baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 67 : Infernale

Chapitre 67 : Infernale

Titiasyl, jeudi 14 novembre 2013

La nuit venait de tomber et Samantha n’avait toujours pas repris connaissance. Jack s’était occupé de leur fille depuis son réveil de sa sieste alors que la petite fille n’avait fait que pleurnicher dans les bras de son papa.
Par le garde, le souverain savait qu’elle était dans les bras de sa mère lorsque celle-ci avait fait sa chute. De ce fait, Jack comprenait que sa fille puisse être perturbée.
La petite fille refusait de quitter les bras de son père et s’agrippait de toutes ses forces à celui-ci lorsqu’il essayait de la poser sur le sol. Résigné, Jack garda Eléanore dans ses bras pour le restant de la journée.
Au moment du repas, la petite fille prit place sur les genoux de son père et se contenta de grignoter alors que le souverain en fit de même. Samantha n’avait toujours pas repris connaissance et Jack était de plus en plus inquiet.
Au moment du coucher, Eléanore hurla si fort dans son lit que le seigneur dut se résoudre à la prendre dans ses bras afin qu’elle vienne dormir dans le lit parental entre ses parents.
Jack comprenait fortement les angoisses de sa fille mais il commençait sérieusement à en avoir marre. Gérer son royaume, l’inconscience de son épouse ainsi que les angoisses de sa fille…. Tout cela faisait beaucoup pour le souverain.
La nuit fut un calvaire alors qu’Eléanore ne cessait de revivre la chute de sa mère. Par conséquent, ni le père ni la fille ne fermèrent les yeux jusqu’au lever du soleil.
Ce fut un seigneur très irritable que le médecin découvrit lorsqu’il se présenta pour ausculter la dame du château.
- « Alors ? » grogna Jack, impatient de connaitre le verdict du docteur.
- « La blessure à la tête se résorbe lentement. » commença doucement l’homme de sciences « Concernant la grossesse, il n’y a toujours pas de saignements et le col est toujours bien fermé. Je perçois les battements de cœur du bébé mais seule votre épouse est capable de nous dire s’il bouge toujours. »
- « Quand va-t-elle se réveiller ? » demanda le souverain, inquiet.
- « Je l’ignore seigneur. La chute a occasionné un choc très violent à sa tête et elle peut rester ainsi plusieurs jours. » déclara le médecin, penaud de ne pouvoir donner meilleure nouvelle.
Apres avoir congédié l’homme, Jack quitta la chambre alors que sa fille était toujours dans ses bras, accrochée à lui. Il donna des ordres et un garde fut assigné à la surveillance de Samantha.
- « Prévenez-moi sur le champ dès qu’elle se réveille. » ordonna durement le souverain.
- « A vos ordres, maitre. » s’inclina le garde « Soyez sans crainte. Je veille sur votre épouse. »
Légèrement rassuré, Jack quitta les lieux pour se rendre dans son bureau. De nombreuses réunions l’attendaient et il ne pouvait pas les reporter.
La journée fut des plus catastrophiques pour le souverain. En effet, Eléanore pleurait et hurlait dès qu’elle ne se trouvait plus dans ses bras. Même assise à côté de lui, elle criait tout ce qu’elle pouvait.
Les administrateurs du seigneur comprenaient l’attitude de la petite fille, aussi gardèrent-ils le silence et firent en sorte de poursuivre les réunions malgré les cris et les pleurs de la petite héritière.
Eléanore resta dans les bras de son père toute la journée et Jack en avait un peu marre. Certes, il comprenait son attitude mais quand même.
La fin de la journée arriva beaucoup trop lentement au gout du souverain. La petite fille était exténuée car elle avait refusé de faire la sieste alors elle était encore plus grognon que le matin.
Jack retourna avec la petite vers leurs appartements alors qu’il était tout de même déçu de ne pas avoir vu de garde. Cela voulait dire que Samantha ne s’était toujours pas réveillée.
A son arrivée dans la chambre, le souverain fut salué par le garde qui quitta la pièce rapidement. Samantha se trouvait toujours étendue sur le lit et n’avait pas bougé d’un millimètre.
Jack s’occupa d’Eléanore et se résolut à la coucher une nouvelle fois près de sa mère. Apres une nuit cauchemardesque pour lui de par les cauchemars et pleurs de la petite fille, le souverain se leva de très mauvaise humeur.
Il décida de profiter d’un moment où Eléanore somnolait pour se diriger à pas de loup vers la porte et sortit discrètement dans le couloir.
- « Toi, vas au village tout de suite et ramène Alec sur le champ. » ordonna Jack de très mauvaise humeur. « Et conduis-le à mon bureau à ton retour.
- « Bien seigneur, j’y vais de ce pas. » s’inclina l’homme avant de quitter les lieux.
Le garde partit avec trois de ses compagnons et ils prirent rapidement la direction du village.
Arrivés devant la maison du jeune homme, un des trois hommes frappa à la porte et attendit qu’on lui ouvre.
- « Toi, suis-nous. Le seigneur exige que tu nous suives jusqu’au château. » fit durement le garde envers Alec.
- « Mais…mais…pour…quoi ? » demanda le jeune homme terrorisé.
- « Le seigneur veut te voir. Le reste m’importe peu. » fit le garde en obligeant Alec à le suivre.
Les trois gardes escortèrent le jeune homme jusqu’au château et le conduisirent jusqu’au bureau du souverain.
Jack se trouvait dans la pièce avec encore une fois Eléanore dans les bras alors que celle-ci était épuisée et pleurnichait sans cesse.
- « Seigneur, je vous ramène le jeune homme. » fit le garde en faisant entrer Alec dans le bureau.
- « Mon… seigneur… » s’inclina le jeune homme, toujours terrifié.
- « Tu vas t’occuper d’Eléanore la journée désormais. Jusqu’à ce Samantha soit remise de sa chute. » annonça rapidement le souverain. « Tu as interdiction de quitter le château. Un garde sera toujours avec vous deux afin de pouvoir veiller à votre sécurité. Est-ce clair ? »
- « Oui, seigneur. » s’inclina Alec « Puis-je demander ce qui est arrivé à Samantha ? »
- « Elle a fait une très mauvaise chute dans les escaliers et est toujours inconsciente. D’où ta présence ici pour t’occuper de la petite. » expliqua Jack assez gentiment « Eléanore était avec sa mère au moment de la chute ce qui fait qu’elle est très perturbée et choquée encore. »
- « Je veillerai sur elle seigneur. » le rassura Alec « Allez, viens avec moi Eléanore. On va aller jouer tous les deux. »
Docile, la petite fille consentit à aller dans les bras du jeune homme et se laissa porter vers les jardins.
Ayant un peu de temps pour souffler, Jack en profita pour se détendre quelques minutes avant le début de ses réunions. La journée à venir allait une nouvelle fois être rude pour lui…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?