baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 18 : Enfin

Chapitre 18 : Enfin

Titiasyl, jeudi 26 septembre 2013

Cela faisait déjà quelques minutes que Samantha observait sa fille en lui tenant sa petite main. Elle regarda à nouveau autour d’elle et constata qu’il n’y avait toujours personne.
Eléanore pleurait toujours alors que Samantha lui caressait sa petite main avec tendresse.
Avec beaucoup de douceur, la jeune fille se pencha au-dessus du couffin et prit le bébé dans ses bras. Heureuse de pouvoir tenir sa fille contre elle, Samantha lui fit plein de bisous sur les joues et les mains alors que le bébé arrêta immédiatement de pleurer.
Eléanore regardait Samantha avec ses grands yeux bleus bien ouverts et se laissait faire comme si elle savait qu’elle se trouvait en sécurité.
Des larmes de bonheur coulaient sur les joues de la jeune esclave alors que son désir le plus cher depuis trois longs mois venait de se réaliser.
- « Oh mon bébé… je suis tellement heureuse de pouvoir te voir. » souffla la jeune fille à l’oreille d’Eléanore. « Tu m’as tellement manquée si tu savais. »
Samantha la câlinait et l’embrassait comme si sa vie allait se terminer sous peu. En même temps, si le seigneur la voyait avec le bébé dans les bras, la jeune fille connaissait la sentence : la pendaison sur le champ.
Avec amour, elle berçait Eléanore dans ses bras et ne se lassait pas de la regarder. La petite fille regardait Samantha avec attention comme si elle savait qu’elle pouvait faire confiance à cette femme qui la tenait avec amour.
- « Areuhhh… » s’exclama le bébé tout sourire « areuh… areuh... »
- « Eh ben, tu sembles heureuse ma chérie. » sourit Samantha, comblée « Je t’ai manquée aussi n’est-ce pas ? »
Commençant à fatiguer d’être ainsi debout, la jeune fille poussa un peu le couffin puis prit place sur la banquette en se calant bien contre le mur.
Soudainement, sans comprendre pourquoi, Eléanore se remit à pleurer alors que Samantha ne sut que faire. C’est à ce moment-là qu’elle vit un biberon plein posé dans le couffin.
Pensant que la petite pouvait avoir faim, la jeune esclave prit le biberon et le montra à Eléanore. Tout de suite, le bébé arrêta de pleurer et ouvrit la bouche alors qu’elle grognait d’impatience.
Avec douceur, Samantha lui donna le lait alors que la petite fille le but goulument. A peine quelques minutes plus tard, Eléanore avait terminé son repas alors qu’elle avait relâché la tétine en poussant un profond soupir de satisfaction.
Se rappelant de ce que faisait sa mère lorsqu’elle avait gardé le nourrisson d’une voisine, Samantha redressa Eléanore dans ses bras et la plaça contre son épaule. Avec douceur, la jeune fille tapota le dos de son bébé alors qu’un petit rot se fit rapidement entendre.
N’étant pas trop à l’aise pour laisser Eléanore ainsi sur son épaule, Samantha la recala au creux de son bras. A peine quelques minutes plus tard, des petits sons se firent entendre pour la plus grande joie de la jeune fille.
- « Areuhhh… Areuhhhhhhh. »
Samantha avait les yeux pétillants de bonheur et les babillages d’Eléanore n’y étaient pas étrangers.
Un peu plus loin, à l’angle du couloir, un homme observait la scène en silence. Tellement heureuse, Samantha n’avait pas remarqué qu’elle était observée depuis un petit moment déjà.
L’observateur semblait pris dans ses pensées alors qu’il observait le bébé et la jeune esclave. En trois mois, c’était la première fois qu’il entendait la petite fille babiller et rire comme elle le faisait dans les bras de Samantha.
A ses côtés, un garde observait lui aussi la scène alors qu’il ne savait que faire.
- « Doit-on la faire pendre, seigneur ? » chuchota l’homme armé.
- « Non ! » se contenta de répondre le souverain.
Le regard de Jack s’était fait doux face à cette scène avant de brusquement se remplir de fureur.
En effet, le souverain avait vu la nourrice au fond du couloir alors qu’elle discutait avec un garde. Celle-ci n’avait pas porté une seule fois attention à Eléanore depuis le début de l’observation du souverain.
Que sa fille ait pu être ainsi mise en danger et laissée sans surveillance finit de le mettre dans une colère noire.
Samantha était toujours pleine d’émerveillement devant son bébé. Elle avait attendu tellement longtemps pour la voir qu’elle avait encore l’impression de rêver.
Soudain, elle eut la désagréable impression d’être observée et releva la tête. Elle regarda d’un côté et vit la nourrice très occupée dans une discussion avec un garde. Pendant les quelques minutes de l’observation, celle-ci ne tourna pas une seule fois la tête et ne semblait même pas avoir remarqué la présence de Samantha ni même l’absence de pleurs.
La jeune fille regarda une nouvelle fois Eléanore puis dirigea son regard vers l’autre bout du couloir.
Sans même s’en apercevoir, elle resserra son emprise sur son enfant alors que son regard était empreint d’une immense terreur. Au bout du couloir, se trouvait le seigneur qui les observait alors que son regard n’exprimait que de la fureur.
Lentement, Samantha se leva alors qu’elle garda la petite fille dans ses bras. Des larmes de douleur se mirent à couler alors qu’elle était persuadée de vivre ses derniers instants.
Le souverain lui avait interdit formellement d’approcher Eléanore et elle était trouvée avec celle-ci bien calée dans ses bras.
Elle vit Jack s’approchait d’elle avec lenteur alors que Samantha n’avait jamais trouvé que le couloir puisse être aussi long.
La jeune fille remarqua également le garde accompagnant le souverain alors qu’il semblait lui-aussi dans le même état que le seigneur.
Eléanore dut sentir la peur de Samantha car elle se mit rapidement à pleurer et à se tortiller comme elle le pouvait.
- « Chuuuttt, ma chérie. Ne t’inquiète pas… » chuchota la jeune fille « Tout va bien ma puce. Reste tranquille. »
Comme ayant compris, Eléanore stoppa ses pleurs et se mit à babiller ainsi à sourire à Samantha.
- « Areuhhhh, areuhhh. » babilla le bébé alors qu’un petit éclat de rire suivit.
- « Oui, tout va bien ma chérie. C’est juste ton papa qui arrive. Ne t’inquiète pas, tout se passera bien pour toi. » continua d’expliquer Samantha alors que des larmes de tristesse coulèrent sur ses joues.
Jack entendait maintenant parfaitement les paroles de la jeune fille et ses derniers mots lui firent un pincement au cœur. Après tout, il lui avait interdit juste après la naissance de voir ou même d’approcher le bébé sous peine de pendaison.
Au fond de lui, il savait parfaitement ce qu’il avait à faire mais y arriverait-il ?
De toute façon, Jack n’avait pas le choix. Il était souverain d’un royaume et s’il voulait conserver son autorité, il devait appliquer les règles quelles qu’elles soient.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?