baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > OS > OS Concours > 2012 > Une histoire de revenants

Une histoire de revenants

Titiasyl, lundi 22 avril 2013

Auteur : Titiasyl

Beta : Angelgym34

Série : Stargate SG1

Genre/Pairing : Romance, fantastique,

Personnages : Jack, Sam, Daniel, Teal’c, deux fantômes et d’autres de mon invention

Résumé : SG1 part en mission et ils vont faire des rencontres étonnantes.

Saison : 8 (Jack est général, Sam est colonel et avec Pete, Janet et Jacob sont décédés)

Disclaimer : Les personnages de la série appartiennent aux créateurs et à la MGM

Note de l’auteur : Histoire écrite pour le concours n°4 de Hypnoweb. J’ai eu beaucoup de mal à trouver une idée alors j’espère que cela vous plaira.

Note de l’auteur 2 : Merci à Angie pour m’avoir aidée lorsque j’étais à court d’idée et persuadée que mon histoire était nulle…

********************

L’équipe SG1 se trouvait en mission diplomatique afin de signer un traité avec de nouveaux alliés. Le général O’Neill se trouvait avec eux et devait lui-même signer ce traité. En effet, sur cette planète, les accords ne se faisaient qu’entre chefs. Le militaire était égal à lui-même et n’avait fait que râler sur le chemin les menant au village.

- « Je suis vraiment content que le voyage ne dure que 30 secondes et la marche vers le village 10 minutes. » dit Daniel. « Entendre Jack râler ne m’avait pas manqué du tout. »

- « Je suis tout à fait d’accord avec vous Daniel Jackson » ajouta Teal’c.

- « Mais je ne râle pas, je dis la vérité. Il n’y a que des arbres, du vent et il pleut. Vous n’voulez pas que je fasse la danse de la joie pendant que vous y êtes ? » grogna Jack.

- « Je pense qu’ils ne font que vous faire râler un peu plus mon général. » gloussa Sam alors que Daniel s’éloignait en riant suivi par Teal’c.

- « Silence Colonel ! » fit Jack bougon en ajoutant « Daniel, vous allez voir ce qu’il vous attend si vous recommencez ! »

Daniel continua de s’éloigner en riant. Jack lui avait manqué pendant les missions et du coup, il comptait bien se rattraper un peu. Sam était ravie d’avoir le militaire avec eux en mission même si sa présence sur cette planète était exceptionnelle et que son comportement envers elle était dur.

Depuis qu’elle avait commencé à fréquenter Pete, la jeune femme et Jack s’étaient peu à peu éloignés. En effet, le militaire ne supportait plus de la voir ou de lui parler alors que ses espoirs de faire sa vie avec elle étaient fichus. Sam ne disait rien et acceptait leur éloignement même si cela lui brisait le cœur. Pete était loin d’être fait pour elle mais la jeune femme ne pouvait avoir celui qui faisait battre son cœur.

La militaire laissa une larme rouler sur sa joue et continua d’avancer jusqu’au village. Ils furent accueillis avec bonne humeur par les villageois et leur chef. Celui-ci les conduisit vers un immense carbet qui était une sorte de grande hutte mais sans murs.

- « Veuillez-vous asseoir chers amis. Nous allons pouvoir converser avant d’accepter le traité. »

- « Et de quoi souhaitez-vous parler, vénérable chef ? » demanda Daniel.

- « Avant de signer ce traité qui fera de nous des alliés, nous souhaiterions savoir si vous êtes digne de confiance et exempts de mensonges envers nous et notre peuple. »

- « De qui il parle en disant nous tout le temps ? » demanda Jack discrètement à Daniel.

- « Il parle seulement de lui, Jack. » lui répondit l’archéologue

- « Chers amis, après cet interlude de votre cher général, nous allons vous faire passer le test de confiance. » déclara le chef du village. « Vous allez, chacun à votre tour, venir vous placer en face de nous. Je vais lire dans votre esprit. Si nous y trouvons ce que nous désirons sur vous quatre, nous signerons le traité. Sinon, vous serez tous jetés en prison et subirez un deuxième test le lendemain. Si vous échouez une nouvelle fois, vous serez exécutés et nul besoin de préciser qu’il n’y aura aucun traité entre nos deux peuples. »

Le premier désigné pour passer le test fut Daniel. Celui-ci prit place devant le chef du village et se laissa guider.

