baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Une autre époque > Chapitre 2 : Première nuit

Chapitre 2 : Première nuit

Titiasyl, lundi 8 avril 2013

Après cette journée riche en émotions, Samantha décida d’aller se coucher. Une fois bien calée sur sa couche, la jeune fille ferma les yeux et essaya de se détendre afin d’avoir un sommeil réparateur et paisible.

Malheureusement, étant dans un nouvel endroit, elle sursautait au moindre bruit. De plus, peu après le départ d’Ethel, des cris se firent entendre dans tout le palais. Samantha avait facilement reconnu la jeune fille choisie pour partager la couche du roi.

Les cris résonnèrent pendant de longues heures empêchant totalement Samantha de dormir. Elle ne put s’empêcher de fermer les yeux de crainte. Elle savait que dans neuf nuits, ce serait son tour. Même si elle était capable de se défendre un minimum, elle redoutait de vivre ça elle aussi. Ce sultan n’était absolument pas tendre du tout de par les cris perçants et effrayants que faisait Ethel.

Au bout d’un moment, en ayant marre de rester dans son lit à tourner et retourner pour trouver le sommeil, Samantha décida de se lever et d’aller se détendre près de la fontaine. L’eau ayant un effet apaisant sur elle, la jeune fille espérait que ça allait l’aider à dormir.

Elle était vraiment épuisée et si elle voulait tenir les jours suivants, elle devait impérativement dormir un minimum. Apres un bon moment assise près de la fontaine, Samantha retourna se coucher.

Sur le chemin, elle trouva une pile de rideaux ainsi que de jolies cordelettes servant à tenir ceux-ci ouverts. Elle en prit donc une ainsi que des coussins se trouvant à proximité puis regagna sa couche.

Arrivée, elle se coucha en mettant la cordelette bien allongée sur le matelas. Elle posa le premier coussin dessus puis mit sa tête de coté sur celui-ci. Elle prit le deuxième et le posa sur l’autre côté de sa tête. Elle attrapa les deux bouts de la cordelette et fit un nœud bien solide afin de faire tenir les coussins autour de sa tête.

De cette façon, elle percevait toujours les cris mais ceux-ci étaient nettement affaiblis par son système. Quant aux bruits environnants, elle ne les percevait absolument plus du tout.

Ayant perdu sa mère très jeune, Samantha restait tout de même par certains côtés une enfant qui avait besoin d’être rassurée. De ce fait, elle prit un troisième coussin qu’elle emprisonna entre ses bras et serra bien fort contre son cœur.

Se sentant relativement en sécurité, la jeune fille souffla d’aise et ferma les yeux pour enfin s’endormir pour la nuit.

Son sommeil fut si profond qu’elle n’entendit même pas les portes du harem s’ouvrirent, dans la nuit sur deux gardes trainant une jeune fille mal en point.

Le lendemain matin, Samantha se réveilla avec le soleil. Sa nuit, ou du moins la partie où elle avait dormi, lui avait fait un bien fou. Elle dénoua la cordelette et laissa tomber les coussins sur sa couche. Elle s’étira un peu et se leva doucement. Elle tapota doucement le matelas et arrangea les coussins afin de ranger correctement son alcôve. Une fois terminé, elle se dirigea vers l’espace détente où les plateaux étaient déposés pour chacun des repas.

Samantha passa devant les autres jeunes filles qui entouraient la plus vieille d’entre elles. Elle ne put que constater que celle-ci était vraiment en mauvaise état. Il n’y avait pas de doute que la position assise lui était très douloureuse. De plus, Ethel arborait de nombreuses marques sur le visage et sur les bras. Pour Samantha, nul doute que le reste de son corps devait également être couvert d’ecchymoses. Ethel ne faisait que pleurer et gémir tout en mangeant ce que les filles lui avaient apporté.

- « Il est tellement… violent. C’était si …douloureux. » pleura Ethel.

- « Oh ma chérie, ne t’inquiète pas. On va s’occuper de toi. » la rassura Ména. « Tu vas d’abord manger tout ce que l’on t’a apporté et ensuite, on t’aidera à aller te recoucher. »

- « Cet homme …est un tyran. J’ai même pas eu …le temps de faire quoi …que ce soit, qu’il …m’avait déjà ordonné d’ôter …ma robe et de me coucher. » continua de pleurer Ethel. « Quand il a commencé … et que je lui ai dit … qu’il pourrait être un minimum… doux, il a commencé à me …frapper et est allé de plus en plus vite et fort. C’était horri…ble. »

Nullement intéressée par ces écervelées et leur conversation, Samantha s’avança tranquillement vers le plateau du petit-déjeuner. Elle ne fut pas vraiment surprise de trouver celui-ci quasiment vide. Il ne restait qu’une petite tranche de pain et un grain de raisin. Samantha prit donc les restes sans rien dire et s’éloigna tranquillement vers la fontaine.

Ce n’est qu’une fois assise près de l’eau qu’elle se laissa aller à pleurer. Elle était la plus jeune et ne leur avait rien fait. La jeune fille se demandait pourquoi les neuf autres la traitaient ainsi, comme une moins que rien.

Apres avoir mangé sa tranche de pain et son grain de raisin, elle sécha ses larmes et décida de visiter un peu plus les lieux. En effet, vu la richesse du sultan et la puissance de son royaume, Samantha doutait fortement que le harem soit uniquement constitué d’un coin nuit et détente.

