de camp. Elle retira sa chaussure pour masser sa cheville. Elle avait pris de quoi faire un bandage serré. Mike l’observait faire. Elle comprit vite quel était le problème.

- "Sam, vous auriez dû me parler de votre cheville !" la gronda-t-elle. Mike lui faisait penser à Janet dans ces moments-là.

- "Ce n’est rien, la douleur s’est réveillée quand je me suis battue. Je vais faire un bandage serré et faire attention les prochains jours" dit Sam pour la rassurer. Mike fronça les sourcils mais était trop fatiguée pour répondre.

Une fois sa cheville bandée, Sam se leva et récupéra du sang de Grant pour mettre sur une lamelle du microscope de Michaela.

- "Sam ? Que faites-vous ?" demanda Mike.

- "Je regarde quelque chose" répondit Sam. Elle savait que les groupes sanguins n’avaient pas encore été découverts et que c’était pour cela que les transfusions ne fonctionnaient pas toujours, à cette époque. Elle ne pouvait révéler cette information à Michaela sans changer le cours de l’histoire, elle en dirait donc le moins possible.

- "Vous ne pouvez pas m’en parler non plus ?" demanda Mike, qui commençait à connaitre son amie.

- "C’est ça !" dit Sam en souriant, les yeux rivés sur l’appareil.

D’après ce qu’elle savait des groupes sanguins, Grant semblait A, comme elle.

Elle se piqua le doigt avec une aiguille et vérifia si les globules présentaient les mêmes particularités. Ça semblait être le cas. Donc, au besoin, Sam pourrait donne son sang.

Tous les quatre rangèrent et nettoyèrent la clinique. Les hommes qui accompagnaient le président avaient été mis au courant de son état de santé. Mike les autoriserait à le voir, le lendemain. Il dormait encore et avait besoin de repos.

Mike voulait veiller son patient mais Sam proposa de rester à son chevet. Matthew resterait aussi avec eux, au cas où. Sully raccompagna son épouse et Brian chez eux.

Grace prépara un bon repas pour les deux gardes du corps improvisés et leur déposa à la clinique sur un petit plateau.

SJSJSJ

Jack avait trouvé un abri pour la nuit et établi son campement. La marche de la journée l’avait épuisé, il s’endormit, bercé par les bruits de la forêt.

Au petit matin, il fut réveillé par les rayons du soleil. La journée s’annonçait chaude. Il se prépara un café et prit la route pendant que la chaleur n’était pas trop étouffante. Il vérifia encore une fois sa direction et avança vers la ville. Il espérait arriver avant la nuit pour ne pas avoir à dormir une nouvelle fois à la belle étoile, il avait mal au dos à cause de son sac sur le dos.

Il fit une pause vers midi. Il vérifia encore sa route. Il déjeuna rapidement et remplit sa gourde à la rivière, car il allait bientôt s’en éloigner.

Dans l’après-midi, il arriva en vue d’une grande propriété. Le terrain n’était pas très bien délimité mais la route sur laquelle il se trouvait menait à une grange, faisant face à une grande maison. Une seconde route partait vers la droite. Il avait le soleil en plein visage, mais Jack pouvait voir une maison plus modeste perpendiculaire à la principale.

Une femme blonde était dehors, à bécher son jardin. Le coeur de Jack se serra dans sa poitrine car elle ressemblait à Sam, mais sa coiffure était différente. Jack avançait vers les maisons.

La femme leva la tête quand un homme s’approcha d’elle pour lui tendre un verre. Elle lui sourit et Jack eut encore plus de doute.

Une femme rousse sorti de la grande maison et observait les jeunes gens depuis le perron. La femme rousse vit Jack arriver de loin et sembla appeler l’autre femme. Celle-ci tourna la tête dans la direction d’où venait Jack. Elle lâcha sa bêche, tendit son verre au jeune homme à côté d’elle, attrapa ses jupes et se mit à courir.

A ce moment précis, Jack n’eut plus aucun doute sur son identité, elle courait à présent vers lui. Jack espérait tant que ce fut elle et pas un mirage.

Quand elle cria son nom, il sut alors qu’il ne rêvait pas. Il courait pour la rejoindre. Il jeta son sac à dos pour aller plus vite.

Elle se jeta dans ses bras, une fois à portée et se mit à pleurer. Il la réceptionna et faillit tomber à la renverse. Jack serra fort Sam dans ses bras, comme s’il avait peur de la perdre à nouveau.

- "J’ai cru que je ne te reverrais plus jamais" lui dit-elle en pleurant de joie.

- "Les embouteillages, tu sais ce que c’est !" dit-il.

Elle rit doucement, la tête dans son cou. Elle respirait l’odeur si familière du corps du colonel, une odeur enivrante, qui lui avait tant manqué.

Il plaça ses mains en coupe, autour du visage de Sam et le plaça en face du sien, pour plonger dans son regard. Il l’embrassa ensuite avec passion.

