baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 2 : La vente

Chapitre 2 : La vente

Titiasyl, mardi 10 septembre 2013

Le temps avait passé lentement depuis la nuit cauchemardesque que Samantha avait vécue. Quatre mois étaient passés et la jeune fille n’était plus que l’ombre d’elle-même.
Chaque fois qu’elle fermait les yeux, elle revoyait ces hommes et tous les coups ainsi que les viols qu’ils lui avaient faits. Lors de son retour à sa couche cette nuit-là, les filles l’avaient entendu revenir et avaient vu dans quel état elle se trouvait. Pas une seule n’était venue la voir ou l’aider. Elles s’étaient contentées de la toiser du regard comme si elles lui reprochaient de ne pas s’être laissé faire. Samantha avait dû se débrouiller seule pour se changer et nettoyer les plaies qu’elle pouvait atteindre.
Depuis cette nuit-là, la jeune fille ne mangeait plus beaucoup tellement elle se sentait mal. Au fur et à mesure que les semaines avaient passé, Samantha avait eu de plus en plus de mal à remplir ses taches dans les couloirs du château. De ce fait, elle était régulièrement punie et privée de repas en prime.
Un jour, alors qu’elle était en train de récurer un des innombrables couloirs du château, Samantha eut l’horreur de voir le seigneur arriver dans sa direction. Elle se força à ne pas hurler malgré toute la terreur qu’elle ressentait. Comme l’exigeaient les règles du palais, la jeune fille se mit debout bien que difficilement et baissa la tête en attendant, tremblante, le passage du seigneur.
C’est à ce moment-là qu’un fort courant d’air plaqua la robe de Samantha contre elle et dévoila de jolies formes. Le maitre des lieux marqua un temps d’arrêt lorsqu’il vit la jeune fille. Il n’en revenait pas. Samantha arborait un ventre arrondi et une poitrine plus généreuse que quatre mois auparavant.
Cette esclave le dégoutait par le comportement qu’elle avait eu. Mais là, de voir qu’elle portait son enfant, son dégout était encore plus important. Ulcéré, le seigneur attrapa la jeune fille par l’un de ses bras et la jeta dans les bras du garde qui se trouvait à ses côtés.
- « Mène cette vermine au marché aux esclaves. Je ne veux plus de ça dans mon château. » ordonna Pete, furieux alors qu’il se nettoyait la main comme brulé par le fait d‘avoir touché la jeune esclave.
- « Bien, mon seigneur. » s’inclina le garde en gardant le bras de Samantha dans sa main.
- « Dis-leur bien de ne pas montrer son ventre ou son dos surtout. » ajouta le seigneur.
- « Il en sera fait selon votre volonté, seigneur. » s’inclina une nouvelle fois l’homme avant d’ajouter à l’adresse de Samantha « Allez, viens vermine. »
Sachant qu’elle ne prendrait que des coups si elle s’avisait de protester, la jeune esclave garda la bouche bien fermée et se contenta de suivre le garde sans opposer de résistance.
Arrivés sur place, le garde tira la jeune fille en direction des marchands afin de leur donner la marchandise.
- « Le seigneur Shanahan veut que vous vendiez cette vermine rapidement et à un bon prix. » expliqua le garde.
- « Elle est très jolie alors la vente devrait se faire dès la prochaine séance qui a lieu dans quinze minutes. » répondit un des marchands en observant la jeune fille avec attention.
- « C’est parfait. Mon maitre demande que son dos ne soit pas montré ni même son ventre. » rajouta le garde en donnant le bras de Samantha au marchand.
- « Très bien. Nous respecterons donc ses volontés. » répondit le deuxième homme. « Tu auras l’argent juste après la vente. »
Sans un mot envers elle, Samantha fut conduite vers l’estrade alors qu’on lui liait les mains dans le dos. Les larmes coulaient le long de ses joues alors que la peur d’être vendue à un seigneur pire que son maitre actuel était à son comble.
- « Jolie comme tu es, tu seras le clou de la vente. » sourit le marchand le plus jeune.
La séance commença alors qu’une dizaine de seigneurs se trouvaient présents pour la vente. Les marchés aux esclaves étaient monnaie courante alors que l’on pouvait trouver les meilleurs pièces dans celui-ci.
C’étaient principalement des esclaves de sexe féminin qui étaient vendus lors de ces marchés. Il y en avait de tous âges mais les jeunes filles étaient des produits rares.
Les esclaves se succédaient sur l’estrade alors que les prix ne montaient pas très haut. Il y avait en tout dix femmes à vendre avant Samantha.
