baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 82 : Une grande amitié

Chapitre 82 : Une grande amitié

Titiasyl, vendredi 29 novembre 2013

Jack suivit son ami vers les écuries, alors qu’il ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait.
- « Euh… Owen, tu m’expliques ce qu’on fait aux écuries alors que j’ai déjà tout ce qu’il me faut dans la cour ? » demanda Jack même s’il n’en pensait pas un traitre mot.
- « Eh bien, vu que tu n’as que six hommes avec toi, c’est très simple. » sourit Owen devant la lenteur d’esprit de son ami « Je vais te prêter des hommes afin d’aller reprendre tes biens et sauver ta famille. »
- « Merci beaucoup, mon ami. » souffla Jack « Cela me soulage grandement. »
- « Je me doute bien. » fit le souverain en regardant son ami avant d’ajouter à ses servants « Scellez le cheval du seigneur O’Neill. Fournissez deux chevaux aux gardes arrivés à l’instant même et scellez également mon cheval. »
Jack observa son ami, alors qu’il ne comprenait pas trop les ordres qui venaient d’être donnés.
- « Owen, pourquoi fais-tu sceller ton cheval ? » questionna l’homme dépité et inquiet pour sa famille.
- « Tout simplement parce que je viens avec toi pour te prêter mains fortes. » répondit le maitre des lieux.
- « C’est gentil à toi, mais c’est mon royaume et ma famille. Tu as ton domaine à gérer. » fit Jack, gêné « Tu n’es pas obligé de venir toi aussi. »
- « Tu plaisantes, j’espère ? » grogna Owen « Tu es mon ami, Jack et c’est normal pour moi de venir t’aider. De plus, j’apprécie beaucoup Samantha. Et puis, dois-je également te rappeler que ma future belle-fille est là-bas ? »
- « Ma fille ne se mariera jamais » râla Jack alors qu’ils sortaient les chevaux de l’écurie « Je vais rapidement l’enfermer dans une tour. »
Les gardes aux alentours sourirent en entendant les paroles du souverain. Owen lui-même ne put retenir un éclat de rire, alors que le visage de son ami reflétait son envie d’enfermer sa fille.
- « Franchement, Jack, je ne pense pas que Samantha soit d’accord avec cela. » fit Owen en continuant de rire.
- « Je négocierai avec elle ! » gronda Jack, sûr de lui.
- « Tu as déjà perdu dans ce cas. » rit ouvertement le maitre des lieux alors que Jack se renfrogna un peu plus en entendant ces paroles.
De son coté, Owen était ravi de voir que son ami pensait un peu à autre chose que sa famille en danger pendant ce petit laps de temps. Au moins, le souverain avait réussi à détendre son ami même si c’était juste passager.
Une fois tous les chevaux scellés, les hommes les montèrent et commencèrent à se mettre en route.
- « Nous arriverons à temps, Jack. Tu retrouveras tes biens et ta famille. » voulut le rassurer Owen.
- « Tu sais, je me moque de mon royaume. » souffla le souverain déchu « La seule chose qui m’importe est de retrouver ma famille saine et sauve. »
- « Et c’est ce qu’il va se passer Jack. Tu les retrouveras. » dit Owen.
- « Mais dans quel état ? » grogna Jack « Nous en avons pour dix heures de route avant d’arriver. »
- « Si nous poussons les chevaux et que nous ne faisons pas d’arrêt, nous pouvons y être dans 6h. » avertit le souverain. « Alors ne perds pas espoir et détends-toi. »
- « Plus facile à dire à qu’à faire. » gronda Jack, rongé par l’angoisse.
- « Je le sais bien. Mais Samantha et les enfants sont en sécurité au village pour le moment. Ta garde personnelle est avec eux et les protège. » le réconforta Owen.
- « Mes hommes sont dignes de confiance et je sais qu’ils donneraient leurs vies pour eux. Mais je m’inquiète aussi pour le bébé. Il est arrivé avec un mois d’avance quand même. » souffla Jack.
- « En effet, il est venu un peu tôt. » concéda Owen « Mais tes hommes t’ont dit qu’il se portait bien. Pour le moment, considère qu’ils vont bien tous les trois afin de récupérer ton royaume sereinement et les sauver. Tu aviseras ensuite. »
- « Je ne supporterai pas de les perdre. » murmura le souverain, terriblement angoissé malgré les tentatives de son ami.
- « Je le sais. Ne pense à cette éventualité. Nous arriverons à temps et tout ira bien. » sourit Owen en faisant galoper son cheval encore plus vite.
Jack en fit de même avec sa monture alors que les gardes les suivaient de près.
Le souverain était toujours angoissé mais son meilleur ami venait de lui redonner un petit espoir. Il ne leur restait plus qu’à arriver au château au plus vite désormais…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?