baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Episodes > Saison 2 > Episode 16 : Une question de temps > Rapport de mission

Rapport de mission

Titiasyl, mercredi 11 juillet 2018

Document classé secret
Saisir le code : *******
Saisi par : Jack O’Neill
Carter et moi, on était restés au SCG pendant que Daniel faisait des fouilles sur un site archéologique, sur PX3-308 quand une arrivée inattendue a eu lieu à la porte des étoiles. Mais il n’en est sorti qu’une série de codes bizarres.

Il s’agissait du code d’identification de SG-10, et il arrivait très lentement. Nous avons ouvert l’iris, mais il ne s’est rien passé. Je voulais monter aussitôt une mission de secours. Mais Hammond a décidé d’envoyer d’abord une sonde MALP. Quand nous avons composé le code d’accès de P3W-451, les choses ont commencé à franchement mal tourner. Boyd et le reste de son équipe paraissaient immobiles.

La planète était aspirée par un trou noir. Même moi, je savais ce que ça signifiait… Le temps ralentissait sur la planète, même si SG-10 ne pouvait pas s’en apercevoir. Les membres de l’équipe essayaient encore de fuir, mais la porte des étoiles était restée ouverte une seconde au maximum. Nous ne pouvions rien faire.

Hammond a ordonné qu’on ferme la porte des étoiles, mais ça s’est révélé impossible. Le SGC était désormais connecté directement à la monstrueuse attraction gravitationnelle du trou noir, et la dilatation du temps commençait à nous affecter aussi. Pour un observateur situé hors de la base, nous nous déplacions désormais aussi lentement que SG-10 par rapport à nous. La porte des étoiles ne s’est pas refermée. La dernière solution était de couper manuellement l’alimentation de la porte des étoiles. Ca n’a pas marché. Le vortex est resté ouvert, alimenté par le trou noir lui-même. Carter a fermé l’iris, mais ça a seulement ralenti les effets. Le général est allé à la surface. Il a découvert qu’une équipe des opérations spéciales avait été dépêchée pour savoir ce qui se passait à la base. C’est bien ma chance : ils ont envoyé le colonel Cromwell, le plus grand abruti avec lequel j’aie jamais travaillé.

Le SGC était resté cinq heures sans donner de nouvelles. Quand Hammond est revenu, il nous a appris qu’il avait été absent dix-huit heures. Des experts du Pentagone avaient décidé de faire sauter la porte des étoiles pour empêcher que la Terre soit aspirée dans le trou noir. Il fallait que deux personnes restent sur place pour amorcer la bombe… Cromwell et moi ! Carter avait compris que la solution était de focaliser l’explosion.

Comme ça, le vortex se déplacerait vers une autre porte des étoiles, et nous pourrions fermer la nôtre. Cromwell et moi l’ignorions. Quand elle est revenue nous le communiquer, c’était presque trop tard. Elle nous a dit de descendre en rappel le long d’une corde jusqu’à la porte des étoiles pour déclencher manuellement l’explosion. Un boulot difficile, car l’attraction gravitationnelle devenait de plus en plus forte. Nous avons déclenché la bombe, mais la corde de Cromwell a cassé, et je n’ai pas pu le sauver. J’ai bien failli ne pas m’en tirer non plus. Carter avait raison, une fois de plus. Malheureusement, ça n’a pas aidé Boyd et le reste de SG-10.

Colonel Jack O’Neill

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?