baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Sa seigneurie > Chapitre 84 : En colère

Chapitre 84 : En colère

Titiasyl, dimanche 1er décembre 2013

Cela faisait maintenant plusieurs heures que la deuxième patrouille avait quitté le château. Sachant que les fugitifs ne se trouvaient pas dans les environs du château, le seigneur en avait déduit que ceux-ci étaient donc bien cachés dans le village.
Alors que Xelio se trouvait dans le bureau en train de faire les cent pas, un garde vint le prévenir que la patrouille venait juste de revenir du village.
D’un pas rapide, il se dirigea vers l’entrée du château et se fixa devant ses hommes.
- « Alors ? » gronda le seigneur alors qu’il ne cessait de regarder autour d’eux.
- « Nous avons fouillé le village sans succès, seigneur. » s’inclina le garde « Les villageois n’ont rien vu ni entendu. »
- « Et vous les avez crus ? » hurla Xelio, furieux « Vous n’êtes qu’une bande d’incapables et des bons à rien. »
- « Seigneur ! » osa dire un garde.
- « SILENCE ! » vociféra Xelio « La femme et les enfants sont forcément dans le village vu qu’ils sont sortis du château. Ils sont cachés par les habitants et vous vous êtes fait avoir en beauté. »
Les gardes étaient raides comme des piquets et n’osaient pas prononcer un seul mot. La fureur du seigneur était plus que visible et ils savaient qu’ils risquaient la mort à tout instant.
Alors que Xelio allait reprendre la parole, un homme arriva en courant et s’arrêta près de lui en s’inclinant.
- « Pardonnez mon interruption, seigneur mais j’ai une mauvaise nouvelle. » annonça le garde en tremblant.
- « Parle ! » gronda le seigneur, peu content d’être interrompu ainsi « Quelle est cette mauvaise nouvelle ? »
- « Nous venons de retrouver le corps de votre garde personnel. » dit l’homme, peu tranquille.
- « Comment ça, son corps ? » s’étonna Xelio.
- « Il a eu la gorge tranchée et son corps caché dans un recoin. » avoua le garde.
Tous les hommes à proximité du seigneur virent les mâchoires de celui-ci se crisper, alors que son regard lançait des éclairs.
- « Brûles-moi son corps et disparait de ma vue. » fit Xelio en congédiant l’homme d’une main.
L’homme partit presque en courant exécuter l’ordre de son maitre alors que celui-ci se tourna pour faire de nouveau face à la patrouille.
Soudainement, le seigneur eut une idée en voyant deux hommes faire leur travail.
- « Vous deux, approchez tout de suite. » ordonna Xelio.
Les deux gardes durent se résoudre à s’avancer alors que le regard du seigneur n’augurait rien de bon pour eux.
- « Où sont la femme et les enfants ? » gronda Xelio.
- « Nous l’ignorons maitre. » répondit un des deux hommes.
- « MENTEURS !  » hurla le seigneur « Vous savez où ils se trouvent !  »
- « Non seigneur, nous l’ignorons complètement. » dit le deuxième garde.
- « A qui êtes-vous fidèles ? » demanda Xelio alors qu’il avait décidé de leur sort.
- « Nous sommes fidèles à notre maitre. » s’inclinèrent les deux hommes.
- « Vous m’êtes vraiment fidèles ? » demanda le seigneur en souriant, fier de ses hommes.
- « Nous sommes fidèles à notre seigneur. » sourirent les deux hommes alors qu’ils se savaient perdus pour ne pas avoir dit où trouver la famille O’Neill « Nous n’avons qu’un seul maitre et c’est le seigneur O’Neill. »
Fou de rage devant les paroles et l’attitude des deux hommes, Xelio prit son arme et les décapita en un seul coup d’épée.
- «  GARDESSSSSS !  » hurla le seigneur, toujours aussi furieux.
Aussitôt, douze hommes arrivèrent et se postèrent au garde à vous devant Xelio.
- « Vous allez tous retourner au village par patrouille de six. Je veux que vous fouilliez toutes les maisons et tous les recoins. » vociféra le seigneur « Ne revenez qu’avec la femme et les enfants.  »
Les trois patrouilles partirent presque en courant alors que les hommes n’avaient aucune envie de subir les foudres du seigneur.
De son coté, Xelio était resté dans la cour, droit comme un piquet alors qu’il observait les cadavres des deux gardes.
- « Maitre, devons-nous débarrasser les corps ? » demanda un serviteur.
- « Non. Laisse-les ici. » sourit le seigneur « Pends-les et mets leurs têtes au bout d’une pique. Ca montrera le sort réservé aux traitres. »
Après s’être rapidement incliné, l’homme alla exécuter l’ordre de Xelio.
Une fois les corps pendus et les têtes mises sur les piques, le serviteur resta un petit moment encore à proximité alors qu’il feignait de terminer sa tâche.
- « Une fois notre maitre de retour, soyez sûrs que vos corps reposeront en paix. » murmura l’homme en observant les cadavres. « Notre seigneur saura ce que vous avez fait. »
Finalement, le serviteur s’éloigna alors qu’il dut retourner faire son travail dans les jardins.
En général, lorsque des corps étaient exhibés ainsi, les serviteurs ou les gens passant à proximité leur crachaient dessus afin de signifier leurs dégouts. Or là, tous ceux qui passaient près des corps inclinaient discrètement leurs têtes en guise de salut et de respect.
Dans le bureau, Xelio était loin de se douter de ce qu’il venait de déclencher en exécutant les deux gardes…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?