- « Ouvrez votre esprit et laissez-vous faire. Cela est sans douleur. » expliqua l’homme du village en posant ses mains sur la tête de l’archéologue.

Daniel ouvrit son esprit et sentit une douce chaleur se répandre en lui. Il ne dissimula rien de sa vie ainsi que de ses sentiments. Au bout d’un temps relativement court, il eut la surprise de sentir le chef retirer ses mains.

- « Vous êtes un homme honnête et bon malgré les épreuves que vous avez traversées. Vous avez réussi le test. Retournez à votre place. » déclara le chef « A vous, Teal’c le jaffa. »

Teal’c fit la même chose de Daniel. Il accepta le test pour le bien de la Tauri, sa planète d’adoption.

- « Jaffa, votre existence a longtemps été vouée à la violence et aux crimes. Mais vous avez su changer de voie et vous battre pour la liberté des vôtres. Votre engagement est bon, votre attachement envers vos amis total. Vous avez réussi le test, rejoignez votre ami à lunettes. » annonça le chef du village. « A vous, belle dame aux cheveux dorés et aux yeux de l’océan. »

Sam se leva à son tour et prit place devant l’homme. Elle fit de son mieux pour ouvrir son esprit et laisser l’homme y pénétrer.

- « Vous avez souffert dans votre jeunesse et vous œuvrez pour votre pays. Néanmoins, vous n’êtes pas honnête avec vous-même et avec un homme. Vous avez échoué au test. Rejoignez- vos amis. » fit le chef durement.

Sam se leva et baissa la tête, honteuse d’avoir fait échouer la signature du traité et de les conduire directement en prison.

- « A vous général. »

Jack se plaça devant l’homme et attendit la fin du test.

- « Vous avez échoué également. Vous portez le poids de la culpabilité et vous mentez à votre cœur et à une femme. Je suis déçu de cette issue. » annonça le vénérable homme avec colère. « Gardes, conduisez-les en cellule. Ils y passeront la nuit et la journée de demain avant de subir une nouvelle fois le test. Messieurs, vous avez réussi le test mais vous partagerez la captivité de vos amis. Peut-être arriverez-vous à leur faire comprendre leurs erreurs. »

Les quatre membres de SG1 furent conduits en cellule alors que les gardes n’avaient pas prononcés un seul mot. Une fois à destination, les gardes quittèrent la pièce et les laissèrent seuls.

- « Vous êtes vraiment des imbéciles tous les deux. A force de vous cacher derrière le règlement, voyez où ça vous a conduit et nous avec par la même occasion. » hurla Daniel sur Jack et Sam.

- « Daniel Jackson a raison. Il serait bon que vous finissiez par comprendre que vous avez des sentiments l’un envers l’autre plutôt que de prétendre le contraire. » ajouta le jaffa.

- « Je suis parfaitement heureuse avec Pete. Le général est seulement un ami, rien de plus. » affirma Sam.

- « Kerry est la femme de ma vie. Sam est mon second et une amie, rien de plus. » confirma Jack.

- « Vous êtes vraiment pathétiques autant l’un que l’autre. » fit Daniel en se pinçant l’arête du nez. « Sam est heureuse avec Pete et vous avec Kerry. Par contre, depuis qu’elle est avec Pete, vous n’êtes pas foutu de parler à Sam gentiment et encore moins de la voir dans la même pièce que vous sans lui hurler dessus. »

Jack resta sans voix et ne sut que dire pour contraire son ami.

- « Quant à vous, Sam, dès que vous voyez Kerry dans la base ou avec Jack, vous ne pouvez vous empêcher de détourner le regard, les larmes prêtes à couler. » ajouta l’archéologue alors que Sam baissait la tête de honte.

- « Et si vous saviez vraiment comment Pete traite Sam, vous seriez encore plus en colère contre elle ! » ajouta une voix féminine.

Les quatre membres de SG1 se tournèrent vers l’endroit d’où la voix provenait et se figèrent, les yeux écarquillés de stupeur.

- « Mon dieu, Janet ? » demanda Sam, estomaquée.

