baniere

Accueil > Stargate SG-1 > La série > Episodes > Saison 5 > Episode 17 : Impact > Rapport de mission

Rapport de mission

Titiasyl, lundi 17 septembre 2018

Document classé secret
Saisir le code : *******
Saisi par : Samantha Carter
Depuis cinq ans, nous nous sommes habitués à l’idée que des aliens essaient de détruire la Terre. Nous sommes blasés en un sens. Mais quand nous avons détecté un astéroïde se dirigeant vers nous, ça nous a fait un choc !

Comme dans les films, nous avons décidé de détruire l’astéroïde avec une bombe au naquadah. Seulement, le problème était la « livraison » de l’engin. Daniel a suggéré d’utiliser le tel’tak dans lequel mon père et lui s’étaient écrasés sur Revanna. Ca valait la peine d’essayer.

Il restait seulement onze jours avant la collision. Et il nous a fallu des jours pour réparer (à peu près) le vaisseau. Quand nous sommes arrivés près de la Terre, il ne restait plus que trois heures… Là, les moteurs sont tombés en rade. Nous foncions vers l’astéroïde, avec seulement les moteurs de poussée, qui ne servaient pas à grand-chose…

Par chance, nous sommes tombés dans un grand cratère. Une fois arrivés en bas, nous avions perdu assez de vitesse pour ne pas nous écraser. Le colonel et Teal’c ont mis des combinaisons spatiales et emporté la bombe au point de détonation. Je suis restée avec Daniel pour tenter de réparer les moteurs. Mais je pensais toujours à la descente chaotique du vaisseau. La gravité de l’astéroïde était insuffisante pour nous faire tomber ainsi. A moins que…

Quelque chose à frappé la coque. La pluie de météores des Léonides ! La coque a été percée en plusieurs endroits, et nous ne pouvions pas réparer à temps. Daniel et moi avons fait la seule chose possible : nous réfugier dans les nacelles de sauvetage. Ca m’a donné l’impression de fermer mon cercueil ! J’ai failli hurler de joie quand le colonel a rouvert les portes. Teal’c et lui étaient parvenus à réparer la coque et à remettre de l’air dans le tel’tak.

Mais ce n’était pas fini : le centre de l’astéroïde, composé de naquadah, n’était pas naturel. Il s’agissait en fait d’une arme goa’uld maquillée afin de contourner le traité asgard des Planètes protégées. Et si nous avions fait exploser notre bombe au-dessus de tout ce naquadah, la Terre aurait été détruite.

Après avoir désamorcé la bombe (note : demander aux techniciens de ne pas utiliser des fils jaune partout), il nous fallait un autre plan. Daniel en avait un. Si nous agrandissions le champ hyperspatial pour qu’il englobe l’astéroïde, nous l’emmènerions avec nous et ressortirions de l’autre côté de la Terre, évitant ainsi la collision. C’était une idée dingue – la seule à notre disposition !

J’ai fait des calculs, mais je n’étais pas rassurée. Une seule erreur, et j’étais responsable de la mort de six milliards de personnes. Plus le temps de m’inquiéter. Quand le colonel a crié qu’il voyait presque sa maison, j’ai appuyé sur le bouton. Tout a été terminé en une fraction de seconde. Et ça a marché !

Nous avons sauvé la planète. Mais, cette fois, ce n’était pas de la routine !

Major Samantha Carter

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?