La première des esclaves devait avoir une trentaine d’années environ. Lorsqu’elle fut présentée aux seigneurs pour l’achat, le marchand déchira sa robe afin de la mettre nue devant tous ces hommes. Certains seigneurs montaient sur l’estrade afin de la juger de plus près et pour toucher la marchandise afin de se faire une idée de la qualité. Samantha ferma les yeux de détresse en voyant ce spectacle. La jeune fille redoutait plus que tout de devoir subir la même chose.
Les esclaves suivantes défilèrent les unes après les autres et elles se retrouvèrent toutes nues à chaque fois. Au bout de quelques minutes, la jeune fille fut conduite face aux seigneurs présents. Elle était tétanisée de voir tous ces hommes l’observer comme ils le faisaient.
Les prix montaient doucement et tous les seigneurs semblaient la vouloir. Par chance, aucun seigneur ne monta afin de la toucher ou autre. Ce petit détail la soulagea tout de même. Soudainement, l’un des marchands se plaça devant elle et déchira le haut de sa robe afin de mettre sa poitrine à nue. Les larmes de Samantha redoublèrent d’intensité alors que les prix s’envolaient.
- « Cinquante pièces d’or. » dit un acheteur.
- « Cent ! » contra un second.
- « Non, cent cinquante pour moi ! »
- « Deux cent pour moi ! » hurla un autre seigneur
La plupart des acheteurs présents désiraient acheter la jeune fille mais ils ne voulaient pas mettre trop cher dans l’achat d’une femelle.
Les minutes s’écoulèrent doucement alors que le marchant essayait de faire monter les prix encore plus haut.
- « Allez, mes seigneurs. C’est un spécimen rare, une toute beauté. » fit le marchand en s’approchant de la jeune fille.
- « Deux cent dix. »
Voyant que les acheteurs ne semblaient pas décidés à monter beaucoup plus haut, l’homme décida de les allécher un peu plus.
- « Regardez cette poitrine ferme et généreuse. » sourit l’homme en caressant puis malaxant sans douceur les seins de Samantha. « Elle ne vous donne pas envie ? »
- « Deux cent cinquante. »
Samantha ferma les yeux d’horreur alors que ses joues commençaient à lui faire mal à cause de toutes les larmes versées et qui coulaient encore.
- « Mille pièces d’or. » lança clairement un des seigneurs.
Vu le prix, les autres acheteurs se turent, ne souhaitant pas mettre si cher dans une simple esclave, aussi jolie soit elle. Samantha baissa la tête alors qu’elle venait de comprendre qu’un seigneur venait de l’acheter. Elle se sentit pousser vers le bas de l’estrade alors qu’elle avait toujours les mains liées dans le dos et les seins nus. La jeune fille se retrouva rapidement devant un homme richement habillé accompagné de quelques gardes. Le seigneur l’observait avec attention et souriait, fier de son achat.
- « Déliez ses mains et couvrez sa poitrine. » ordonna l’homme à ses gardes. « Nous retournons au château sur le champ. »
- « Bien seigneur. » s’inclina un des gardes alors qu’il exécutait les ordres.
Samantha fut conduite vers un petit chariot couvert et dut monter à l’intérieur. Les gardes montèrent rapidement sur leurs chevaux alors que le seigneur en faisait de même.
- « Il y a des robes à l’intérieur du chariot. Mets-en une. » ordonna le seigneur à la jeune fille.
Le garde referma la petite porte grillagée du chariot une fois que Samantha fut montée à l’intérieur.
- « Nous en avons pour trois heures de route alors tiens-toi tranquille. » l’informa durement le maitre. « Sinon, je n’aurai aucun scrupule à te faire exécuter. »
Une fois son avertissement donné, le nouveau maitre passa devant le chariot pour commencer la route sans attendre plus longtemps.
En silence, Samantha obéit alors que les larmes coulaient toujours sur ses joues. Elle trouva des robes grises dans une petite malle et commença à ôter celle qu’elle portait. Le déshabillage fut difficile à cause des cahots du voyage mais elle finit par réussir à se vêtir quelques minutes plus tard.
Ne souhaitant pas connaitre la colère de son nouveau maitre, Samantha resta bien sagement assise dans le chariot et attendit l’arrivée au château avec appréhension. Elle se demandait de quoi serait maintenant faite sa vie. Le nouveau seigneur était-il aussi cruel que son ancien maitre ?
Elle espérait de tout cœur que sa vie serait un peu plus douce dans ce nouveau château.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?