- "Oh Jack, tu m’as tellement manqué !"

- "Toi aussi ma douce, tu m’as manqué ! J’ai cru traverser l’Enfer en ton absence..."

Ils se fixaient, le temps semblait suspendu autour d’eux. Jack n’avait pas lâché le visage de Sam, il caressait ses tempes avec ses pouces.

Sam, elle, avait passé ses bras de chaque côté du cou de Jack et caressait ses cheveux et sa nuque.

- "Je suis tellement heureuse de te voir, c’est presque irréel !"

- "Je sais... c’est pareil pour moi !"

Michaela s’était approchée, pendant que Matthew était allé chercher le sac à dos au milieu du chemin.

- "C’est Jack ?" demanda Mike, se doutant de la réponse.

Sam fut rappelée à la réalité et s’excusa de manquer à ses devoirs.

- "Michaela, laissez-moi vous présenter Jack." Jack lâcha Sam, pour serrer la main de Mike.

- "Bonjour madame."

- "Michaela" corrigea-t-elle.

Matthew arriva et tendit la main vers Jack, pour se présenter. Jack récupéra son sac et le remercia. Matthew ne semblait pas heureux de le voir arriver, mais ne fit aucun commentaire.

- "Nous ne devrions pas rester dehors, nous allons attraper un insolation" dit Michaela.

Elle invita Jack à la suivre à l’intérieur. Sam connaissait bien les lieux et invita Jack à s’installer dans un fauteuil du salon. Elle voulut aider Mike en cuisine mais son amie la renvoya au salon.

- "Sam, quand sommes-nous ?" demanda doucement Jack à Sam, pour n’être entendu que d’elle.

- " En juin 1871, ça fait drôle et dire que ça fait dix mois que je suis là !"

- "Dix mois ? Pour moi, ça ne fait que quelques semaines ! Comment as-tu fait pour tenir le coup ?"

- "Quelques semaines, j’aimerais bien ! Je me suis occupée comme j’ai pu..."

Mike revint avec du thé et des gâteaux. Elle déposa le tout près du couple et voulut les laisser.

- "Je suis chez vous madame, restez !" dit Jack.

- "Je ne voudrais pas gâcher vos retrouvailles" dit Michaela en lui souriant. Sam la poussa à rester.

Matthew était sorti pour ranger les outils de jardin de Sam et rentra ensuite.

- "Merci Mathew" lui dit Sam. Jack observait le jeune homme discrètement, se demandant s’il y avait quelque chose entre eux. Pourtant, l’accueil qu’elle lui avait réservé laissait peu de place au doute.

- "De rien Sam. Maman, je vais aller chercher Brian, je le garde avec moi ce soir si tu veux" dit Matthew. Il embrassa sa mère sur le front, salua Sam et Jack puis quitta la maison.

- "Vous avez une très belle maison, Michaela" dit Jack.

- "Merci, c’est mon mari qui l’a construite pour notre mariage. Son ancienne maison était trop petite pour nous tous" expliqua Mike.

- "Michaela a adopté trois enfants, dont l’aîné est Matthew" ajouta Sam.

- "Ah oui, grande famille en effet !"

Ils discutèrent tous les trois le reste de l’après-midi. Sully rentra plus tard et sembla surpris de trouver un homme inconnu dans son salon. Jack se leva à son entrée et se présenta. Sully lui serra la main avec un grand sourire.

- "Ravi de vous rencontrer !" dit Sully.

- "De même."

- "Vous dînez avec nous tous les deux j’imagine ?" demanda Sully, en regardant Sam.

- "Oui" dit Michaela, en sortant de la cuisine. Elle embrassa son mari.

Ils dinèrent tous les quatre, en discutant de choses et d’autres. Sully parla avec ses amis de sa journée à la réserve indienne la plus proche.

Ensuite, Sully aida Michaela avec la vaisselle après le repas, laissant les amoureux.

- "Jack, si on te propose une chambre pour dormir, tu dois accepter" chuchota Sam.

- "Pourquoi ça ?" demanda-t-il.

- "Nous ne sommes pas mariés, donc je ne peux pas t’inviter chez moi."

Jack fixa Sam, il ne voulait pas la mettre dans l’embarras car elle avait l’air de tenir aux conventions de l’époque. Mais il était déçu à l’idée de passer la nuit loin d’elle maintenant qu’il l’avait retrouvée.

- "Tout ce que tu voudras ma douce" dit Jack, portant une des mains de Sam à ses lèvres pour y déposer un baiser.

- "Jack, vous pouvez dormir dans la chambre de Brian, si vous voulez" proposa Sully.

- "Avec plaisir, merci."

Plus tard dans la soirée, Sam quitta la maison pour rejoindre la sienne. Elle déposa un fin baiser sur les lèvres de Jack.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?