En même temps, s’éloigner des filles lui ferait le plus grand bien. Elle ne supporterait pas plus longtemps leur jérémiades et leurs discussions de filles sur les bijoux et autres toilettes luxueuses.

Apres s’être éloignée de la fontaine, Samantha tomba sur une petite porte qu’elle ouvrit avec appréhension. Ce qu’elle vit la laissa muette de stupéfaction. Elle se trouvait dans une immense bibliothèque très lumineuse. En effet, le plafond de cette dernière était une immense verrière qui donnait une atmosphère de plénitude à la pièce. Malgré la quantité impressionnante de poussière, Samantha s’avança doucement des étagères où une quantité de livres étaient posés. Il y avait tellement de poussières que l’on ne distinguait même pas les titres des livres.

Tellement heureuse de sa découverte, Samantha ne se découragea pas et attrapa un bout de tissu qui trainait sur un vieux fauteuil poussiéreux. Elle parcourut les étagères en époussetant les tranches des ouvrages. Venant d’une famille pauvre, c’était la première fois qu’elle voyait autant de manuscrits au même endroit. Au bout de vingt minutes de recherche environ, elle trouva un livre dont le sujet avait l’air intéressant.

Samantha le prit avec une grande délicatesse et alla prendre place sur le fauteuil poussiéreux. Elle dévora l’épais livre en l’espace de la journée, ne s’apercevant même pas qu’elle avait sauté le déjeuner.

Une fois le livre terminé, elle alla le ranger à sa place et décida de regagner le cœur du harem. Juste avant de sortir, elle se tourna une dernière fois sur sa découverte, semblant triste.

- « Quel dommage que le sultan laisse un tel endroit à l’abandon. Cette bibliothèque devait être une splendeur en son temps. » dit doucement la jeune fille, pensive.
Elle quitta la pièce doucement et referma la porte derrière elle. Elle ôta toute trace de poussière de sa robe et repartit le cœur lourd vers l’espace détente. A cette heure-ci, le repas avait dû être servi et elle devrait se contenter une nouvelle fois de quelques restes.
Au même moment, Kassir se trouvait avec le sultan dans la salle du conseil.
- « Kassir, que me vaut ton sourire ? » demanda Jack, stupéfait par la joie sur le visage de son conseiller.
- « Altesse, pour la première fois depuis des années, les superviseurs m’ont rapporté qu’une de vos acquisitions a visité le harem et ne s’est pas cantonnée à l’espace central. » fit Kassir, tout sourire.
En effet, les filles du harem n’étaient pas laissées réellement seules. Il y avait des superviseurs qui les surveillaient sans qu’elles n’en sachent rien. Ils se plaçaient dans des sortes de couloirs cachés entre les murs et ils rapportaient tous les faits et gestes du harem au conseiller.
- « Tiens donc. Une fille avec de la cervelle ? » tacla le sultan avant de poursuivre « Et qu’a-t-elle découvert ? »
- « La bibliothèque, altesse. » répondit Kassir, attendant la réaction du souverain.
- « Et laisse-moi deviner. Elle a ouvert la porte et a fui devant tous les livres ? » demanda Jack, une étrange lueur dans les yeux.
- « Non, elle y a passé la journée en lisant un livre sur les sciences. » fit Kassir. « D’ailleurs, elle paraissait triste de voir une telle pièce couverte de poussière et à l’abandon. »
Le sultan ne répondit pas et se dirigea vers la terrasse afin de regarder le paysage.
- « Vous ne désirez pas savoir quelle jeune fille a découvert la bibliothèque, altesse ? » lui demanda Kassir qui l’avait suivi.
- « Qui est-ce ? » fit Jack, las.
- « Samantha, altesse. » répondit le conseiller tout sourire.
- « La blonde ? » s’exclama Jack, un léger sourire aux lèvres.
- « C’est exact. Cette jeune fille vous intrigue pour que vous vous rappeliez d’elle, n’est-ce pas ? » fit Kassir en souriant.
- « En effet. » répondit Jack, l’air absent puis en se retournant « Fais nettoyer la bibliothèque. Qu’elle soit étincelante. »
Jack quitta la terrasse et laissa le conseiller aller donner ses ordres.
Kassir, tout sourire, alla trouver les nettoyeurs et donna pour consigne de procéder au nettoyage de la bibliothèque du harem mais dans le plus grand des silences. Au fond de lui, il sentait que cette jeune fille blonde allait changer de nombreuses choses dans ce royaume.
Du côté du harem, le repas avait effectivement été servi. Et comme la veille, il ne restait que quelques crudités et un fruit à Samantha. Elle prit le peu qu’il lui restait et alla s’installer près de la fontaine.
Les larmes roulèrent sur ses joues sans même qu’elle ne s’en aperçoive.
- « C’est tellement dur papa. Je ne suis pas sûre de tenir. Tu me manques tellement. » laissa-t-elle échapper de sa bouche en observant l’eau de la fontaine.
Samantha entendit les portes du harem s’ouvrir et sut que l’on venait chercher l’attraction de la nuit pour le sultan.
Elle attendit que les portes se soient refermées sur la jeune fille pour aller se coucher. Elle savait qu’elle aurait du mal à trouver le sommeil avec les hurlements qui allaient sûrement résonner, mais elle devait être fraiche lorsque son tour viendrait dans huit nuits.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?