baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 7 : Premier mois

Chapitre 7 : Premier mois

Titiasyl, dimanche 15 septembre 2013

Samantha avait été ramenée en douceur à sa chambre. Le garde avait marché avec lenteur afin de lui permettre de le suivre sans problème. Les larmes coulaient toujours le long de ses joues alors qu’elle avait mal partout mais surtout à son ventre et à son intimité.
Le restant de la nuit qui suivit son retour, la jeune fille ne put trouver le sommeil. Trop d’images lui revenaient en tête et lui rappelaient le cauchemar qu’elle avait vécu.
Le lendemain matin, à l’aube, elle s’était rendue dans les cuisines afin de faire son travail. Les filles déjà présentes la toisèrent du regard avant d’aller elles aussi se mettre au travail.
De la journée, aucune ne vint la voir ou même lui parler. De plus, elle se sentait mal à l’aise car elle percevait le regard du cuisinier sur son corps.
Doucement et avec difficulté, elle récura le sol avec minutie alors que la pierre apparaissait de plus en plus à chaque coup de brosse.
La journée passa avec lenteur et le coucher du soleil annonça l’heure du repas. En lenteur, elle se leva, alla vider son seau d’eau puis rangea celui-ci avec la brosse dans le coin prévu à cet effet.
Sans un mot, elle se plaça dans la file d’attente pour la distribution du repas alors qu’elle se trouvait une nouvelle fois être la dernière.
Comme la veille, Samantha vit les filles se laisser caresser et en faire de même avec le cuisinier afin d’avoir une ration plus importante. Une par une, les filles firent les mêmes gestes alors que l’homme leur donna une gamelle de soupe bien remplie ainsi qu’un bon morceau de pain et du fromage.
Le tour de Samantha arriva et elle attendit patiemment que le cuisinier lui donne son repas. Rapidement, il fronça les sourcils et se décida à prendre la parole.
- « Alors, qu’est-ce que tu attends pour faire comme les autres ? » gronda l’homme.
- « Je ne vous toucherai pas et vous ne poserez pas non plus vos mains sur moi. » répondit Samantha décidée.
- « Ah oui, et tu vas m’en empêcher peut-être ? » ricana l’homme.
- « Tout à fait. De plus, il me faudra également justifier les nouvelles marques que j’aurai sur le corps au médecin du seigneur. » sourit la jeune fille avant d’ajouter « Alors, à votre place, je ne poserai pas les mains sur moi. »
- « Prends ça et déguerpis de ma vue. » grogna le cuisinier en lui donnant une petite gamelle de soupe et un minuscule bout de pain.
Satisfaite, Samantha prit son maigre repas et se dirigea rapidement vers sa chambre. Arrivée, elle dina avant de poser la gamelle près de sa couche.
Quelques minutes plus tard, le médecin fit son apparition et lui fit les soins de son dos puis vérifia les points à son intimité. Celui-ci sourit en voyant que toutes les plaies étaient propres et belles.
- « Tes plaies sont parfaites aujourd’hui. Tes pansements sont changés et les points ont bien tenus. » expliqua le docteur « Je repasserai demain soir pour continuer tes soins. »
- « Bien. Merci monsieur. » sourit la jeune fille alors que le médecin se relevait déjà.
L’homme de sciences quitta rapidement la pièce sans même répondre à Samantha alors qu’il lui tardait de quitter ce couloir.
La jeune esclave finit par s’allonger sur un côté et attendit doucement que le sommeil vienne. De nombreuses heures plus tard, elle était toujours éveillée mais les larmes coulaient le long de ses joues. Elle avait réussi à s’endormir à plusieurs reprises mais des cauchemars incessants la réveillaient brusquement.
A chaque fois que ses yeux se fermaient, elle revoyait les quatre gardes ainsi que son ancien maitre la violer. Les images lui étaient intolérables alors qu’elle n’avait personne auprès d’elle pour la réconforter.
Ses parents ainsi que son frère étaient décédés cinq mois plus tôt et elle était désormais orpheline ainsi qu’esclave. Les images des derniers instants avant leurs morts ne cessaient de la hanter. Elle savait qu’elle n’aurait rien pu faire pour les aider mais elle aurait tellement voulu mourir avec eux.
N’arrivant pas à dormir, elle serra dans ses bras le petit oreiller mis à sa disposition et se laissa aller à pleurer toutes les larmes de son corps.
- « Vous me manquez tellement. » murmura la jeune fille en pensant à sa famille « Je suis tellement désolée… C’est de ma faute si vous n’êtes plus ici… »
Les larmes continuèrent à couler alors que Samantha était épuisée. Malgré cela, le sommeil ne semblait pas décidé à venir.
Au lever du soleil, Samantha n’avait quasiment pas fermé les yeux et la fatigue pesait sur ses épaules. Lentement, elle se leva, quitta sa chambre et rejoignit les cuisines afin de faire son travail.
La jeune esclave ne faisait que récurer tout au long de la journée alors que les autres filles ne lui adressaient toujours pas la parole. Le cuisinier ne cessait de la regarder des pieds à la tête avec insistance et Samantha ne savait pas vraiment où se mettre pour être tranquille.
Finalement, pour son plus grand plaisir, la fin de la journée arriva rapidement et elle se dépêcha de rejoindre sa chambre après avoir fait la queue pour obtenir son maigre repas.
Le seul point positif de la journée qu’elle avait remarqué était que le cuisinier n’attendait plus de caresses de sa part. Les menaces par rapport aux visites du médecin avaient dû faire leurs effets.
Comme la veille, l’homme de sciences vint la voir et s’occupa de soigner son dos ainsi que de vérifier que les points de son intimité étaient corrects.
Une fois que le docteur fut reparti, Samantha se laissa tomber sur sa couche alors que fermer les yeux était toujours aussi difficile pour elle. Les larmes coulèrent de nouveau avec abondance sur ses joues alors qu’elle aurait tellement aimé être avec sa famille.
D’épuisement, la jeune fille finit par fermer les yeux pour les rouvrir quelques minutes plus tard en sursaut. Les gouttes de sueur perlaient sur son front alors que ses yeux reflétaient la terreur qu’elle venait de revivre.
Avec douleur, elle finit par se rallonger et attendit patiemment que le jour suivant se lève afin de reprendre son travail. Au moins, pendant ce temps-là, elle ne pensait pas à tous ses malheurs.
Les jours puis les nuits se succédèrent ainsi alors le manque de sommeil se faisait de plus en plus ressentir. Avec le temps qui passait, Samantha arrivait à dormir quelques heures mais pas suffisamment pour rattraper tout le sommeil de retard.
Les visites avec le médecin s’enchainaient et celui-ci ne lui adressait quasiment pas la parole sauf pour lui dire que ses plaies et points étaient parfaits.
Un mois se passa alors que Samantha ne portait désormais plus de marques de violence. Le médecin avait fait un excellent travail et elle n’arborait même pas une seule cicatrice.
Son intimité ne la faisait plus souffrir non plus et elle sentait que le seigneur finirait par la redemander pour la nuit. Rien que de penser à ça lui donnait des sueurs froides dans le dos. Samantha savait déjà qu’elle ne se rebifferait pas comme elle l’avait fait avec le seigneur Shanahan.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?