- « Et qui veux-tu que je sois ? » répondit méchamment Janet. « Mais oui que c’est moi, enfin, version fantôme. J’étais tranquille là où j’étais mais au vu de tes âneries, on m’a envoyée ici pour te faire entendre raison. »

- « Ils ont envoyés un fantôme à Carter pour la résonner. C’est la meilleure celle-là. » fit Jack en riant.

- « A votre place, général, je tournerai sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler et surtout, je me demanderai qui on m’a envoyé comme fantôme !! » fit Janet en rigolant à son tour.

- « Et j’ai droit à qui dans ce cas ? » demanda Jack

- « A moi. » fit un homme.

- « Jacob ? fit Jack.

Le militaire recula de quelques pas afin de s’éloigner du père de son second. Celui-ci avait le visage dur et furieux autant envers sa fille qu’envers Jack.

- « Papa ? Que fais-tu ici ? »

- « La même chose que Janet ! Je viens sermonner ma fille et je n’aurais jamais pensé qu’elle puisse être aussi stupide. Tu me déçois fortement Sam. »

La jeune femme ne put répondre aux paroles de son père et laissa les larmes couler le long de ses joues.

- « Franchement Sam, je ne pensais pas que tu accepterais de subir ce genre de chose. Ta mère ne t’a pas élevée ainsi » hurla Jacob sur sa fille.

- « Mais non, Pete me traite bien, je t’assure. » se défendit Sam.

Les deux fantômes se regardèrent avant de diriger leurs regards noirs de colère vers Sam.

- « Je dois avoir mal compris. Tu viens de dire que ton petit-ami te traite bien, Sam, c’est ça ? » demanda Janet, furieuse.

- « Oui, c’est ça. » répondit Sam, ne regardant pas Janet directement.

- « Ah bon ? Tu trouves normal qu’il te frappe depuis le début de votre relation ? » fit Jacob, furieux contre sa fille.

- « Pardon ? » firent les trois hommes de SG1.

- « Mais... non…je … » bégaya la jeune femme.

- « Et le fait qu’il abuse de toi tout le temps depuis le début de votre histoire ? » asséna Janet.

- « QUOI ? » hurlèrent les quatre hommes.

Sam ne put rien dire et se mit à pleurer en silence. Elle se réfugia dans un coin de la cellule afin d’être seule.

- « Sam, vous m’aviez affirmé que vous étiez heureuse avec lui et qu’il était bien pour vous. Pourquoi m’avoir menti ? » demanda Daniel doucement, en s’approchant de la jeune femme.

- « Je ne voulais pas que vous vous inquiétiez pour moi. Et puis j’avais trop honte de vous dire ce que je vivais réellement… Alors j’ai joué la femme heureuse vu que Ja… » s’interrompit Sam, honteuse et baissant la tête.

- « Vu que Jack est avec Kerry n’est-ce pas ? » termina Daniel pour elle.

Sam ne répondit pas et se contenta d’acquiescer de la tête.

- « Quittez-le Sam, vous ne pouvez pas vivre avec un homme comme ça. » rajouta l’archéologue.

- « Si je le peux. Il est ma seule chance d’avoir une famille Daniel, peu importe ce que je dois endurer pour l’avoir. » lui répondit la jeune femme.

- « Mais quelle tête de mule, c’est pas possible. » râla le jeune homme en s’éloignant pour rejoindre ses amis fantomatiques.

- « Carter, vous êtes vraiment têtue. » grogna Jack.

- « Ça vous va bien de lui dire ça tiens !! » hurla Jacob. « C’est à cause de vous si elle endure tout ça. Vous n’êtes qu’un abruti fini ! »

Bouillonnant de rage, Jacob lança son poing dans le visage de Jack qui n’eut même pas le temps de voir arriver le coup. Celui-ci s’écroula sur le sol, le nez en sang sous les regards furieux des trois hommes et de Janet.

- « Non mais ça va pas Jacob. Vous venez de m’exploser le nez. » fit Jack en essayant d’arrêter le sang qui coulait.

- « Si ça va très bien. À cause de vous, regardez ce que ma fille subit tous les jours. »

Jacob leva simplement la main et une sorte d’écran apparut dans la cellule. Des images commencèrent à défiler devant les yeux à tous.

