baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Episodes > Saison 3 > Épisode 12 : Les flammes de l’enfer (1/2) > Rapport de mission

Rapport de mission

Titiasyl, dimanche 29 juillet 2018

Document classé secret.
Saisir le code : *******
Saisi par : Samantha Carter.
J’ai toujours su que les souvenirs étaient là, cachés par les miens. Parfois, des fragments font surface ; mais je viens d’en découvrir plus sur elle que je n’aurais cru possible. C’était la personne la plus courageuse que j’aie connue.

Quand Martouf m’a annoncé que papa avait été fait prisonnier par Sokar, je me suis sentie physiquement malade. Je ne pensais plus qu’à le libérer – et les Tok’ra aussi ! Ils postulaient que Jolinar était la clé, car elle était la seule à s’être échappée de Netu – l’enfer de Sokar. Il me suffisait de me rappeler comment elle avait procédé. Pour m’y aider, Martouf avait un analyseur de mémoire, un dispositif Tok’ra. Le premier souvenir que l’appareil a fait ressurgir a été la mort de ma mère. Dieu, ça semblait si horriblement vrai ! Puis Martouf m’a guidée vers la découverte d’un des souvenirs de Jolinar : un amour passionné qui avait duré des dizaines d’années.

Plus tard, pendant que les autres dormaient, j’ai demandé à Martouf si nous pouvions essayer de nouveau le dispositif. Cette fois, je suis arrivée plus près. J’ai vu un visage – un goa’uld – qui m’a emplie d’un dégoût intense. Pire que les tortures que Jolinar avait endurées. Alors, j’ai deviné ce qu’elle avait été obligée de faire pour fuir, et la raison pour laquelle elle l’avait caché à Martouf. Je me demande si j’aurai eu ce courage, dans un tel cas… Peu après, nous sommes arrivés en orbite autour de Netu. Les portes de la capsule de survie se sont refermées sur moi comme le couvercle d’un cercueil. J’ai senti une accélération intense, puis un impact violent. Quand les portes se sont rouvertes, un air brûlant a envahi mes poumons. J’ai conduit l’équipe dans les cavernes où les habitants de Netu survivent. Quel cauchemar ! Une chaleur atroce. L’air résonnait des cris des damnés. Bientôt, nous nous sommes retrouvés face à Nao’nak, le Primat voilé de Bynarr. Bynarr était le Goa’uld dont je m’étais « souvenue », mais lui révéler que j’avais été l’hôte de Jolinar n’a servi qu’à nous faire expédier dans les « oubliettes ». Nous y avons trouvé mon père, mourant… Je me suis juré que je le sortirais de là. Mais Nao’nak est venu et m’a conduite devant Bynarr. Persuadée d’aller à la mort, je savais pourtant qu’il était la clé – notre seul espoir.

Arrogant et impitoyable, Bynarr était un Goa’uld typique. Et il haïssait Jolinar. Mais être avec lui a suscité un souvenir : les anneaux de transport ! Bynarr en avait dans ses quartiers. J’ai cru que mon souvenir arrivait trop tard. Bynarr a levé la main pour me tuer… et Nao’nak l’a abattu. Lorsqu’on m’a ramenée dans les oubliettes, le chaos s’est déclenché. Notre chance ! Nous nous sommes battus pour arriver aux anneaux de transport, et Martouf avait presque fini de bricoler les fils de contact quand les portes ont implosé. Nao’nak est entré dans la salle. Il nous a forcés à nous agenouiller, puis a soulevé son voile. J’ai vu un homme revenu d’entre les morts : Apophis. Les choses s’aggravaient…

Major Samantha Carter

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?