baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 16 : Le bébé

Chapitre 16 : Le bébé

Titiasyl, mardi 24 septembre 2013

Quelques jours à peine avaient passé depuis la naissance d’Eléanore. Depuis qu’elle était sous la garde de la nourrice, la petite fille ne cessait de pleurer de jour comme de nuit.
De plus, Eléanore avait du mal à prendre ses biberons alors que ceux-ci étaient au lait de vache. Le bébé avait beaucoup de mal à digérer et régurgitait quasiment tous ses biberons.
Quelques temps plus tard, alors que le nourrisson avait une nouvelle fois régurgité la totalité de son biberon, la nourrice se décida à aller voir le seigneur.
- « Seigneur ! » fit la femme, un peu inquiète de déranger le souverain.
- « Que veux-tu ? » s’énerva Jack.
- « Votre fille Eléanore ne supporte pas ses biberons, seigneur. » annonça la nourrice. « Elle est beaucoup trop jeune pour boire le lait de vache. »
- « Et que veux-tu que je fasse ? » grogna le seigneur.
- « Elle a besoin du lait de sa mère seigneur. » osa dire la femme.
- « Elle n’a pas de mère ! » gronda Jack, furieux. « Je vais ordonner ce qu’il convient. »
Sur un signe de tête, la nourrice repartit rapidement vers la nursery alors que le souverain souffla et finit par quitter son bureau.
Il prit lentement la direction des cuisines alors qu’il appréhendait de se retrouver face à Samantha.
Arrivé sur place, il entra dans les cuisines alors que personne n’avait remarqué sa présence. Ainsi, pendant quelques minutes, il eut le loisir d’observer la jeune fille. Il remarqua rapidement qu’elle était malheureuse et que son regard était éteint. Elle se contentait de nettoyer le sol mais faisait cela par automatisme plus qu’autre chose.
- « Mon seigneur ! » s’inclina le cuisinier alors qu’il avait enfin vu son maitre. « Que se passe-t-il pour que vous veniez vous-même dans cette pièce ? »
Ce furent les paroles de l’homme qui firent redescendre le souverain sur terre alors qu’il ressentit un vif pincement au cœur de voir la jeune fille ainsi.
- « Rien te concernant. » le rabroua Jack avant de se tourner vers Samantha « Toi, viens ici ! »
Samantha avait entendu la voix du souverain et des larmes se mirent à couler alors qu’elle souffrait intérieurement. Cet homme l’avait détruite encore plus que ce qu’elle ne l’était auparavant. Il l’avait privée de sa fille et ça, elle ne s’en remettrait jamais.
Elle perçut l’ordre de Jack mais ne sachant pas à qui il était destiné, Samantha resta concentrée sur sa brosse et le sol à nettoyer. Toutes les esclaves relevèrent la tête avec un sourire alors que chacune espérait que cet appel les concernait.
- « Samantha, viens ici ! » répéta le souverain en précisant le prénom de celle qu’il appelait.
La jeune fille leva vivement la tête et vit le seigneur qui l’attendait de pieds fermes à l’entrée des cuisines. Rapidement, elle se leva et alla se placer devant lui en baissant la tête.
- « Suis-moi ! » ordonna le souverain en se retirant afin de quitter cette pièce.
Il effectua quelques pas puis s’arrêta au milieu du couloir.
- « Toutes les heures et demies, un garde viendra te voir avec un biberon. Tu iras dans ta chambre sous son escorte et tu tireras ton lait. Ensuite, tu lui rendras sans poser de question. Ma fille a besoin de ton lait. » expliqua Jack sur un ton dur.
- « Bien, seigneur. » répondit la jeune fille alors que les larmes coulaient sur ses joues.
- « Retourne à ton poste. » fit Jack en se dirigeant déjà vers son cuisinier.
- « Elle s’absentera toutes les heures et demies pendant trente minute. Un garde viendra la chercher. » annonça le seigneur puis ajouta en voyant l’homme ouvrir la bouche pour protester. « Et si j’apprends que tu lui mènes la vie dure à cause de cela, ça chauffera pour toi. C’est clair ? »
- « Très clair, seigneur. » s’inclina le cuisinier, mécontent.
Jack quitta rapidement les lieux non sans jeter discrètement un dernier regard vers la jeune fille. Celle-ci s’était remise au travail, les larmes coulant toujours le long de ses jours alors que le souverain remarqua qu’elle avait perdu du poids en quelques jours à peine. Seule sa poitrine était volumineuse alors que celle-ci semblait être douloureuse pour la jeune fille.
Une heure et demie plus tard, un garde se présenta et Samantha se leva pour le suivre. Arrivés à la chambre, il lui tendit un biberon alors que la jeune fille alla s’installa sur sa couche.
Elle dégrafa une bretelle et regarda son sein avec attention. Elle fixa ensuite le biberon et se demanda comment elle allait bien pouvoir faire pour remplir le flacon.
Apres avoir réfléchi un petit moment, Samantha se massa le sein et arriva à faire sortir du lait. Elle attrapa rapidement le biberon et recommença afin de le remplir.
Environ vingt minutes plus tard, le flacon était plein et son sein était bien moins douloureux. Sur le moment, elle fut ravie de ce qu’elle avait réussi à faire.
Puis, résignée, elle se leva et tendit le biberon au garde qui attendait dans le couloir. Celui-ci rejoignit la nursery alors qu’il ne lui adressa pas le moindre regard.
C’est dépitée et encore plus malheureuse qu’elle retourna à son poste aux cuisines.
Les jours passèrent alors qu’un garde venait chercher Samantha comme l’avait ordonné le seigneur du château. La jeune fille tirait son lait en silence puis donnait le biberon plein à l’homme qui repartait sans un mot.
Plus le temps s’écoulait et plus la jeune esclave s’éteignait. Il lui arrivait par moment d’entendre son bébé pleurer alors que c’était le seul souvenir qu’elle possédait de son enfant.
Apres le passage de Jack aux cuisines, le chef des lieux avait de nouveau recommencé à l’ennuyer. Il avait été furieux de se faire remettre à sa place par le seigneur et avait décidé de le faire payer à la jeune fille.
A la nursery, Eléanore passait son temps à pleurer toutes les larmes de son corps. Pas une seule fois le silence ne se faisait entendre.
La nourrice en avait eu rapidement assez alors qu’elle ne dormait plus la nuit ni même la journée. Au bout de trois semaines épuisantes, elle rendit son tablier et quitta le château sur le champ.
Rapidement, le seigneur en trouva une autre alors que celle-ci ne tint pas le coup non plus. Elle quitta les lieux moins de deux semaines après son arrivée.
Les nourrices se succédèrent ainsi les unes derrière les autres si bien qu’en l’espace de trois mois seulement, Eléanore avait épuisé six nourrices expérimentées.
Le souverain ne savait plus quoi faire. Résigné, il engagea une nouvelle nourrice alors que son seul souhait était qu’elle reste plus longtemps que les autres.
Chaque fois qu’il allait voir son bébé, c’est la même chose. Eléanore pleurait qu’elle se trouve dans son couffin ou dans les bras de la nourrice. Même dans les siens, elle continuait de pleurer.
Le médecin était impuissant face à cela. Le bébé était en bonne santé mais il trouvait tout de même qu’elle n’interagissait pas avec les gens autour d’elle.
Jack commença alors doucement à regretter d’avoir gardé Eléanore en vie.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?