- « Ah mais suis-je bête, vous n’avez pas le son. » ironisa Jacob en frappant le front du plat de sa main.

- « Papa, non, s’il te plait, pas ça. »

- « Tais-toi et assume ton comportement. » hurla le père.

Sam ferma les yeux et attendit que le film d’un moment de sa vie se termine. Elle se sentait tellement honteuse. Comment ses amis allaient réagir en voyant tout cela.

****Flashback****

- « Tu n’es vraiment qu’une incapable. Même pas savoir faire la bouffe. » hurla Pete en levant la main.

- « Non s’il te plait… Me frappe pas, s’il te plait... » pleura la jeune femme.

- « Tu n’as que ce que tu mérites. Je vais t’apprendre à faire ce que je te dis. »

Pete leva la main et frappa la jeune femme qui perdit l’équilibre sous la violence du coup. Sa tête heurta le coin de la table et un filet de sang coula le long de sa tempe.

- « Ici, c’est moi qui décide. Toi, tu la fermes. Tu fais la bouffe, le ménage et tu te couches quand j’ai besoin de me vider les couilles. Point à la ligne. Compris ? » hurla Pete en continuant de frapper la jeune femme au sol.

-« Tu n’as pas le droit de me traiter ainsi. » pleura Sam un peu plus fort alors qu’elle souffrait le martyre sous la violence des coups de son petit-ami.

- « Et tu ne me réponds pas non plus. » rajouta le policier en la frappant avec un tabouret en bois qu’il avait pris non loin de lui.

- « Arreeeeeeeeteee. Arghhhh… Tu me ….fais….mal…. »

- « C’est le but… Et c’est pas encore fini. » rit l’homme en allongeant la jeune femme sur le dos. « Je vais te montrer que je suis un homme. »

- « Noonnnn…. » pleura la jeune femme sachant ce qu’il allait encore lui faire.

Le policier se mit à lui arracher ses vêtements tout en continuant à la frapper. Il commença à retirer son propre pantalon puis s’allongea entre les cuisses de la jeune femme.

- « Ça va être extra. Tu vas voir, je vais te mater. » sourit l’homme en baissant son caleçon. »

******

-« STOP ! » hurla Jack en regardant effaré son amie. « Comment pouvez-vous montrer ca Jacob ? »

- « Je veux vous faire réagir tous les deux. » fit l’homme doucement. « Je ne supporte plus de voir ma fille souffrir ainsi. »

- « Sam, dites-moi que ce n’est pas possible ! Vous ne pouvez pas accepter ça ! » dit Jack, atterré par les images qu’ils venaient de voir.

La jeune femme resta muette et se tassa un peu plus dans le coin du mur qu’elle occupait. Elle pleura, la tête enserrée dans ses bras et posée sur ses genoux.

- « Laissez-moi tranquille ! » cria Sam contre Jack lorsqu’il essaya de s’approcher de la jeune femme.

- « Sam, s’il vous plait. » fit Jack, blessé par la réaction de la jeune femme.

- « Foutez-moi la paix. Je vous hais ! » hurla la militaire.

- « O’Neill, laissez-la tranquille. Elle a besoin d’être seule un moment. » conseilla Teal’c.

- « Vous réussissez à m’en coller une alors que j’ai rien fait et vous êtes même pas foutu de coller votre poing dans la gueule de ce connard ?? Non mais je rêve. » grogna Jack contre Jacob.

- « Ah ça pour rien faire, vous êtes vraiment le roi. Tellement doué que vous restez avec une pouffiasse rousse. » râla Janet.

- « Kerry n’est pas une pouffiasse rousse. Je vous ai dit qu’elle était la femme de ma vie. »

- « Mon dieu, mais quel con. Dites-moi qu’il le fait exprès, pitié ! » fit Jacob, bouillonnant.

- « Je crains qu’il ne soit sérieux, Général Carter. » répondit Teal’c.

- « C’est bien ce qu’il me fait peur. On n’aura jamais réussi à les faire changer d’avis avant le lever du soleil. » rajouta Janet en soufflant, exaspérée par la situation.

- « Pourquoi le lever du soleil ? » demanda Daniel, curieux.

- « Les fantômes ne peuvent apparaitre que la nuit. » expliqua Jacob.
- « Et comme le prochain test est demain soir avant le coucher du soleil, nous ne vous reverrons pas avant. » fit Teal’c, impassible.
- « En effet Teal’c. » répondit Jacob. « Voilà pourquoi nous devons impérativement les faire changer d’avis cette nuit. »
- « Ben vous allez avoir du boulot avec moi. Je suis très bien avec Kerry. »
- « Mais bien sûr. On va vous croire en plus. » sourit Janet, en prenant un air sadique. « Vous avez tous eu droit à un film sur Sam. Et bien maintenant, nous allons en voir un sur votre vie avec votre très chère Kerry. Je suis sûre que ça va être un très bon moment pour vous. »
- « Eh ! Vous n’avez pas le droit de faire ça. » dit Jack, rouge de honte.
- « Ça vous a pas déranger de regarder Pete me battre et me violer. » pleura Sam, toujours assise dans son coin. « Alors vous la fermez et vous nous laissez regarder en paix. »
****Flashback****
Jack était assis dans son canapé une bière à la main et regardant un épisode des Simpsons. Il adorait cette série et ne ratait jamais une diffusion.
- « Coucou, c’est moi, je suis rentrée. » fit une voix dans l’entrée.
- « Je suis dans le salon. » répondit Jack, en levant les yeux au ciel, déjà exaspéré par la présence de la jeune femme.
- « Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Kerry.
- « Je regarde les Simpsons en buvant une bière. »
- « Ah non, tu ne vas pas me regarder cette nullité. Et arrête de boire ce truc, ça pue et ça coute cher en plus. »
- « Les Simpsons ne sont pas une nullité. Et j’ai une paie suffisante pour acheter ce que je veux alors fous-moi la paix. » répondit Jack en colère.
- « T’es vraiment chiant. »
- « Si ça te plait pas, rentre chez toi. »
- « Non, on est ensemble alors on passe tout notre temps tous les deux. » sourit Kerry. « Alors ce soir, on va à l’opéra. J’adore ça, du coup, je nous ai pris des billets. Casse-noisette, la soirée va être extra. »
- « J’ai horreur de l’opéra. Vas-y sans moi, je reste ici avec une pizza, de la bière et un bon match de Hockey. »
- « Certainement pas. C’est pour les blaireaux ce genre de soirée donc tu vas mettre ton smoking et on y va. »
- « Je t’ai dit qu’il n’en était pas question. » renchérit Jack en se levant et bouillonnant de colère. « Sam n’aurait jamais agi de la sorte, elle. D’ailleurs, elle n’aime pas l’opéra. »
- « Sam ?? » répéta Kerry en riant puis rajouta en hurlant « Dois-je te rappeler que ce n’est pas elle que tu baises ? Et comme tu n’es pas foutu de faire ce qu’il faut pour l’avoir, tu fermes ta grande gueule. Maintenant, tu vas mettre ton costume et on part dans quinze minutes. »
Jack ne répondit pas et baissa la tête. Il se dirigea vers sa chambre et enfila son smoking, les yeux brumeux. Il sortit de la pièce, prit ses papiers et quitta sa maison pour rejoindre Kerry qui l’attendait déjà dehors. »
******
-« A part ça, c’est vrai qu’elle vous rend vraiment très heureux cette connasse ! » rigola Janet.
- « Ouai bon ça va. » grogna Jack en se dirigeant de l’autre côté de la cellule pour s’assoir dans un coin.
- « Alors, c’était comment Casse-noisette ? » sourit Daniel.
- « Casse-couille. » répondit Jack, très sérieux.
Tous purent entendre Sam pouffer.
- « Tu as quelque chose à rajouter toi ? » fit Jacob en fusillant Sam du regard.
- « Oui, c’est vraiment casse-couille Casse-noisette. Y a que les pouffiasses rousses qui aiment ça. » pouffa la militaire.
Après avoir entendu la phrase de Sam, Jack ne put empêcher un sourire d’apparaitre sur son visage.
- « Dis-moi Sam. Quand tu vois Kerry, tu as envie de lui faire quoi ? » demanda Janet.
- « Hum, je dirai : lui arracher les cheveux, lui crever les yeux, lui arracher les ongles, le cœur, la démembrer, la désintégrer. » fit Sam en réfléchissant, un sourire carnassier sur les lèvres.
- « Bien, alors après ce carnage, à vous Jack. Quand vous voyez Pete, qu’avez-vous envie de lui faire ? » demanda Jacob à son tour.
- « Ce que j’ai envie de lui faire, la liste est longue. Alors, pour faire court : de le zatter, le désintégrer, l’offrir à Sokar, l’expédier sur Netu, le donner comme jouet à Ba’al, le fracasser, lui exploser la tronche, le castrer à vif. » fit Jack d’un air sadique.
Un échange de regards entendus se fit entre les fantômes, Daniel et Teal’c. Ils avaient au moins réussi à leur faire dire qu’ils n’aimaient pas le partenaire de l’autre. Ils ne leur restaient plus qu’à leur faire avouer leurs sentiments l’un pour l’autre, et là, ils avaient encore du boulot.
- « Au moins, vous êtes sur la même longueur d’onde tous les deux. » fit Daniel en souriant. « Vous ne croyez pas que vous avez besoin de parler ? »
- « Parler ? Et parler de quoi ? » firent les deux militaires simultanément.
- « Ben y a encore du boulot. » fit Jacob en levant les bras au ciel.
- « Non mais vous imaginez que si vous ne vous avouez pas vos sentiments, demain soir, vous serez morts. » leur dit Daniel, espérant les faire réagir.
- « Ben au moins plus de besoin de supporter Pete. » répondit Sam.
- « Plus d’opéra Casse-noisette. » répondit Jack.
- « Non mais je rêve. Vous préférez mourir plutôt que d’être heureux ensemble. Mais c’est pas possible. » râla Janet, en se tapant le front du plat de la main.
- « Franchement Jack, vous pourriez emmener Sam voir Casse-Noisette. » fit Daniel, désespéré.
- « Ah non, je préfère les Simpsons. » répondit Sam, prise dans le feu de l’action.
- « Ah enfin une femme comme je les aime. » avoua Jack spontanément.
- « Dans un endroit calme, avec une immense pizza, de la bière et du coca light. Mais après avoir pris un bon bain chaud. » continua Sam, dans ses pensées.
- « Tous les deux le bain peut-être ? » souffla Daniel
- « Oh oui, tous les deux le bain. » répond Jack sans s’en rendre compte.
- « Hein quoi ? » dit Sam, stupéfaite.
- « Rien, j’ai rien dit. » répondit Jack, sur la défensive.
- « Et voilà, un pas en avant, deux pas en arrière. On recommence. » ironisa Janet.
- « Vous savez, on a d’autres vidéos à vous montrer si vous y tenez. » annonça Jacob l’air de rien.
- « Noooon ! « hurlèrent les deux militaires en même temps.
- « On va s’arranger tous les deux. » leur dit Sam.
- « Par contre, si vous pouviez nous laisser un peu d’intimité, ce serait sympa. » ajouta Jack.
Jack se leva et se dirigea vers son second. Il prit place près d’elle, l’air penaud et ne sachant quoi dire. De leurs côtés, les fantômes et les deux membres de SG1 s’éloignèrent et se placèrent dans un coin de la cellule de sorte à laisser leurs deux amis discuter tranquillement. Ils avaient réussi à leur faire engager LA conversation alors ils pouvaient bien se mettre dans un coin et attendre de voir le résultat sans les embêter.
- « Je suis désolée de vous faire honte. Je comprendrai si vous ne voulez plus me voir. »
- « Oh Sam, jamais je n’aurai honte de vous. Et il est hors de question que je ne vous vois plus. »
- « Ouai c’est ça. En même temps, vu comment vous me traitez depuis que je fréquente Pete, que vous vouliez continuer à me voir ou non, ça ne changera pas grand-chose. » fit Sam, légèrement en colère de la réponse de Jack. « Vous faites tout pour m’éviter et vous me parlez comme à une moins que rien. »
- « Je suis vraiment désolé Sam. Je ne supportais plus de vous voir alors que je n’avais plus aucun espoir de vous avoir dans ma vie. Pardonnez-moi, je suis sincèrement désolé. » avoua Jack, penaud et désolé.
- « Vous savez, je ne pense pas que ce sera possible entre nous. » lui annonça la militaire.
Leurs amis écoutaient la conversation de loin et se demandaient où tout cela allait les mener. Et au vu des dernières paroles de Sam, rien de bon ne s’annonçait. Ils savaient que tout allait reposer sur les paroles de Jack. Malheureusement, celui-ci n’était pas connu pour son tact et ses paroles de réconfort.
- « Pourquoi ? » demanda Jack en blêmissant.
- « Parce que je serai incapable d’accepter qu’un autre homme se couche sur moi et me touche. Je ne pourrai pas revivre ça. » répondit la jeune femme en écrasant une larme sur sa joue.
- « Sam, ce n’est pas de cette façon que je vous veux dans ma vie. » voulut la rassurer Jack puis se plaçant devant elle en lui prenant les mains « Je ne prendrai que ce que vous accepterez de m’offrir. Cela huit ans que je vous attends, alors je ne suis plus à quelques années près pour attendre que vous soyez prête à faire l’amour. »
- « Je n’veux pas d’une vie comme celle que Pete me donne. » pleura la jeune femme.
- « Et que vous donne-t-il au juste ? » demanda Jack, curieux de savoir ce que l’homme avait fait subir à Sam.
- « Pas grand-chose. Il trouve toujours quelque chose pour me rabaisser. Il me frappe des que je dis ou fais quelque chose sans son avis. Et je ne suis bonne qu’à me coucher afin qu’il puisse se vider comme il dit. » pleura la jeune femme. « Je veux juste avoir un homme dans ma vie qui m’aime pour ce que je suis et qui me laisse respirer, qui me câline quand j’en ai besoin et me dise que tout va bien se passer même si c’est un mensonge. Qu’il accepte que je puisse sortir avec mes amis et qu’une soirée avec une pizza et un bon film peut être aussi bien qu’une soirée à l’extérieur. »
- « Je ne lèverai jamais la main sur vous, je vous le promets. Vu nos caractères, il y aura sûrement des disputes mais je ne vous battrai jamais. » répondit sincèrement le militaire. « Je ferai tout ce que je peux pour vous rendre heureuse. J’irai même à l’opéra si ça vous plait. »
- « Non merci, je n’aime pas l’opéra. » pouffa Sam puis demandant timidement « Pas de violences ? »
- « Promis. Juste beaucoup de douceur et du bonheur. » sourit Jack.
- « Il en sera de même pour vous vu que, d’après ce qu’on a vu, ce n’était pas le point fort de Kerry. » répondit la jeune femme.
- « C’est vrai, je l’admets. Elle est plutôt du genre à décider de tout. Elle se moque complètement de ce que je pourrai avoir envie de faire ou ne pas faire. Si elle veut quelque chose, elle l’obtient quoi qu’elle doive faire pour l’avoir. Vous avez pu voir un exemple avec l’opéra. »
- « Je ne suis pas du genre à emprisonner l’homme que j’aime. Si vous souhaitez faire quelque chose, faites-le si cela peut vous faire plaisir. » répliqua Sam tout en baissant la tête, hésitante.
- « Sam, que se passe-t-il ? » demanda Jack inquiet « Vous savez que vous pouvez tout me dire sans avoir peur. »
- « Je veux des enfants. » fit la jeune femme timidement.
- « Je vais avoir besoin de temps pour apprivoiser cette idée, Sam. » déclara Jack, honnêtement. « A ce moment-là, on en aura autant que vous le voudrez. D’accord ? »
- « D’accord, je ne vous presserai pas dans ce cas. » sourit la jeune femme. « Je ne veux pas qu’il y ait de secrets non plus entre nous. Nous avons passé des années avec des malentendus et des paroles imagées, je veux une vraie communication. »
- « J’ai du boulot sur ça aussi mais j’essaierai de faire des efforts. » avoua le général puis réalisant enfin les paroles de Sam « Hey, vous avez dit que vous attendriez que je sois prêt pour des enfants ! Vous voulez de moi alors ? »
- « Oui, bien sûr que je veux de vous. Je vous désire depuis notre première rencontre. Mais il y a toujours la loi contre nous. »
- « On passe le test, on le réussit, on rentre chez nous. Je discute avec le président et je vous promets de trouver une solution. Après, je vais casser la gueule du flic et enfin, je vous invite pour un premier rendez-vous. Le planning vous convient ? » dit Jack en donnant l’air de faire l’imbécile.
- « Ça me va parfaitement mon général. » répondit Sam, un immense sourire sur les lèvres.
- « Rahhh, non. Pas de grade ou de monsieur, non mais. ! » grogna Jack.
- « A vos ordres, mon général. » susurra Sam amoureusement.
Jack prit la jeune femme dans ses bras et la serra tendrement contre lui. Lorsqu’elle s’éloigna de lui, il lui caressa la joue avec amour et lui déposa un chaste baiser sur ses lèvres.
- « Je t’aime Sam. » avoua enfin Jack, très ému de prononcer ces paroles tant désirées.
- « Moi aussi, je t’aime Jack. » répondit la jeune femme en pleurant de joie.
- « Merci mon dieu. » hurla Daniel, heureux. « Ça y est, on a enfin réussi. »
Tous se mirent à rire devant ces paroles.
- « Merci papa pour m’avoir enfin ouvert les yeux. »
- « C’est normal ma chérie. Je ne pouvais pas te laisser vivre ainsi. » sourit Jacob. « Jack, prenez soin de ma fille et rendez-la heureuse. »
- « Toujours Jacob. Vous pouvez compter sur moi. » répondit le militaire en serrant Sam contre lui.
Ils discutèrent tranquillement ensemble jusqu’au moment où le soleil commença à se lever.
- « Adieu mes amis. J’ai été ravie de vous revoir malgré les circonstances. Prenez soin de vous. » fit Janet en s’évaporant doucement.
- « Adieu Janet. » répondirent-ils en chœur.
- « Tu vas me manquer papa. J’aurai tellement aimé te serrer dans mes bras une dernière fois. » pleura Sam
- « Moi aussi ma chérie mais c’est impossible. Tu vas me manquer. Aujourd’hui, je pars vraiment tranquille car je sais que tu seras vraiment heureuse près de lui. . » sourit Jacob à sa fille puis les regardant tous « Adieu et veillez les uns sur les autres. »
Jacob s’évapora à son tour et les quatre amis se retrouvèrent seuls alors que le soleil était à présent levé. Après la nuit qu’ils venaient tous de passer, ils passèrent la journée à dormir un peu et à se reposer. Le test du soir était bien trop important pour qu’ils puissent se permettre de le rater une nouvelle fois.
A la fin de la journée, des gardes vinrent chercher SG1 et les conduisirent dans la même hutte que la veille au soir. Daniel et Teal’c furent dispensés de passer une nouvelle fois le test en raison de leur succès.
Sam fut désignée pour passer la première. Elle essaya de se détendre le plus possible et, contrairement à la première fois, elle sentit une douce chaleur l’envahir. Le chef du village s’éloigna légèrement et la regarda avec bienveillance.
- « Rejoignez vos amis, charmante dame. »
Jack passa donc à son tour et ressentit les mêmes choses que Sam mais vit le regard du chef s’obscurcir à la fin du test.
- « Charmante dame, vous avez enfin trouvé la voix de l’amour et du bonheur. Puisse celle-ci vous donner une vie bien meilleure que celle que vous aviez jusque-là. » sourit le chef à Sam puis regarda Jack d’un air sévère « Vous avez enfin reconnu que vous vous fourvoyiez dans la voie que vous vous obstiniez à suivre. Vous portez toujours le poids de la culpabilité en vous mais nous espérons que vous trouverez le courage d’aller de l’avant. Donner la vie est un acte plein d’engagements et de responsabilité et nous savons qu’un jour, vous serez prêt à nouveau. Cette jeune et charmante dame saura vous guider sur la voie. »
Sam rougit sous les paroles du chef puis rencontra le regard fier et plein de tendresse de son désormais petit-ami.
- « Nos chers amis, nous sommes fiers de vous compter parmi nos alliés. Et pour sceller nos amitiés, que la fête commence. »
La fête fut des plus mémorables pour les quatre amis. Sam et Jack savaient qu’ils avaient encore un long chemin à parcourir mais ils avançaient enfin à deux et main dans la main.
Un jour, ils étaient certains qu’ils conjugueraient leur bonheur avec leurs enfants et leurs amis.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?